• REGARDE LES HOMMES TOMBER_Belleville Sur Meuse_29-11-2014

    REGARDE LES HOMMES TOMBER + DEUIL + AÎN
    Samedi 29 novembre 2014 – Belleville Sur Meuse [MJC du Verdunois]



    Il y a des moments où on se demande bien pourquoi certains a priori sont bien ancrés dans nos crânes, en effet, c’est la première fois que je me rends dans cette salle dans la banlieue de Verdun et qui se situe, contrairement à ce que je pensais, à 1 heure de chez moi, autant dire à côté étant donné les affiches proposées régulièrement par la MJC souvent associée à Metalphyzik, une association qui se bouge énormément. Ce soir, c’est une soirée lourde qui se profile et le froid naissant dans la région n’a pas apeuré les Metalheads du coin et on y croise donc quelques têtes bien connues, l’occasion de discuter, notamment avec l’équipe du LEZARD’OS ou encore les bénévoles de Metalphyzik très sympathiques et abordables.

    Ce sera une centaine de personne qui se sera déplacé ce soir, autant dire que c’est une réussite car en face il y avait TREPALIUM à Jarny, à quelques kilomètres mais lorsqu’AÎN monte sur scène, on comprend très vite que l’on ne va pas regretter d’être venu ce soir. Les Messins donnent ici leur premier concert français après une tournée en Europe de l’Est et le moins que l’on puisse dire, c’est que le discours est rôdé et bien mis en scène. Encapuchonnés, les membres ne montrent pas leur visage, le chanteur appuie également sur le côté mise en scène religieuse et le Post Black Doom des Français passe extrêmement bien. Voilà un groupe à surveiller de très prêt et qui me fait penser au meilleur de DEINONYCHUS avec ce côté Black 90’s. Pas de blanc entre les morceaux, juste des larsens, pas un mot du chanteur, occupé à s’affairer avec ses accessoires, une vraie mise en scène et une ambiance qui surprend un peu le public au début qui ne montre aucune réaction entre les morceaux. Par contre, lorsque les musiciens quittent la scène, le public est bien là et montre bien que la prestation d’AÎN a été appréciée à sa juste valeur. On espère vraiment revoir ce groupe prochainement.

    AIIN 6

    Un quart d’heure, tel est le temps pris pour changer le plateau et voilà DEUIL qui investi la scène très rapidement. Particulièrement marqué par le premier EP des Belges, j’attends particulièrement ce concert et pourtant, c’est celui qui va le moins m’accrocher. La présence des musiciens n’est pas au top, le guitariste se retournant régulièrement vers son batteur pour s’assurer que l’ensemble est bien calé, le chanteur se met de profil au public et surtout, si musicalement, le groupe sait emmener son public dans plusieurs états, vocalement, le chant hurlé et haut perché rend le tout très monotone, lisse au possible et finalement assez difficile à apprécier. Dommage, car sur disque ce groupe avait réussi à imprégner une ambiance particulière qui ne transparait pas ici, certainement un peu trop de production avec beaucoup d’éléments importants que DEUIL ne semble pas pouvoir retranscrire sur scène. Un premier album devrait cependant voir le jour l’année prochaine, une aubaine, car autre bizarrerie, le groupe envoie 25 minutes, soit son EP, et puis s’en va, à la surprise générale, aucun rappel, mais le groupe avait-il d’autres titres à jouer ? Du coup on se dit qu’inverser DEUIL et AÎN aurait peut être paru un peu moins bizarre sur l’affiche. Pour le coup, le premier album est attendu de pied ferme pour voir si le groupe est capable de rééditer l’ambiance phénoménale de son EP ou est-ce qu’il sera à l’image du concert de ce soir, sympathique mais vraiment trop lisse et monotone.

    DEUIL 6

    Même temps pour mettre en place REGARDE LES HOMMES TOMBER, la longue introduction fait monter la pression et effectivement ce n’est plus U.W. (OTARGOS) qui officie derrière le micro mais un certain Thomas qui insuffle un esprit plus Black sur la musique de ce groupe, et il faut bien avouer que cela fonctionne exceptionnellement bien, le côté Post disparait un peu au profit d’un Sludge Black dont le seul petit défaut est la répétition dans la structure des morceaux. Mais pour le reste, mon dieu que les riffs lancinants, que les parties blastées, que ce chant habité fonctionnent et font invariablement mouche.

    REGARDE LES HOMMES TOMBER

    La mise en son est un peu plus puissante que pour les groupes précédents, il faut dire que les Nantais opèrent à deux guitares bien lourdes. Ce soir, la tête d’affiche à montrer que sa montée en puissance n’avait rien d’usurpé et que le côté hype de cette scène Post-machin chose cachait encore quelques groupes très très intéressants. Là aussi, nous sommes surpris par la courte durée du set, mais là encore, le groupe n’ayant qu’un seul album à son actif, difficile d’en attendre beaucoup plus et le groupe sort ainsi, presque dans l’indifférence générale alors que l’on aurait bien pris un petit rappel dans les esgourdes, où est donc passée l’envie du public, je dirais même le respect du public car le groupe a livré un vrai bon concert, le meilleur de la soirée et ils n'ont droit qu'à quelques applaudissements, dommage REGARDE LES HOMMES TOMBER méritait beaucoup mieux. Là aussi, on espère revoir ce groupe avec ce nouveau chanteur dans un avenir que l’on entrevoit comme très prometteur pour ce quintet.

    REGARDE LES HOMMES TOMBER 4
     
    REGARDE LES HOMMES TOMBER 5

    Bilan de la soirée positif avec une affiche très cohérente, une salle que je découvrais et qui est vraiment sympathique, une organisation sans faille et un public qui a su répondre présent, si vous ne connaissez pas non plus cet endroit, surveillez donc la programmation, et si possible, Heavy Sound sera de nouveau présent !

    Report & Photos : Aymerick Painless

     


    votre commentaire
  • SAINT VITUS_French Tour 2014

    SAINT VITUS + ORANGE GOBLIN
    Samedi 25 octobre 2014 – Tourcoing [Le Grand Mix]



    SAINT VITUS célébrant ses 35 ans de carrière et les 30 ans du culte Born Too Late (bon dans le timing ce n’est quand même pas tip top mais ce n’est pas grave, l’important n’est pas là), Heavy Sound se devait d’être là. Direction Tourcoing donc où les Américains s’apprêtent à investir le Grand Mix, une très belle salle en plein Tourcoing, un endroit qui a du cachet et une ambiance des plus agréables. Renseignements pris, la tournée est un vrai succès en France et les Anglais d’ORANGE GOBLIN se sont fait surprendre en merchandising puisque le stand est littéralement dévasté ce soir pour la 5ème et dernière date hexagonale. Le temps de rencontrer Ben Ward qui nous accueille très gentiment et nous emmène dans les locaux pour une interview avec Chris TURNER (batterie) et Joe HOARE (guitare) juste avant leur repas…

    Alors que nous pénétrons dans la salle et que d’autres sont encore en train de faire la queue, les lumières s’éteignent à 20h30 pétantes et Ben Ward lâchant un "We are Orange Goblin", c’est parti pour une heure de show où ORANGE GOBLIN va mettre à genoux un parterre qui était déjà acquis à sa cause. En effet, dès "Scorpionica" qui ouvre le set, on sent que le public s’est mis au diapason des autres publics Français de la tournée, ce qui étonne encore le grand chanteur et ses compagnons.

    ORANGE GOBLIN_9773

    Le groupe est parfaitement en place, le son est excellent, la session rythmique abat un boulot impeccable sans faiblir alors que Ben WARD est toujours aussi habité avec sa voix rocailleuse mais également mélodieuse, les refrains accrocheurs font mouche dans l’assistance. Quelques titres incontournables issus du début de carrière font leur apparition en alternance avec ceux des 3 derniers albums, "Scorpionica" et "Quincy The Pigboy" représentent parfaitement le classique The Big Black pour lequel un traitement particulier sera accordé l’an prochain (cf. interview ) et "Saruman’s Wish" le premier album. Mais c’est "Acid Trial" et son lead de guitare qui met le feu aux poudres de même que "Sabbath Hex" qui ouvre le dernier album, un titre rentre dedans dans la plus pure tradition des Anglais et qui montre combien le dernier album se veut incontournable, comme l’a souligné Morbid S. dans sa chronique en ces pages. D’ailleurs "Heavy Lies The Crown", "Into The Arms Of Morpheus" et bien plus encore le terrible "The Devil’s Whip" et son relent de MOTÖRHEAD à peine dissimulé, à quoi bon puisque le groupe se dit ouvertement fan du trio de Lemmy, passent très bien le test de la scène. Le show ne souffre pas de temps mort, le groupe est des plus détendus, la soirée est en tout point réussie pour ce quatuor au capital sympathie énorme et qui semble enfin récolter ce qu’il a semé ces 20 dernières années, mais la musique étant un milieu instable, les gaillards en profitent pleinement car la vérité d’aujourd’hui n’est pas celle de demain dans le music business, et ils ne le savent que trop bien.

    ORANGE GOBLIN_9753

    La fin du concert est des plus intenses avec ce "They Come Back [Harvest Of Skulls]" au début duquel Ben Ward mime un zombie dévorant le crâne de son guitariste Joe HOARE avant un "Red Tide Rising" frustrant car, comme beaucoup dans l’assistance, on aurait bien repris encore un peu de ce savoureux Doom (mais pas que) Metal surtout que "Some You Win Some You Lose" n’a pas été joué ce soir, ORANGE GOBLIN commence à devoir sacrifier certains titres dans sa setlist, c’est au moins le signe que les Anglais n’ont pas fait beaucoup d’erreur durant leur carrière.

    Setlist : Scorpionica / Acid Trial / Saruman’s Wish / Sabbath Hex / Heavy Lies The Crown / Blue Snow / Cities Of Frost / Into The Arms Of Morpheus / The Devil’s Whip / The Fog / They Come Back [Harvest Of Skulls] / Quincy The Pigboy / Red Tide Rising

    Voilà, une tournée qui fait plaisir et qui montre que même en France, tout est possible, rendez-vous compte, 5 dates en France avec le succès sur chaque date, on espère que cela donnera des idées aux tourneurs parfois frileux à programmer en Province. Il est vrai que le succès grandissant d’ORANGE GOBLIN et l’anniversaire de Born To Late, album culte de SAINT VITUS font que l’on n’aurait pas compris que cela se passe autrement ! Le public ne semble pas avoir été rassasié par la prestation d’ORANGE GOBLIN puisque la réaction est immédiate aux premières notes de "Living Blackwards" issu du non moins culte V. En effet, si les Américains célèbrent les 30 ans de l’album Born Too Late, ils en profitent également pour rappeler quelques fondamentaux et continuent avec "I Bleed Black" avant de revenir sur le dernier album Lilie :F-65 (2012) avec "Blessed Night" et l’excellent "Let Them Fall", signe que le groupe est toujours aussi fier de cet album.

    SAINT VITUS_9799

    La première et unique surprise de cette setlist est l’interprétation de "White Stallions" extrait de Hallow’s Victim, seul titre avec l’indéboulonnable "Saint Vitus" balancé en rappel ce soir, dont Wino n’est pas le chanteur en studio, même si ce titre est présent dans les setlists assez régulièrement depuis 2010. Un petit "The Troll" et nous voici parti pour l’interprétation de Born To Late dans le sens inverse du tracklisting studio. Avant cela nous avons pu voir un groupe aux deux visages, le premier du début de show où Dave CHANDLER est confronté à des problèmes de guitare et de lumière et s’en prend au responsable des lumières qui a bien du mal à saisir ce que l’Américain veut, il finira par allumer les lumières sur le devant de scène pour que le guitariste puisse voir où il pose les doigts, ce qui a pour conséquence de ruiner le jeu de lumière pendant le reste du show mais ce n’est pas grave, ce n’est pas l’atout majeur de SAINT VITUS. Le deuxième sur l’interprétation de Born To Late, le groupe est concerné, l’attitude de Wino bien accroché à son pied de micro et la passivité d’un bassiste toujours aussi joyeux et content d’être là font partie des habitudes du groupe, de même que la mauvaise humeur de son guitariste. Du coup l’aspect visuel du groupe tient plus dans le jeu de son batteur, extrêmement présent et concerné, que dans les cunnilingus à répétition du guitariste à sa guitare.

    SAINT VITUS_9805

    Mais l’essentiel, la musique, est bien là, comment résister à ce Doom lancinant qui résonne comme une parfaite bande son de ce que l’on voit sur scène et c’est bien ce "Born To Late" qui met le public à genoux, on voit même se lancer un circle-pit de Doomers, les gaillards marchent alors l’on courre habituellement, un esprit bon enfant qui se poursuit durant un "Saint Vitus" des familles balancé en rappel après que Henry VASQUEZ ait présenté les membres du groupe, canette à la main. Les Américains ont démontré qu’ils pouvaient encore assurer un show, même si la formule co-headlining avec ORANGE GOBLIN permet de ne pas trop s’attarder sur scène, et même être présents après, au stand merchandising, même si Wino s’éclipsera assez rapidement pour des raisons "personnelles" !

    Setlist : Living Blackwards / I Bleed Black / Blessed Night / Let Them Fall / White Stallions / The Troll / The War Starter / The Lost Feeling / H.A.A.G. / Dying Inside / Clear Windowpane / Born Too Late / Saint Vitus

    Une bien belle soirée, ORANGE GOBLIN toujours aussi puissant sur scène et SAINT VITUS dans un très bon soir, comparé à ce que l’on a pu entendre des autres dates de cette tournée, les gens de Tourcoing étaient ce soir là bien vernis. Un remerciement tout particulier aux membres d’ORANGE GOBLIN pour l’accueil parfait, leur gentillesse, et à Vince pour la glacière !

    Report : Aymerick Painless & Morbid S.
    Photos : Aymerick Painless


    votre commentaire
  • BRITISH STEEL SATURDAY NIGHT 3_04-10-2014

     

    BRITISH STEEL SATURDAY NIGHT 3
    Fismes - Salle des Fêtes - 4 Octobre 2014



    Année après année certains évenements deviennent des rendez-vous incontournables, le BRITISH STEEL SATURDAY NIGHT de Fismes est de ceux-là. Proposant à chacune de ses éditions des groupes mythiques qui ont contribué à écrire l'histoire de notre musique préférée... Que ce soit les mythiques TYGERS OF PAN TANG, TOKYO BLADE, HOLOCAUST ou GIRLSCHOOL, tous ces groupes British ont contribué, à leur façon, à faire du Hard Rock / Heavy Metal ce qu'il est aujourd'hui. Pour sa troisième édition, le BRITISH STEEL a, à nouveau, convié quelques légendes de la scène Anglaise comme CHARIOT ou OLIVER DAWSON SAXON à fouler les planches de la salle des fêtes de Fismes... Un rendez-vous immanquable pour tout amateur de NWOBHM qui se respecte.

    Tout comme l'an passé avec SCREAMING FOR JUDAS, c'est à nouveau à un tribute band que nous avons à faire pour ouvrir cette éditon 2014. Nous retrouvons donc BÖMBER qui va, durant une trentaine de minutes, passer en revue quelques uns des classiques de... MOTÖRHEAD. Evoluant en mode power trio, tout comme le groupe à Lemmy, nos trois nordistes vont exécuter les "Iron Fist", "Stay Clean" et autres "Overkill" de manière fort convaincante... Une entrée en matière parfaite pour nous plonger dans l'ambiance Made in UK de ce BRITISH STEEL.

     

    BRITISH STEEL SATURDAY NIGHT 3 - 04-10-2014 058
     

    SPIRIT et GANG vont ensuite se succéder pour nous asséner une bonne dose de Heavy à l'ancienne, deux sets de fort bonne facture qui vont, comme d'habitude avec ces deux groupes, être de purs moments de partage avec le public. Les premiers dans une veine très French Metal 80's avec chant français, et les seconds, également organisateurs de ce festival, dans un style très inspiré de la NWOBHM... De quoi faire passer aux nostalgiques que nous sommes un excellent moment. Beaucoup d'efficacité et de bonne humeur pour chacun de ces deux combos qui prennent comme toujours un plaisir énorme à se produire sur scène.

    Setlist SPIRIT : Jerusalem / Nouvel Ordre / Mafia (Nouveau titre) / Chasseurs d'Images / Homme Ou Diable / Gori

    Setlist GANG : Intro / All The Fool Around / Chaos For Glory / Believer/Betrayer / Primal Reign / Skull's Out Of Genocide / All Of The Damned / King Became A God

     

    BRITISH STEEL SATURDAY NIGHT 3 - 04-10-2014 104
     

    Il est maintanant temps de laisser place aux formations internationales avec, dans un premier temps, les Allemands de NICK HELLFORT, groupe mené par un certain Nicolaj Ruhnow, qui n'est pas vraiment un inconnu des habitués du BRITISH STEEL puisque le chanteur avait participé à la première édition avec les mythiques TOKYO BLADE. Aujourd'hui c'est avec NICK HELLFORT qu'on le retrouve sur la scène de Fismes. Nicolaj ne faillit pas à sa réputation d'excellent chanteur et délivre, comme à son habitude, une très bonne performance vocale. Le reste du groupe est bien place, nous offrant un set carré et dynamique faisant la part belle à The Mask Within, premier et unique album du combo, qui donne dans un Heavy Metal à tendance progressive fort bien exécuté. Voilà un groupe qui s'avère être une bien sympathique découverte.

    Setlist NICK HELLFORT : Intro / Temple Of Kings / Perception / Crusaders / Faith Healer (Alex Harvey Band cover) / Fame Is Just A Whore / Lifeline / The Messenger / Thousand Men Strong (Tokyo Blade cover)

     

    BRITISH STEEL SATURDAY NIGHT 3 - 04-10-2014 174
     

    Alors que l'on attend CHARIOT, c'est finalement ABSOLA que l'on retrouve sur scène pour ce qui va se révèler être LA grosse baffe du festival, les ex-FURY UK, loin de faire de la figuration, vont délivrer un set tout bonnement excellent et d'une intensité rare. Si la formation du groupe ne remonte qu'à 2 ans, après que Luke Appleton (présent ce soir sur scène) soit parti rejoindre ICED EARTH, il n'en est pas moins parfaitement en place et d'une efficacité redoutable. Nous avons à faire ici à des musiciens d'expèrience, particulièrement talentueux. Visiblement heureux d'être là, nos p'tits gars de Manchester font preuve d'un réel potentiel et vont nous le prouver ce soir en retournant Fismes à grand renfort d'un Heavy direct et sans concession, ça envoie du lourd, comme peuvent en attester les imparables "Never Back Down" ou "Anthems To The Dead", putain quelle patate !!! C'est finalement un public plus que conquis qu'ABSOLVA laissera à l'issue de ce set d'une énergie et d'une puissance infaillible.

     

    BRITISH STEEL SATURDAY NIGHT 3 - 04-10-2014 221
     

    CHARIOT s'apprête maintenant à nous faire faire un bond dans le passé... Bienvenue au coeur de la NWOBHM ! Pete Franklin et les siens sont visiblement en grande forme et vont nous délivrer un set énergique. La setlist, plutôt équilibrée, pioche dans chacun des albums du combo, avec toutefois une majorité de titres issus du premier opus, The Warrior, de quoi réjouir les fans les plus anciens. Le très bon Demons & Angels, fraichement sorti, ne sera bien sûr pas oublié, et ce sont les titres "Get Enough" et "Cold Blood" qui seront présentés ce soir au public marnais, et si ces compos ont 30 ans d'écart avec les fameux classiques que sont "When The Moon Shines", "Love Or Leave Me", "Warriors" ou "Screams The Night" (à notre grand regrêt, le seul titre de Burning Ambition joué ce soir), elles s'intègrent parfaitement à la setlist et se montrent tout aussi efficaces que peuvent l'être ces incontournables de la première partie de carrière de cette légende du Heavy Metal britannique. Ce sera finalement une heure de pur plaisir que nous passerons en compagnie d'un CHARIOT qui, après toutes ces années, a encore bien la gniaque.  

    Setlist CHARIOT : When The Moon Shines / Love Or Leave Me / Make Believe / Behind The Wire / Get Enough / Horizons / To The Extreme / Cold Blood / Screams The Night / Run With The Pack / Warriors

     

    BRITISH STEEL SATURDAY NIGHT 3 - 04-10-2014 263
     

    Place maintenant aux mythiques Graham Oliver et Steve Dawson, membres fondateurs de SAXON ayant participé aux plus grands classiques du groupe. Comme on pouvait s'en douter, OLIVER DAWSON SAXON vont axer leur setlist sur les plus grands incontournables du répertoire de leur ancien groupe, couvrant la période allant de Wheels Of Steel (1980) à Innocence is No Excuse (1985), et c'est avec une joie non dissimulée que l'on va retrouver des titres comme "Strong Arm Of The Law", "Denim And Leather", "Crusaders" et autres "Motorcycle Man" ou "Rock'n'Roll Gypsy", le tout parfaitement exécuté. Les deux ex-SAXON assurent encore bien même si Steve Dawson se montre relativement en retrait, la faute à une blessure au pied qui l'empèche de se déplacer comme il le voudrait sur scène, qu'à cela ne tienne le guitariste Haydn Conway (ex-SARACEN) bouge pour deux et fait le show. Bien que peut-être un peu plus limité vocalement que Biff Byford, Brian Shaughnessy (SEVENTH SON) s'en sort plus qu'honorablement. Au final, le groupe aura délivré une prestation dynamique qui voit le groupe acclamé par le public à l'issue d'un set fort convaincant.

    Setlist OLIVER DAWSON SAXON : Rock'n'Roll Gypsy (Saxon) / Strong Arm Of The Law (Saxon) / Whipping Boy / Denim And Leather (Saxon) / Crusader (Saxon) / 747 (Strangers In The Night) (Saxon) / Dallas 1PM (Saxon) / Haydn Conway Solo / Motorcycle Man (Saxon) / Wheels Of Steel (Saxon) / Redline (Saxon) / And The Bands Played On (Saxon)

     

    BRITISH STEEL SATURDAY NIGHT 3 - 04-10-2014 294
     
    BRITISH STEEL SATURDAY NIGHT 3 - 04-10-2014 299
     
    BRITISH STEEL SATURDAY NIGHT 3 - 04-10-2014 327
     

    Encore un festival qui a, musicalement, tenu toutes ses promesses, il est juste a déplorer une fréquentation bien inférieure aux deux premières éditions, loin de rendre justice au boulot phénomenal abattu par les organisateurs pour mettre en place une telle affiche, fort heureusement la motivation d'UNDERGROUND INVESTIGATION n'est nullement remise en cause, nous promettant déjà une quatrième édition qui verra notamment la participation de TYSONDOG, mais avant cela nous vous donnons d'ores et déjà rendez-vous le 1er Mars 2015 pour la 18ème Convention Rock'N'Metal dont Heavy Sound est une nouvelle fois partenaire.

    Report & Photos : Nono666

     


    votre commentaire
  • RAISMES FEST 2014

     

    RAISMES FEST 2014
    Chateau de la princesse d'Arenberg - Raismes - 6 Septembre 2014



    Pour sa seizième édition, le RAISMES FEST revient à la formule 2 jours, ou plutôt une soirée, sorte de Warm up avec 4 groupes programmés, et une journée complête comme lors des éditions précédentes, avec 14 groupes répartis entre la Mainstage et la scène Découvertes. Habituellement un des derniers festivals de la saison, le RAISMES FEST doit, cette année, faire face à une serieuse concurence en ce premier weekend de septembre avec notamment le Gohelle Fest qui reçoit pas moins que KREATOR, NAPALM DEATH et LOUDBLAST dans le Pas de Calais, mais également le FALL OF SUMMER avec des groupes comme VENOM, SODOM ou PENTAGRAM en région parisienne, un choix bien difficile pour un amateur de Metal au sens large... mais comme à Heavy Sound on est fidèle, direction Raismes et le parc du chateau de la princesse d'Arenberg... N'étant malheureusement pas disponible pour couvrir la soirée du vendredi qui recevait KALIFORNIA, un tribute à Lenny Kravitz, LINECRUSHER, les caennais d'HEADCHARGER et les Suisses de SIDEBURN, nous vous proposons donc le report du samedi avec, comme toujours, une programmation parfaite et une organisation impéccable... Récit d'une journée placée sous le signe du Hard Rock et du Heavy Metal...

    C'est à 13h00 pétantes que démarrent les hostilités avec TYSON BOOGIE qui envahit la Mainstage et va durant 35 minutes nous balancer son Heavyweight Rock'n'Roll qui doit autant à MOTÖRHEAD qu'à AC/DC ou ROSE TATTOO... Les gars sont survoltés, faisant preuve d'une patate d'enfer, ils ne sont que trois sur scène mais ça envoie pour dix, ça bastonne sévère, nous avons droit à une prestation "coup de poing" bien dynamique qui a au moins le mérite de nous mettre directement dans l'ambiance, voilà un groupe parfait pour ouvrir un festival !

    RAISMES FEST 2014 014


    ABBYGAIL prend ensuite le relais sur la scène Découvertes et va tenter de convaincre un public encore bien clairsemé en ce débût d'après midi. Le groupe nordiste nous délivre un Big Rock, cocktail de Hard Rock et de Blues qui, à défaut d'être vraiment marquant, nous fait passer, ma foi, un agréable moment.

    Très bonne découverte ensuite avec les Français de CAROUSEL VERTIGO qui s'ils délivrent un Hard rock somme toute très classique n'en est pas moins dénué d'une certaine efficacité. Le public semble apprécier ce très bon set au feeling 70's prononcé et réserve un très bon accueil à ces frenchies vraiment très convaincants. Un groupe particulièrement prometteur, à découvrir absolument !

    RAISMES FEST 2014 029


    Place maintenant au French Heavy Metal de SPIRIT qui va, comme à son habitude, exécuter un set de très bonne qualité. Depuis l'arrivée d'Arnaud Ducrocq au chant, le côté thrashy du groupe a quasiment disparu au profit d'un Heavy plus mélodique mais toujours aussi efficace, ce qui va se vérifier une nouvelle fois aujourd'hui avec un set d'excellente facture faisant la part belle à l'album Homme ou Diable sorti l'an passé.

    RAISMES FEST 2014 067


    ZODIAC sera également une des très bonnes découvertes live de cette édition 2014. Les Allemands pratiquent un Hard / Blues Rock s'inspirant des dinosaures que sont LED ZEP, DEEP PURPLE ou ZZ TOP, mettant en avant des compos bien efficaces nous emmenant vers une ambiance 70's bien sympathique. La setlist se veut plutôt équilibrée, piochant dans chacune des deux réalisations du groupe, nous offrant même la primeur d'un nouveau titre ("A Penny And A Horse") extrait de l'album Sonic Child qui sera sorti quand vous lirez ces lignes. Un set impeccable, maitrisé à la perfection par un groupe de grand talent.

    Setlist ZODIAC : Free / Diamond Shoes / A Penny And A Dead Horse / Cortez The Killer (Neil Young cover) / Moonshine / Coming Home

    RAISMES FEST 2014 094


    HOLY CROSS va ensuite nous délivrer son Heavy puissant, fortement influencé par ICED EARTH. Les Stephanois font preuve d'une très bonne présence scènique et c'est avec un bel enthousiasme que le groupe délivre un set bien énergique faisant la part belle à Place Your Bets, dernier album du combo sorti en 2013, de quoi faire passer un très bon moment aux festivaliers avides de Heavy thrashisant de qualité.

    RAISMES FEST 2014 149


    Il est temps maintenant d'accueillir VULCAIN qui va, pour l'occasion, nous jouer l'intégralité de l'album Rock'N'Roll Secours sorti il y a tout juste 30 ans, et autant le dire, ces titres n'ont pas pris une ride et se montrent toujours aussi efficaces. "Rock'N'Roll Secours" démarre les hostilités, bientôt suivi de "Pile Ou Face", les fans sont aux anges, c'est un show particulièrement intense que nous délivre le gang des frères Puzio aujourd'hui, soutenu par un public chaud comme la braise, reprenant les paroles de chacun de ces incontournables du Hard made in France, nous assistons là à un set énorme qui met l'auditoire en ébulition, et malgrè les années, l'alchimie est toujours là, bien présente. Sans temps mort, VULCAIN enchaine les classiques et met véritablement le feu au RAISMES FEST, et ce n'est pas les "Overdose", "Vulcain" ou autres "Bosser" et "Ebony" qui vont nous contredire. Acclamés comme il se doit, VULCAIN se retire non sans avoir entonné, comme de coutume, la fameuse "Digue du Cul" qui finira d'achever un public conquis et heureux de ce moment de pur Rock'n'Roll.

    Setlist VULCAIN : Rock'n'Roll secours / Pile ou Face / Les Damnés / Le King / Le Fils de Lucifer / Overdose / Avec Vous / Vulcain / L'Enfer / Bosser / Ebony / La Digue du Cul

    RAISMES FEST 2014 170


    De retour aux affaires en 2012 avec la réédition de l'album X Rated initialement paru en 1988, DRAKKAR est revenu à son meilleur niveau et semble aujourd'hui plus fort que jamais. Si le groupe donnait durant sa "première vie" dans un Heavy/Speed Metal à la HELLOWEEN, il a su s'orienter dorénavant vers un registre Power bien pêchu, ne surfant pas forcèment sur le passé mais s'inscrivant davantage dans son époque, et c'est un set plutôt convaincant que vont nous délivrer les Belges. Rien de très original certes mais beaucoup de puissance et une énergie live conférant à cette prestation une efficacité indéniable. Un bon avant goût avant la sortie du nouvel album d'ici quelques jours !  

    Setlist DRAKKAR : Intro / Once Upon A Time / St-Bartholomew / Lost / Yerushalayim / Rise And Fight / Lords Of The North

    RAISMES FEST 2014 224


    Ce sont maintenant les jeunes Anglais de THE TREATMENT qui investissent la Mainstage pour nous asséner une bonne dose de Rock'n'Roll bien énergique. Le groupe de Cambridge ne fait pas dans le détail et balance des compos directes et accrocheuses qui font mouche, donnant ainsi au public une furieuse envie de taper du pied. Bien en place et faisant preuve d'une très bonne présence scènique, THE TREATMENT assure un set endiablé parfaitement maitrisé qui pourrait en remontrer à certains groupes plus aguerris.

    Setlist THE TREATMENT : I Bleed Rock+Roll / The Doctor / Don't Look Down / Emergency / Drink, F**k, Fight / The Outlaw / Running With The Dogs / Get The Party On / Departed / Shake The Mountain

    RAISMES FEST 2014 262


    EXISTANCE nous convie ensuite à un voyage au coeur des 80's, nous proposant un Heavy fortement inspiré de la NWOBHM. Tout dans ce groupe rappelle cette periode si marquante de notre musique favorite, que ce soit musicalement ou au niveau de l'attitude, rapprochant les isariens de groupes tels que JUDAS PRIEST, TOKYO BLADE ou TYGERS OF PAN TANG. Si le groupe a connu quelques soucis pour stabiliser son line-up, il est aujourd'hui plus soudé que jamais, et ça se ressent sur scène, ça joue carré, le jeu de scène est travaillé, parfaitement en adéquation avec le style proposé. Particulièrement convaincant sur album, le groupe l'est encore plus sur scène. Le French Heavy Metal est loin d'être mort, on peut même dire qu'il a encore de belles heures devant lui, EXISTANCE nous le prouve de fort belle manière... La relève est assurée et bien assurée !

    Setlist EXISTANCE : Legends Never Die / Steel Alive / Son Of Wolf / Waverly Hills / Dead Or Alive / From Hell

    RAISMES FEST 2014 290


    Après près d'une quinzaine d'années passé loin des scènes et de la musique, se consacrant à son autre passion qu'est la peinture, Adrian Vandenberg revient avec son nouveau projet : VANDENBERG'S MOONKINGS. Entouré par un groupe plus que compétent, l'ex-guitariste de WHITESNAKE est de retour avec un Hard Rock simple et classique qui met au premier plan le feeling et l'émotion. Point de démonstration ici mais un jeu tout en subtilité fort efficace. Jan Hoving impressionne, se révèlant être un vocaliste hors pair, sorte de croisement entre David Coverdale et Robert Plant auquel il n'a finalement pas grand chose à envier. La setlist passe bien évidemment en revue l'unique album du combo mais nous propose également deux reprises de WHITESNAKE ("Judgement Day" et "Here I Go Again"), un emprunt à la carrière solo d'Adrian Vandenberg avec l'excellent "Burning Heart" et, en guise de rappel final, le "All Right Now" de FREE. VANDENBERG'S MOONKINGS nous a délivré ce soir un set tout bonnement excellent, mené sans temps mort par un groupe au top de sa forme.

    Setlist VANDENBERG'S MOONKINGS : Line Of Fire / Steal Away / Leave This Town / Feel It / Close To You / Drum Solo / Judgement Day (Whitesnake) / Burning Heart (Vandenberg) / Good Thing / Lust And Lies / Here I Go Again (Whitesnake) / Nothing Touches / Encore: All Right Now (Free)

    RAISMES FEST 2014 312
     
    RAISMES FEST 2014 319


    Changement de style avec MYLIDIAN qui dévoile un univers cyber-gothique assez personnel, nous proposant une sorte de mix entre Metal symphonique et Extreme Metal, alternant entre les vocaux Death d'Armandar et les parties plus lyriques de Chaos Heidi (ASYLUM PYRE), MYLIDIAN exécute un Dark Metal plutôt bien maitrisé.

    RAISMES FEST 2014 380


    Les Danois de D-A-D vont ensuite prendre le relais sur la Mainstage pour ce qui va se révèler être LE concert de cette 16ème édition du RAISMES FEST. Le combo des frères Binzer ne va pas faillir à sa réputation et va délivrer un set impéccable où règne ambiance Rock'n'Roll et bonne humeur. Si d'emblée Jesper Binzer se met le public dans la poche à grands renforts de "Raismes mon amour", c'est Stig Pedersen et ses basses à 2 cordes, toutes plus improbables les unes que les autres, qui accaparent tous les regards. Le bassiste fait preuve d'une présence scènique incroyable, il fait le show, n'hésitant pas à grimper sur la batterie à plusieurs reprises, le groupe enchaine les titres à l'efficacité imparable pour le plus grand plaisir des nombreux fans, Raismes est conquis par ce set impérial, et ce n'est pas "Sleeping My Day Away", incontournable classique du combo Danois joué en rappel, qui viendra nous contredire. Après 30 ans de carrière D-A-D nous a prouvé ce soir, si besoin était, qu'il a toujours le feu sacré, délivrant un concert terriblement fédérateur tout simplement excellent, qui aurait grandement mérité d'être programmé en tête d'affiche.

    Setlist D-A-D : Jihad / Evil Twin / Overmuch / Girl Nation / A New Age Moving In / Riding With Sue / Grow or Pay / Reconstrucdead / Monster Philosophy / I Want What She's Got / Everything Glows / Encore : Sleeping My Day Away

    RAISMES FEST 2014 368
     
    RAISMES FEST 2014 395


    Après l'intensité d'un tel show, on se dit qu'ANATHEMA va avoir fort à faire pour rallier à sa cause un auditoire apparemment plus avide de sonorités Rock'n'Roll que de digressions prog atmosphériques mais c'est bien mal connaitre le talent des Britanniques qui vont d'emblée convaincre le public que leur place d'headliner est loin d'être usurpée. ANATHEMA nous offre ce soir la primeur de son nouvel album, Distant Satellites, puisque la tournée française ne débutera qu'au mois d'octobre. Tout en subtilité, les Anglais nous entrainent avec une facilité déconcertante dans leur univers, envoutant le public grâce à une musique aérienne et planante d'une richesse impressionnante. Le groupe des frères Cavanagh a, comme à son habitude, délivré une prestation somptueuse, en tout point parfaite pour conclure cette 16ème édition, une nouvelle fois, fort réussie.

    Setlist ANATHEMA : The Lost Song Part 1 / The Lost Song Part 2 / Untouchable Part 1 / Untouchable Part 2 / Thin Air / Ariel / The Lost Song Part 3 / Anathema / Deep / Closer / A Natural Disaster / Distant Satellites / Fragile Dreams

    RAISMES FEST 2014 441
     
    RAISMES FEST 2014 447


    Une réussite tant en terme de concerts qu'au niveau de la participation du public, avec une fréquentation d'environ un millier de personnes, l'organisation a une nouvelle fois réussit son pari grâce à une affiche de grande qualité faisant la part belle à des groupes parfois rares sur les scènes françaises. Un grand merci à l'équipe organisatrice qui, contre vents et marées, persévère coute que coute, pour nous permettre d'assouvir notre passion dans une ambiance toujours aussi conviviale... Rendez-vous en septembre 2015 pour la 17ème édition...

    Report & photos : Nono666

     


    votre commentaire
  • MOTOCULTOR 2014_Affiche finale

    MOTOCULTOR FESTIVAL
    SAINT NOLFF - 15, 16 & 17 Août 2014



    Et nous voilà en route pour la septième édition du MOTOCULTOR, festival Metal situé dans le Morbihan, installé sur le site de Kerboulard à Saint- Nolff. Pour les Metalleux intéressés par ce superbe festival plein air, voici le compte-rendu de 3 jours de dingue. Les deux scènes du festival alternent les groupes, dés qu’un groupe d’une des 2 scènes termine son set, la seconde accueille un nouveau combo, et ainsi de suite, voilà pour planter le décor pour les futurs Metalleux intéressé par le festoch.

    Vendredi 15 Août 2014
    A notre arrivée, TEMPLE OF BAAL délivre son set sur la Dave Mustage, rien à dire, les Français, adeptes de Black Metal, sont carrés et une rythmique béton, un groupe que je reverrais avec plaisir. Sur la Supositor scène, c’est au tour de HUATA, groupe de Doom Metal, qui malheureusement attire la pluie, je dois avouer que le set est un peu soporifique et la météo capricieuse n'arrange rien, faisant fuir le public et abrége la prestation... T.A.N.K. envahit ensuite la scène pour un set qui, manque de chance, devra être raccourci, et là franchement c'est la claque ! Ce groupe assure un max délivrant un Thrash/Death brutal mais mélodique. Raf Pener est un véritable frontman, d’ailleurs il me fait un peu penser au chanteur de KIEMZA dans sa manière d’évoluer sur scène, un groupe à suivre... Les Américains de HAVOC, fers de lance de la nouvelle vague Thrash Metal, débarquent. Les riffs plombés font adhérer à eux tout de suite un public déjà bien chaud, rien à dire, ceux-ci connaissent bien les ficelles du genre. On passe bien vite sur la prestation de MONONC’SERGE, franchement rien à voir avec le reste de la programmation, bien que celui-ci soit fort sympathique. DAGOBA, sur le sample de la B.O de Dracula, envahissent le festival pour le bonheur de leurs nombreux fans, circle pit autour de la sono, walls of death... bref le groupe met le public en folie et cela ne va désormais plus s’arrêter... Une pointe d’humour avec le duo (ou quatuor) ANDREAS et NICOLAS, un humour qui, visiblement, a beaucoup plu au public, les deux acolytes étant accompagnés sur scène d’un singe batteur et d’un coq qui repasse, un peu dans la lignée des CHARLOTS, mêlant gags et chansons parodiques, à revoir avec plaisir. Arrive ensuite ENSIFERUM, groupe de Viking/Folk Metal venu de Finlande, grosse bataille de boue de la part du public (because la pluie quelques instants auparavant) la prestation du groupe en devient très secondaire et la rigolade est de mise, même les Finlandais ont essayé de raisonner la foule mais que dalle, cela a continué de plus belle, d’un autre côté, c'est un peu compréhensible vu la prestation très moyenne des Finlandais. ENTOMBED A.D., groupe issu de la scène Death Metal suédoise des années 80, délivre un très bon concert et ravit les fans du genre, je préfère m’abstenir de commentaire sur les Norvégiens de TROLLFEST et leur Balkanic Metal car je n’adhère pas du tout, et de toute façon je suis déjà impatient de revoir KREATOR, les ténors du Thrash Teuton : et là, la baffe, quand le combo allemand balance des titres comme "Pleasure To Kill", ceux-ci  enflamment le public, Mille PETROZZA est un frontman qui n’hésite pas à dialoguer un bon moment avec la foule, le quatuor est béton, ça envoie du lourd, c’est rapide, précis et technique, rien à dire : les Teutons restent les fers de lance du style. Ainsi s'achève cette première journée avec une excellente programmation, rendez-vous dès demain pour la suite des festivités...

    Setlist Ensiferum : In My Sword I Trust / One More Magic Potion / From Afar / Token Of Time / Blood Is The Price Of Glory / Twilight Tavern / Burning Leaves / Iron / William Tell Overture Finale

    Setlist Kreator : Phantom Antichrist / From Flood Into Fire / Coma Of Souls / Endless Pain / Pleasure To Kill / Hordes Of Chaos (A Necrologue For The Elite) / Phobia / Enemy of God / Civilization Collapse / Encore: The Patriarch / Violent Revolution / Flag of Hate/Tormentor

    KREATOR_Motocultor 2014
    KREATOR


    Samedi 16 Août 2014
    Pour la journée du samedi, le MOTOCULTOR fait la part belle au Punk, puisque l’on retrouve des groupes comme LES SHERIFF qui se sont reformés, délivrant un Punk-Rock de bonne facture mais pas franchement indispensable dans ce genre d’événement, ou encore les Bretons de TAGADA JONES. Par contre, très bonne prestation particulièrement appréciée des vétérans de G.B.H, faut dire que leur Punk old school est plutôt énergique. Nous retrouvons ensuite les suisses de MUMAKIL qui délivrent un Grindcore sur-vitaminé, et surtout un chanteur dont les commentaires plutôt comiques font l’hilarité auprès du public, un groupe à revoir... Adeptes d’un humour second degré, COBRA envahit la Supositor stage, les Français ne laissent pas indifférents, même si tout le monde est loin d’adhérer à leur Hard/Punk un peu déjanté. BENIGHTED et son Brutal Death rallient les fans autour d’un show très puissant, avec en invité surprise Niklas Kvarforth de SHINING venu chanter (ou vociférer) sur "Spit", apparemment, celui-ci tenant une bouteille de whisky à la main, avait l’air bien entamé, et assez limite avec les fans notamment vu son majeur levé en permanence (bref passons). Après un léger temps d’attente, le responsable de la programmation annonce que suite à un problème avec leur compagnie aérienne qui a égaré leur matos, BEHEMOTH va devoir jouer avec du matériel prêté par d’autres groupes présents. C'est donc un BEHEMOTH en configuration minimale, et il faut avouer que même sans artifice, le combo Polonais nous balance son Black/Death ravageur d’une façon magistrale. Une bonne claque ! La tache sera dure pour SHINING de passer derrière un tel rouleau compresseur, pour ma part, pas très convaincu par la prestation des Suédois.

    Setlist BENIGHTED : X2Y / Noise / Let The Blood Spill Between My Broken Teeth / Spit / (Feat. Niklas Kvarforth) / Experience Your Flesh / Carnivore Sublime / Collection Of Dead Portraits / Slaughter/Suicide / Slut

    Setlist BEHEMOTH : Blow Your Trumpets Gabriel / Ora Pro Nobis Lucifer / Conquer All / Christians To The Lions / The Satanist / Ov Fire And The Void / At The Left Hand ov God / Alas, Lord Is Upon Me / Chant For Eschaton 2000 / Encore: O Father O Satan O Sun!

    Setlist SHINING : Förtvivlan, Min Arvedel / Människa o'avskyvärda människa / Han som hatar människan / Låt oss ta allt från varandra (ft. Benighted) / For The God Below

    BENIGHTED__Motocultor 2014
    BENIGHTED
    BEHEMOTH_Motocultor 2014
    BEHEMOTH


    Dimanche 17 Août 2014
    Pour cette dernière journée, INQUISITION et son Black Metal Old school envahit la scène, en fait, ils ne sont que deux (un batteur et un guitariste, celui-ci attaquant 2 têtes d’ampli réglées différemment, de façon à palier le manque de bassiste) et ça passe sans problème, les gars n'ont aucun mal à rallier le public à leur Black sombre et violent. KORITNI bénéficiera lui aussi des faveurs d’un public conquis, faut dire que ce groupe se taille une bonne réputation dans la sphère Hard Rock/Sleaze, puis c’est au tour des floridiens d'OBITUARY, les deux frangins TARDY, véritable locomotive du combo, rallient tous les fans pour une grand messe de Death Metal. Retour à du brutal avec BELPHEGOR qui viennent d’ailleurs de sortir leur dernier album, les Autrichiens, par leur mise en scène et leur Black Metal malsain, emportent les fans dans leur excellente prestation... Changement de décor avec EPICA, si sur album leur Metal Symphonique remporte les suffrages, en live, je suis moins convaincu, la voix de Simone Simons est constamment doublé de chœurs enregistrés (samples ?) et cela fait tout de même bizarre d’entendre des chœurs masculins quand aucun membre du groupe ne chante ! SIX FEET UNDER est, quant à lui, remplacé au pied levé par les Français d'ARCANIA, un groupe d’Angers, qui s’amuse de l’erreur de la presse croyant photographier le combo Américain. Le dernier groupe qui clôture le festival n’est autre que TESTAMENT qui, malgré une sono assez limite, délivre ses meilleurs titres comme "The Preacher", "The New Order", "Practice What You Preach" ou "Over The Wall", en fait pas mal des titres joués ce soir seront tirés des 3 premiers albums du combo.

    Setlist INQUISITION : Force Of The Floating Tomb / Nefarious Dismal Orations / Command Of The Dark Crown / Those Of The Night / Embraced By The Unholy Powers Of Death And Destruction / Summon The Winds Of Fire (For The Burning Of All Holiness) / Desolate Funeral Chant / Master Of The Cosmological Black Cauldron / Astral Path To Supreme Majesties / Infinite Interstellar Genocide

    Setlist OBITUARY : Stinkupuss / Intoxicated / Bloodsoaked / Body Bag / Visions In My Head / Violence / Chopped In Half / Turned Inside Out / Back To One / I'm In Pain / Slowly We Rot

    Setlist TESTAMENT : Rise Up / The Preacher / More Than Meets The Eye / Native Blood / Dark Roots Of Earth / Into The Pit / The New Order / Practice What You Preach / Over The Wall / D.N.R. (Do Not Resuscitate) / 3 Days In Darkness

    INQUISITION_Motocultor 2014
    INQUISITION
    OBITUARY_Motocultor 2014
    OBITUARY
    BELPHEGOR_Motocultor 2014
    BELPHEGOR
    TESTAMENT_Motocultor 2014
    TESTAMENT

    C’est donc un bilan très positif pour cette 7ème édition du MOTOCULTOR, un public encore plus nombreux puisqu’aux dernières news , encore plus d’entrées que l’édition précédente, seule petite ombre au tableau : un peu trop de groupes Punk le samedi ; allez messieurs les organisateurs, n’hésitez pas à programmer du Thrash, Heavy Metal et Black en abondance pour la prochaine édition.

    Report & photos : CeD


    votre commentaire
  • ALCATRAZ 2014

    ALCATRAZ FESTIVAL
    8 & 9 Août 2014 - Courtrai (BE)



    Vendredi 8 août 2014
    DIABLO BLVD / AVATAR / HELLYEAH / LACUNA COIL / LIFE OF AGONY / CRADLE OF FILTH / MARILYN MANSON

    C'est par une météo peu engageante que nous nous dirigeons vers la Belgique et la bonne ville de Courtrai qui accueille ce second weekend d'Août l'ALCATRAZ FESTIVAL. Après une attente un peu longue, nous pénétrons enfin dans l'enceinte du festival alors que les Belges de DIABLO BLVD se démênent déjà sur scène pour tenter de convaincre un public encore assez clairsemé. Leur Metal/Hard Rock moderne qui semble influencé de groupes ricains comme FIVE FINGER DEATH PUNCH passe plutôt bien mais ne laissera pas non plus un souvenir impérissable....

    On reste dans un Metal moderne avec les hurluberlus d'AVATAR, et à voir les festivaliers se masser devant la scène, les Suédois semblent attendus. Forts d'un nouvel album sorti récemment, c'est tout naturellement que celui-ci se retrouve à l'honneur avec 4 titres joués. C'est d'ailleurs avec le très efficace titre éponyme "Hail The Apocalypse" que le groupe démarre son set... Mené par le clownesque Johannes Eckerström qui ne manque pas de charisme, AVATAR délivre un set impeccable parfaitement maitrisé qui a visiblement conquis une bonne partie du public du ALCATRAZ. Entre ambiances étranges et malsaines, AVATAR ont su convaincre le public qu'ils n'étaient pas que des clowns mais bel et bien un solide band avec lequel il va falloir compter à l'avenir...

    Setlist AVATAR : Hail The Apocalypse / Vultures Fly / Ready For The Ride / Let It Burn / Bloody Angel / Paint Me Red / Tsar Bomba / Smells Like A Freakshow

    AVATAR_Alcatraz_E.Andres

    Ce sont ensuite les Texans d'HELLYEAH qui foulent la scène du ALCATRAZ FESTIVAL. Le groupe, dont les leaders ne sont autres que Vinnie Paul (ex-PANTERA) et Chad Gray (MUDVAYNE), va exécuter un set sans temps mort. Faisant preuve d'une grande présence scènique, Chad Gray arpente la scène en long, en large et en travers. Le chanteur à la crête rose ne s'économise pas, il donne tout ce qu'il a, à l'inverse du guitariste Tom Maxwell, très discret et en retrait... Le Groove Metal du combo passe impeccablement, nous livrant un show énergique et remuant. On regrettera cependant que le public soit resté bien timide durant ce set pourtant intense.

    Setlist HELLYEAH : Cowboy Way / Matter Of Time / Sangre Pro Sangre (Blood For Blood) / Demons In The Dirt / Drink Drank Drunk / Cross To Bier (Cradle Of Bones) / Band Of Brothers / Dmf / You Wouldn’t Know / Hellyeah !

    HELLYEAH_Alcatraz_E.Andres

    Les Italiens de LACUNA COIL vont ensuite jouer de malchance, la pluie redouble durant leur set et c'est sous des trombes d'eau que le groupe de la belle Cristina Scabbia va devoir exécuter un concert qui se révèlera pourtant fort convaincant. Bravant les conditions météorologiques desastreuses, la chanteuse se donne à fond, et même plus, pour donner à ce public courageux ce qu'il mérite. Au final, malgré des conditions défavorables, LACUNA COIL nous aura fait passer un excellent moment... Il n'y a plus qu'à espérer que la pluie cesse enfin pour la suite des évenements...

    ... et ce sera effectivement le cas puisque c'est un léger soleil qui accueillera la prestation de LIFE OF AGONY, le groupe dont le chanteur a changé de sexe, Keith Caputo s'étant désormais transformé en Mina Caputo qui d'ailleurs en jouera, adressant au public un "Do you wanna see my tits ?, Do you wanna see my dick ?"... Quoi qu'il en soit, c'est la musique qui prime, et sur ce point LIFE OF AGONY ne décevra pas, les musiciens sont visiblement en grande forme et vont délivrer un set aux allures de best of des plus efficace qui ravira l'assistance.

    Setlist LIFE OF AGONY : River Runs Red / This Time / Method Of Groove / Other Side Of The River / Bad Seed / Respect / Love To Let You Down / My Eyes / Lost At 22 / Weeds / I Regret / Through And Through / Underground

    LIFE OF AGONY_Alcatraz_E.Andres

    C'est un public plutôt compact qui se presse maintenant devant la scène pour l'arrivée de CRADLE OF FILTH et de son Symphonic Black Metal. Le groupe va délivrer ce soir une prestation en demi-teinte, Dani Filth peine sur la durée du set à maintenir son niveau vocal, et il faut bien reconnaitre que son chant peut, à la longue, en irriter certains avec ses cris stridents suraigus qui pourront agacer les moins réceptifs à la musique du combo British. De plus , le son, notamment en façade, n'est pas des plus clairs, ce qui n'aidera pas non plus à pénétrer l'univers Cradleien.

    Setlist CRADLE OF FILTH : At The Gates Of Midian / Cthulhu Dawn / A Dream Of Wolves In The Snow / Summer Dying Fast / The Principle Of Evil Made Flesh / Beneath The Howling Stars / For Your Vulgar Delectation / Haunted Shores / Nymphetamine (Fix) / Norn In A Burial Gown / Cruelty Brought Thee Orchids / Her Ghost In The Fog

    CRADLE OF FILTH_Alcatraz_E-Andres

    Il est maintenant temps d'accueillir la tête d'affiche de ce premier jour : MARILYN MANSON. De nombreux fans ont fait le déplacement jusqu'à Courtrai pour soutenir le Révérend mais force est de reconnaitre que MANSON a un peu perdu de sa superbe, on est loin aujourd'hui du personnage "dangereux" qu'il incarnait du temps d'Antichrist Superstar, il y a bien longtemps que MANSON ne fait plus peur à personne. On reste finalement sur notre faim, avec cette impression que le chanteur assure le minimum syndical et rien de plus ! Peu communicatif avec le public qui pourtant participe, il se contente d'interpréter la plupart des titres qui ont fait son succés : "Disposable Teens", "Get Your Gunn", "mObscene", "The Dope Show"..., mais ça manque de réelle conviction ! Après 1h15 de show, "Antichrist Superstar" et "The Beautiful People" nous sont livrés en guise de rappel avant que MANSON ne quitte la scène sans le moindre regard pour son public, une attitude hautaine de "Rock star" detestable.

    Setlist MARILYN MANSON : Requiem (Mozart) / Angel With The Scabbed Wings / Disposable Teens / No Reflection / Hey, Cruel World... / Get Your Gunn / Personal Jesus (Depeche Mode Cover) / mOBSCENE / The Dope Show / Rock Is Dead / Tourniquet / Sweet Dreams (Eurythmics cover) / This Is The New Shit / Irresponsible Hate Anthem / Antichrist Superstar / The Beautiful People

    MANSON_Alcatraz_E-Andres

    C'est donc sur cette note quelque peu négative que se termine cette première journée du ALCATRAZ FESTIVAL, il est temps pour nous d'aller prendre un repos bien mérité avant l'affiche particulièrement alléchante qui nous attend demain...

     

    Samedi 9 Août 2014
    FOUR BY FATE / TOXIC / XENTRIX / PRONG / ARCH ENEMY / SACRED REICH / CHANNEL ZERO / W.A.S.P. / TWISTED SISTER

    Pour débuter cette seconde journée, quoi de mieux que le Rock'N'Roll des Américains de FOUR BY FATE pour mettre le public en condition. Si le nom de ce groupe ne dit probablement pas grand-chose au plus grand nombre, il n'en est pas moins constitué de vieux briscards de la scène Hard Rock et Metal, à commencer par Tod Howarth et John Regan, tous deux ex-membres de FREHLEY'S COMET, Stet Howland, ex-batteur de W.A.S.P et Sean Kelly, ex-HELIX, CRASH KELLY. Les Ricains nous gratifieront de quelques reprises bien senties comme du BEATLES, du CHEAP TRICK et bien sûr du FREHLEY'S COMET... et même si les musiciens sont assez statiques, ils n'en délivrent pas moins un set agréable, efficace et sans prise de tête.

    L'ALCATRAZ marque ensuite un virage résolument Thrash avec l'arrivée de TOXIC, groupe New Yorkais récemment reformé. Vous vouliez du old school, en voici ! Et même si son retour aux affaires ne remonte qu'à 2013, le groupe n'est visiblement pas rouillé et balance un set qui envoie, tout juste pourrons nous déceler quelques légères approximations au niveau vocal, mais rien de bien méchant, rassurez vous. Un retour plutôt réjouissant que celui de TOXIC, d'autant qu'un nouvel album est dans les tuyaux et devrait voir le jour courant 2015.

    Setlist TOXIK : Spontaneous / Social Overload / Heart Attack / Too Late / Door To Hell / Greed / Haunted Earth / Victims / Breaking Class / World Circus / False Prophets / Think This

    XENTRIX prend ensuite le relais et on reste dans le domaine du Thrash old school. Fort d'une carrière avoisinant les trente ans, les Britanniques font parler l'experience et délivrent un set carré, démontrant qu'ils n'ont rien perdu de leur force de frappe. Nos gaillards font preuve d'une très bonne présence scènique et leur Thrash, fortement influencé des premiers METALLICA, passe très bien en live. Un très bon set de la part de XENTRIX qui aura su faire passer un agréable moment à un public désormais bien chaud.

    On continue toujours dans une veine Thrash avec les New-Yorkais de PRONG, mais cette fois-ci un Thrash plus foncièrement mid tempo et groovy. Les Américains nous balancent un Thrash puissant empreint de Hardcore et d'une touche Indus'. La bande à Tommy Victor va nous délivrer une prestation fort énergique, à l'image de son remuant bassiste, Jason Christopher, véritable pile electrique, qui contribuera grandement à mettre l'ambiance sur scène. PRONG nous offre un set punchy bien percutant et relativement intense qui n'aura aucun mal à convaincre un public plutôt receptif au Metal du trio ricain.

    Setlist PRONG : Beg To Differ / Eternal Heat / Lost And Found / Unconditional / Rude Awakening / Turnover / Carved Into Stone / Revenge...Best Served Cold / Another Worldly Device / Whose Fist Is This Anyway? / Snap Your Fingers, Snap Your Neck / Power Of The Damager

    PRONG_Alcatraz_E.Andres

    C'est maintanant à ARCH ENEMY d'envahir la scène avec leur Melodic Death Metal. Les Suédois, dont la réputation n'est plus à faire, sont visiblement attendus. Désormais emmenés par Alyssa White-Gluz (ex-THE AGONIST) en remplacement d'Angela Gossow au chant, la vocaliste aux cheveux bleus a vite fait de nous rassurer, la Canadienne a, semble-t-il, rapidement trouvé ses marques et assure son rôle de frontwoman à la perfection, soutenue comme il se doit par des musiciens de grand talent. La température a désormais bien montée dans la fosse et c'est l'effervescence dans le public, ça slame, les circle-pits se forment, encouragés par Alyssa décidément très communicative. La miss a su se faire accepter des fans, ce qui n'était pas forcément gagné d'avance vu l'attachement que portait le public pour sa prédécésseuse. Toujours est-il qu'ARCH ENEMY a, aujourd'hui, plus que convaincu, nous offrant un show absolument E-N-O-R-M-E !!!

    Setlist ARCH ENEMY : Yesterday Is Dead And Gone / War Eternal / Ravenous / My Apocalypse / You Will Know My Name / Bloodstained Cross / As The Pages Burn / Dead Eyes See No Future / No Gods, No Masters / We Will Rise / Nemesis / Fields Of Desolation

    ARCH ENEMY_Alcatraz_E.Andres

    Après la baffe assénée par les Suédois, on repart en territoire old school avec le Thrash des vétérans de SACRED REICH, et le moins que l'on puisse dire, c'est que les gars de Phoenix sont en grande forme. Visiblement heureux d'être là, c'est un set placé sous le signe de la bonne humeur que nous délivre SACRED REICH, à l'image du jovial Phil Ridd qui n'arrête pas de plaisanter entre les morceaux... Nos Américains n'en délivrent pas moins un set d'excellente qualité, énergique et d'une efficacité imparable. La setlist, plutôt équilibrée, passe en revue les classiques que sont Ignorance, The American Way, Surf Nicaragua et Independent, de quoi ravir les nombreux fans présents, heureux de retrouver leurs titres favoris exécutés avec une vraie conviction qui fait plaisir à voir... SACRED REICH a su prouver que malgré les années il a toujours la gniaque et qu'il faut toujours compter avec lui. Incontestablement un des grands moments de cette 7ème édition du ALCATRAZ FESTIVAL.

    Setlist SACRED REICH : Independent / One Nation / Love...Hate / Ignorance / Death Squad / Crimes Against Humanity / Who's to Blame / Free / War Pigs (Black Sabbath cover) / The American Way / Surf Nicaragua

    SACRED REICH_Alcatraz_E.Andres

    Si un groupe est attendu, c'est bien CHANNEL ZERO. Initialement programmé lors de l'édition 2013, le combo avait du annuler sa participation pour les raisons que l'on connait tous. Après avoir observé une minute de silence en mémoire de leur regrétté batteur, le show peut commencer, et disons le tout net, ça va ramoner sévère ! C'est un set impressionnant de puissance que va donner CHANNEL ZERO, enchainant quasiment sans temps mort titres extraits de son excellent dernier album Kill All Kings et morceaux emblématiques de sa déjà longue carrière. C'est un vrai plaisir de retrouver le groupe en aussi grande forme alors qu'il y a un an l'avenir de CHANNEL ZERO paraissait des plus incertain. Le groupe s'est donné à fond pour rendre le plus bel hommage qu'il soit à Phil Baheux... Il ne fait aucun doute que l'ombre du batteur planait sur Courtrai aujourd'hui.

    Setlist CHANNEL ZERO : Intro + Suck My Energy / Unsafe / Dark Passenger / Kill All Kings / Ego / Hot Summer / Fools Parade / Bad To The Bone / Electronic Cocaïne / Duisternis / Help / Man On The Edge / Black Fuel

    CHANNEL ZERO_Alcatraz_E.Andres

    Place maintanant à W.A.S.P. et au charismatique Blackie Lawless qui vont nous asséner leur Hard Rock simple mais ô combien efficace. Avec une setlist axée autour des cinq premiers albums, W.A.S.P. s'assure de convaincre le public, balançant classique sur classique. Si la première partie du set fait la part-belle aux incontournables que sont par exemple "L.O.V.E. Machine", "Wild Child" ou "I Wanna Be Somebody", la seconde partie se concentre sur le cinquième opus du groupe, The Crimson Idol, avec un medley comprenant "The Invisible Boy", "I Am One" et "The Gypsy Meets The Boy" avant que le groupe ne nous quitte avec "The Idol" et "Blind In Texas". Les Américains ont délivré ce soir un très bon set, on regrettera toutefois que pas le moindre extrait d'Inside The Electric Circus n'est été joué et surtout l'absence du fameux "Animal (Fuck Like A Beast)", pourtant un titre emblématique de W.A.S.P.. Même après plus de 30 ans de carrière, W.A.S.P. et son leader sont toujours au meilleur de leur forme, j'en veux pour preuve ce set dynamique fort convaincant que le groupe a livré aujourd'hui !

    Setlist W.A.S.P. : On Your knees /The Torture Never Stops/The Real Me (Medley) / L.O.V.E. Machine / Wild Child / Sleeping (In The Fire) / Forever Free / I Wanna Be Somebody / The Titanic Ouverture (sample) / The Invisible Boy/I Am One/The Gypsy Meets The Boy (Medley) / The Idol / Blind in Texas

    L'ALCATRAZ FESTIVAL touche à sa fin et il est maintenant temps d'accueillir TWISTED SISTER pour un set qui va se révèler en tous points E-N-O-R-M-E. Cette année le groupe célèbre les 30 ans de Stay Hungry, album incontournable s'il en est, celui-ci va donc trouver une place de choix dans la setlist, et ce pour le plus grand plaisir des fans, la quasi intégralité de l'album sera jouée ce soir, seul "Don't Let Me Down" et "The Beast" passent à la trappe.

    TWISTED SISTER_Alcatraz_E.Andres_(2)

    Dee Snider est déchainé, portant à lui seul le set sur ses épaules, non que ses camarades déméritent, loin de là, mais le frontman impressionne par son aisance, tant vocalement que scèniquement Dee Snider est impérial. Après une intro au son du mythique "It's A Long Way To The Top..." d'AC/DC, "Stay Hungry" vient mettre en joie le coeur des fans, les Américains vont nous délivrer un set endiablé où les classiques se succèderont, avec en point d'orgue l'imparable "We're Not Gonna Take It" qui fera basculer la foule dans la folie la plus complête et sera repris à gorges déployées par une assistance complètement acquise à la cause du combo ou encore "I Wanna Rock" transformé pour l'occasion en "I Wanna Fuck" par Mark Mendoza... Aujourd'hui encore, TWISTED SISTER n'a pas failli à sa réputation et nous a délivré ni plus ni moins que le meilleur show de cette 7ème édition du ALCATRAZ FESTIVAL ! Absolument grandiose !!!

    Setlist TWISTED SISTER : Stay Hungry / The Kids Are Back / You Can't Stop Rock 'n' Roll / Captain Howdy / Street Justice / We're Not Gonna Take It / Shoot 'Em Down / I Believe In Rock 'n' Roll / Under The Blade / The Fire Still Burns / The Price / Burn in Hell / I Wanna Rock / Rappel : We're Not Gonna Take It (refrain) / S.M.F. / We're Not Gonna Take It (refrain)

    TWISTED SISTER_Alcatraz_E.Andres_(3)

    C'est donc sur cette conclusion en apothéose que se termine cette 7ème édition du ALCATRAZ FESTIVAL qui fut une nouvelle fois une pure réussite. Une organisation sans faille, une fréquentation toujours en hausse, ce sympathique festival devient au fil des années un incontournable rendez-vous des amoureux de Metal ! Nous, on vous donne d'ores et déjà rendez-vous les Samedi 8 & Dimanche 9 Août 2015 pour la huitième édition...

    Report : Evil Son
    Photos : Eric Andres (Riff d'Enfer )


     


    votre commentaire
  • LES METALLURGICALES 2014

     

    LES METALLURGICALES
    7 Juin 2014 - Denain (Complexe Sportif)

    DESTRUCTION - THE HAUNTED - CRUCIFIED BARBARA - BLACKRAIN - SUPURATION - T.A.N.K.



    Sixième édition pour Les Metallurgicales, ce festival créé par le regrétté Patrick Roy, député-maire de Denain et ardent défenseur de notre musique préférée, festival aujourd'hui repris en main par Nord-Forge. Au programme de cette cuvée 2014, 3 groupes made in France et 3 groupes internationaux aux styles allant du Mélo-Death au Thrash en passant par le Hard Rock et le Glam... En gros, une affiche variée pour une journée qui s'annonce déjà des plus réussies...

    Pour ouvrir les hostilités, et le mot est faible, les franciliens de T.A.N.K. reviennent à Denain après leur prestation remarquée de l'an passé. Même si le public est encore peu nombreux quand le groupe monte sur scène, Raf Pener et ses acolytes vont, dès le très énergique "The Raven's Cry" d'ouverture, se donner à fond. Le show est bien rodé et le Modern Mélo-Death du combo passe comme une lettre à la poste auprès des spectateurs. Les désormais classiques "Inhated", "T.A.N.K. 09" et autres "Beautiful Agony" ou "Disturbia" sont autant de coups de massue assénés par des musiciens à la maitrise technique irréprochable. Le public est à 100% derrière le groupe et répond à la moindre des sollicitations de Raf... Les premiers circle-pits et autres walls of death se forment, ce qui n'est pas pour déplaire à nos Parisiens qui en remettent une couche avec une fort agréable cover du "Walk" de PANTERA parfaitement exécutée à la sauce T.A.N.K.. Le groupe finira de nous achever avec l'incontournable "Brother In Arms" qui viendra mettre un terme à un set, une nouvelle fois, particulièrement intense.

    Setlist : The Raven's Cry / Inhated / T.A.N.K 09 / Beautiful Agony / Through The Disgrace / Walk (Pantera Cover) / Cryptic Words / Disturbia / Brother In Arms

     

    LES METALLURGICALES - Denain - 7 Juin 2014 027
     

    Se faisant assez rare en live, les nordistes de SUPURATION vont à leur tour délivrer un très bon set, pas facile d'accès mais parfaitement exécuté. Le Death avant-gardiste et torturé du combo se révèle, en fait, plutôt hermétique mais n'en est pas pour autant dénué d'intérêt, bien au contraire ! Baigné dans une fumée omniprésente et des lights épileptiques qui contribuent à développer cette ambiance bien particulière à SUPURATION, nous assistons à un set hypnotique et envoutant mené par un groupe certes statique et peu communicatif mais néanmoins fort convaincant dans son interprétation. Côté setlist, nous aurons droit, outre deux extraits d'Incubation en ouverture, à l'intégralité (et dans l'ordre) de The Cube. Plus attentif que participatif, le public, novice ou curieux, sera sans doute resté perdu dans la brume qui englobait la scène, les autres, déjà connaisseurs de l'univers unique des nordistes, auront, à n'en point douter, pris un pied d'enfer....

    Setlist : The Old Mirror / Incubation / Prelude / The Elevation / Soul's Speculum / 138.JP.08 / The Cube / Through The Transparent Partitions / Spherical Inner-sides / The Accomplishment / 4TX.31B / The Dim Light

     

    LES METALLURGICALES - Denain - 7 Juin 2014 078
     

    Changement radical de style avec l'arrivée de BLACKRAIN, groupe décrié après son passage à l'émission TV La France a un Incroyable Talent. Les Savoyards aujourd'hui devenus Parisiens vont avoir fort à faire pour convaincre un public plutôt "extrême" loin d'être acquis à la cause de leur Glam Rock festif... Le décor est soigné : un immense backdrop aux couleurs du combo orne le fond de scène, des pieds de micro "customisés" à l'image de celui de Swan recouvert de roses, on se rend vite compte que BLACKRAIN ne laisse rien au hasard... Musicalement nous allons assister à un set solide, nos zicos sont bien en place et délivrent dès "Death By Stereo" un Glam d'excellente facture, énergique et entrainant, qui ne demande qu'a être repris en choeur par un public déchainé. L'ambiance est plutôt bonne dans la salle si l'on excepte quelques "petits branleurs" qui tentent de provoquer le groupe, ce qui ne manquera pas de révolter Dany Terbèche, le manager du groupe, qui viendra dire sa façon de penser au micro. Quoi qu'il en soit et malgré ce qu'en pensent leurs détracteurs, quand résonne "Burn' N Die" qui clot le set, il faut se rendre à l'évidence, BLACKRAIN a assuré un excellent concert. Ce groupe a vraiment quelque chose qui le place au dessus de la masse.

    Setlist : Death By Stereo / Dancing On Fire / Bad Love Is Good / Young Blood / Get A Gun / Dead Boy / Innocent Rosie / Blast Me Up / Overloaded / Oh Hey Hey Hey Hey / Rock Your City / Wild Wild Wild / Burn 'N' Die

     

    LES METALLURGICALES - Denain - 7 Juin 2014 171
     
     
    LES METALLURGICALES - Denain - 7 Juin 2014 187
     

    Il est maintenant temps d'accueillir CRUCIFIED BARBARA, et avouons que 4 donzelles, de surcroit mignonnes et qui balancent un bon Rock'n'Roll, ça le fait grave ! Et oui que voulez-vous on ne se refait pas, le metalleux aime le nichon (n'est-ce-pas mon bon Morbid S.) c'est comme ça ! Nos quatre Suédoises vont exécuter un set énergique et puissant. Dès l'entame avec "The Crucifier" et "Play Me Hard" le ton est donné, ça va envoyer ! Le public est conquis et ne manque pas de se manifester pour soutenir nos rockeuses qui, visiblement, sont heureuses d'être là. La setlist fait la part-belle aux albums The Midnight Chase et In Distortion We Trust, seul "Sex Action" sera là pour représenter Til Death Do Us Party. Nous aurons également la primeur de deux nouveaux titres : "To Kill A Man" et "Sell My Kids For Rock'n'Roll" qui passent parfaitement le cap de la scène et laissent présager du meilleur quant au quatrième opus In The Red attendu pour la rentrée. Une nouvelle fois CRUCIFIED BARBARA a su séduire le public avec son fuckin' Heavy Rock sacrément bien envoyé... Merci Mesdemoiselles pour ce set revigorant !

    Setlist : The Crucifier / Play Me Hard / Shut You Mouth / Sex Action / To Kill A Man / Everything We Need / Losing The Game / Sell My Kids For Rock n' Roll / In Distortion We Trust / My Heart Is Black / Rock Me Like The Devil / Into The Fire

     

    LES METALLURGICALES - Denain - 7 Juin 2014 250
     
     
    LES METALLURGICALES - Denain - 7 Juin 2014 243
     

    Place ensuite à THE HAUNTED qui, avec son Modern Thrash/Death vindicatif, replace les débats en territoire extrême. Les Suédois, emmené par un Marco Aro fort communicatif, vont déployer toute la rage et l'énergie qu'ils ont en eux, le propos est particulièrement virulent et le public se déchaine. La setlist se veut plutôt équilibrée, même si les albums Versus (2008) et Unseen (2011) seront totalement occultés ce soir. Nous aurons néanmoins droit à trois nouveaux titres : "Eye Of The Storm", "My Enemy" et "Infiltrator" extraits du récent EP Eye Of The Storm et qui apparaitront également sur le nouvel opus, Exit Wounds, à paraitre le 25 Août prochain. Après "The Flood", "The Medication" et "The Guilt Trip", tous trois issus de The Dead Eye, les Suédois finiront de nous achever avec un rappel constitué des classiques "Undead" et "Hate Song"... THE HAUNTED laisse donc un public chaud bouillant avant l'arrivée de la tête d'affiche : DESTRUCTION.

    Setlist : Dark Intentions / Bury Your Dead / 99 / Silencer / Eye Of The Storm / Trespass / All Against All / My Enemy / In Vein / Hollow Ground / Infiltrator / D.O.A. / No Compromise / Bullet Hole / The Flood / The Medication / The Guilt Trip / Encore : Undead / Hate Song

    Après une attente qui parue une éternité, "Days Of Confusion" annonce enfin l'arrivée de DESTRUCTION sur scène. Cette légende du Thrash teuton va passer en revue sa longue discographie, piochant aussi bien dans ses classiques incontournables ("Mad Butcher", "Eternal Ban", "Life Without Sense", "Total Desaster", "Bestial Invasion") que dans ses titres les plus récents comme "Spiritual Genocide", "Carnivore" ou "Armageddonizer"... Schmier, en bon frontman qu'il est, fait preuve d'une bonne présence scénique, se montrant très mobile et communiquant pas mal avec le public, proposant même à l'assistance de choisir le morceau qu'elle souhaite voir exécuter, ce sera finalement l'incontournable "Total Desaster" qui remportera les suffrages des fans. De son côté Mike Sifringer enchaine riffs et soli télluriques tandis que, derrière ses fûts, le furieux Vaaver bastonne comme si sa vie en dépendait. Une heure de Thrash 100% old school aura suffit à mettre tout le monde d'accord... on se dit alors que DESTRUCTION se fait bien trop rare en France.

    Setlist : Days Of Confusion / Thrash Till Death / Spiritual Genocide / Nailed To The Cross / Mad Butcher / Armageddonizer / Eternal Ban / Life Without Sense / Release From Agony / Carnivore / Total Desaster / Bestial Invasion / Encore : Curse The Gods / The Butcher Strikes Back

     

    LES METALLURGICALES - Denain - 7 Juin 2014 293
     

    C'est ainsi que s'achève cette sixième édition des Metallurgicales qui fut une nouvelle fois une réussite. Merci à Nord-Forge d'avoir repris l'organisation, permettant ainsi à ce festival de perdurer !


    Report & Photos : Nono666

     


    votre commentaire
  • BLACKBART+FREAK SHOW_Lille_07-06-2014

    BLACKBART + FREAKSHOW
    Lille - Midland - 7 Juin 2014



    Après un samedi placé sous le signe d'un soleil réchauffant le moral, nous voilà parti en direction de Lille et plus particulièrement du Midland où nous attendent BLACKBART et FREAKSHOW. Le temps d'avaler une "rock'n'roll" pizza bien goutue et hop nous rejoignons le bar/concert. Echanges de coutume avec les zicos, surtout les amis de BLACKBART car à cette heure-ci nous ne connaissons pas encore les FREAKSHOW (tant humainement que musicalement), mais cette lacune sera bien honorablement comblée et avec un réel plaisir de sympathie communicative.

    C'est donc le combo de la région parisienne qui ouvrira les hostilités, Twans Lowan (chant), Sid Monroe et Jay Lokken (Guitares et choeurs), Jim Darklow (Basse) et Sticky (batterie, ce dernier ayant quitté le groupe juste après pour de nouvelles aventures) font preuve d'une forme qui ne cessera d'augmenter au fil du set. Seules quelques vidéos m'ont permis une première approche du groupe et ce sera d'une part la remarquable prestation de ce soir et d'autre part l'écoute après coup du CD qui achèvera de me séduire car c'est du bon, du très bon ! 12 titres soit la presque totalité de l'album Change Ur Life, 2 reprises festives et calibrées pour asseoir le tout, que demander de plus ?

    FREAKSHOW_6_07062014

    Premier missile: "Freakshow" qui  fait office de mise en bouche parfaite, de suite la touche "ça va claquer" est présente, musicos qui envoient, voix impec. "Black Star" confirme, "Hot Blooded" de FOREIGNER est nickel, précis, joué comme il se doit. Ca défile à la vitesse d'un char à voile sur la plage du Touquet. Même si le lieu ne se prête pas à un jeu de scène démoniaque, petit à petit ça se met en place, tout comme la sauce que nous propose ces musiciens de talent ; Twans Lowan est un excellent chanteur, vocaux "high quality", son intro sur "Rock'n'Roll Star" en dit long sur son potentiel, extra, quelle voix ! Les titres s'enchainent, "Clouds Killer", morceau dont je raffole littéralement, annonce la fin du set qui sera ponctué par un "Long Live Rock'n'Roll" du regrétté Dio. Un titre qui reflète à lui seul l'esprit de FREAKSHOW, un Heavy/Hard US de bien belle facture.

    FREAKSHOW_4_07062014

    Stay Rock les amis, vous avez un talent communicatif qui mérite que l'on s'y intéresse de près. Excellente découverte de la soirée !

    Setlist : Freakshow / Black Star / Hot Blooded (Foreigner cover) / Whitechapel / Gods Of Rock / Rockin Fuckin Rollin / Girls Gone Wild / Rock'n'Roll Star / Tll The Morning Dawn / Runaway Train / Clouds Killer / Long Live Rock'n'Roll (Dio cover)

    Changement de matos et BLACKBART, les pirates régionaux, sont fin prêts pour continuer cette belle soirée. Leur CD tant attendu Nous trinquerons avec la Mort est enfin là et c'est une nouvelle fois l'occase pour nos amis de distiller leurs nouvelles compos certes déja bien rodées en live mais fêtant, si je peux dire, l'arrivée bien mouvementée de la galette. Line up soudé composé de Babass (chant/basse), Zozio (guitare/chant), Rudd (guitare) et Marco (batterie) pour une déferlante de bonne humeur digne des tavernes de pirates d'antan !

    BLACKBART_1_07062014

    Nos flibustiers mettent le feu aux poudres avec "N'abdique jamais" (pour sûr que non !!!), le fil conducteur sera bien évidemment le nouvel opus avec "Conquistadors", "Vision", "Trader Crash", "Nous trinquerons avec la Mort" entre autres mais "Voodoo", hymne incontournable, sera présent et dynamite bien les esgourdes ! Bien en jambe tel un sprinter aux J.O, le groupe "n'abdique jamais" (oui je sais, facile !) et continue de balancer son Hard/Heavy avec brio. "Satan déprime" est joué pile poil comme on l'attendait, une des plus belles interprétations que j'ai pu entendre de ce titre. Ca sent la bonne humeur, toujours heureux les gars, ça riffe, ça tape des toms, ça gicle, ça festoie ! On sent bien la communion entre les zicos, un concert de BLACKBART est toujours un pur moment de bonne humeur, d'ailleurs le père Zozio n'hésite pas à descendre de son estrade pour une petite balade parmi les aficionados, Babass quand à lui, semble monter les escaliers à chaque changements via son multi-effets placé un poil en hauteur, sourires communicatifs de Marco et Rudd, "what else ?" comme dirait le père George !!!. Le set sera un poil écourté car la marée-chaussée lilloise veille au grain ! Il serait bien dommage que l'un des rares bar concert du coin voit ses portes définitivement fermé ! merde alors ! Pas de bol pour nous, 3 titres passeront à la trappe dont un inédit instrumental "Canewydd-bach" mais qu'importe, nos pirates ont une nouvelle fois fait mouche... Trinquons avec BLACKBART...!

    Setlist : N'abdique jamais / Conquistadors / A New Hope / Vision / Satan déprime / Trader Crash / Nous trinquerons... / Voodoo / Cyclone / Les sirènes

    BLACKBART+FREAKSHOW_07062014


    Certes la concurrence était rude ce soir avec les Métallurgicales et sa belle affiche mais comme d'hab on ne peut que déplorer le public quelques peu clairsemé, un long débat.... Toujours est-il que nous avons découvert un groupe super efficace et sympa comme tout : FREAKSHOW, avec lequel les échanges furent conviviaux, chaleureux et fort intéressants. Les amis de BLACKBART furent, quand à eux, fidèles à leurs habitudes, impeccables et d'une "top" jovialité, Une "sacrée soirée" comme dirait Jean Pierre !!! Je rajouterais, une belle affiche, communicative, humaine et musicale.

    Report & Photos : Nigel Stargazer

     


    votre commentaire
  • LEZARD'OS METAL FEST 2014

    LEZARD’OS METAL FEST
    08, 09 & 10 mai 2014 – Matignicourt (Château Goncourt)



    Annoncé depuis des mois, nous y voici, première édition du LEZARD’OS METAL FEST organisé par Lezard’Os, également à l'origine du Evening Of Metal dont nous vous parlons depuis plusieurs années sur ce site. Ce premier épisode est placé sous le signe de la masculinité mise sur la table car soyons clairs, beaucoup ont déclaré Yan (l’homme qui se cache derrière cette association) comme fou. Pour notre part, disons simplement que que le gars a des couilles énormes pour oser proposer un tel évènement dans une région aussi ravagée en matière de public Metal. Avec de la persévérance et un bon coup de main de certaines associations aux alentours (DT Prod de Chalons En Champagne ou Metalphizik de Verdun par exemple) et d'une poignée de bénévoles, l’affiche peut se tenir malgré une météo très peu clémente. En effet, seule la journée du vendredi sera épargnée par la pluie, une pensée va donc directement aux courageux campeurs (environ 200 personnes) présents jusqu’au bout, respect !

    En arrivant à l'entrée du festival, on constate d’entrée que ce n’est pas la bousculade pour accéder au parking 1 journée, mais signalons de suite l’organisation sans faille de Lezard’Os, en tout cas de ce que l’on a pu constater. Et si manque il y a eu, le public, lui, n’en n’a absolument pas pâti. Le temps de récupérer le sésame et nous voici sur le site où c’est DIARY OF DESTRUCTION qui réchauffe un public clairsemé, chronique d’un week-end en enfer...


    JOUR 1 : Die Hard – Piège d’eau

    DECAPITATED / PESTILENCE / MORTUARY / SETH / THE BETRAYER’S JUDGEMENT / ANCIENT ASCENDANT / DIARY OF DESTRUCTION / KAM TALIUM / SHREDDING SANITY / GHORD / METAL BATTLE – Wacken Contest

    Nous arrivons donc sur le site très agréable du château Goncourt où régulièrement des affiches Rock / Hard Rock se tiennent, un endroit pas du tout inconnu pour certains donc. Les deux scènes où les groupes vont alterner sont à la perpendiculaire l'une de l'autre, séparées par un édifice religieux comme il en existait dans les anciens domaines. DIARY OF DESTRUCTION termine son set lors de notre arrivée. Le groupe nous propose un Metal Moderne très calibré alternant voix claires et growls, on ne sera pas marqué par l’originalité du combo qui a la difficile tache de réchauffer un public très clairsemé.

    Sur l’autre scène, la plus petite des deux (soyons honnêtes, cela se joue à peu de choses...), qui est en place de façon permanente sur le site, c’est ANCIENT ASCENDANT qui prend la relève, les Anglais, en tournée avec PESTILENCE et SETH, ne réussissent pas forcément à allumer la flamme plus que leurs prédécesseurs, il faut dire que leur Death lancinant pas original pour un sou, accompagné d'une prestation statique manquant d’entrain de la part du groupe un brin poseur n'aide pas. Les quelques sonorités Black du combo peuvent nous faire penser à AMON AMARTH et l'approche générale à HYPOCRISY, mais le tout est beaucoup trop fragile pour que ce groupe retienne notre attention plus que ça.

    ANCIENT ASCENDANT5

    Devant la pluie incessante, THE BETRAYER’S JUDGEMENT et son Metalcore ne réussiront pas à nous attirer vers eux, on reste à l’abri et on échange quelques mots avec des têtes que l’on connaît en attendant SETH qui monte sur la scène du Château pour la première prestation vraiment intéressante de la journée. Le groupe qui a opéré un come-back l’an passé avec l’album The Howling Spirit va naturellement en défendre des extraits ("Killing My Eyes") avec un chant qui a évolué vers de l’anglais alors que le groupe s’exprimait en Français à ses débuts, un très bon choix. La prestation est statique mais transpire une certaine tension, le côté sauvage de ce Black Metal prend le dessus sur les quelques ambiances que le groupe insuffle à sa musique. Bien entendu, quelques vieux titres sont également joués ("Die Weihe", "Acid Christ") et le groupe suscite une réaction du public qui ne se trompe pas sur l’énergie mise en œuvre alors que la fin de cette première journée jusqu’ici peu excitante nous guette.

    SETH

    Heureusement, il y a des fidèles soldats qui arpentent les routes depuis 25 ans sans que cela ne se ressente sur l’énergie qu’ils envoient sur scène, je veux parler de MORTUARY, que l’on a vu début mars, en salle, mais ce n’était qu’un apéritif comparé à la furie que ce combo va générer ce soir. Patrick GERMONVILLE est intenable derrière son micro, il enchaîne les morceaux sans faiblir et prend le public à la gorge. La pluie - pour le moment interrompue - a visiblement donné envie au public de bouger, une assistance d'ailleurs plus compacte que pour les groupes précédents. C’est que les Nancéens jouissent d’une petite renommée dans la région, non usurpée c’est certain. Le groupe pioche un peu dans toutes ses époques et comme le dit très justement son frontman, MORTUARY a toujours eu à cœur de mixer plusieurs styles dans sa recette et le nouveau titre, "Yesterdead" (également joué il y a 2 mois à Fismes), en est l’exemple parfait. La prestation est dynamique, directe, brutale et déclenche la meilleure ambiance de la journée, c’est mérité. Si vous n’avez encore pas vu ce groupe alliant le Grind, le Death ou le Thrash sur scène, vous savez ce qu’il vous reste à faire. Lorsque l’humilité rencontre le talent !

    Setlist MORTUARY : IntroCreate/Eradicate / The Memory Erasing Dreams / Negative / Yesterdead (nouveau morceau) / Cubikophrenic Delirium / Televiolence / Organ / Exit / Uprooted / Morbid Existence / G.O.D. / E.N.D. (Evolution Through Dead-End).

    MORTUARY

    Changement d’ambiance avec PESTILENCE, les Néerlandais vont nous proposer un show beaucoup moins festif. Mon dieu qu’il est difficile de prendre la suite tant les deux groupes sont à l’opposé l’un et l’autre dans tous les compartiments. L’énergie : est-il utile de décrire PESTILENCE sur scène ? Ce soir c’est statique, la soupe à la grimace, c’est qu’ils ne semblent pas apprécier l’accueil réservé par ce public qui commence à avoir froid. Non ce n’est pas un manque d’envie, c’est plutôt que l’on essaie de comprendre ce que les 2 guitares 8 cordes crachent dans la sono, les basses écrasent tout et on peine à distinguer les morceaux. Pire, la voix de Patrick MAMELI est d’une faiblesse incroyable, l’homme manque cruellement de stature. Voilà un groupe dont j’attendais beaucoup (et je n’étais pas le seul) mais la déception est tout aussi grande, espérons seulement que c’était une journée sans. Seul "Twisted Truth" réveille un peu les fans, il faut dire que l’on comprend beaucoup mieux ce que le groupe joue mais c’est déjà la fin. A peine quelques applaudissements : définitivement une journée difficile pour PESTILENCE.

    Setlist PESTILENCE : Intro / Obsideo / Neuro Dissonance / Echoes Of Death / Displaced / Prophetic Revelations / Horror Detox / Amgod / Laniatus / Devouring Frenzy / Soul Search / Necro Morph / Hate Suicide / Super Conscious / Sinister / Aura Negative / Resurrection Macabre / Twisted Truth.

    PESTILENCE

    Ce sont quelques 200 personnes qui seront finalement venues ce premier jour et on ne doit pas être bien loin du compte lorsque DECAPITATED monte sur la scène principale. Le groupe est bien rôdé et les poses bien étudiées de Rafal PIOTROWSKI peuvent paraître un brin too much. Pour autant il faut se souvenir d’où revient ce groupe dont seul Vogg (guitares) a survécu au line-up originel. Après avoir splitté à la suite de l’accident de route ayant coûté très cher à deux de ses membres dont Vitek qui décèdera de ses blessures, le Polonais réactive le groupe en 2009 après avoir intégré un temps le line-up de VADER. Si c’est pas un gars qui a la foi ça ! Toujours est il que sur scène, les musiciens gardent un sourire constant et ce malgré des problèmes techniques à répétition : la guitare s'éclipse à de nombreuses reprises, obligeant le reste du groupe, qui ne se démonte pas, à terminer dans une formule chant/basse/batterie déconcertante. Puis que lorsque le Charley de MÅ‚ody, nouvellement arrivé dans le groupe, montre lui aussi des signes de faiblesses ou que la basse de Pawel PASEK fait également quelques difficultés. DECAPITATED alterne habilement le Death old-school (assez rarement tout de même) avec des choses bien plus modernes. On regrettera d'ailleurs la trop forte présence de débuts de morceaux « à la MESHUGGAH », toute polyrythmie dehors ! la dynamique est bien présente, le professionnalisme aussi. Il ne manque qu’un liant, un supplément d’âme qu’il est difficile de demander à un groupe autant en proie aux changements de personnel incessants. A revoir dans des conditions plus stables, et avec un vocaliste moins poseur.

    Setlist DECAPITATED : Lying And Weak / Day 69 / Post (?) Organic / A View From A Hole / 404 / Pest / Homo Sum / Carnival Is Forever / Flash-B(l)ack / Way To Salvation / Spheres Of Madness.

    DECAPITATED

    Voilà cette première journée se termine, toujours sous la pluie, avec son lot de satisfaction, SETH, l’accueil des organisateurs, la buvette (sic !) mais le grand gagnant est MORTUARY. Déjà, on sent que le public n’a pas su répondre présent pour cette première édition mais il est temps de passer à l’horizontal, demain va être une dure journée.

     

    00_ligne



    JOUR 2 : Die Hard – 72 heures pour vivre

    LOUDBLAST / NIGHTMARE / CRYSTAL VIPER / NOW OR NEVER / SVART CROWN / SECRET SPHERE / NOEIN / SOUNDSTORM / JC JESS / GANG / ACHERUSIA / FATHER MERRIN / KRYZEES

    Deuxième journée. Les organisateurs espèrent voir le nombre de festivaliers augmenter mais ce sera peine perdue car, malgré la météo clémente (la seule journée du week-end !), l’affiche n’aura pas su attirer les foules. En effet, en ce vendredi, c’est plutôt le Heavy Metal qui est à l’honneur et cela débute par les Mosellans de KRYZEES. Étant sur scène avec FATHER MERRIN juste après KRYZEES, je n’assisterai pas à leur prestation. De même, et pour cause, impossible de rendre compte de la prestation de FATHER MERRIN, groupe dans lequel j’évolue, pour les curieux : www.fathermerrin.bandcamp.com. Pas plus de chance pour ACHERUSIA et son Black arrangé sur lequel une voix féminine vient se plaquer, puisque c’est l’heure de la descente de scène pour moi et c’est donc avec GANG que ma tâche de reporter débute en ce deuxième jour. Je connais particulièrement bien le groupe Marnais puisqu’il tourne très régulièrement dans les environs. Il délivre aujourd'hui le même show qu'au Delirium Fest début avril à Chalons En Champagne, tant au niveau de la setlist que de l’engagement des gaillards, toujours aussi heureux de pouvoir délivrer leur Heavy Metal teinté de Speed à une foule qui l’accueille de façon très positive. C’est qu’il y a du métier et de l’envie qui se dégage de cette prestation, le groupe enchaînant les titres de ses deux derniers albums dont Inject The Venom, le petit dernier en date, auxquels s’ajoute ce "Total Eclipse" plutôt bien retranscrit. Un vrai risque, car combien se sont cassé les dents en tentant de reprendre un titre de la Vierge de Fer ? Encore une fois, GANG a su conquérir le public.

    Setlist GANG : IntroAll The Fool Around / Chaos For Glory / Primal Reign / Skull’s Out Of Genocide / All Of The Damned / Total Eclipse (IRON MAIDEN cover) / Never Enough.

    GANG

    C’est ensuite JC JESS qui prend possession de la scène principale. Le Heavy Rock / Metal de l’ancien guitariste de NIGHTMARE est toujours aussi efficace, même si le groupe met l’accent sur ses titres un peu plus mainstream. Personnellement, les titres plus Heavy du début de carrière du grand blond me parlent un peu plus, à l’époque où ça lorgnait vers un BLACK LABEL SOCIETY. Désormais, le côté Américain l’emporte et cela a tendance à lisser un peu le niveau des titres, dommage ! Mais musicalement c’est toujours carré, toujours emprunt de bonne humeur, et puis JC JESS a quand même un charisme qui vous donne envie de rester devant la scène, une bonne prestation, très sympathique !

    JC JESS

    SOUNDSTORM s’apprête à monter sur scène et dès les line-check, on comprend que cela va être difficile à surmonter. Tout est kitsch dans ce groupe qui ne fédère pas vraiment un public hésitant face à ce croisement de FREEDOM CALL et de RHAPSODY. Et malheureusement ce n’est là que le début d’un trio magique avec NOEIN auquel je suis franchement allergique. Je préfère donc économiser mes tympans et n’apprécie le show que de très très loin, de même que pour SECRET SPHERE dont le Heavy Prog manque cruellement de charme, bien que ça joue sévère sur scène !

    SOUNDSTORM

    C’est alors que débarque SVART CROWN, groupe avec lequel je fais les montagnes russes. En effet, après avoir été agréablement surpris la première fois, lorsque je les ai revus l’année suivante, l’impact s’est révélé beaucoup moins destructeur. Aujourd’hui, c’est la première boucherie ! Le groupe est remonté comme un coucou et assène son Death Metal aussi brutal que lourd à une assistance qui semble adhérer au fur et à mesure du concert. Il faut dire que JB (chant, guitare) se donne à fond vocalement. Avec une très bonne mise en son, les Français ont réussi à marquer des points, c’est certain !

    SVART CROWN

    Et voici, LA déception de ce jour : NOW OR NEVER qui marque la rencontre d'un ex-guitariste de PRETTY MAIDS et du chanteur de NIGHTMARE, on imagine bien le résultat… Eh bien non ! Ce répertoire mid-tempo et mélodique façon DIO manque cruellement de magie. On relèvera en tout cas les qualités vocales de Jo AMORE qui, justement, en plus d'en avoir l'allure générale, prend des positions très inspirées de feu-Ronnie James DIO. Mais tout cela sent le club de vacances quand même. Avec un tel pédigrée, dommage que NOW OR NEVER n’essaie pas d’aller plus loin que l’album et quelques concerts occasionnels… Ou tant mieux pour NIGHTMARE !

    A l’origine, c’est TOKYO BLADE qui devait se produire sur ce créneau, mais ce sera finalement CRYSTAL VIPER, combo Heavy Metal venu de Pologne. Le public est assez surpris par Marta Gabriel, le petit bout de femme qui mène la troupe : « énorme » guitare vissée sur les épaules de la demoiselle, sang sur le visage, voilà une donzelle qui vit le Heavy Metal à fond et avec conviction, nous n’avons pas affaire ici à une poseuse mais à une die-hard. Ensuite, pour rester sur un plan purement musical - ce que certains auront du mal à faire comme à chaque fois qu’un Metalhead voit un semblant de sein ou de postérieur féminin, l’instinct primaire refait surface ! - ce Heavy Metal est bien daté et bourré de clichés. La voix de Marta, malgré des passages aigus qui impressionnent, n'est pas très puissante. Tout cela manque de peps, mais disons qu’à l’heure de l’apéritif, pourquoi pas...

    CRYSTAL VIPER

    Et revoici Jo AMORE mais avec NIGHTMARE ce coup-ci ! Et là les intentions sont claires, tout comme l'expérience. Le groupe va envoyer sa dose de Heavy / Power Metal, n’oubliant pas au passage de parler de son nouvel album The Aftermath, sortant quelques jours plus tard chez AFM Records. "I Am Immortal" et "Forbidden Tribe" sont donc proposés au public pour un résultat très encourageant, les Français ayant mis de la testostérone dans leur cocktail et, sur scène, ces titres passent très bien aux côtés de "Children Of The Nation", "Dawn Of Darkness" (extrait de Genetic Disorder). Mais le groupe profite aussi de la présence de son ancien guitariste, JC JESS (qui aidait bien Jo sur le chant également) que le chanteur présente comme « le mec le plus bourré du festival » pour un "Legions Of The Rising Sun" qui voit JC réussir avec brio les parties de chant malgré l’état d’ébriété avancée. Par contre, sans vouloir contredire Jo, j’ai un spécimen à côté de moi qui semble bien plus imbibé que le grand blond. La preuve, il réclame KREATOR sur fond de rappels qui n’auront jamais lieu !

    NIGHTMARE 2

    La nuit est maintenant tombée, l’occasion d’apprécier le jeu de lumière de LOUDBLAST qui va nous assommer avec un début de show imparable.  Le nouvel album, Burial Ground, mais aussi l’activité télévisuelle de Stéphane « Nagui » BURIEZ (chant, guitare) – c'est indéniable même si on ne peut (on ne doit ?) surtout pas réduire l’homme à cela - ont réussi à remettre encore un peu plus le groupe sur le devant de la scène. Mais attention, cet état de grâce vaut surtout par la qualité visible du petit dernier. L’influence de TRIPTYKON, que Morbid S soulignait dans sa chronique dudit album en ces pages, est indiscutable sur scène également. Le crâne fumant du guitariste-chanteur démontre sa débauche d’énergie, et il sait s'y prendre pour maintenir un public en éveil. Pourtant, il faut reconnaître qu’avec "Taste Me" (extrait du tiédasse Fragments), le concert retombe un peu en intensité, et l'on voit défiler les errances stylistiques du groupe là où on aurait aimé que LOUDBLAST appuie dans la veine de son dernier album. Mais les fans ne cracheront pas sur les "Sublime Dementia" ou "Cross The Treshold", classiques ultimes du groupe. LOUDBLAST gagne assez largement la bataille de cette journée dont la concurrence n’était tout de même pas très féroce. On aura vu Stéphane BURIEZ arpenter le site du LEZARD’OS les trois jours durant, taillant le bout de gras bien volontiers et posant pour la photo-souvenir avec tous ceux - même les plus lourds et imbibés - qui le sollicitent. Chapeau Monsieur BURIEZ pour cela.

    Setlist LOUDBLAST : IntroSteering For Paradise / Flesh / Emptiness Crushes My Soul / From Dried Bones / Never Endin’ Blast / No Tears To Share / Frozen Moments Between Life And Death / Abstract God / The Bitter Seed / A Bloody Oath / Taste Me / The Horror Within / Sublime Dementia / Cross The Treshold / My Last Journey.

    LOUDBLAST

     

    00_ligne


    JOUR 3 : Die Hard – Une soirée en enfer

    NAPALM DEATH / ONSLAUGHT / ASPHYX / BENIGHTED / GOROD / KRONOS / OTARGOS / NIGHTCREEPERS / DEFICIENCY / HEART ATTACK / DEMENTED / DEATH DECLINE / UNCHAINED / BLAME

    On le sait, sur un festival, le troisième jour est le plus difficile moralement et physiquement. Heureusement pour le moral, j’ai eu la chance de pouvoir retrouver mon lit tous les soirs mais physiquement, les yeux commencent à retrouver les balloches noires habituelles, les jambes ne sont plus aussi vives et le foie peine à retrouver avec enthousiasme la nourriture et la boisson traditionnelle de tout festival. L’occasion quand même de féliciter l’équipe s’occupant du côté cuisine, tant au niveau des groupes que des festivaliers ! La bonne humeur et la sympathie de ces bénévoles a vraiment permis de faire de ces trois jours un moment vraiment agréable. De plus, côté alimentation tout comme côté boisson, l’organisation avait misé sur un peu de diversité, avec raison d’ailleurs. Après ce point culinaire sponsorisé par Jean Pierre COFFE, revenons à la musique…

    Lorsque  nous  arrivons sur le site, HEART ATTACK termine son set. Le groupe semble avoir fait un certain effet au public avec son Metal à tendance moderne. On constate d'ailleurs que l'assistance semble plus fournie que lors des deux précédentes journées, même si on ne peut pas encore parler de foule. Dommage que la fatigue se soit fait sentir, car il se dit que la prestation de BLAME (death metal – Vosges) a été plutôt remarquée, et nous aurions bien aimé voir le concert de DEATH DECLINE, un groupe thrash / death qui a sa petite notoriété dans la région.

    Du coup, le premier concert complet de la journée sera en ce qui nous concerne celui de DEFICIENCY. Les Mosellans ne ménagent pas leurs efforts et jouent live sans compter ces dernières années, surtout depuis la sortie, à l'automne dernier, de The Prodigal Child, second album bien accueilli. Bon, comme pour beaucoup de formations actuelles, l’appellation « Melodic Thrash Metal » utilisée par le groupe représente en fait une fusion très tendance entre Death Mélodique et rythmiques thrashy, flirtant parfois avec le Metalcore (terme qui, lui aussi d'ailleurs, ne signifie pas grand chose...). Par contre, il est assez bluffant de constater les progrès effectués par le quatuor sur scène depuis la dernière fois que nous les avons vu en concert. L'expérience accumulée sur scène, sans aucun doute ! Laurent Gisonna (chant, guitare) chante bien et JUSTE (notez les majuscules) et le reste du groupe est très à l'aise sur scène, y compris Vianney Habert (basse) qui se prend l'un des « calicots » à l'effigie du groupe sur la tête mais prend la chose avec le sourire et continue de jouer l'air de rien ! Un très bon concert, même si ce style musical hybride nous laisse perplexes. L'âge, certainement...

    IN ARKADIA ayant du déclarer forfait, c'est NIGHTCREEPERS (originaire des Yvelines) qui prend la suite. Et si le fait d'avoir un combo de Folk / Pagan Metal sur l'affiche est plutôt rafraîchissant, encore faut-il rentrer dans le trip de nos guerriers pratiquant un Heavy / Black certes entraînant, mais très pompeux, le tout en costumes de circonstance ! Toutefois, un certain professionnalisme aide à faire passer la pilule et un bon nombre de festivaliers semble apprécier, tandis que d'autres prennent leur mal en patience en se retranchant près de la buvette (la pluie ayant repris droits) ! Toutefois, on le sait, faire figure d'exception sur une affiche peut aussi avoir du bon...

    Même si OTARGOS est déjà passé à quelques reprises par la Champagne, le groupe va encore nous surprendre et nous asséner une belle baffe ! Piochant allègrement dans son dernier album, Apex Terror, qui l'a vu évoluer vers un style plus rentre-dedans et orienté Death Metal façon BEHEMOTH, le groupe enfonce le clou. Évoluant désormais sans maquillage ni costume, Dagoth et Void - seuls rescapés du précédent line-up - sont bien épaulés par les nouvelles recrues. Comme nous le disions dans notre chronique d'Apex Terror, il semble que les changements opérés par OTARGOS sont plus à chercher dans le son et l'attitude que la musique elle-même et, justement, la mise en son du jour, puissante et mettant les basses fréquences en valeur, nous donne raison. Bien entendu, quelques anciens morceaux sont de la partie, à commencer par des extraits de No God, No Satan, le disque par lequel la reconnaissance est arrivée. En fin de show, Julien TRUCHAN (BENIGHTED) vient épauler Dagoth, mais cette débauche d'énergie met la sono KO durant quelques instants, obligeant les compères à recommencer le morceau sans que cela, heureusement, ne nuise à l'ambiance. Et, chose incroyable, une éclaircie se laisse même entrevoir dans le ciel ! Comme quoi, soleil et Metal Extrême ne sont pas incompatibles !

    OTARGOS

    Comme la veille avec l’enchaînement de combos Heavy Metal, voici venu l'heure du Brutal Death Technique ! C'est bien là la seule chose à reprocher à la programmation du week-end : l'impression d'avoir plusieurs affiches dans l'affiche ! Disperser les styles sur les trois jours aurait peut-être favorisé la dynamique générale. Ainsi, même sans être fan du style, on constate que KRONOS est toujours aussi impressionnant de dextérité, même si le son ne met pas en valeurs toutes les subtilités de sa musique. Dommage également que la voix de son chanteur ne semble pas très endurante.

    KRONOS

    Nous profitons de la prestation de GOROD, qui ne nous avait pas laissé un souvenir impérissable lors d'un concert au Metal Ride Festival (Nancy), pour récupérer quelques forces. Enfin arrive BENIGHTED, très attendu et bien suivi par ce public plus conséquent à ce stade de la soirée. Voilà qui fait plaisir ! Bref, BENIGHTED joue devant un public loin d'être ridicule et les pogos se finissent souvent le cul dans la boue ! Si, comme moi, vous n'êtes qu'un amateur occasionnel du genre et que vous ne voulez pas vous farcir tous les combos qui le pratiquent, BENIGHTED est certainement l'un des plus dignes d'intérêt.

    Mais voici que nos oreilles de fans de Death old-school vont être enfin gâtées par le concert d'ASPHYX ! Le groupe Hollandais débarque sur scène et fait son line-check l'air de rien, avec blousons et bières à la main, en toute humilité quoi ! Il attaque ensuite bille en tête par le percutant « Vermin » et on constate d'entrée quelques flottements. En effet, il s'agit-là d'un des premiers concerts en compagnie du nouveau batteur Stefan qui succède à Bob Bagchus, le cogneur historique du groupe. Et on peut voir à de nombreuses reprises Paul Baayens (guitare) adresser des signes à un Stefan qu'on imagine encore peu familier avec le répertoire. Pour le reste, ASPHYX déroule un concert sans accrocs mélangeant morceaux récents issus des deux derniers albums Death... The brutal Way (2009) et Deathhammer (2012) avec quelques classiques bien sentis. Instant insolite lorsque quelques fans du premier rang entonnent un « Joyeux Anniversaire » à l'attention du vocaliste Martin Van Drunen, pour le moins surpris mais apparemment touché. Ambiance Death Metal, quand tu nous tiens ! Van Drunen, justement est impérial, comme d'habitude, débordant de charisme grâce à ses « poses » inimitables et sa voix bestiale. Bref, même si on a déjà vu des shows d'ASPHYX plus percutants, notamment en salle, difficile de bouder son plaisir !

    Setlist ASPHYX : Vermin / Scorbutics / Death The Brutal Way / MS Bismarck / Deathhammer / We Doom You To Death / Wasteland Of Terror / Asphyx (Forgotten War) / The Rack / Last One On Earth.

    ASPHYX

    A ce stade, nous en sommes presque à dresser le bilan de la journée, pensant qu'ONSLAUGHT et NAPALM DEATH vont clôturer le festival de façon efficace mais balisée. Eh bien non ! Et nous aurions dû le deviner, ayant déjà eu vent de la puissance du concert donné par ONSLAUGHT à Saint-Dizier voici un an et demi, et sachant que les deux derniers albums du gang british sont loin de faire dans la dentelle de Bruges ! C'est ainsi que ces vétérans (du moins, pour certains) nous en mettent plein les oreilles avec leur Thrash des familles. Les lumières sont simples mais superbes et la setlist pioche dans tous les disques hormis le controversé In Search of Sanity (1989). Sy Keeler est un frontman de grande classe armé d'une voix effrayante, et se révèle magnétique de charisme sur scène. Le tout est propulsé par le drumming de malade de Michael Hourihan (DESECRATION) qui s'amuse à placer des mini blast-beats lors des fins de morceaux. Cette boucherie totale se termine en apothéose sur les torpilles qui ouvrent le classique Power from Hell (1985). Waouh !

    Setlist ONSLAUGHT : Killing Peace / Chaos Is King / The Sound Of Violence / Let There Be Death / Angels Of Death / Destroyer Of Worlds / Born For War / 66 Fucking 6 / Fight With The Beast / Metal Forces / Onslaught (Power From Hell) / Thermonuclear Devastation.

    ONSLAUGHT

    Avant de laisser place à la tête d'affiche du jour, Yan monte sur scène afin de formuler ses remerciements, mais aussi ses regrets, moment d'émotion... Et grosse ovation lorsque celui-ci annonce que, si le festival ne verra pas sa deuxième édition se produire en 2015, il donne rendez-vous à tout le monde au même endroit en 2016. C'est noté !

    C'est donc avec un peu de regrets que l'on observe enfin une jolie petite foule (300 / 400 personnes peut-être ?) se former devant la scène “principale” pour assister au concert de NAPALM DEATH. On aurait aimé voir toutes ces tronches de metalheads présentes sur les trois jours, mais que voulez-vous... Revenons à NAPALM, qui reste inimitable en son genre. Barney (chant) court de long en large en se débattant comme un forcené, Mitch Harris (guitare, chant) armé de sa nouvelle coiffure de gendre idéal, pousse des hurlements stridents qui font mal tandis que Shane Embury (basse) et Danny Herrera (batterie) restent impassibles mais abattent le boulot. Détail cocasse : les speeches de Barney pour présenter les morceaux sont parfois plus longs que ces derniers ! Malgré la déferlante qui a lieu sur scène, on ne peut s'empêcher de regretter que la tête d'affiche n'ait pas été accordée à une formation au style plus fédérateur, le Grindcore de l'institution anglaise étant loin de tenir la distance sur plus d'une heure auprès de festivaliers exténués. N'empêche, la plupart tiennent bon, ne voulant pas se priver de voir une telle légende à l’œuvre (même si celle-ci sillonne régulièrement notre pays), qui de surcroît se donne sans compter et offre un florilège assez complet de sa carrière. Une fin de festival ma foi agréable, d'autant que la soirée se sera déroulée au sec !

    NAPALM DEATH

    Bon OK, c'était un “week-end” comprenant, pour certains, un jour de travail. OK, il ne faisait pas beau. OK, 70 € environ la place, par les temps qui courent (et quand on voit l'affiche du Motocultor  pour des billets vendus seulement 10 € plus cher), ce n'est pas rien. Mais merde à la fin, il y avait un festival Metal  open air là, dans la Marne, le truc le plus improbable qui soit ! Alors putain, qu'est-ce qu'il vous faut pour sortir de chez vous ? Un écran géant qui diffuse des vidéos de concert sur Youtube ?

    Report : Aymerick Painless & Morbid S.
    Photos : Aymerick Painless

     


    votre commentaire
  • FISMES FRANCE HARD ROCK RENDEZ VOUS 4

     

    FISMES FRANCE HARD ROCK RENDEZ-VOUS 4
    24 Mai 2014 - M.J.C - Fismes



    Le FISMES FRANCE HARD ROCK RENDEZ-VOUS est devenu désormais un rendez-vous annuel incontournable pour tout amateur de Metal français qui se respecte, avec une affiche où l'on retrouve aussi bien des groupes confirmés (GANG, THORGEN, les revenants de CHRYSIS) que des valeurs montantes (SHOEILAGER, TIME KILLERS), avec cette année en guise de tête d'affiche, sans doute le meilleur tribute band à KISS, les ch'tis de DYNASTY.

    Pour ouvrir cette quatrième édition, nous retrouvons TIME KILLERS, jeune formation nordiste formée d'ex-membres de ROZZ, et grand bien leur en a pris de rester soudés et de monter ce nouveau groupe ensemble après leur départ du groupe valenciennois tant on découvre aujourd'hui un très bon groupe de Heavy traditionnel, sans doute bien plus inspiré que ne l'est le ROZZ actuel qui n'est plus que l'ombre de lui-même depuis le départ de Jean-Pierre Mauro, son chanteur d'origine. Mais bon, revenons en à TIME KILLERS, Olivier Bourgois, dont le chant n'était pas vraiment adapté aux compos de ROZZ, se montre bien plus à son aise ici, faisant même preuve d'un certain charisme, tout comme ses camarades qui vont délivrer un set carré qui ne peut qu'interpeller les amateurs de Heavy 80's. "Chien de l'Enfer", "Magie Noire", "Champs de Bataille" ou "Time Killers" se révèlent être de véritables brulôts Heavy old school qui prennent toute leur dimension sur scène. Voilà une bien belle découverte dont on devrait réentendre parler prochainement car un premier album est sur le point de voir le jour...

    Setlist : Chien de l'Enfer / Higher / Comme Un Roc / Magie Noire / Un Nouveau Combat / Par Nos Actes / Champs de Batailles / Crazy Horses (The Osmonds Brothers) / Time Killers

    TIME KILLERS_FISMES FRANCE HARD ROCK RENDEZ-VOUS - 24 Mai 2014 046
     
    TIME KILLERS_FISMES FRANCE HARD ROCK RENDEZ-VOUS - 24 Mai 2014 049


    A l'inverse de TIME KILLERS, THORGEN affiche déjà une belle longévité. Les Laonnois reviennent à Fismes après leur dernière participation en 2013 à la Convention Rock'N'Metal et vont nous délivrer un set bien plaisant, quelque part entre Hard Rock et Heavy, le tout teinté d'une légère coloration folk amené par le violon de Mélodie. "Messager du Mal" nous plonge d'emblée dans l'univers des Axonais, bientôt suivi par "Aurélia", nouveau titre prévu pour attérir sur le prochain album. On a également plaisir à retrouver "Le Retour" ou l'incontournable "Chemin des Dames". THORGEN ponctuera son set de 3 reprises : une d'ADX ("De l'Autre Côté"), l'habituel "Over The Hills And Far Away" de Gary MOORE ainsi qu'un "Cum On Feel The Noise" de SLADE qui va nous faire voyager dans le temps et nous replonger au coeur des seventies... De quoi faire passer un excellent moment à un public plutôt receptif.

    Setlist : Messager du Mal / Aurélia / De l'Autre Côté (ADX cover) / Le Retour / Espoir / Chemin des Dames / Absence / Over The Hills And Far Away (Gary Moore cover) / Cum On Feel The Noize (Slade cover)

    THORGEN_Cyre_FISMES FRANCE HARD ROCK RENDEZ-VOUS - 24 Mai 2014 085
     
    THORGEN_Mélodie_FISMES FRANCE HARD ROCK RENDEZ-VOUS - 24 Mai 2014 108


    Ce sont ensuite les marnais de SHOEILAGER qui vont prendre le relais sur la scène de la M.J.C. Le groupe attaque avec "Espiègle" rapidement suivi par "Indomptable", les Champenois déroulent un set énergique et puissant qui va droit à l'essentiel. Nos motards amateurs de binouze vont ensuite mettre les gaz pour nous balancer un "Plein Gaz" percutant, SHOEILAGER envoie du lourd et son Heavy typé old school se révèle d'une efficacité sans faille, et ce ne sont pas les "Sombre Pacte" et autres "Metal" qui nous feront dire le contraire. Le groupe terminera son set sur un "Electric Eyes" de JUDAS PRIEST fort bien envoyé.

    Setlist : Espiègle / Indomptable / Dio / Plein Gaz / Gladiator / Dans le Rang / Les Griffes du Malin / Sombre Pacte / Metal / Electric Eyes (Judas Priest cover)

    SHOEILAGER_FISMES FRANCE HARD ROCK RENDEZ-VOUS - 24 Mai 2014 133
     
    SHOEILAGER_FISMES FRANCE HARD ROCK RENDEZ-VOUS - 24 Mai 2014 132


    Une semaine après leur participation au WORLD METAL FEST de Villers Bretonneux, nous retrouvons GANG dans son fief de Fismes, le groupe a ici bon nombre de supporters et c'est comme bien souvent une chaude ambiance qui va régner durant tout le concert, et c'est encore plus vrai quand le groupe joue à domicile comme aujourd'hui. Les Fismois vont nous convier à un set aux allures de célébration à la gloire du Heavy. Inject The Venom est bien sûr mis à l'honneur (normal, c'est leur nouvel album !) mais GANG se fait également plaisir en reprenant le "747 (Strangers In The Night)" de SAXON et, petit clin d'oeil à la tête d'affiche de ce soir, le "War Machine" de KISS. Rien à redire sur une prestation en tout point parfaite... comme d'habitude aurais-je envie de dire !

    Setlist : Intro / All The Fool Around / Chaos For Glory / Believer/Betrayer / Primal Reign / Skull's Out Of Genocide / 747 (Strangers In The Night) (Saxon cover) / All Of The Damned / War Machine (Kiss cover) / Never Enough

    GANG_Bill_FISMES FRANCE HARD ROCK RENDEZ-VOUS - 24 Mai 2014 198
     
    GANG_Malo_FISMES FRANCE HARD ROCK RENDEZ-VOUS - 24 Mai 2014 169


    Revenus à la vie à l'occasion de la 16ème Convention Rock'n'Metal de 2013, les Rémois de CHRYSIS avaient su nous convaincre avec un Heavy mélodique relativement accessible mais néanmoins efficace, il en sera de même aujourd'hui où le groupe va délivrer un set bien en place faisant la part-belle à un Heavy classique plutôt subtil parfaitement exécuté auquel le public va immédiatement adhérer. Une prestation une nouvelle fois au top de la part de nos champenois.

    Setlist : Intro / Shoot / Somebody / New Song / Let Down / Taking It Up / BlackJack / Fool / Marianne / No Regrets

    CHRYSYS_FISMES FRANCE HARD ROCK RENDEZ-VOUS - 24 Mai 2014 254
     
    CHRYSIS_FISMES FRANCE HARD ROCK RENDEZ-VOUS - 24 Mai 2014 258


    Après deux participations, en 2008 et 2011, au HARD ROCK CLASSIC TRIBUTE FEST, DYNASTY est de retour à Fismes pour la troisième fois. Toujours aussi impressionnant dans leur ressemblance, tant physique que vocale, avec KISS, les nordistes font preuve d'un sens du détail assez poussé : Si les maquillages sont bien évidemment les mêmes, ils adoptent également la même attitude scènique, alternent le chant entre Paul, Gene et Ace, et même Peter se frottera au chant sur le "Black Diamond" de cloture... Le mimétisme est troublant et même vocalement on a l'impression d'entendre les Américains, et tout comme eux, DYNASTY fait preuve d'une excellente présence scènique, même si aujourd'hui la configuration de la MJC ne leur permet pas vraiment de s'exprimer comme sur une grande scène, à ce titre "Firehouse" passera d'ailleurs à la trappe, ne pouvant pas cracher le feu dans cette petite salle...

    DYNASTY_Ace_FISMES FRANCE HARD ROCK RENDEZ-VOUS - 24 Mai 2014 278
     
    DYNASTY_Paul_FISMES FRANCE HARD ROCK RENDEZ-VOUS - 24 Mai 2014 310

    Les grands classiques (en grande partie issus des premiers albums) sont bien sûr présents : "Deuce", "Hotter Than Hell", "Detroit Rock City", "Love Gun", "Calling Doctor Love", "God Of Thunder"... tous trouvant une place de choix dans la setlist et interprétés à la perfection. Chaude ambiance ce soir qui atteindra son paroxisme avec l'incontournable méga hit qu'est "I was Made For Lovin' You" repris en choeur par un public plus que conquis. A peine le set de DYNASTY est il terminé que nous avons déjà hâte de revoir le groupe sur scène...

    Setlist : I Stole Your Love / Deuce / Come On And Love Me / Hotter Than Hell / Ladies Room / Detroit Rock City / Watchin' You / Love Gun / Talk To Me / Love Her All I Can / Calling Doctor Love / Is That You / Hard Times / I Was Made For Lovin' You / God Of Thunder / 100 000 Years / Rock'N'Roll All Nite / Encore : Shout It Out Loud / Parasite / Black Diamond

    DYNASTY_Gene_FISMES FRANCE HARD ROCK RENDEZ-VOUS - 24 Mai 2014 337
     
    DYNASTY_Peter_FISMES FRANCE HARD ROCK RENDEZ-VOUS - 24 Mai 2014 289


    En quatre ans d'existance, nous avons sans doute assisté aujourd'hui à la meilleure des 4 éditions, que ce soit d'un point de vue fréquentation (environ 200 personnes avaient fait le déplacement) qu'au niveau de l'ambiance, chaque groupe ayant indéniablement contribué à enflammer ce FISMES FRANCE HARD ROCK RENDEZ-VOUS 4. Merci à Underground Investigation et rendez-vous le 4 Octobre pour le BRITISH STEEL 3 qui promet déjà d'être un grand moment avec notamment la venue d'OLIVER DAWSON'S SAXON, CHARIOT ou ABSOLVA...

    Report & Photos : Nono666

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique