• MACHINE HEAD - Reims - 18/03/2016

    MACHINE HEAD
    Reims - La Cartonnerie
    18 Mars 2016



    Il y a un mois, j'avais un rendez-vous dans la capitale Champenoise avec un certain Robb Flynn qui me disait venir accompagné de 3 de ses copains, Nono, notre gourou à qui nous sommes totalement dévoués, me dit : "accepte la proposition, ne soit pas fermé aux aventures inattendues qui se présentent à toi". Alors moi je veux bien mais sauf que cet américain nous plante avec l'excuse "je suis malade, je ne pourrais pas me donner à 100% pour vous ce soir"… et attends perso, j'ai encore rien accepté et ne sois pas égoïste, si tu es accompagné, peut-être que les 3 autres peuvent faire l'affaire. Un nouveau rendez-vous est donc pris le 18 mars et je me pointe donc au lieu de rendez-vous avec mon acolyte Morbid S. (après un mois de réflexion, me présenter tout seul contre 4 américains baraqués, essayons de rééquilibrer les débats !). Seulement en arrivant sur le point de rendez-vous, on trouve une longue file d'attente de Metalleux qui patientent dans le froid et le rendez-vous intimiste se transforme dans ma tête en énorme orgie... mon acolyte me regarde avec un énorme sourire complice sur lequel je me dépêche de sortir du véhicule. Chronique d'une soirée mi-figue mi-raisin...

    20h30, une partie du public est encore dehors et c'est l'heure à laquelle les concerts commencent généralement à La Cartonnerie, MACHINE HEAD ayant prévu une soirée intimiste avec ses fans, donc sans première partie, le groupe montera sur scène vers 21h00 pour plus de 2 heures de show. La Cartonnerie est sold-out, comme pour la date initialement prévue en février dernier et autant vous dire que le groupe est attendu de pied ferme. "Diary Of A Madman" d'OZZY OSBOURNE est balancé dans le son façade, signe que MACHINE HEAD va monter sur scène, et "Imperium" débarque en ouverture de show, un choix très pertinent, suivi d'un "Beautiful Morning" extrait de l'excellent The Blackening. On constate alors le travail de mise en scène avec un jeu de lumières très étudié, un show ultra rôdé où les interventions de Robb FLYNN sont millimétrées (en tout cas sur le début car sur la fin, l'homme se fait plus bavard), des effets sur la voix avec quelques boucles vocales pour retranscrire la richesse vocale des albums. Toutefois, si le son des guitares et de la voix est très compressé, on ne peut nier que le chanteur à la chorégraphie particulière possède encore un organe bien costaud, car le groupe va ainsi jouer deux heures, certes avec des pauses, on y reviendra, mais balancer un "Halo" en dernier titre, rien que pour ça, chapeau bas messieurs ! Après ces deux titres aux allures de boucherie pour les nuques, voici le premier test, le passage de "Now We Die" en mode live, je ne vous cache pas que la version studio avec ces claviers largement trop présents et niais au possible est une torture pour moi, mais ce soir sur scène, ce titre passe plutôt bien et "Bite The Bullet" qui déboule derrière rallume rapidement la chaudière. Vient ensuite, le premier moment old-school (terme utilisé par Robb pour parler des titres des deux premiers albums) avec "A Nation On Fire" suivi du sautillant "From This Day" extrait de The Burning Red, témoin d'une période où MACHINE HEAD s'était acoquiné avec le mouvement Neo Metal en vogue à l'époque. Reste que ce titre passe également très bien, sa nature directe aide particulièrement à cela. "Ten Ton Hammer" sera la deuxième vieillerie décochée par le groupe, assez bien retranscrite même s'il manque cette ambiance particulière palpable sur la version studio et les versions live précédentes, les américains ont clairement évolué, et tant mieux pour eux, mais il manque cet état d'urgence, cette rage et cette furie que le groupe avait regagné sur The Blackening, préférant se concentrer sur le groove. Et cela va se ressentir sur les "This Is The End", particulièrement bienveillant et calibré, ou "Locust", un poil plus intéressant. Le public est toujours aussi réactif, Robb FLYNN semble avoir des tocs et balance des "circle pits, circle pits" toutes les 5 minutes et l'arrivée de "The Blood, The Sweat, The Tears" va encore faire monter la pression d'un cran avant l'accident... le solo de guitare aussi inutile qu'inintéressant, Phil DEMMEL fait mumuse avec le bouton volume de sa guitare, signe de premières longueurs durant ce show qui va perdre en impact car si le groupe enchaine avec "Darkness Within", ce titre taillé pour la radio et pour emballer les filles à la boum du samedi après-midi et suivi d'un solo batterie de Mc CLAIN. Toutefois, sur l'introduction acoustique de "Darkness Within", Robb FLYNN se fend de ses premiers mots pour la foule et exprime sa joie d'avoir pu reprogrammer ces dates, une petite attention tout de même de la part du frontman suite au report de la date, ça fait toujours son effet dans la fosse. Heureusement, la fin du concert repart un peu avec la dynamique, bien aidé par un "Bulldozzer" extrait de Supercharger, "Killer & Kings" extrait du petit dernier et le classique "Davidian" dont la fin hypnotique est un peu amputée, dommage mais on ne va pas chipoter car le groupe se retire là-dessus. Alors, pas définitivement, bien entendu, les traditionnels rappels déboulent et c'est "Sail Into The Black" qui est chargé de rallumer la flamme, bien suivi de "Now I Lay Thee Down", lui aussi extrait d'un The Blackening décidément à la fête. On reste tout de même surpris par les chorégraphies adoptées par Robb FLYNN derrière son micro, même le brutal "Aesthetics Of Hate" n'échappe pas aux mouvements « yo mon frère » du chanteur, une gestuelle étonnante mais l'homme a toujours été ainsi... De même, les interactions entre les membres du groupe sont très disparates et calculées, il faut dire que le show millimétré et les quelques effets pyrotechniques durant le concert obligent les musiciens à une certaine rigueur. Le groupe reviendra pour un deuxième rappel, "Halo", avant une révérence qui va durer un long moment, jets de médiators et autres objets, prise de photo du groupe devant le public et longues salutations, MACHINE HEAD n'a pas raté sa première venue à Reims en 22 ans de carrière même si finalement un show plus court avec moins de temps morts (solos...) aurait eu plus d'impact, là ceux qui n'avaient jamais vu le groupe (et on était nombreux) ont pu se faire une opinion de ce qu'était le groupe sur scène, reste à travailler l'efficacité car pour ce qui est du show à proprement parlé, le groupe sait se donner sans compter. Une bonne soirée avec un concert avec d'excellents moments et d'autres plus plats...

    MACHINE HEAD - Reims - 18/03/2016

    Setlist : Imperium / Beautiful Morning / Now We Die / Bite The Bullet / A Nation On Fire / From This Day / Ten Ton Hammer / This Is The End / Locust / The Blood, The Sweat, The Tears / Guitar Solo / Darkness Within / Drum Solo / Bulldozer / Killers & Kings / Davidian / Sail Into The Black / Now I Lay Thee Down / Aesthetics Of Hate / Game Over / Old / Halo

    Report : Aymerick Painless

     


    votre commentaire
  • CONVENTION ROCK N' METAL - Fismes - 6 Mars 2016

    19ème CONVENTION ROCK N’ METAL
    Salle des Fêtes de Fismes
    6 Mars 2016


       
    Vous le savez, chez Heavy Sound, on est particulièrement friands des manifestations organisées par Underground Investigation, que nous ne manquerions pour rien au monde. A commencer par la traditionnelle convention qui a lieu chaque année le premier dimanche de mars. De plus, quelques nouveautés ont fait leur apparition cette année, comme la présence de groupes étrangers sur une affiche habituellement réservée aux formations d’envergure locale à nationale, ainsi qu’un speaker présentant chaque formation. De bonnes initiatives qui démontrent que le succès n’empêche pas de se remettre en question continuellement afin de ne pas lasser et d’améliorer ce qui peut l’être...
     
    PHIL LIZZY (Marne) hérite de la lourde tâche d’inaugurer la scène, même si on a déjà connu la salle des fêtes plus vide pour le premier set de la journée. Comme le nom de la formation l’indique, ce sont des covers de THIN LIZZY que le sextet s’applique (le mot est bien choisi au vu de l’attitude concentrée des musiciens) à reproduire, avec notamment une chanteuse enthousiaste soutenue par des sonorités de claviers donnent une coloration 80’s à l’ensemble. Le set se clôture sur un "Whiskey In The Jar", popularisé par METALLICA auprès du grand public. Un bon concert de la part de ce groupe encore timide mais en place, qui se fait plaisir tout en faisant plaisir aux fans de ce répertoire culte.

    CONVENTION ROCK N' METAL - Fismes - 6 Mars 2016

    Ce sont ensuite d’autres marnais, VEIL OF MIST, qui prennent possession de la scène avec une foule de problèmes techniques qui les poussent à stopper un morceau. Leur batteur abandonne à cette occasion son casque audio (le combo utilise des samples). La voix d’Amandine est quasi inaudible en début de concert et il faut un certain temps à la vocaliste pour se libérer totalement. Dommage car, loin de proposer un énième plagiat de WITHIN TEMPTATION, la formation possède vraisemblablement sa propre identité, plus dark que la moyenne dans ce genre de Metal lyrique. A revoir dans de meilleures conditions… A noter qu’un premier album est sur le point de paraitre.

    CONVENTION ROCK N' METAL - Fismes - 6 Mars 2016

    Venus de Rouen, les metalheads de MELINE déboulent avec enthousiasme. Maitrisant visiblement bien  le sujet du live et mené par un chanteur au look rappelant furieusement celui de Lemmy, ce groupe de Heavy / Speed ne fait pas semblant et propose un concert intense. Détail qui fait sourire : un micro placé trop bas oblige l’imposant bassiste à prendre des postures cocasses pour assurer les chœurs. Tout le monde s’en fout mais nous, on aime bien la déconne !

    CONVENTION ROCK N' METAL - Fismes - 6 Mars 2016

    CONVENTION ROCK N' METAL - Fismes - 6 Mars 2016

    Bien que les organisateurs aient souvent prouvé leur goût pour les affiches variées, les belges de BLACK BLEEDING font un peu figure d’OVNI sur l’affiche du jour, avec leur débauche sonore façon Grind / Punk Rock ! Misant beaucoup sur l’humour (tenue du batteur Balmuzette (sic), speeches entre les morceaux etc.), BLACK BLEEDING n’en délivre pas moins une prestation efficace avec en point d’orgue une reprise assez fidèle (hormis le chant bien entendu) du "We’re Not Gonna Take It" de TWISTED SISTER. Le trio wallon est également à l’origine de la plus belle phrase du jour : « On fait tout : les mariages, les enterrements de vie de jeune fille, les enterrements de jeunes filles... ». Amen !

    CONVENTION ROCK N' METAL - Fismes - 6 Mars 2016

    CONVENTION ROCK N' METAL - Fismes - 6 Mars 2016

    Représentants le Nord, OVERDRIVERS a en commun avec le groupe précédent l’esprit rock’n’roll, mais il puise bien plus à la source avec de (trop ?) gros clins d’œil à AC/DC, AIRBOURNE, NASHVILLE PUSSY etc. Pas besoin de vous faire un dessin : hard rock speedé, solo de guitare au sein du public, chœurs du bassiste et du guitariste, bougeotte sur scène, tout y est ! Peu original, surtout par les temps qui courent, mais incontestablement efficace !

    CONVENTION ROCK N' METAL - Fismes - 6 Mars 2016

    CONVENTION ROCK N' METAL - Fismes - 6 Mars 2016

    De par leur passé au sein de différentes formations marnaises, Les membres d’ANAKYLAS sont des habitués de la convention de Fismes. D’ailleurs, le groupe a un nombre considérable de supporters dans la salle, ce qui va l’aider à ne pas faire retomber l’ambiance. Car, avec un set de reprises typées Classic Rock, passer après le succès et l’énergie d’OVERDRIVERS peut s’avérer très compliqué. Heureusement, nous avons encore une fois affaire à des musiciens aguerris qui sont là pour se faire plaisir et ça, le public y est sensible à Fismes ! Ludo reste l’excellent chanteur au registre médium qui ne déçoit jamais et les perles de KING’S X et autres ALTER BRIDGE sont enchainées sans temps mort, avec en point d’orgue une superbe reprise de "Burn" (DEEP PURPLE) pourfendue par un extrait de "Highway Star". Les connaisseurs sont comblés !

    CONVENTION ROCK N' METAL - Fismes - 6 Mars 2016

    GANG est bien sûr lui aussi rodé à la scène de Fismes, et ce n’est pas encore aujourd’hui qu’il va décevoir ses fidèles : setlist « évolutive », décors de scène (drapeaux et backdrop) soignés, et surtout exécution appliquée, tout y est ! L’inédit "Another Tomorrow", rappelle BLACK SABBATH période Dio et confirme son potentiel, et la reprise du jour qu’est "Riding On The Wind" (JUDAS PRIEST) est bonne. Tout juste Bill (chant) semble-t-il devoir plus « forcer » qu’à l’accoutumée pour monter dans les aigües. Mais connaissant l’implication des membres de GANG dans l’organisation de la convention et la somme de travail que cela implique, on ne saurait en vouloir au vocaliste pour cette légère baisse de régime. Le concert se conclut sur l’accrocheur et approprié "All The Fool Around". Quelques mots échangés avec les membres du groupe par la suite révèlent que ceux-ci ne sont pas totalement satisfaits de leur prestation. Et pourtant... Reste le t-shirt porté par le bassiste Philty (quel homme de goût !) aux couleurs d’un groupe formidable qu’il faut ABSOLUMENT écouter, mais je m’égare...

    CONVENTION ROCK N' METAL - Fismes - 6 Mars 2016

    CONVENTION ROCK N' METAL - Fismes - 6 Mars 2016

    Présenté sur le programme comme Thrash, le style des alsaciens de DOWNRIGHT MALICE est en réalité bien moins facile à définir. Son de guitares typé 90’s, style torturé pouvant évoquer CORONER, présence de deux chanteurs (dont la voix claire de l’un apporte une touche goth), cette formation qui a déjà de la bouteille se plait visiblement à brouiller les pistes. Malheureusement, l’alternance entre chants clair et guttural – qui a depuis été un peu discréditée par plusieurs styles dont les noms portent le suffixe « core » - ainsi qu’une reprise incongrue du "Call Me" de BLONDIE n’aident pas à apprécier cette prestation à sa juste valeur. Du travail bien fait néanmoins...

    CONVENTION ROCK N' METAL - Fismes - 6 Mars 2016

    Nous vous le disions, cette édition nous permet de découvrir en haut de l’affiche deux formations étrangères. La première, STEREO NASTY, nous vient d’Irlande et est justement en pleine tournée européenne avec la tête d’affiche, ARGUS. Le combo, dont tous les membres ont les épaules bardées de pointes, pratique un Heavy Metal très traditionnel et s’attire donc rapidement les faveurs du public. Mais la puissance ici déployée, que ce soit dans le son ou l’interprétation, distingue le quatuor d’un énième combo revival aseptisé et la voix imposante de Mick Mahon finit de convaincre les réfractaires (mais y’en avait-il ?). Ajoutez à cela un répertoire assez accrocheur et vous obtenez un beau succès pour ces irlandais aux cheveux roux (!).

    CONVENTION ROCK N' METAL - Fismes - 6 Mars 2016

    CONVENTION ROCK N' METAL - Fismes - 6 Mars 2016

    Etonnant de voir quelques t-shirts TROUBLE et ABYSMAL GRIEF à Fismes, capitale du Hard Rock et du Heavy Metal, mais il semble bien qu’une partie du public se fasse une joie d’applaudir une formation  à tendance Doom. Bon il ne faut rien exagérer car, ARGUS – groupe US auteur de trois albums et fort d’une dizaine d’années de carrière – pratique un Heavy / Doom épique qui ne dénote aucunement avec les genres affectionnés par ce public. D’entrée de jeu, c’est la claque avec un chanteur à la voix chaude et puissante, dans un registre médium, et une formation charismatique et enthousiaste. Les guitaristes se font plaisir avec moult parties harmonisées qui évoquent forcément le grand MAIDEN. Pour résumer, on pourrait décrire le résultat général comme une version de SOLSTICE moins progressive et dotée d’un chant plus agressif. ARGUS a tout compris en livrant une prestation énergique (le bassiste est intenable et ne cesse ses allers-venues entre l’estrade de batterie et le devant de scène) et puissante, qui dynamise idéalement sa musique. Avec un groupe de ce calibre, il est en revanche un peu dommage que la salle ait commencé à e vider alors qu’il s’agit là de l’unique date française de cette tournée. Pourtant, Underground Investigation propose des horaires tout à fait corrects avec une fin de show peu après 19h. Mais il faut dire qu’une part importante du public a fait le déplacement d’assez loin, et que nous sommes un dimanche soir… Peut-être serait-il bon de palier à ce problème, pourquoi pas en avançant le créneau de la tête d’affiche, puis en clôturant la journée par un groupe de reprises.

    CONVENTION ROCK N' METAL - Fismes - 6 Mars 2016

    CONVENTION ROCK N' METAL - Fismes - 6 Mars 2016

    CONVENTION ROCK N' METAL - Fismes - 6 Mars 2016

    Voici donc une convention rondement menée qui aura de nouveau tenu toutes ses promesses, et plus encore grâce à ces nouveautés de bon aloi. C’est peut-être une redite par rapport aux années précédentes, mais tant que cet évènement existera, nous y serons ! Et vu l’affluence très respectable atteinte tout au long de cette belle journée, il n’y a pas de raison que ça change !

    Report : Aymerick Painless & Morbid S.
    Photos : Nono666

     


    votre commentaire
  • GHOST + DEAD SOUL - Reims - 03/02/2016

    GHOST + DEAD SOUL
    Reims – La Cartonnerie
    3 Février 2016



    Auteur d’un troisième album remarqué et remarquable, Meliora, les Suédois de GHOST se lancent dans une deuxième tournée traversant la France. C’est sur la halte de Reims que nous nous sommes rendus, avec un trio, DEAD SOUL, pour ouvrir les hostilités. Un mot déjà sur l’affluence, la salle est remplie mais on ne se piétine pas, même pour accéder au bar, on n’a même pas à jouer des coudes !

    Lorsque l’on arrive, DEAD SOUL vient de commencer son show, œuvrant sous forme de trio alternant la guitare avec les claviers, les Suédois vont remporter un succès d’estime plutôt flatteur. Avec une musique hypnotique et addictive, le chanteur et son duo de guitariste défend son deuxième album The Sheltering Sky, sorti en 2015. Le groupe propose un Blues Rock avec une boite à rythme comme base, des parties de guitares répétitives et hypnotiques et un chant allant de David BOWIE à Ian ASTBURY, si le résultat peut surprendre de premier abord, on se laisse vite capter par cette musique qui peut nous évoquer un soupçon de DEPECHE MODE (le "Burn Forever" de l’album précédent), de KILLING JOKE, de NINE INCH NAILS et le lien avec GHOST est bien plus présent qu’un groupe de Metal traditionnel, un choix de première partie bien senti qui aura su conquérir une partie du public.

    DEAD SOUL jouant sans batterie, le changement de plateau est assez rapide et voilà "Miserere mei, Deus" et "Masked Ball", pour la montée sur scène, qui résonnent dans la sono alors que l’encens finit de bruler. Rien qu’au niveau de l’ambiance, GHOST marque déjà sa différence avec la scène Rock/Metal conventionnelle, les Suédois plongent leur public dans un certain état de réception qui va être très bénéfique à l’ambiance de la soirée.

    GHOST + DEAD SOUL - Reims - 03/02/2016

    C’est "Spirit" qui déboule et là les craintes se réveillent car le chant de Papa Emeritus III ne s’entend pas devant, mais un espion placé en fond de salle (merci Morbid S.) me confirme que c’est également le cas de là où il se trouve, mais rapidement l’ingé-son réagit et on retrouve cette voix si caractéristique, prenant la place qui est la sienne sur album. Enchainé "From The Pinnacle To The Pit", on comprend rapidement que les 6 membres du groupe, fiers du petit dernier, vont très bien le représenter. Il faut avouer que ces morceaux passent très bien sur scène, tant "Cirice" et ses guitares bien mordantes, "Absolution", "Mummy Dust" qui enflamme bien le pit, mais aussi, bien sûr, le nouveau hit single du groupe, le magnifique "He Is" repris par le public, pas de "Majesty" au programme de même que "Deus In Absentia", plus difficile à caser sur scène, mais les deux premiers albums regorgeant de classiques ("Year Zero, "Con Clavi Con Dio", "Per Aspera Ad Inferi", "Zombie Queen" ou "Ritual") difficile de faire mieux.

    GHOST + DEAD SOUL - Reims - 03/02/2016

    Si la première partie du show, jusqu’à l’intermède "Devil Church", se veut très intense, très peu de temps morts, Papa Emeritus III est très peu loquace mais très démonstratif, son jeu de scène est presque dans la lignée d’un clown blanc, alors que les Nameless Ghouls font le show en multipliant les poses. Après cet intermède joué par le groupe et non balancé en sample, peut-être que ça donnera des idées à certains fainéants de la scène… Papa Emeritus III apparait en civil (toujours avec le maquillage sur le visage et les gants blancs) et se fait bien plus loquace avec ses discours travaillés et plein d’humour, n’hésitant pas à se moquer gentiment de certains spectateurs statiques, notamment sur l’arrivée sur scène pour les rappels, le chanteur n’hésitera pas à refaire son entrée sous les vivats de la foule, en rajoutant des caisses dans ses mouvements, le tout dans une bonne humeur communicative.

    GHOST + DEAD SOUL - Reims - 03/02/2016

    La reprise de "If You Have Ghosts" est jouée ce soir en semi-acoustique avec une lead guitare pour les mélodies principales, titre sur lequel, le chanteur présente les membres du groupe, notamment le batteur et le claviériste, sortis de scène, c’est loufoque mais ça fonctionne, ou encore en présentant le bassiste comme étant le meilleur guitariste du groupe. Mais déjà arrive le temps du dernier titre, qui est toujours "Monstrance Clock" dans les concerts de GHOST et Papa Emeritus III se lance dans une longue explication pour valider ce choix, après nous avoir signifié qu’il était temps de faire le dernier morceau car demain c’est jeudi… c’est vrai pourquoi s’embêter à chercher des excuses… Bref ! Il nous explique longuement (c’est peut-être là un petit bémol de certains, lorsque l’homme se fait loquace, il ne lâche plus le crachoir) qu’il ne faut pas se priver des très bons moments, se lançant dans un monologue expliquant que ce titre est une ode à l’orgasme et alors pourquoi se priver d’un orgasme collectif même si celui-ci est convenu et attendu. Ca se défend et c’est surtout prétexte pour le chanteur pour lui laisser exprimer son humour à froid, un vrai bonheur avec un titre immédiat repris en chœur, laissant place à de chœurs qui sortent le public de l’état dans lequel il était plongé. Ce soir GHOST a confirmé qu’il était un groupe à part, que sa réputation n’était pas usurpée et que sa progression devrait le mener bien vite vers d’autres sphères, peut-être plus mainstream, on ne peut s’empêcher de penser que pour le prochain album, ce seront des Zenith et des Accor Hotel Arena qui seront blindés pour les accueillir.

    SetlistMiserere mei, Deus / Masked Ball / Spirit / From The Pinnacle To The Pit / Stand By Him / Con Clavi Con Dio / Per Aspera ad Inferi / Body And Blood / Devil Church / Cirice / Year Zero / Spöksonat / He Is / Absolution / Mummy Dust / If You Have Ghosts (Roky Erickson cover) / Ghuleh/Zombie Queen / Ritual / Monstrance Clock
     
    La Cartonnerie a décidé de se laisser aller dans sa programmation Rock/Metal avec MACHINE HEAD le 19 février et CONVERGE en avril (date unique en France !), et avec ce genre de soirée, voilà une salle qui va vite devenir un point de rencontre pour les amateurs de cette musique. En attendant, quel show !

    Report & Photos : Aymerick Painless

     


    votre commentaire
  • CHAULNES METAL FEST CONTEST - 30/01/2016

    CHAULNES METAL FEST CONTEST
    CHAULNES - OCLC
    30 Janvier 2016



    Premier rendez-vous de l'année 2016 pour l'équipe d'Heavy Sound qui se rend en ce samedi pluvieux de janvier à Chaulnes pour assister au CHAULNES METAL FEST CONTEST, tremplin destiné à sélectionner le groupe qui ouvrira l'édition 2017 du festival Picard. Au programme, onze groupes qui évoluent dans des univers musicaux allant du Heavy/Thrash au Death en passant par le Black ou le Doom, de quoi satisfaire un large public qui , malheureusement ne s'est pas déplacé en masse...

    PROPHECY OF APOCALYPSE (Rouen) a la lourde tâche d'inaugurer la journée et on comprend tout de suite l'ampleur du désastre sonore auquel nous aurons droit sur quasiment toutes les prestations. Le son est brouillon et la taille (ainsi que le vide) de la salle provoquent une résonance difficile à maitriser. Pour autant, le quintet rouennais, doté d'un capital sympathie certain et d'un chanteur capable d'atteindre des notes très aigues, ne se laisse pas abattre et prend plaisir à distiller son Heavy/Thrash devant un public apparemment séduit.

    CHAULNES METAL FEST CONTEST - 30/01/2016

    OGARYA prend ensuite possession de la scène avec son Death assez brutal relevé de samples. Sanction sonore immédiate pour le quatuor picard, dont le son de batterie triggé ne laisse aucun espace aux autres instruments avec cette fichue résonnance. Après la suppression du trig, l'ensemble se fait plus audible (tout est relatif) et peut terminer son set avec dignité, même si l'on sent le quatuor quelque peu désarçonné.

    CHAULNES METAL FEST CONTEST - 30/01/2016

    Se définissant comme simplement "Metal", SPLIT BRAIN (Creil) va quant à lui plutôt bien tirer son épingle du jeu, notamment grâce à un son légèrement plus audible. Le style du groupe, qui rappelle le In Flames de la fin des années 90, fait la part belle à des guitares mélodiques et au chant rageur de Rémi. Mais ce qui différencie SPLIT BRAIN de ses prédécesseur, c'est surtout cette volonté de proposer un spectacle, ses membres se montrant donc plus mobiles et expressifs, quitte à ce que les attitudes de Rémi, toujours lui, paraissent parfois too much. Un effort à saluer !

    CHAULNES METAL FEST CONTEST - 30/01/2016

    DUNKELNACHT ayant annulé suite à un problème de transport, c'est ensuite AKSAYA (Orléans) qui se présente sur scène, équipé d'un pied de micro façon sculpture post-apocalyptique et d'un vidéo-projecteur. Ces ingrédients ne vont cependant pas suffire pour permettre au quintet orienté Black/Death de convaincre. Handicapé par de gros problèmes de retours scéniques, le combo est même obligé d'interrompre un morceau et de régler ses comptes avec l'ingé-son ! Abattu, le groupe termine son set sans conviction et sa musique, primaire et hypnotique, en souffre énormément. A revoir dans de meilleures conditions.

    CHAULNES METAL FEST CONTEST - 30/01/2016

    PRAETORIA (Paris) n'est quant à lui pas venu faire de la figuration et cela se sent d'entrée de jeu, avec un son tout à fait correct. Il faut dire que le combo Deathcore a pris soin d'emmener sa propre ingé-son, bonne pioche ! La musique du quintet ne fait pas de quartier et le groupe est on ne peut plus en place : de loin la prestation la plus pro de la journée. De plus, malgré un style rouleau-compresseur, les ambiances sont judicieusement alternées, ce qui permet d'éviter de perdre le public en route. Chapeau !

    CHAULNES METAL FEST CONTEST - 30/01/2016

    Originaire d'Amiens, les cinq membres d'YRZEN représentent aujourd'hui le Death/Folk symphonique. Les Picards vont délivrer une prestation entraînante et énergique malheureusement désservie par un son encore plutôt approximatif, ce qui n'aide pas forcément à entrer dans un show certes bien exécuté mais un poil brouillon. La formation amiénoise n'en délivre pas moins un set agréable, parsemé de titres mélodiques et catchy.

    CHAULNES METAL FEST CONTEST - 30/01/2016

    Changement radical de style avec l'arrivée de FATHER MERRIN qui vient apporter un peu de lourdeur au débât avec son Doom Metal inspiré de CATHEDRAL et BLACK SABBATH. Fort efficace et envoutant, le set de la formation meusiène va plonger la salle dans une atmosphère sombre et pesante. La prestation est parfaitement exécutée, et malgré des conditions peut-être pas des plus optimales, nos Lorrains s'en sortent finalement fort bien !

    CHAULNES METAL FEST CONTEST - 30/01/2016

    DAGARA (Paris) est un groupe de scène et il va de nouveau le prouver ce soir en donnant un show de Hardcore/Metal tribal très physique. Les six compères aiment le bordel organisé et ce n'est pas le chant partagé à deux, les percussions et les sauts de toutes parts qui le démentiront. Intense, mais réservé à un public amateur de ce genre aussi peu prisé de nos jours. Une bonne raison de saluer la persévérance du groupe.
     
    Autre groupe au capital sympathie énorme, EROS apporte un petit vent de fraicheur bienvenu avec son Groove Metal plutôt mélodique. Ces jeunes bordelais, "menés" par Sophie (chant - son « Chaulnes, est-ce que vous aimez le sexe ? » est déjà devenu culte !) ne s'économisent pas, pas plus qu'ils ne cachent leur plaisir d'être là, malgré quelques problèmes techniques côté batterie. Jolie découverte !
     
    C'est à THE OATH que revient une autre lourde tâche : celle de clôturer cette longue journée devant un public plus clairsemé. Cela n'entame pas, semble-t-il, la motivation des lyonnais qui balancent leur Black/Death mélodique rehaussé de samples avec conviction, même s'ils sont eux aussi handicapés par un son médiocre. En plus de remercier abondamment le public, l'organisation et les groupes, THE OATH n'a rien lâché ce soir. Bon esprit !

    Report : Morbid S. & Nono666
    Photos : Nono666

     


    votre commentaire
  • GHOST_France 2015

    GHOST + DEAD SOUL
    Toulouse - Le Bikini
    1er Décembre 2015



    En cette période où la laïcité fait débat dans notre pays, un petit détour par la ville Rose pour un concert mené par un Papa Emeritus, troisième du nom, ne se refusait pas. Pour notre part, ce concert était le premier concert depuis les terribles attentats Parisiens et, impossible de s’y rendre sans une pensée hommage aux victimes décédées du Bataclan mais également à toutes les autres. Le meilleur hommage à notre sens étant de continuer à vivre nos passions, alors nous décidons de profiter pleinement de cette soirée et retrouver nos amis du cru. Une queue immense nous accueillera sur le parking du Bikini, reflétant l’engouement actuel pour nos amis Suédois. Saisis par le froid local, nous ne traînerons que peu dehors et c’est au chaud que nous attendrons le premier groupe de la soirée. Quel groupe peut donc ouvrir pour GHOST ?

    DEAD SOUL_12342443_952523221495008_7036815768868570961_n
     
    Nous nous sommes laissés la surprise de la découverte en live sans chercher à connaître le groupe avant le concert. Le plat d’entrée sera donc servi par DEAD SOUL, également Suédois. Un trio sans batteur, composé d’un chanteur dandy chapeau visé sur la tête (Anders Landelius alias Slidin’ Slim) accompagné de deux acolytes aux guitares déboulera donc sur scène. Ambiance sobre et sombre, aussi bien dans la composition scénique des deux claviers situés de part et d’autre de la scène, que dans le jeu de lumières. Un mélange new wave électro planante blindée de samples animera la scène pendant une trentaine de minutes. Si le groupe n’est pas désagréable à écouter et colle plutôt bien à l’ambiance générale de la soirée, le public ne semblera pas plus conquis que ça. Ils viennent présenter leur dernier projet intitulé The Sheltering Sky sorti en octobre dernier. Une découverte pas mauvaise en soi, mais pas assez convaincante pour pousser la curiosité au-delà de la soirée malgré la motivation et le professionnalisme du trio.
     
    DEAD SOUL_12342726_952523191495011_8397131237403497092_n

    Alors que la scène se prépare pour la tête d’affiche de la soirée, une forte odeur d’encens se répand dans la salle, accompagné de chants grégoriens. Immersion totale oblige, le ton de la soirée est donné et deux bâtons d’encens brûlent allégrement de chaque côté de la scène histoire de nous titiller les papilles avant l’arrivée du plat de résistance. Les suédois qui ont le vent en poupe en ce moment en France – une dizaine de dates sur la tournée, une semaine de programmation sur Canal + – sont ce soir dans la ville Rose pour leur premier passage dans le sud ouest de la France. Une messe qui réunira ce soir plus de 1000 fidèles au sein du Bikini. 21h30 passée de quelques minutes et enfin l’introduction "Masked Ball" (de Jocelyn Pook et thème musical du film Eyes Wide Shut), avec ses déclamations très religieuses, annonce l’arrivée de GHOST. Un public préchauffé et déjà en transe accueillera comme il se doit le groupe sur le titre "Spirit" extrait du dernier album. Le son est énorme, avec une basse très – voire trop ? – mise en avant, des guitares incisives et une batterie très puissante, la couleur est annoncée, le groupe est là pour en découdre. Les Nameless Ghouls, aux noms liés aux 5 éléments (Fire ghoul (alpha), Water ghoul, Air ghoul, Aether ghoul, (omega) Earth ghoul) et au nouveau look, arrivent sur scène et première constatation : le fait d’avoir troqué les capuches pour des masques leur donne une liberté de mouvement qu’ils n’avaient pas avant, ils peuvent headbanger et sont plus libres de leurs mouvements, ce qui améliore grandement le jeu de scène et la communication non verbale entre le groupe et le public. Les nouveaux masques des Ghouls sont superbes, à la fois intrigants et maléfiques. Papa Emeritus III, quant à lui, est beaucoup plus loquace que ses prédécesseurs et communique souvent avec le public, demandant sans cesse si Toulouse va bien.

    GHOST_12345451_952522641495066_4640259260240770955_n

    La scène, sobre, représente la pochette arrière du dernier album avec une fresque de vitraux. Terminé les rangées d’amplis « Orange », seulement place aux musiciens sur scène. "From The Pinacle To The Pit", également du dernier album, met encore une fois la basse bien en avant et annonce également ce à quoi l’on s’attendait : le dernier album est bien mis à l’honneur puisque 7 titres seront interprétés ce soir. Au groupe ensuite de balancer en 3ème et 4ème position les titres qui, au début (tournée du 1er album), étaient les deux titres les plus mis en avant dans leur set, comme pour dire que ce soir le GHOST actuel n’a pas tout dit et croit dur comme fer en ses compositions les plus récentes. Et en effet, passés ces deux titres, le groupe ne jouera plus que des morceaux des 2ème et 3ème albums. GHOST a le luxe d’avoir, en 3 albums, un nombre de morceaux de qualité suffisant pour pouvoir déjà, en leur courte carrière, faire l’impasse sur les chefs d’œuvres d’hier. Ils n’interprètent plus sur cette tournée "Elizabeth", "Prime Mover" ou "Genesis". Ils se payent même le luxe de jouer l’excellent "Jigolo Har Megiddo" issu de Infestissumam en acoustique et, au final, le titre passe très bien.

    GHOST_12191998_952522781495052_8411703910625302723_n

    GHOST fait ce qu’il veut pour sa première tournée en tête d’affiche et cela conforte son succès actuel. Avant d’interpréter "Body and Blood", un morceau sur les cannibales, Papa Emeritus III fera monter sur scène deux nonnes – gagnantes du concours organisé en amont – qui, pendant le morceau, descendront auprès du public. Ensuite, le groupe enchaînera sur l’instrumental (très Alice Cooperien) "Devil Church" qui introduit la surprise du set : après ce morceau, Papa Emeritus reviendra habillé en redingote grande classe dans un look surprenant et beaucoup moins religieux que d’habitude. Un changement d’attitude ira avec ce changement de costume et notre frontman communiquera comme jamais sur les tournées précédentes avec le public, allant jusqu’à déverser un discours très porté sur le sexe, non sans une certaine touche d’humour. Papa Emeritus III quitte un peu son poste Papal pour devenir frontman et emmener le groupe dans la deuxième partie du set. Les morceaux s’enchaînent et même les morceaux du dernier album sont des classiques instantanés, décidemment GHOST brûle vraiment du feu sacré, et ce n’est pas le public, chantant tous les refrains, qui dira le contraire. Le public mange dans la main du pape, quelle que soit sa tenue, une preuve que le groupe a réussi un joli pari et a su évoluer subtilement. Avant le morceau acoustique, le groupe amène des chandeliers sur scène afin de marquer un peu l’ambiance au coin du feu (ou au coin du cierge dans leur cas) et les fans présents n’ont pas manqué de réagir au quart de tour en entonnant un « joyeux anniversaire » repris en chœurs par une partie de la salle. Il faut croire que lumières éteintes + bougies déclenchent pour certains des souvenirs d’anniversaire chez Buffalo Grill, mais peine perdue car ce soir c’est la messe. La fin du set approche doucement et GHOST interprète l’excellent et planant "Ghuleh/Zombie Queen" avant de clôturer son set sur la reprise de Roky Erickson "If You Have Ghost". Le groupe, sous les acclamations du public, ne quittera pas la scène avant d’interpréter l’ultime set du soir, un hymne à l’orgasme féminin – dixit notre frontman –, avec l’entraînant "Monstrance Clock" qui clôturera un set parfait. Une outro de Dead Can Dance nous sortira doucement de notre envoûtement nocturne.

    GHOST_12308405_952522644828399_5960799472337918744_n

    Décidemment, tous les ans GHOST enfonce encore plus le clou en live, ils prouvent, avec cette tournée en headliner, qu’il va falloir compter avec eux demain. D’ailleurs ils reviennent en France en février pour une nouvelle tournée de 7 dates et seraient co-headliner de King Diamond au Hellfest 2016 selon les récentes rumeurs. On ne peut que souhaiter que cela soit vrai ! Amen.

    Setlist : Intro : Miserere Mei, Deus (Gregorio Allegri song) / Masked Ball (Jocelyn Pook song) / Spirit / From The Pinnacle To The Pit / Ritual / Con Clavi Con Dio / Per Aspera Ad Inferi / Majesty / Body and Blood / Devil Church / Cirice / Year Zero / Spöksonat / He Is / Absolution / Mummy Dust / Jigolo Har Megiddo / Ghuleh/Zombie Queen / If You Have Ghosts (Roky Erickson cover) /// Monstrance Clock / Outro : The Host Of Seraphim (Dead Can Dance song)

    Remerciements : Le Bikini, Nous Productions et Replica Promotion.
    Texte : Oso et Abigail Darktrisha
    Photos : Abigail Darktrisha

    Live report également en ligne sur Concertandco
    http://www.concertandco.com/critique/concert-ghost-dead-soul/bikini-toulouse/50671.htm

     


    votre commentaire
  • INHUMATE_Chalons en Champagne_21-11-2015

    INHUMATE – DEFLESHER – MY OWN FEAR – WE ARE SHADOWS
    21/11/2015 - Chalons-En-Champagne - Le Contrepoint



    Soirée de rentrée pour Delirium Tremens Prod en ce samedi où le Beaujolais est à l’honneur. Les tristes évènements survenus à Paris une semaine plus tôt ne semblent pas avoir entaché la motivation du public puisqu’on retrouve une bonne partie des habitués, même si la jauge affichera « seulement » 80 entrées dans une salle pouvant en contenir 250. Triste, mais pas catastrophique.

    Seul groupe de la soirée ne donnant pas dans le metal extrême, WE ARE SHADOWS (Charleville) ouvre le bal de façon pour le moins énergique. Le style est axé sur un Rock / Metal sombre et groovy lorgnant vers le début des années 2000. La prestation du groupe trouve très vite son rythme et repose en grande partie, malgré l’implication des musiciens, sur les épaules de Marie-Laure. La facilité avec laquelle la chanteuse passe d’un chant mélodieux à des cris enragés (attention, pas de chant guttural ici, fait suffisamment rare de nos jours pour être souligné) laisse pantois. La lancinance de ce Rock sombre est parfois limite monotone mais, heureusement, un passage plus entrainant arrive toujours à la rescousse. Petit bonus, une reprise de Björk (« Army of me ») bien sentie au regard de la voix de Marie-Laure qui s’y prête à merveille, superbement exécutée et renforcée d’un break écrasant de très bon goût !

    WE ARE SHADOWS_Chalons

    Originaire de la région parisienne, MY OWN FEAR prend le relai et ouvre donc le volet extrême de la soirée. Même si la prestation est moins rodée que celle de WE ARE SHADOWS, ça tient fermement la route. Marine (chant) ne s’économise pas elle non plus, et son gros chant death fait des ravages. On pense forcément à ARCH ENEMY du fait de cette présence féminine mais, loin de plagier le groupe suédois, MY OWN FEAR mise sur une approche sensiblement plus thrash. Ainsi, et même si des références diverses nous viennent en tête, l’ombre du METALLICA des années 80 plane sur ce répertoire. Le groupe se fend d’ailleurs d’un sympathique medley reprenant, après l’intro mythique de « Ride the Lightning », quelques extraits de classiques du thrash et du death. Un brin maladroit par contre de nommer certains des morceaux honorés, mais Marine cherche certainement ainsi à réchauffer l’ambiance, et le public ne se fait pas prier !

    MY OWN FEAR_Chalons

    Avec DEFLESHER, il est difficile, malgré la qualité des groupes précédents, de ne pas penser que les choses sérieuses commencent. En effet, l’ambiance glauque développée par la formation originaire de Rambouillet exclut d’entrée de jeu tout malentendu : exit la bonne humeur, place à un Death typé US de tradition qui rappelle le vieux CANNIBAL CORPSE (basse bien présente), MORBID ANGEL, ou encore IMMOLATION (riffs écrasants au possible sur fond de déluge de double grosse caisse). Même si le dreadlocké Dimitri (chant) plaisante volontiers avec les spectateurs qui balancent des « à poil ! » à l’envi, musicalement, ça ne rigole pas du tout ! L’efficacité est ici au premier plan, au détriment de l’originalité, une constante de la soirée semble-t-il. Une belle découverte.

    DEFLESHER_Chalons(5)

    Enfin c’est au tour de la tête d’affiche INHUMATE de prendre possession de la scène après un soundcheck un poil compliqué. On ne présente plus cette formation strasbourgeoise qui fête cette année ses 25 ans de carrière. Le morceau d’ouverture est plutôt atmosphérique, avant que les torpilles d’une brutalité sans limite ne soient ensuite alignées à un rythme hallucinant, aussi nombreuses que les coups de micro que s’inflige Chris (chant) sur le front. Je ne vais pas vous la faire à l’envers, je ne maitrise pas la discographie du quatuor, mais il est évident que c’est ici, sur scène, que ce style s’apprécie à sa juste valeur. On voit mal comment une telle débauche de violence pourrait être restituée sur bandes.

    INHUMATE_Chalons

    Les musiciens débordent d’enthousiasme malgré les chevelures grisonnantes, et c’est alors que l’on comprend que quelque chose est en train de se passer entre ce groupe et le public. Même si INHUMATE a toujours fait mouche lors des concerts auxquels j’ai pu assister, il y a ce soir un ingrédient supplémentaire. De là à dire que les évènements survenus une semaine auparavant y sont pour quelque chose… Arrive ensuite le point d’orgue du show : le moment où Chris fond en larmes (les commentaires débiles fusent alors, mais le vocaliste ne se laisse pas déconcentrer) avant, puis pendant un morceau tout en pesanteur qui s’achève dans un déluge de groove et de violence. Prenant ! Moment classique mais tout aussi efficace lorsque, lors du dernier titre, les musiciens jouent dans la fosse après avoir fait monter la quasi-totalité de l’assistance sur scène afin de bouger dans la bonne humeur ! INHUMATE a beau – style oblige – être une formation controversée, il aura fait l’unanimité ce soir. Un exutoire qui, dans un climat dérangé et dérangeant, est tombé à pic ! SICK !!!

    INHUMATE_Chalons(7)
     
    INHUMATE_Chalons(3)

    On ne remerciera donc jamais assez DT Prod de nous avoir fait vivre cette soirée exemplaire, mais surtout de faire en sorte qu’une scène metal existe dans cette ville si morne. Longue vie à cette poignée de passionnés, et à très bientôt !

    Texte : Morbid S / Photos : Nanie Shooting
    Remerciements spéciaux à Mélanie et Ludo pour leur accueil

     


    votre commentaire
  • PICARDIE MOUV' - Chauny - 19-11-2015_Affiche Chauny

    PICARDIE MOUV'
    MASS HYSTERIA + ANORAK + LA NEBULEUSE D'HIMA
    Chauny - Le Forum
    19 Novembre 2015



    A peine une semaine après les attentats qui ont secoués la capitale et endeuillés la communauté Rock/Metal, ce concert de MASS HYSTERIA revêt une dimension toute particulière. L'image d'un Bataclan dévasté, ensanglanté, est bien sûr dans tous les esprits mais il était important d'être là, impossible de reculer, il ne faut surtout pas laisser gagner le terrorisme, il faut continuer à sortir, à s'éclater dans les concerts Metal, il faut vivre, quoi !!! Et c'est le plus bel hommage que l'on peut rendre à toutes ces victimes qui sont tombées en ce maudit vendredi 13 Novembre 2015.

    Pour ouvrir cette escale chaunoise du PICARDIE MOUV', nous retrouvons LA NEBULEUSE D'HIMA, formation qui, avant d'être un groupe, est un collectif musical et visuel regroupant divers artistes, notamment des musiciens, des graphistes et autres illustrateurs... Difficilement définissable, la musique du groupe semble partir un peu dans tous les sens, croisement d'électro Rock, de Metal, parsemé de touches Hip Hop, de World Music, le tout soutenu par de grosses guitares, un mélange plutôt atypique mais qui passe superbement sur scène. Emmené par la remuante Faustine BERARDO, LA NEBULEUSE D'HIMA va nous entrainer dans son univers hors du commun grace à une prestation énergique et "jumpante" totalement dépaysante mais réellement rafraichissante. Une bien sympathique découverte !

    PICARDIE MOUV' - Chauny - 19-11-2015 019

    C'est ensuite ANORAK qui prend le relais sur la scène du Forum. Changement de groupe, changement de style, et l'on retrouve ici du gros Hardcore plutôt bourrin. Si Mo, le chanteur, fait preuve d'une voix puissante, ce chant hurlé finit, sur la longueur, par lasser, ça manque cruellement de variations, ce qui a tendance à rendre les compos quelque peu linéaires, on a l'impression que ce set très "frontal" tourne un peu en rond, certes c'est intense, brutal et ça avoine bien, mais au final on ne retient pas grand chose de la prestation des Picards. Depuis, ANORAK a annoncé sur sa page Facebook qu'il avait décidé de raccrocher les gants... une aventure de 10 ans qui prend fin ! Ce concert chaunois sera donc le dernier donné par le combo amiénois.

    PICARDIE MOUV' - Chauny - 19-11-2015 023

    Après les évenements tragiques de ces derniers jours, on aurait pu craindre une certaine défection de la part du public, fort heureusement il n'en est rien et MASS HYSTERIA va jouer ce soir devant près de 500 personnes, un chiffre plus qu'honorable pour une date en pleine semaine ! C'est avec "Tout Doit Disparaître", titre issu de l'album L'Armée des Ombres, que le groupe ouvre les hostilités. S'ensuit l'énorme "World On Fire", un titre plus que jamais d'actualité. Le public rentre immédiatement dans le set et ne se fait pas prier pour participer, ça commence à bien bouger dans la fosse, et ce n'est pas "Chiens de la Casse" et "Notre Complot", premiers extraits du tout récent Matière Noire, qui viendront nous contredire.

    PICARDIE MOUV' - Chauny - 19-11-2015 031

    Le public de « furieux » fait preuve d'une ferveur à toute épreuve, les slammeurs y vont bon train et quand déboule "Une Somme de Détails" l'ambiance est à son paroxisme, la communion entre le groupe et ses fans est totale. "L'enfer des Dieux", nouvel extrait du dernier album, viendra nous replonger dans l'actualité la plus récente. Les titres s'enchaînent avec énergie et bonne humeur, alternant nouveautés ("Vector Equilibrium", "Vae Soli", "Tout est Poison") appelés à devenir de futurs classiques, et incontournables ("P4", "Contraddiction", "Respect To The Dancefloor", "Furia"). "Respect To The Dancefloor" sera, une nouvelle fois, l'occasion pour Mouss d'inviter les demoiselles présentes à venir danser sur scène, avant que le groupe nous quitte avec le classique des classiques qu'est "Furia".

    PICARDIE MOUV' - Chauny - 19-11-2015 048

    Un excellent concert de la part d'un MASS HYSTERIA toujours aussi fédérateur et impressionnant quand il s'agit de mettre le feu, un pur concentré d'énergie positive qui aura permis au public de se défouler, et ce n'est pas un luxe en ces heures sombres, dans le respect de l'autre.

    Setlist : Intro / Tout Doit Disparaître / World On Fire / Chiens de la Casse / Notre Complot / Une Somme de Détails / L'Enfer des Dieux / Vector Equilibrium / Positif à Bloc / L'Archipel des Pensées / Vae Soli / Tout est Poison / P4 / Contraddiction / Plus que du Metal / Respect To The Dancefloor / Furia

    Un grand merci à Jean-Michel Fondement et Roger Wessier pour les accréditations.

    Texte et photos : Nono666

     


    votre commentaire
  • FEST\'IN\'MONTD_07-11-2015

    FEST'IN'MONTD
    Montdidier - Salle des Fêtes
    7 Novembre 2015



    L'ancien CLANDESTINE FESTIVAL qui se tenait à St Just en Chaussée s'est, depuis 4 ans, délocalisé à Montdidier, se rebaptisant par la même occasion FEST'IN'MONTD, ce sera notre première sous ce nom et nous n'allons pas être déçu, l'affiche faisant place à une diversité de styles allant du Hard FM/Glam au Hardcore en passant par le Stoner/Sludge, le Black ou le Death Metal.

    C'est à PLEASURE ADDICTION que revient la lourde tache d'ouvrir ce FEST'IN'MONTD, quatrième du nom. Les Parisiens vont nous balancer un Hard US tendance Sleazy Glam qui ne manquera pas de nous rappeler les grandes années Hair Metal, nous replongeant au coeur d'une époque où les BON JOVI, RATT et autres POISON ou MOTLEY CRÜE trustaient les premières places des charts US. Emmené par Butcho (HELLECTROKUTERS, SHOWTIME, ex-WATCHA) au chant, les Parisiens vont tenter de faire remuer un public encore bien clairsemé en ce début de festival, le groupe assure plutôt bien et va délivrer un set bien festif et entrainant, la musique proposée par PLEASURE ADDICTION est énergique et hyper mélodique, de quoi vous filer la patate et vous donner une irréprécible envie de remuer et de taper dans les mains... Le groupe prend du bon temps sur scène et termine son set par une reprise de "Crazy Train" fort bien envoyée et parfaitement exécutée, qui voit Butcho se muer en un Ozzy plus vrai que nature. Voilà donc une entrée en matière plus que convaincante qui nous met en condition pour la suite des festivités...

    Setlist : Dont Let Me Down / Hey Boy / Dance / I Love L.A. / Count 123 / Lights & Wonders / Shot Of Poison / Crazy Train (Ozzy Osbourne Cover)

     

    PLEASURE ADDICTION_FEST\'IN\'MONTD 2015 005
     

    Totale découverte ensuite avec TAMAN SHUD. Les Amiénois, dont les membres sont issus de formations telles que ASHURA ou ONIROMANCIE, vont nous délivrer un set tout bonnement excellent, pratiquant un Stoner Rock sans concession s'inspirant de groupes comme KYUSS, CROWBAR ou le MASTODON des débuts... ça envoie bien, c'est lourd, gras, poisseux et tellement jouissif... un pur moment de plaisir pour les amateurs de gros son plombé et rageur... Que dire de plus si ce n'est que le groupe nous a mis une bonne grosse baffe ! Vivement la sortie de l'album, attendue pour Janvier 2016...

     

    TAMAN SHUD_FEST\'IN\'MONTD 2015 059
     

    Après cette superbe découverte de TAMAN SHUD, il est maintenant temps d'accueillir IRMINSUL. Et là nous sommes en terrain connu. Les compiégnois vont, comme à leur habitude, nous dispenser une bonne dose de Hard Rock efficace. Le groupe est rodé à la scène, et s'il a du faire face il y a maintenant près d'un an au départ de Claude Finet (batterie), Guillaume Chefdeville, le p'tit nouveau, semble désormais bien place et parfaitement intégré, ce qui va permettre au groupe de déployer toute son énergie et son savoir-faire pour délivrer un set toujours aussi convaincant malgré des conditions peut-être pas des plus favorables vu le public encore assez restreint au moment du passage d'IRMINSUL, mais qu'à cela ne tienne, nos Picards, qu'ils jouent devant 10 ou 500 personnes, se sont, comme toujours, donner à fond.

     

    IRMINSUL_FEST\'IN\'MONTD 2015 069
     

    Nouveau venu sur la scène Metal Picarde, ATRYSTOS prend ensuite le relais dans un style très différent, en effet le groupe de l'Oise donne dans une sorte de mélange entre diverses influences "extrême" comme le Black, le Thrash et le Death pour un résultat qui se veut assez ravageur et puissant, un style que l'ont pourrait, sans trop se tromper, qualifier de War Metal au vue de l'idéologie du combo qui prone "la guerre pour un meilleur lendemain", tout un programme... Un concept parfaitement amené, notamment au niveau du look des Isariens où chaque membre porte casque et autre masque à gaz... Le groupe donne aujourd'hui son premier concert, et le moins qu'on puisse dire c'est qu'ATRYSTOS va délivrer un set plutôt solide malgré, parfois, quelques petits flottements au niveau de la mise en place... Cela reste néanmoins une très bonne découverte dont on ne manquera pas de vous reparler dès que l'occasion se présentera.

     

    ATRYSTOS_FEST\'IN\'MONTD 2015 100
     

    Remplaçant de dernière minute, BELERIAND s'est vu propulsé à l'affiche de ce FEST'IN'MONTD tout juste quelques jours avant la date fatidique suite à la défection de BREED MACHINE initialement prévu, le combo pratique un Occult Black Metal et a exécuté un set plutôt correct qui a su retenir l'attention des amateurs du style...

    Attardons nous maintenant sur CRUSHBURN, groupe que nous avions pu découvrir en ouverture du CHAULNES METAL FEST en Avril dernier où le groupe nous avait laissé une bonne impression. Impression qui sera grandement confirmée aujourd'hui avec un set des plus affuté. On sent que les Picards ont encore progressé, et c'est avec une certaine aisance qu'ils tiennent la scène, les gars balancent du gros riff à foisson et leur Death mélodique, groovy, agressif et moderne se montre d'une réelle efficacité en condition live, c'est dynamique et parfait pour faire headbanguer le public. Bref, ça envoie ! D'ailleurs le public ne s'y trompe pas et soutient le combo amiénois avec un bel enthousiasme !

     

    CRUSHBURN_FEST\'IN\'MONTD 2015 126
     

    Les Belges de DRAKKAR n'ont pas chomé depuis leur retour en 2012. Réédition du premier album X-Rated, sortie de Once Upon A Time... In Hell, puis le combo a enchainé les dates, ce qui a eu pour effet de resolidifier le groupe qui a visiblement retrouvé ses sensations d'antan... DRAKKAR, qui donne ce soir son dernier concert de l'année, exécute un set d'une énergie incroyable, le Power des Montois donne dans la surpuissance, c'est hyper pêchu, dynamique et d'une intensité inouïe. La setlist est principalement axée sur le dernier album mais les débuts Speed Metal du groupe ne seront pas oubliés et "Rise & Fight" et "Lords Of The North" viendront nous replonger dans un passé de près de 30 ans, toutefois ces deux titres prennent désormais une coloration bien actuelle et s'intègrent parfaitement à l'ensemble... une puissance scénique que nous pourront retrouver prochainement sur le premier live du groupe, à paraitre courant Janvier 2016.

    Setlist : Once Upon A Time In Hell / St-Bartholomew's Night / Lost / Yerushalayim / Rise & Fight / Lords Of The North / Alone / A Destiny That Does Not Heal

     

    DRAKKAR_FEST\'IN\'MONTD 2015 128
     

    Place maintenant au gros Death Metal de MORTUARY. Les Nancéens, avec plus de vingt cinq ans de carrière au compteur, n'ont plus grand chose à prouver et vont ce soir encore asséner une bonne grosse baffe à un public qui n'en demandait pas tant... Vous vouliez du lourd et du brutal, vous allez être servis ! Les lorrains vont nous délivrer un set fort énergique, intense et sans véritable temps mort, qui dévaste tout sur son passage, et malgré les années ces vétérans de la scène Death/Thrash française n'ont visiblement rien perdu de leur force de frappe et avec toujours cette furieuse envie d'en découvre, à l'image d'un Patrick Germonville des plus vindicatif et rien que ça, ça force le respect !

    Setlist : Intro / Create-Eradicate / The Memory Erasing Dreams / Yesterdead / Cubikophrenic Delirium / Exit / G.O.D / Empty / Primary Urge / Organ / Televiolence / Morbid Existence / E.N.D

     

    MORTUARY_FEST\'IN\'MONTD 2015 193


    La fatigue se faisant cruellement ressentir, et le Hardcore des Haut-Normands de PRIMAL AGE n'étant pas vraiment notre tasse de thé, nous décidons de quitter Montdidier après la déflagration assénée par MORTUARY... Une très bonne édition du FEST'IN'MONTD, petit festival bien sympathique qui nous aura permis de faire quelques découvertes fortes intéressantes, il est juste dommage que le public ne se soit pas déplacé un peu plus nombreux, pour le reste, rien à redire (accueil, organisation...), tout était parfait !

    Un grand merci à Vicomte et à son équipe pour les accréditations.

    Report : Nono666 & Xav'
    Photos : Nono666

     


    votre commentaire
  • CHILDREN OF BODOM_French Tour 2015

    CHILDREN OF BODOM + SYLOSIS
    Lyon - Transbordeur
    5 Novembre 2015



    C’est un concert exceptionnel que nous ont offert CHILDREN OF BODOM le 5 novembre au Transbordeur de Lyon. En première partie, SYLOSIS, une découverte pour moi, m’a agréablement surprise. Dès les premières notes, j’ai su que j’allais les adorer. Les thrashers anglais, qui jouent avec la diversité des genres musicaux et vocaux, sont juste excellents ! Beaucoup de puissance dans les notes, les rythmes et le grroouuuu ! Et bien sûr, une belle capacité à mettre l’ambiance, à chauffer le public pour les grands CHILDREN OF BODOM.

    Niveau musical, rien à redire, CHILDREN OF BODOM, c’est de la bombe. La setlist choisie mélangeait anciens titres et quelques uns du nouvel album : I Worship Chaos. Un vrai plaisir pour les oreilles. Petit bémol pour les mi-temps entre chaque chanson. Animées par le clavier de Janne “Oleg” Wirman, ça collait pas trop avec le reste. Même s’il est très très bon, que sa façon de jouer à la verticale est impressionnante, ça reste du clavier.

    CHILDREN OF BODOM_Lyon_05-11-2015

    Mais à part cela, ils ont assurés. Musicalement bien sûr, mais aussi niveau interaction avec le public, qui les a gratifié de nombreux pogos, de hurlements, de chants et d’applaudissements très nourris. Eux aussi habitués des mélanges des genres, les Finlandais n’ont rien perdu de la fougue qui les anime depuis 1993.

    Setlist : I Hurt / Are You Dead Yet? / Bodom After Midnight / Morrigan / Halo Of Blood / Bodom Beach Terror / Everytime I Die / Hate Me! / Lake Bodom / I Worship Chaos / Angels Don't Kill / Sixpounder / Blooddrunk / Hate Crew Deathroll / Downfall / Encore: In Your Face

    Report & Photo : Val Millat

     


    votre commentaire
  • BRITISH STEEL 4

    BRITISH STEEL SATURDAY NIGHT 4
    Fismes - Salle des Fêtes
    3 Octobre 2015



    Pour la quatrième année, UNDERGROUND INVESTIGATION organisait sa fameuse BRITISH STEEL SATURDAY NIGHT en ce samedi 3 Octobre 2015. Un rendez-vous immanquable pour tous les amateurs de Heavy Metal affillié à la mythique NWOBHM. Au programme, bon nombre de groupes mythiques des 80's comme TYGERS OF PAN TANG qui effectuait son retour à Fismes, TYSONDOG ou AVENGER, mais également quelques espoirs comme THE AMORETTES ou les Belges de WIZZ WIZZARD...

    Pour ouvrir les hostilités, Fismes voit le retour de M:PIRE OF EVIL, les ex-VENOM emmenés par Jeff "Mantas" Dunn et Tony "Demolition Man" Dolan, qui vont nous envoyer un set sans fioritures. Pourquoi une place d'opener pour de telles légendes me direz-vous, la réponse en est simple, le groupe a aujourd'hui deux sets à assurer, le premier à Fismes avec M:PIRE OF EVIL, et aussitôt après sa prestation, direction la Suisse où il doit jouer avec VENOM INC., reunion du VENOM de l'époque Prime Evil, Temple Of Ice et The Waste Lands, avec le légendaire Abaddon derrière les fûts. Son temps de jeu s'en voit donc un peu limité, mais quoi qu'il en soit, loin de délivrer un set au rabais, M:PIRE OF EVIL n'a pas lésiné et nous a exécuté un concert tout aussi intense qu'à son habitude, faisant l'équilibre parfait entre titres personnels et morceaux de VENOM, pour le plus grand plaisir des fans présents.

    Setlist : Hell To The Holy / Demone / Blackened Are The Priest (Venom cover) / Carnivorous (Venom Cover) / Wake Up Dead / Hellspawn / Welcome To Hell (Venom Cover) / Countess Bathory (Venom Cover)

     

    M-PIRE OF EVIL_BRITISH STEEL SATURDAY NIGHT 4_03 Octobre 2015 132
     

    Place ensuite à WIZZ WIZZARD, groupe que je ne connaissais que de nom avant de les voir sur la scène de Fismes, et le moins que l'on puisse dire c'est que s'ils ne sont pas Anglais, les Belges n'en délivrent pas moins un Hard 'n' Heavy qui prend sa source de l'autre côté de la Manche. Visiblement heureux d'être là, WIZZ WIZZARD vont nous délivrer un set bien sympathique qui nous aura fait passer un bien agréable moment. Une bonne découverte !

    Setlist : Live Or Die / Crucified / Reflections From Hell / Insanity / Six Feet Under / Tears From The Moon / On The Edge Of Desire

     

    Place maintenant à la gente féminine avec l'arrivée de THE AMORETTES, combo emmené par trois charmantes demoiselles, mais point ici de gothic ou autre Metal symphonique, nos Anglaises envoient de lourd, font dans le pêchu inspiré de GIRLSCHOOL ou des RUNAWAYS, nous rappelant également par instants un groupe comme CRUCIFIED BARBARA. Et tout comme les Suèdoises, THE AMORETTES balancent un Hard Rock'n'Roll endiablé, énergique et d'une efficacité à toute épreuve, parfait pour mettre le feu en live, ce qui sera effectivement le cas aujourd'hui !

    Setlist : Give 'Em Hell / Get What's Coming / Fire At Will / Bull By The Horns / Too Much Is Never Enough / Daddy's Got Money / Heartbreaker / Shoot From The Hip / Hot And Heavy

    Reformé depuis maintenant quelques années, TYSONDOG prend ensuite le relais sur scène et va nous asséner un set carré et puissant. Le groupe issu de la NWOBHM ne nous laissera aucun répit, alternant tout naturellement sa setlist entre le mythique Beware Of The Dog (1984), son succésseur Crimes Of Insanity (1986) et le tout récent Cry Havoc qui sera, quant à lui, représenté par trois titres. Si ce dernier méfait sorti en avril dernier ne m'a que peu convaincu, il faut bien reconnaitre qu'en condition live ces titres passent plutôt bien et s'intègrent sans mal au milieu des titres phare des deux premiers opus que sont "Blood Money", "Don't Let The Bastards" ou "Hammerhead" qui ont ponctué une prestation d'excellente qualité, énergique et fort efficace.

    Setlist : Blood Money / Into The Void / Don't Let The Bastards / Cry Havoc / Hammerhead / Painted Heroes / Shadow Of The Beast / Taste The Hate

     

    TYSONDOG_BRITISH STEEL SATURDAY NIGHT 4_03 Octobre 2015 214
     

    AVENGER fait partie de ces groupes un peu oubliés de la NWOBHM, mais néanmoins loin d'être dénués d'intérêt. Formé en 1982, le combo de Newcastle, après avoir sorti deux opus durant les 80's, est revenu l'année dernière avec un The Slaughter Never Stops d'un excellent niveau, et le set d'aujourd'hui ne fera que confirmer ce ressenti. Le groupe se montre tout à fait à l'aise sur scène et va nous délivrer un Heavy Metal certes tout ce qu'il y a de plus classique mais se révèlant relativement efficace pour convaincre le public de ce BRITISH STEEL avide de sonorités typiquement old school... Mission accomplie donc pour AVENGER qui, loin d'être rouillé, aura délivré un set parfaitement équilibré, alternant morceaux de chacune de ses trois réalisations.

    Setlist : Race Against Time / Into The Nexus / Run For Your Life / Brand Of Torture / Fate / Death Race 2000 / In Arcadia, Go! / Hard Time / Enforcer

     

    AVENGER_BRITISH STEEL SATURDAY NIGHT 4_03 Octobre 2015 242
     

    Nous avions eu l'occasion de voir SALEM il y a quasiment un an lors de son passage au Black Pearl de Laigneville (18/10/2014) et le moins que l'on puisse dire, c'est que le groupe nous avait, à cette occasion, fait forte impression. Alors passé la déception de l'annulation d'OLIVER/DAWSON'S SAXON, ce fut donc une grande satisfaction quand UNDERGROUND INVESTIGATION annonça le nom de SALEM en remplacement des légendaires Graham Oliver et Steve Dawson. Et le groupe, loin de décevoir, va, à nouveau ce soir, se montrer d'une grande efficacité, délivrant une prestation d'un très bon niveau, SALEM fait la part belle à son unique album, Forgotten Dreams, paru en 2013, le reste de la setlist étant constitué d'anciens titres issus de démos des années 80, que certains ont peut-être pu découvrir sur la compilation In The Beginning... sortie en 2010. Simon Saxby est un excellent chanteur et un frontman remarquable, soutenu par des musiciens au top qui vont exécuter un set particulièrement jubilatoire pour tout amateur de ces sonorités heavy métalliques mélodiques issues des années 80.

    Setlist : When Love Is In Your Heart / High Stakes / Fool's Gold / Rock Fever / Ask The Lonely / Trilogy I - The Keeper Of The Keys / Other Side Of Hell / The Answer / Break The Chains / Forgotten Dreams / Reach To Eternity

     

    SALEM_BRITISH STEEL SATURDAY NIGHT 4_03 Octobre 2015 259
     

    GANG joue ici à domicile et compte bon nombre de fans dans la salle, c'est donc un accueil des plus chaleureux qui lui est réservé, et s'il est le seul groupe français à l'affiche, il faut bien reconnaitre que son style très "old school" et grandement inspiré de la NWOBHM colle parfaitement à la programmation de ce BRITISH STEEL. Le groupe, comme à son habitude, prend du bon temps et s'éclate sur scène tout en faisant passer un excellent moment au public qui soutient les Fismois comme il se doit, toujours un grand moment de communion entre le groupe et son public !

    Setlist : The King Became A God / Chaos For Glory / Believer Betrayer / Dying World / Another Tomorrow / Mr. Pedo / Save Me / Riding On The Wind / All Of The Damned / All The Fool Around

     

    GANG_BRITISH STEEL SATURDAY NIGHT 4_03 Octobre 2015 301
     

    TYGERS OF PAN TANG avait grandement remplit son contrat en 2012 lors de sa première venue fismoise, délivrant une prestation de grande classe qui avait hautement convaincu le public alors présent. Voir le groupe revenir dans cette même salle était donc plus qu'une satisfaction, et nous n'allons pas être déçus tant nos Anglais vont une nouvelle fois se montrer tout bonnement excellents, délivrant un set d'un haut niveau, énergique et puissant, principalement axé sur les quatre premiers albums du groupe, et notamment Wild Cat (1980) qui sera représenté ce soir par pas moins de 6 titres, ce qui ne manquera pas de ravir les fans de la première heure, toujours contents de retrouver tous ces classiques issus des 80's. Jacopo Mielle fait, une nouvelle fois, preuve d'un immense talent vocal, que ce soit sur les titres les plus récents issus d'Animal Instinct ou Ambush que lors de l'interprétation des incontournables de la grande époque, en parfaite osmose avec ses camarades qui, musicalement, à l'image d'un Robb Weir, seul rescapé des débuts, assurent magistralement. Le félin est toujours en grande forme, plein de vigueur et plus affuté que jamais, ce nouveau concert champenois en est la preuve flagrante !

    Setlist : Gangland / Love Don't Stay / Rock Candy / She / Paris by Air / Euthanasia / Killers / Slave To Freedom / Rock 'N' Roll Man / Keeping Me Alive / Never Satisfied / Insanity / Suzie Smiled / Don't Touch Me There / Hellbound / Encore: Raised On Rock / Love Potion No. 9

     

    TYGERS OF PAN TANG_BRITISH STEEL SATURDAY NIGHT 4_03 Octobre 2015 339


    C'est ainsi que s'achève cette quatrième édition d'un BRITISH STEEL qui aura une nouvelle fois tenu toutes ses promesses, d'excellents groupes au programme, une organisation toujours aussi impeccable... Bravo et Merci à UNDERGROUND INVESTIGATION, et rendez-vous l'année prochaine pour de nouvelles aventures...

    Report & photos : Nono666

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique