• PAIN OF SALVATION - Pagney Derrière Barine - 23/06/2017

     

    PAIN OF SALVATION + BOTTLE NEXT
    Pagney-Derrière-Barine - Chez Paulette
    23 Juin 2017



    Ce vendredi soir de grande chaleur, Chez Paulette, un Pub Rock qui attire décidément de plus en plus de grands noms, deux formations sont au menu. La première, BOTTLE NEXT, totalement inconnue pour ma part, je me réserve la surprise de la découverte pour le concert, la deuxième, les Suédois de PAIN OF SALVATION qui sont là pour promouvoir leur dernier album In The Passing Light Of Day sorti en janvier dernier chez InsideOut Music.

    Un réflexe désormais, c'est de regarder sur l'évènement Facebook pour voir un peu l'engouement qu'a pu susciter cette affiche, et d'après cet outil, l'affluence ne s'annonce pas des plus grande. Une fois sur place, quelques personnes sont déjà là, un quart d'heure avant l'ouverture de la salle, ce qui nous permet d'accéder au bar, en attendant l'ouverture de la salle en elle-même ! L'âge moyen du public ce soir est plus avancé que d'habitude, l'étiquette Progressive Metal des Suédois aidant certainement à celà, mais cela veut également dire que la jauge Facebook n'est pas fiable. Alors si je ne suis pas un assidu auditeur de PAIN OF SALVATION, je dois avouer que One Hour By The Concrete Lake, Road Salt I et Scarsick, les trois albums que je possède, me suffisent pour avoir ce que j'aime chez ce groupe, le côté Heavy Progressif avec le premier, la simplicité Rock du deuxième et la folie créatrice du troisième, autant de facettes différentes qu'il va être difficile de retrouver ce soir.

    Mais avant cela, c'est donc BOTTLE NEXT qui ouvre les hostilités, le combo vient de Lyon et il a déjà ouvert pour PAIN OF SALVATION dans le sud de la France, à Puget sur Argens le 20 juin dernier. C'est un duo batterie/guitare électro acoustique mais qui va nous prendre à contre-pieds d'autant que sur l'affiche il est noté un style Hard Folk. Résultat, nous avons là une débauche d'énergie incroyable, un batteur ultra talentueux avec des cassures rythmiques qui paraissent être d'une simplicité mais qui demande une maîtrise pointilleuse, et le tout avec une force de frappe percutante. Un côté QUEENS OF THE STONE AGE de l'album Lullabies To Paralyze remonte à la surface mais il y a quelque chose là de tout à fait personnel qui fait qu'il est très difficile de citer des noms pour essayer de situer ce groupe Lyonnais hors normes ! Bad Horses, c'est son album récemment sorti que je vous invite à aller écouter pour ceux qui aiment le Rock qui bute avec un esprit rafraîchissant. Une belle découverte qui sera de nouveau chez Paulette le 30 septembre prochain, et comme ce sont deux showmen incroyables, nul doute que la soirée sera encore très chaude !

     

    PAIN OF SALVATION - Pagney Derrière Barine - 23/06/2017


    Après une rapide pause, 15 minutes, tout juste le temps de se rafraîchir, c'est au tour de PAIN OF SALVATION de prendre la scène d'assaut, et c'est sur le lourd "Full Throttle Tribe" issu du dernier album en date que les cinq musiciens se présentent à nous. Pour célébrer le Midsummer's Eve, des feuillages ont été mis sur les micros de chant, et puisque l'on parle de chant, premier choc pour moi qui voit ce groupe pour la première fois, tous les membres du groupe chantent (ou font des chœurs pour Léo Margarit à la batterie, Daniel Karlsson aux claviers et Gustaf Hielm à la basse) dont Johann Hallgren, de retour dans le groupe depuis le départ de Ragnar Zolberg qui officiait sur le dernier album et qui possédait un chant visiblement extraordinaire. Toutefois, pour supporter Daniel Gildenlöw, Johann n'est pas en reste et envoie une prestation qui lui fait vraiment honneur, sa présence scénique fait également remonter ce brin de folie que l'on connait au groupe.

     

    PAIN OF SALVATION - Pagney Derrière Barine - 23/06/2017


    Le groupe est tout sourire, Daniel, en bon frontman, s'assure de la participation d'un public qui garnit désormais honorablement la salle, et avec "Linoleum" les 250 / 300 personnes présentes montrent leur soutien aux Suédois. Mais ce soir, le groupe opte pour des titres excellents mais qui mettent en avant une facette Progressive qui finit par donner quelques longueurs à ce show, "Beyond The Pale", "Ashes" et "Silent God" forment un ventre mou où la délicatesse si appréciable sur disque calme un peu trop ce public qui ne demande qu'à exploser. "The Physics Of Gridlock", extrait de Road Salt II, se charge de remettre un peu de rythme dans tout cela mais déjà le groupe quitte la scène, non sans être revenu pour l'interprétation du titre "The Passing Light Of Day" que Daniel Gildenlöw annonce comme étant très difficile pour lui d’interpréter sur scène et qu'il dédie à sa femme (lisez les paroles, vous allez comprendre pourquoi cette dédicace). Toujours est-il que le chanteur se met à nu, seul sur scène avec sa guitare tranquillement posée et son chant délicat avant que Daniel Karlsson ne le rejoigne, puis l'ensemble du groupe. De nouveau c'est une facette Progressive Metal qui est mise en avant là mais quel titre pour clôturer ce show qui aura montrer de la maîtrise de la part de ce groupe chevronné.

     

    PAIN OF SALVATION - Pagney Derrière Barine - 23/06/2017


    Alors si je n'ai pas été totalement convaincu par la setlist de ce soir, il faut tout de même reconnaitre que ce groupe possède une présence assez unique, mais surtout qu'étant donné que je ne possède pas, et que je ne suis pas fan non plus, des albums les plus appréciés des fans du groupe, j'imagine que le fan lambda de PAIN OF SALVATION présent ce soir, lui, aura trouvé ce qu'il cherchait.

    Setlist : Full Throttle Tribe / Reasons / Meaningless / Linoleum / A Trace Of Blood / Rope Ends / Beyond The Pale / Ashes / Silent Gold / On A Tuesday / The Physics Of Gridlock / The Passing Light Of Day

    Report & Photos : Aymerick Painless

     

     


    votre commentaire
  • UGLY KID JOE - Nancy - 10/06/2017

     

    UGLY KID JOE + SNAP BORDER
    Nancy - Le Hublot
    10 Juin 2017



    Voilà huit mois, je retrouvais ma jeunesse (ou une partie en tout cas) avec le show d'UGLY KID JOE à Reims, alors que les Américains se produiront au Hellfest Open Air, une tournée a donc germé autour, avec un arrêt à Nancy dans la salle Le Hublot, salle que je découvre aujourd'hui.

    C'est un groupe local qui œuvre lorsque l'on pénètre dans la salle, il s'agit de SNAP BORDER, cinq gars qui ont du écouter LINKIN PARK, NICKELBACK ou toute cette scène Américaine du début du siècle en boucle. Alors c'est calibré à mort, aucune surprise mais aussi, aucune fausse note, les gars sont pro, énergiques et ont totalement leur place sur cette affiche. Ils défendent un premier album, Alternative Current Box, publié en 2016. Franck, le grand chanteur dreadlocké, possède une voix et coffre qui impose le respect, même s'il chantait comme une casserole, je ne me dévouerais pas pour lui dire. Quelques passages légèrement rapés assurés par le bassiste, Adam, nous renvoient directement vers LINKIN PARK alors que des titres plus Alternative nous mènent vers NICKELBACK et les titres tels que "Draw Me The Borders", "Ghost", "Mary Sells" ou "On The Road" offrent un excellent aperçu de cet album que les amateurs du style peuvent découvrir sans problème.

    Après un court temps de changement de plateau, un line-check rapide et voici Klaus Eichstadt, guitariste et membre historique du groupe, Cordell Crockett, le bassiste, Zac Morris, à la batterie (et en slip, et vu sa frappe, on le comprend aisément) et surtout, Dave Fortman, guitariste et producteur reconnu, membre historique du groupe, que nous n'avions pas vu il y a 8 mois, sont sur scène pour balancer "Intro" issu de l'album Menace To Sobriety. Le public est chaud, une bonne partie est arrivée juste avant le début du concert des Américains, et même si la salle est loin d'être remplie, on a quand même une centaine de personnes ce soir. "Neighbor" prend la suite, Whitfield Crane déboule sur scène en short, et surtout avec le bras gauche en bandoulière, mais son charisme n'en est pas affecté et la magie opère de nouveau comme il y a huit mois. La setlist offerte ce soir navigue habilement entre America's Least Wanted et Menace To Sobriety avec 13 titres sur les 19 joués ce soir, c'est dire si le groupe est encore fier de ces deux brûlots, et ça tombe bien car c'est bien ce que semble vouloir entendre le public. Les interventions de Whitfield Crane sont encore pleines de second degré et d'humour à froid, comme lorsqu'il demande quel est le nom du groupe de première partie et de les féliciter pour leur musique qui est vraiment excellente, peut-être le meilleur groupe qui ait ouvert pour eux d'après le chanteur avant de finir par un je dis ça de tous les groupes qui déclenche l'hilarité du public. Comme à Reims, il donne à Klaus, son ami d'enfance comme il aime le présenter, son moment de gloire avec l'interprétation de "Mr Recordman" seul sur le devant de la scène pendant que lui fait signe au public en fond de scène de taper des mains avec l'index et et le pouce de son bras libre.

    Par rapport à la setlist de Reims il y a huit mois, pas énormément de changement, là aussi le jeu du chanteur de faire hurler le public le plus fort possible et si le niveau est assez haut, c'est trois titres au lieu de un ! Inutile de vous dire que les trois titres étaient prévus mais quels titres "Ace Of Spades", la reprise survitaminée de MOTÖRHEAD qui colle tellement bien à la peau d'UGLY KID JOE, un attendu "Everything About You" pour conclure le show, provoquant comme à chaque fois l’hystérie du public, mais surtout, un "Funky Fresh Country Club" au beau milieu, un titre issu du premier EP qui est repris à la perfection par ce groupe sur lequel le temps ne semble pas avoir d'emprise, juste phénoménal, je me revois dans ma chambre d'ado avec le livret du EP en train de chanter les paroles de ce titre, c'était il y a plus de vingt ans et pourtant ce soir je me sens jeune (beaucoup moins le lendemain matin où mes cervicales me rappellent à l'ordre !)

     

    UGLY KID JOE - Nancy - 10/06/2017


    UGLY KID JOE sur scène, c'est une énergie incroyable, un feeling hors pair, une complicité entre tous les membres qui fout la banane, oui même pour les plus durs et les plus extrêmes d'entre tous les metalleux, il y a chez ces Américains un talent de composition avec des paroles qui vont au-delà du second degré, et dans cette ambiance club, ce groupe prend vraiment toute sa dimension. Il n'empêche que peu importe la salle où vous pouvez aller les voir, allez-y, c'est juste énorme !

    Quelle soirée, merci Live ! Colmar d'avoir organisé cette date, en espérant que cette soirée ne sera pas la dernière pour moi dans cette salle, les endroits à Nancy étant très fragilement installés. On a encore pu se rendre compte de l'humilité de ces gaillards avec ce Zac Morris, en slip dans la nuit Nancéenne regagnant le bus, une dernière image... euh... troublante !

    Setlist : Intro / Neighbor / Jesus Rode A Harley / C.U.S.T. / Panhandlin' Prince / No One Survives / Devil's Parade / So Damn Cool / Cat's In The Cradle / I'm Alright / Milkman's Son / Goddamn Devil / Dialogue / Tomorrow's World / Mr. Recordman / V.I.P. / Ace Of Spades (Motörhead Cover) / Funky Fresh Country Club / Everything About You

    Report & Photos : Aymerick Painless

     

     


    votre commentaire
  • HARD ROCK LEGEND - Fismes - 29/04/2017

     

    HARD ROCK LEGEND
    Fismes - La Spirale
    29 Avril 2017



    Le HARD ROCK LEGEND, initié en 2016 par Underground Investigation, affiche sold out pour sa seconde édition, une belle performance à mettre une nouvelle fois au crédit de la très active association fismoise qui, année après année, a toujours à cœur de nous proposer des rendez-vous tous plus intéressants les uns que les autres. Après BLAZE BAYLEY l'an passé, c'est cette année ULI JON ROTH, l'ancien guitariste de SCORPIONS, qui vient fouler la scène de la Spirale, et ce devant près de 400 personnes enthousiastes qui ont fait le déplacement jusqu'à Fismes pour venir l'applaudir. Sont aussi présents à l'affiche les locaux de GANG, ainsi que les Grecs ANGELO PERLEPES'S MYSTERY.

    Pour ouvrir ce HARD ROCK LEGEND, ce sont donc nos amis de GANG, et accessoirement organisateur de cette soirée, qui investissent la scène de la Spirale. Jouant à domicile, les marnais comptent bon nombre de supporters dans la salle. Sortant d'une angine toute récente, Bill n'est pas forcément au maximum de ses capacités vocales, il va néanmoins s'en sortir très honorablement, parfaitement soutenu par ses acolytes qui vont assurer dans la bonne humeur. Nous assisterons ce soir à un set d'une trentaine de minutes où se côtoient classiques du groupe et nouveaux titres... de quoi mettre le public dans l'ambiance et lancer cette soirée sur les meilleurs rails qui soient, mais connaissant GANG, on avait pas grand doute là-dessus !

    HARD ROCK LEGEND - Fismes - 29/04/2017


    MYSTERY sera ensuite une totale découverte. Emmené par Angelo Perlepes, guitariste virtuose considéré comme le Malmsteen grec, et des musiciens talentueux, le groupe va nous proposer un set qui si stylistiquement parlant n'a rien de vraiment original se révèle plutôt plaisant, nous délivrant un Power Metal tout ce qu'il y a de plus passe partout, le tout agrémenté de parties guitare aux accents néo-classique. Et si le groupe grec est quasi inconnu chez nous, ANGELO PERLEPES'S MYSTERY affiche déjà trente ans d'activité, ce qui, il faut bien le dire, force le respect, montrant une expérience certaine via une exécution irréprochable. Le public semble apprécier, on en veut pour preuve ce rappel qui viendra mettre un point final à 45 minutes d'un set fort bien accueilli par un auditoire visiblement ravi. Une bien sympathique découverte donc pour le public fismois !

    HARD ROCK LEGEND - Fismes - 29/04/2017


    Il est maintenant temps d'accueillir la légende, le maestro, Monsieur ULI JON ROTH. Ce soir, l'ex-SCORPIONS va nous proposer un set basé dans sa presque intégralité sur le répertoire de son ex-groupe, d'ailleurs cette tournée ne s'intitule t-elle pas Tokyo Tapes Revisited Tour... un répertoire auquel Uli va faire honneur, nous offrant une relecture empreinte d'une magie quasi céleste, ce mot étant loin d'être exagéré pour un monstre de la guitare tel qu'Uli Jon Roth. Accompagné d'excellents musiciens, il va enchaîner les classiques, son touché inimitable fait des merveilles, capable de transmettre bien des émotions, le voir ainsi interpréter tous ces titres qui ont contribué à forger la légende est un réel plaisir. Le public est sous le charme et ne manque pas de le faire savoir en acclamant le guitariste comme il se doit après chaque titre. Ce soir, ULI JON ROTH nous a fait vivre un grand, un très grand moment qu'il ne fallait surtout pas rater !

    HARD ROCK LEGEND - Fismes - 29/04/2017


    Un grand merci à toute l'équipe d'Underground Investigation et de la Spirale pour nous avoir permis de vivre ce superbe moment, mais aussi au public qui, en se déplaçant en masse, a lui aussi contribué à la réussite de cet événement... on a déjà hâte d'être à l'année prochaine...

    Report & photos : Nono666

     

     


    votre commentaire
  • CHAULNES METAL FEST - Chaulnes - 15/04/2017

     

    CHAULNES METAL FEST
    Chaulnes - OCLC
    15 Avril 2017




    Comme tous les ans, le week-end de Pâques est synonyme de rendez-vous metallique, et ce depuis maintenant quinze ans ! Car oui, le CHAULNES METAL FEST fête cette année ses quinze ans, une édition qui revêt donc un caractère un peu spécial... c'est que ce n'est pas rien quinze ans d'existence pour un festival comme le CMF qui nous a concocté cette année encore une affiche des plus alléchante...

    C'est à PRAETORIA qu'incombe donc d'ouvrir ce cru 2017, et les gagnants du tremplin 2016 vont s'acquitter de cette tâche fort bien malgré un public encore bien clairsemé en ce début de fest. Les Parisiens ne s'encombrent guère de détails et vont nous asséner une bonne dose de Deathcore plutôt bien exécuté, pourtant le public semble avoir un peu de mal à rentrer dans le set du combo francilien qui, loin de démériter, s'en sort plus qu'avec les honneurs.

    Setlist : This World Immersed / The Passenger / Unbreakable / Inhumanity Is Complete / Deliver Us From Their Chains / L’insouciant / Malicious Trap / Praetoria LXXV / Disaster Of Mars

    CHAULNES METAL FEST - Chaulnes - 15/04/2017


    On continue dans un registre assez similaire avec HEBOÏDOPHRENIE, groupe qui était déjà présent lors de l'édition 2014, nous les retrouvons aujourd'hui plus affuté que jamais, balançant un Death à tendance Deathcore, vindicatif et agressif, les Bordelais tenteront de provoquer un wall of death sans grand succès, seuls 4 ou 5 téméraires y prendront part... mais le problème avec les groupes de ce style, du moins pour moi qui ne suis pas un grand amateur du genre, c'est qu'on a toujours un peu l'impression d'entendre la même chose, mais après ce n'est qu'une histoire de gout et de ressenti, car il faut bien reconnaitre que le groupe connait son affaire et se montre plutôt convaincant pour peu que l'on ne soit pas trop réfractaire à ce style relativement brutal.

    Setlist : Decay / Morbid Satyriasis / Hipster / Cadaver / Bonnet M / Flush The Meat / Left Half Dead / Beheaded

    CHAULNES METAL FEST - Chaulnes - 15/04/2017


    Mais passons à quelque chose de bien plus accessible pour les oreilles de votre serviteur, avec l'arrivée de NOW OR NEVER, groupe réunissant notamment Jo Amore, l'ex chanteur de NIGHTMARE, et Ricky Marx, ex-guitariste de PRETTY MAIDS. Le groupe nous livre une setlist parfaitement équilibrée entre ses deux albums, offrant au public un Heavy Metal mélodique de grande qualité où brille un Jo Amore toujours aussi impressionnant vocalement (Ronnie James Dio n'est jamais bien loin !). Ses compères ne sont pas en reste, notamment Ricky Marx qui, sans en faire trop, délivre des parties guitare tout bonnement somptueuses. On se dit alors qu'avec un tel groupe, le Heavy Metal a encore de beaux jours devant lui...

    CHAULNES METAL FEST - Chaulnes - 15/04/2017


    NO RETURN et Chaulnes, c'est une longue histoire, on ne compte plus le nombre de fois où le combo d'Alain Clément a foulé la scène du festival Picard. Nos vétérans du Thrash/Death s'y sentent un peu comme chez eux... Avec NO RETURN, c'est un peu comme revoir un vieux pote que l'on n'aurait pas vu depuis de longs mois et que l'on retrouve avec toujours le même plaisir. Comme à son habitude, le groupe va délivrer un set puissant et énergique dont le point d'orgue sera incontestablement la participation de Moreno Grosso, chanteur de NO RETURN entre 2003 et 2010, sur un "Rising" tellurique qui finira d'enflammer un auditoire déjà bien chaud.

    CHAULNES METAL FEST - Chaulnes - 15/04/2017


    Nouvel album, nouveau label, SVART CROWN a semble-t-il franchi une nouvelle étape avec la sortie d'Abreaction, un palier supplémentaire qui devrait mener les Niçois vers une reconnaissance à plus grande échelle. Quoi qu'il en soit, c'est ce soir sur les planches du CHAULNES METAL FEST que nous les retrouvons, et le combo va nous délivrer un set bien rodé, aidé par des lumières du meilleur effet conférant à l'ensemble une ambiance sombre et malsaine qui colle parfaitement au Death menaçant du combo. Et ce ne sont pas les extraits du nouvel album, mention spéciale à "Khimba Rites", qui nous feront dire le contraire, tous s’intégrant parfaitement à la setlist. Mission accomplie donc pour SVART CROWN qui a su emmener le public dans son univers, un univers bien particulier où règne une noirceur ambiante. Un show sans concession, et parfaitement exécuté !

    CHAULNES METAL FEST - Chaulnes - 15/04/2017


    LOUDBLAST, tout comme NO RETURN, a ses habitudes à Chaulnes ! Le groupe y joue en effet pour la quatrième fois et, une nouvelle fois, nous n'allons pas être déçus tant les nordistes vont délivrer un set énorme. Alex Lenormand étant absent sur cette tournée, c'est Fred Leclercq de DRAGONFORCE qui tient la basse, et disons-le, il va assurer comme une bête ! D'emblée, "Presumption" va lancer une première partie de set furieuse consacrée à l'album Sublime Dementia, sans doute le disque le plus emblématique du combo lillois, qui sera joué ce soir dans sa presque intégralité. Dans le public, c'est la folie, les fans sont déchainés, les pogos et autres circle-pits vont bon train... La seconde partie du show, toute aussi dévastatrice, verra LOUDBLAST nous balancer, tels des uppercuts, "Disquieting Beliefs", "Malignant Growth", et, en guise de conclusion, le classique ultime qu'est "Cross The Threshold" qui viendra nous achever définitivement. Et respect total à Hervé Coquerel qui a assuré le set tout en étant blessé à la jambe !

    Setlist : Presumption / Wisdom... (Farther On) / Turn The Scale / Subject To Spirit / Fire And Ice / Sublime Dementia / My Last Journey / The Horror Within / Flesh / Disquieting Beliefs / Malignant Growth / Cross The Threshold

    CHAULNES METAL FEST - Chaulnes - 15/04/2017


    Après le set infernal délivré par LOUDBLAST, on aurait pu craindre que le public soit un brin fatigué pour accueillir ONSLAUGHT, fort heureusement il n'en sera rien. Sur cette tournée, les Anglais célèbrent les trente ans de leur second album, The Force, qui sera joué ce soir en intégralité pour notre plus grand plaisir. Les Britishs sont visiblement en très grande forme, Nige Rockett se montre des plus incisif, tout comme Sy Keeler, effrayant de maitrise vocale, ONSLAUGHT, qui n'est visiblement pas venu pour faire de la figuration, va nous offrir une véritable leçon de Thrash Metal, délivrant un set d'une puissance redoutable qui en aura laissé plus d'un sur les rotules !

    CHAULNES METAL FEST - Chaulnes - 15/04/2017


    Un grand merci à toute l'équipe du CHAULNES METAL FEST qui, pour ses quinze ans, nous a, une nouvelle fois, proposé une affiche des plus solide capable de combler les attentes des fidèles du festival qui, année après année, ont, eux aussi, conféré à la renommée de ce rendez-vous devenu incontournable pour tout amateur de Metal digne de ce nom... On espère bien en reprendre pour encore au moins quinze ans...


    Report : Nono666 & Xav'
    Photos : Nono666

     

     


    votre commentaire
  • ROCK'N FESTIVAL 6 - Chauny - 01/04/2017

     

    ROCK'N FESTIVAL
    Chauny - Le Forum
    01 Avril 2017



    Rendez-vous désormais incontournable, le ROCK'N FESTIVAL a, pour sa sixième édition, visé juste en invitant ni plus ni moins que NINA HAGEN, icône Punk Allemande, et Chris Slade, l'actuel batteur d'AC/DC, qui évolue ici sous le nom de CHRIS SLADE TIMELINE, une affiche des plus alléchante donc, complétée par les Suédois de BLUES PILLS, valeur montante actuelle du Rock 70's, et MANTE, jeune formation française qui commence à faire parler d'elle. Une programmation relativement solide qui aura permis au ROCK'N FESTIVAL d'afficher sold out quelques jours avant la date fatidique, avec pas moins de 900 entrées comptabilisées.

    Découverte totale, MANTE, trio mené par Isïa Marie (chant/guitare - ex-EDEN PILL), pratique une sorte d'Electro Pop Rock qui passe plutôt bien si l'on excepte le fait que ce groupe en devenir, visiblement un peu timide, semble encore chercher quelque peu ses marques... toutefois nos trois jeunes gens se montrent appliqués et font le boulot, nous offrant un moment plutôt sympa, à défaut d'être totalement inoubliable. Prometteur dirons nous !

     

    ROCK'N FESTIVAL 6 - Chauny - 01/04/2017

     

    Il en sera tout autre avec BLUES PILLS, bien rodé à la scène, qui ne manquera pas de marquer les esprits avec son Hard Rock 70's hyper énergique. Les Suédois, emmenés par la charmante Elin Larsson, chanteuse aux pieds nus et à la voix puissante, vont délivrer un set en tous points remarquable, Miss Elin fait son show et il n'y a pas grand chose à redire, tant vocalement que scéniquement, tout est parfaitement en place, soutenue par des musiciens qui assurent grave derrière. BLUES PILLS envoie du lourd, Elin Larsson, de sa voix gorgée de feeling que l'on pourrait rapprocher de Janis Joplin, hypnotise un public comme électrisé par cette musique aux relents psychédéliques et bluesy. Hyper talentueux et en très grande forme, nos Suédois ont visiblement gagné de nouveaux fans ce soir, délivrant un set hyper dynamique, impressionnant de maitrise. Du grand Art !

     

    ROCK'N FESTIVAL 6 - Chauny - 01/04/2017

    Setlist BLUES PILLS : Lady In Gold / Little Boy Preacher / Black Smoke / Highclass Woman / Ain't No Change / Elements And Things / You Gotta Try / Gone So Long / Somebody To Love / Little Sun / Devil Man

     

    Place ensuite à l'icône du Punk allemand, la diva déjantée des années 80, NINA HAGEN, à 62 ans, assure encore sacrément bien, certes on ne retrouve plus vraiment cette folie et cette provoc' qui l'animait durant ses années de gloire, et malgré un look toujours aussi extravagant, l'Allemande s'est un peu assagie, se montrant moins exubérante que par le passé, mais le talent est toujours là, tout comme sa voix, reconnaissable entre mille. C'est assise et accompagnée d'une guitare sèche et de ses musiciens que Nina va nous interpréter la grande majorité de son set, nous entrainant dans son univers ô combien jouissif, chantant tantôt en allemand, tantôt en français ou en anglais, se frottant aussi bien à Piaf ("Je Ne Regrette Rien") qu'aux DOORS ("Alabama Song") avec toujours ce côté décalé qui fait sa personnalité. L'accueil du public est on ne peut plus chaleureux, lui réservant une véritable ovation en fin de show, acclamée qu'elle sera par un auditoire comblé au plus haut point !

     

    ROCK'N FESTIVAL 6 - Chauny - 01/04/2017

     

    Clôturant ce fabuleux festival, CHRIS SLADE TIMELINE, emmené comme son nom l'indique par Chris Slade, cogneur d'AC/DC, va délivrer un set en demie teinte, non que la prestation du batteur et de ses acolytes fut mauvaise, loin de là, mais un léger manque de cohésion se fait sentir, un poil de complicité entre les musiciens aurait sans aucun doute été un plus. S'il est principalement connu pour son appartenance à la AC/DC family, Chris Slade a derrière lui une carrière des plus impressionnante, ayant joué aux côtés des plus grands, que ce soit Tom Jones, David Gilmour, Gary Moore, ASIA..., le chauve va nous offrir un panorama de sa longue carrière, et si la setlist fait la part belle à AC/DC qui se taille ici la part du lion, il nous emmènera également en territoire plus progressif avec quelques emprunts à MANFRED MANN’S EARTH BAND ou PINK FLOYD, le tout fort bien interprété par des musiciens qui connaissent leur affaire et savent ce qu'est le Rock'n'Roll. Et c'est sur un "Highway To Hell" repris en chœur par le public que se terminera le concert du batteur anglais et ce festival des plus réussi.

    Setlist CHRIS SLADE TIMELINE : Dirty Deeds Done Dirt Cheap (AC/DC) / Davy's On The Road Again (Manfred Mann's Earth Band) / High Voltage (AC/DC) / July Morning (Uriah Heep) / You Shook Me All Night Long (AC/DC) / Hells Bells (AC DC) / Parisienne Walkways (Gary Moore) / Confortably Numb (Pink Floyd) / Drum Solo / Riff Raff (AC/DC) / Blinded By The Light (Bruce Springsteen) / Delilah (Tom Jones) / Back In Black (AC/DC) / Thunderstruck (AC/DC) / Encore : Highway To Hell (AC/DC)

     

    ROCK'N FESTIVAL 6 - Chauny - 01/04/2017

     

    Voilà donc une sixième édition rondement menée qui s'impose déjà comme l'une des toutes meilleures du ROCK'N FESTIVAL... Rendez-vous est d'ores et déjà pris pour l'année prochaine, avec une affiche qui, à n'en point douter, sera encore une fois à la hauteur des attentes.

    Un grand merci à Jean Michel Fondement et à son équipe.


    Report : Nono666 & Xav'
    Photos : Nono666

     


    votre commentaire
  • THE TREATMENT + BLACKRAIN - Reims - 06/02/2017

    THE TREATMENT + BLACKRAIN
    Reims - Freaked Studio
    6 Février 2017



    Bon... Rendez-Vous Metal en tout début de semaine in a « One-Horse-Town », référence à l'album de Chrysis en devenir, mais là c'est un autre sujet... C'est pas gagné. Le lundi c'est surtout « envie de pipi », là encore ça n'a rien à voir mais les fans de Jesse Garon comprendront... Bref, public clairsemé, mais pas trop, et BLACKRAIN entre en scène.

    THE TREATMENT + BLACKRAIN - Reims - 06/02/2017

    C'est immédiatement prenant. Les mecs savent y faire. Le chanteur, à la voix (le timbre, pas la tessiture) et au look "Brian Molkoesque", un bassiste habité, et un Hard/Glam vitaminé envoient un parfait « la » à ce qui fera suite.

    THE TREATMENT + BLACKRAIN - Reims - 06/02/2017

    C'est carré, bien joué, avec ce qu'il faut de « dirty old town » (sans doute dû à l'ambiance froide et un poil glauque des docks/entrepôts où ont lieu les hostilités), s'opposant aux supposées paillettes... Rien à dire, les mecs font le job, plus que bien, et on passe un super moment.

    Arrive ensuite THE TREATMENT. Et là... c'est le choc. Le drame... Cinq musicos coiffés-peignés se pointent. Cinq mecs au look « Oxford/Cambridge ». Ah bah oui tiens, ils sont de Cambridge justement, je retire donc Oxford, so sorry guys ! Un boys band... Le premier riff rageur donne le doute quand même. Faut voir... La suite sera... ETONNANTE ! Cinq « ados » fous furieux ! Les quatre (bah oui, le batteur a le cul vissé sur son siège) se croisent, s'entrecroisent, provoquent, haranguent, et nous la font à la « Angus », multiplié par la somme de leur nombre (ça va, vous suivez ?).

    THE TREATMENT + BLACKRAIN - Reims - 06/02/2017

    On se fout de comment c'est joué, si le chanteur vocifère bien ou mal, si le guitariste à dix doigts à chaque main ou pas, c'est juste incroyablement sympathique et efficace ! Les titres s'enchainent, les refrains se clament, l'énergie est omniprésente. Un mélange de riffs rageurs et de chorus entêtants.

    THE TREATMENT + BLACKRAIN - Reims - 06/02/2017

    Je n'ai pas pris une gifle, juste un bain de jouvence. L'impression que nos fils prennent idéalement le relais de leurs pères, sans que l'habit ne fasse obligatoirement le moine. C'était juste un lundi soir in a « One-Horse-Town »... QUEL PIED !

    Report & photos : Pat Rick

     

     


    votre commentaire
  • MOONSPELL + DER WEG EINER FREIHEIT + VOLKER - Pagney-Derrière-Barine - 16/12/2016

    MOONSPELL - DER WEG EINER FREIHEIT - VOLKER
    Pagney-Derrière-Barine - Chez Paulette
    16 Décembre 2016



    MOONSPELL célèbre en 2016 les 20 ans de l'album Irreligious qui figure parmi les classiques du groupe mais également de la scène Dark Goth Metal dont les Portugais sont l'une des figures emblématiques. Neuf dates ont donc été calées en France et en Espagne en cette fin d'année pour que le groupe le joue intégralement sur scène, accompagné de quelques titres issus du reste du répertoire, on y reviendra. En ce vendredi 16 décembre, le passé a repris vie sans pour autant la sensation d'avoir un retour dans le passé à proprement parlé.

    Quelques têtes que l'on a pas vraiment l'habitude de voir ici montrent que l'affiche est plutôt exceptionnelle. En effet, si MOONSPELL était passé il y a 5 ans dans le cadre d'un festival sur Nancy, aujourd'hui l'ambiance va être plus intimiste.

    Trois groupes sont à l'affiche ce soir, et ce sont les Français de VOLKER qui ouvrent les hostilités avec un Rock'n'roll assez malsain que l'on pourrait appeler Cold Dark Rock'N'Roll. Composé de membres d'OTARGOS et de Jen NYX, l'ancienne chanteuse de NOEIN, le groupe s'affirme et montre qu'il sait tenir une scène. Il est vrai que l'attitude très affriolante de la chanteuse met en émoi les premiers rangs, la demoiselle sait en jouer avec des poses lascives, des contacts avec les mâles du premier rang et une tenue plutôt aguicheuse. Mes craintes sont justement basées là-dessus, que le discours soit creux et que les Bordelais ne mise que sur la présence de Jen. Alors si on ne peut nier que sa présence est un plus indéniable, il rampe derrière une ambiance malsaine avec des riffs parfois dissonants. Les titres sont directs et fonctionnent bien même si l'alternance vocale est d'un commun, la musique, elle, navigue entre Hard Rock bien burné et Sludge. La salle répond plus que positivement à la prestation de VOLKER qui quitte la scène sur un "Raven" bien écrasant et sur lequel Jen se donne à fond, vide ses dernières cartouches, puisque la tournée se finit ici. Le groupe devrait publier son premier album très prochainement...

    Setlist : Freaky B / Bitch / Obey ! / Black S / Would You / Negative Wave / Raven

    MOONSPELL + DER WEG EINER FREIHEIT + VOLKER - Pagney-Derrière-Barine - 16/12/2016

    La scène se vide, le kit de batterie de VOLKER est enlevé pour laisser place à une scène dépouillée, DER WEG EINER FREIHEIT opère en trio et sans aucun artifice. Quelques personnes sont clairement là pour les Allemands et on va très vite comprendre pourquoi. Je m'étais arrêté au premier album éponyme mais depuis le groupe s'est fendu de deux albums supplémentaires dont le petit dernier, Stellar, sorti en 2015. Première observation, les Allemands jouent à deux guitares et sans basse, dans la plus pure tradition du Black old-school même si cela semble plus être par défaut qu'autre chose puisque Giuliano Barbieri a quitté le groupe cette année. Le parallèle avec DISSECTION est toujours d'actualité avec cette dualité entre moment calme et mélodique et un Black Metal fortement mélancolique où le blast est roi mais surtout où les guitares tissent des mélodies à deux guitares. "Ruhe" issu du premier album ou "Requiem" du dernier envoient du lourd et si des problèmes de micro sur le premier titre gâche ce set ultra carré et puissant, Nikita Kamprad ne se démonte pas et s'époumone littéralement. Les Allemands ont marqué des points auprès d'un public qui commence à bien garnir cette salle désormais.

    MOONSPELL + DER WEG EINER FREIHEIT + VOLKER - Pagney-Derrière-Barine - 16/12/2016

    En effet, si on peut regretter que ce concert n'affiche pas complet, on remarque tout de même que les trois quarts de la salle sont garnis et c'est loin de sonner vide durant la prestation d'un MOONSPELL qui va littéralement mettre le feu après un changement de plateau assez rapide.

    Avec l'introduction lancée, "Perverse... Almost Religious", Fernando Ribeiro annonce la couleur dans un français plutôt bon, ce soir c'est l'album Irreligious qui va être joué entièrement. Explosion d'un public qui semble découvrir la nouvelle, il faut dire que ça n'a pas été très clairement annoncé sur l'affiche, personnellement, c'est en me renseignant sur les précédentes dates que j'ai appris cette nouvelle. Logiquement "Opium" déboule ensuite, le classique du groupe lance le show de manière magistrale et la présence du grand chanteur en impose sérieusement. Idem pour "Awake", "Ruin & Misery" et surtout sur "Raven Claws". L'interprétation est impeccable, Fernando Ribeiro est habité et vit ses paroles pourtant écrites il y a 20 ans déjà. "Mephisto" et "Herr Spiegelmann" referment ce chapitre Irreligious et les Portugais enchainent directement sur des titres de Wolfheart qui entrainent une grosse participation d'un public conquis, mon voisin concédant même qu'il avait la gaule... ne cherchant pas spécialement à vérifier, je change un peu de coin pour "Vampiria" qui prend une dimension exceptionnelle sur scène, le chanteur ayant revêtu une cape, avec un jeu de lumière très rouge pour une ambiance réussie.

    MOONSPELL + DER WEG EINER FREIHEIT + VOLKER - Pagney-Derrière-Barine - 16/12/2016

    MOONSPELL nous rappelle ensuite qu'à ses débuts le Folk avait une place prépondérante dans sa musique et nous envoie "Lua D'Inverno" et "Ataegina" issus du premier album, le public danse et chante, Pedro Paixao se relâche un peu en faisant quelques pas de danse avec Fernando et puis le groupe redevient noir avec un "Alma Mater" annoncé comme le dernier titre du groupe... avant les rappels (c'est le dernier titre pour ce soir... enfin avant les « encore » - lâche Fernando fier de sa phrase). Pourtant, les rappels ne sont pas feints et le public présent ce soir en veut encore, et lorsque le groupe revient sur scène, c'est pour nous jouer quelques titres plus récents dont "Breathe", "Extinct" ou "Night Eternal", et si ces titres sont absolument magnifiques, on remarque tout de même que l'ambiance et le rythme est assez proche, dommage car jusque là, tout était parfait de la part du groupe, mais on ne boude pas notre plaisir pour autant. Heureusement, MOONSPELL ne nous laissera pas repartir sans avoir totalement joué l'album Irreligious et nous envoie un "Full Moon Madness" toujours aussi impeccable. Fernando Ribeiro donne de la voix et vit là encore ce titre aux allures de classique parmi les classiques, le public se lâche également. Après 1h30 de show, les Portugais ne peuvent pas laisser espérer d'autres rappels puisque aussitôt une musique 80's retenti dans la salle et des petits culs à peine majeurs se dandinent dans la salle avec des mâles trop bien coiffés pour penser qu'ils étaient là pour le concert de ce soir. Cependant, le groupe au complet reste un long moment sur le devant de la scène à serrer des pinces, remercier, donner quelques médiators pour une soirée des plus réussies.

    Setlist : Perverse... Almoust Religious / Opium / Awake ! / For A Taste Of Eternity / Ruin & Misery / A Poisoned Gift / Raven Claws / Mephisto / Herr Spiegelmann / Vampiria / Lua d'Inverno / Ataegina / Alma Mater / Breathe (Until We Are No More) / Extinct / Night Eternal / Full Moon Madness

    On aura remarqué que depuis quelques temps le standing de la salle est monté d'un cran, autrefois le point de chute des groupes de Heavy de seconde zone, Chez Paulette est devenue une salle alternative à l'offre des salles de Nancy (située à 15 minutes) qui commencent à se faire rare. Nous sommes déjà venus chez Paulette et nous y reviendrons, c'est certain.

    Merci à Luis et à Miguel Gaspar pour leur accueil et leur disponibilité.

    Report & Photos : Aymerick Painless

     

     


    votre commentaire
  • FESTIVAL DE VOUZIERS - 29/10/2016

    FESTIVAL DE VOUZIERS
    Vouziers - Salle des Fêtes
    29 octobre 2016



    Choix cornélien en ce 29 Octobre 2016, Vouziers ou Douai ? Douai ou Vouziers ? Ce sera finalement direction les Ardennes que nous prendront la route... et nous n'allons pas le regretter ! Fort d'une longévité qui force le respect, combien de festivals peuvent-ils se vanter d'avoir dépassé la barre des trente ans d’existence ? Très peu, il me semble ! C'est pourtant bel et bien le cas du FESTIVAL DE VOUZIERS qui, au fil des années, semble, comme un grand cru, se bonifier avec le temps... D'une programmation exclusivement française à ses débuts, le FESTIVAL DE VOUZIERS a, au fil des éditions, intégré à ses affiches quelques formations internationales, enrichissant encore un peu plus ce festival déjà excellent. Cette année, ce sont ni plus, ni moins que GRAVE DIGGER, ROCK GODDESS (déjà présent l'année dernière) et BONFIRE, accompagnés de THE BYMZ, LONEWOLF et DIRTY ACTION, qui ont répondu à l'invitation de William Voluer et de son équipe. MANIGANCE, initialement prévu, et bien que présent sur place, ne pourra malheureusement pas jouer, la faute à un Didier Delsaux victime d'une extinction de voix...

    En ouverture, les locaux de THE BYMZ, que nous avions pu découvrir lors de la Convention Rock'n'Metal de Fismes en 2015, jouent leur rôle de chauffeur de salle à la perfection et nous balancent un bon Hard Rock à situer dans la lignée d'un WHITESNAKE. Emmenés par un très bon chanteur, les Ardennais démontrent une belle aisance, tant scènique que musicale, délivrant des compos fort sympathiques qui ne manquent pas de faire mouche auprès d'un public qui, visiblement, apprécie ce set exécuté avec une certaine maitrise.

    FESTIVAL DE VOUZIERS - 29/10/2016

    FESTIVAL DE VOUZIERS - 29/10/2016

    Place ensuite à LONEWOLF et à son gros Heavy à l'Allemande... Nos loups solitaires, loins de l'être aujourd'hui, sont supporté par une horde de fans qui n'ont pas hésité à faire le déplacement depuis Grenoble pour assister à ce set qui, disons le tout net, va envoyer du lourd ! Le nouveau guitariste, Michael Hellström, est parfaitement intégré et assure le boulot avec une grande facilité. Les « LONEWOLF, LONEWOLF, LONEWOLF ! » fusent durant tout le concert, l'enthousiasme du public est impressionnant, tout acquis à la cause de notre gang de loups, avide de nous asséner un set puissant et fédérateur.

    FESTIVAL DE VOUZIERS - 29/10/2016

     

    La grande force de LONEWOLF est incontestablement de proposer des titres aux allures d'hymnes qui ne demandent qu'à être repris par un public déchaîné, ce qui se vérifiera à de nombreuses reprises... "Viktoria", dédié à la fille de Jens Börner, et l'imparable "Made In Hell", repris en chœur par l'assistance, viendront clôturer cette prestation d'une efficacité redoutable. LONEWOLF est venu, a vu, a vaincu !

    Setlist : Intro / Hordes Of The Night / Wolfsblut / Warrior Priest / Demon's Fire / The Fourth And Final Horsemen / When The Angels Fall / S.P.Q.R. / Viktoria / Made In Hell / Outro

    FESTIVAL DE VOUZIERS - 29/10/2016

    Alors que les techniciens s'affairent au changement de plateau, les membres de MANIGANCE arrivent sur scène pour nous annoncer qu'ils sont dans l'obligation d'annuler leur participation car les Palois se retrouvent sans voix, Didier Delsaux étant aphone... Grosse déception donc pour les fans qui ont fait le déplacement, mais ce sont là des choses qui peuvent arriver ! Cette déception sera vite oubliée par la prestation de DIRTY ACTION, groupe comptant dans ses rangs trois membres d'ATTENTAT ROCK. Le groupe pratique un Hard Rock très mélodique, à tendance Glam, terriblement accrocheur et énergique. Des titres comme "Bad Boys #1" ou "Hell Is Without You" sont à ce titre très représentatifs du pouvoir d'attraction du groupe, se révélant être de véritables hits en puissance qui ne demandent qu'à être repris à gorges déployées par un public avide de belles mélodies imparables.

    FESTIVAL DE VOUZIERS - 29/10/2016

    FESTIVAL DE VOUZIERS - 29/10/2016

     

    Tommy Karlson se révèle être un frontman extraordinaire, doté d'une très bonne présence scénique. Nous aurons également droit à une reprise du "Longing For Love" de PINK ROSE, ancien groupe de Fabrice Fourgeaud, Pierre Bremond et Thierry Gaulme qui nous auront offert aujourd'hui une bien belle prestation d'un Hard Rock relativement entrainant et fort bien exécuté.

    Setlist : Welcome To The Electric Circus / Bad Boys #1 / Rock This Place / Listen To The Radio / Longing For Love (Pink Rose Cover) / Hell Is Without You / Sexy Lady / I Wanna Be Loved / I'll Die Here / Porn Revenge / Work Hard / Just A Rock'n'Roll Band

    On continue avec le Hard Rock mélodique de BONFIRE, remplaçant de GIRLSCHOOL, initialement prévu à l'affiche de ce 26ème FESTIVAL DE VOUZIERS mais qui a finalement préféré se joindre à la tournée de SAXON, sans doute plus lucrative, que de venir nous honorer de sa présence aujourd'hui, mais qu'à cela ne tienne, nous ne perdrons pas au change.

    FESTIVAL DE VOUZIERS - 29/10/2016

     

    Les Allemands, qui fêtent leur trente ans de carrière, vont nous délivrer un set fort bien exécuté, faisant en grande partie la part belle aux premiers albums que sont Don't Touch The Light (1986) et Fire Works (1987) mais également à son répertoire plus récent issu de Glörious (2015).

    FESTIVAL DE VOUZIERS - 29/10/2016

    Toujours emmené par Hans Ziller, guitariste d'origine, BONFIRE a su trouver en la personne d'Alexx Stahl, un excellent chanteur, en plus de Frank Pané, guitariste émérite arrivé en 2015, faisant de cette formation actuelle une formation relativement performante et convaincante. Du très bon boulot de la part de ces Allemands, bien trop rares en France.

    Setlist : Strike Back / Never Mind / Don't Touch The Light / Hard One Me / Under Blue Skies / Remember / Sword And Stone / Give It A Try / Nothing At All / American Nights / Can't Break Away / S.D.I. / Sweet Obsession / Ready 4 Reaction / You Make Me Feel / Champion

    Reformé depuis quelques années, ROCK GODDESS revient à Vouziers un an après sa prestation remarquée, et que dire si ce n'est que nos Anglaises semblent déchainées, en particulier Jody Turner qui vocalement fait preuve d'un mordant incroyable, soutenue par une section rythmique, constituée de Tracey Lamb (basse) et Julie Turner (batterie), parfaitement en place. Nous aurons droit à un nouveau titre intitulé "Back Off", plutôt prometteur, qui laisse augurer du meilleur pour un éventuel futur album... Quoi qu'il en soit, le groupe des sœurs Turner a délivré ce soir un très bon set qui a, une nouvelle fois, conquis le public présent.

    FESTIVAL DE VOUZIERS - 29/10/2016

    FESTIVAL DE VOUZIERS - 29/10/2016


    Le temps passant très vite, il est déjà temps d'accueillir la tête d'affiche de ce 26ème FESTIVAL DE VOUZIERS, je veux bien sûr parler de GRAVE DIGGER, combo culte du Teutonic Heavy Metal. Et là que dire ? Le groupe va littéralement atomiser Vouziers, une baffe monumentale, sans doute un des plus grands concerts auquel il m'ait été donné d'assister (j'en suis encore retourné en écrivant ces mots).

    FESTIVAL DE VOUZIERS - 29/10/2016

    Nos fossoyeurs vont tout dévaster sur leur passage, soutenus qu'ils sont par un public surexcité qui n'arrête pas de scander des « GRAVE DIGGER ! GRAVE DIGGER ! GRAVE DIGGER ! »... Et c'est porté par cette ambiance de folie que GRAVE DIGGER va nous délivrer un set absolument magistral où vont s'enchaîner bon nombre de « classiques » mais également quelques extraits de Return Of The Reaper, dernier album en date paru en 2014.

    FESTIVAL DE VOUZIERS - 29/10/2016

     

    Loin de s'assagir avec les années, nos Teutons font preuve d'une énergie incroyable, Chris Boltendahl est visiblement en grande forme vocale, son timbre si particulier ne manquant à aucun moment de puissance, aura enthousiasmé l'assistance, tout comme Axel Ritt, guitariste à l'immense talent, qui exécute riffs tranchants et soli d'une précision remarquable, vivant littéralement son art au plus profond de son être. Aucune faiblesse, aucun temps mort, je n'aurai qu'un mot pour qualifier ce set : E-N-O-R-M-E ! Et je crois, sans trop me tromper, que je n'ai pas été le seul à le penser...  

    Setlist : Intro / Headbanging Man / Dark Of The Sun / Witch Hunter / Wedding Day / Ballad Of A Hangman / Season Of The Witch / Hammer Of The Scots / Tattooed Rider / Highland Farewell / Knights Of The Cross / Excalibur / Rebellion (The Clans Are Marching) / Encore : The Round Table / Fire In Your Eyes / Heavy Metal Breakdown

    Voilà donc une vingt-sixième édition particulièrement réussie, que ce soit en terme de programmation ou de fréquentation, le FESTIVAL DE VOUZIERS affichant sold out pour la deuxième année consécutive, et ce malgré la concurrence du Heavy Metal Fest de Douai qui proposait lui aussi une affiche des plus prestigieuse en terme de Heavy Metal made in France. Un grand merci à William Voluer et à toute son équipe pour ce grand moment de pur plaisir métallique... On a déjà hâte d'être à l'année prochaine...

    Report & Photos : Nono666

     


    votre commentaire
  • UGLY KID JOE + DALLAS FRASCA - Reims - 13/10/2016

     

    UGLY KID JOE + DALLAS FRASCA
    Reims - La Cartonnerie
    13 Octobre 2016



    1992, les boutons d’acné ont envahi mon visage lorsque je tombe par hasard sur un album, America’s Least Wanted, un album qui va changer ma vie et mon rapport à la musique. Alors que le split est annoncé, je me réjouis ensuite des sorties de MEDICATION, que Whitfield CRANE monte avec Logan MADER (ex-MACHINE HEAD), une aventure avortée devant la réaction du public pas plus passionnée que pour le dernier album d’UGLY KID JOE, Motel California. Mais en 2010, les Californiens reviennent sur le devant de la scène avec Stairway To Hell, un EP qui a pour objectif de juger la réception du public, et si sur disque, c’est un succès d’estime (qui va tout même pousser le groupe à rééditer le EP), sur scène, et notamment sur les festivals d’Europe, les mauvais garçons sont accueillis avec un enthousiasme qui va rebooster le groupe.

    Ce soir, les enfants terribles d’UGLY KID JOE remettent les pieds en France, à Reims, et si La Cartonnerie annonce qu’il ne reste plus que quelques places de libre dans la matinée du concert, en arrivant sur place on se rend compte que le groupe évoluera dans la petite salle pouvant contenir 400 personnes et là où on pouvait s’attendre à une déception générale, car on parle d’un groupe qui a vendu des millions d’albums à travers le monde, une arrivée en rock star US, on va avoir droit à un show exceptionnel. Déroulé des faits et chronique d’une soirée magnifique.

    Mais avant la tête d’affiche, ce sont les Australiens de DALLAS FRASCA qui ouvrent les hostilités avec un Hard Rock largement teinté de blues et de soul, un peu comme THE BELLRAYS même si la voix de l’Australienne est tout de même plus rauque, elle vise là plus un mélange de Doro PESCH et BLONDIE, alliant force et sensualité. Alors Dallas Frasca, la chanteuse, tient également la guitare sur certains titres et le groupe se présente sous forme de trio, sans bassiste et avec Jeff CURRAN à la guitare, que Dallas présentera comme Jean François, et Josh EALES à la batterie, que Dallas présentera comme « Petite Nouille ». Difficile d’imaginer pouvoir choper une ou deux groupies après ces présentations qui provoquent l’hilarité dans la salle. Par contre, musicalement, le groupe ne rigole pas du tout, on ressent largement les influences d’un AC/DC, la présence scénique du trio est impeccable et Dallas FRASCA fera même asseoir l’assistance alors qu’elle se mêle au public. Un vrai show Rock’n’roll qui met parfaitement en bouche et on comprend tout à fait pourquoi Whitfield CRANE, le chanteur d’UGLY KID JOE, n’a pas hésité à collaborer avec les Australiens pour leur reprise du "Papa Was A Rolling Stone" de THE TEMPTATIONS sur leur dernier album. Le nouvel EP du groupe, Dirt Buzz, est représenté par le titre "Wasting Time" et le groupe piochera ensuite dans sa discographie passée comme "Better With You" ou "All My Love", des titres immédiats parfait pour se mettre le public dans la poche, et dans de parfaites conditions pour l’arrivée d’UGLY KID JOE.

    Après le traditionnel changement de plateau, les Américains déboulent sur scène avec le titre "Intro" issu de l’excellent Menace To Sobriety avant de mettre les pendules à l’heure de suite avec "Neighbor", un classique issu du fameux America’s Least Wanted (1992) qui déclenche de suite la réaction d’un public qui n’en demandait pas tant. Ce début de show permet de constater que le groupe évolue avec deux membres live, à la guitare où c’est Sonny MAYO qui remplace Dave FORTMAN, très occupé en production, et à la batterie où c’est l’incroyable Zac MORRIS qui remplace Shannon LARKIN, très occupé avec GODSMACK. Ce Zac MORRIS joue en slip derrière son kit de batterie et vu la performance du gaillard, on comprend de suite pourquoi, il tape fort le bougre et ne s’économise pas. Ensuite, ce début de show peut laisser planer un doute sur la détermination de Whitfield CRANE, une présence nonchalante mais qui va très vite s’estomper tant le charisme du chanteur l’emporte et va saisir l’assistance au fil des minutes.

    En effet, la setlist se déroule comme prévu, "Dialogue", seul extrait ce soir de Motel California, "Jesus Rode A Harley Davidson", "C.U.S.T." et "Panhandlin’ Price" (et son Hey you Mr Trump prémonitoire) absolument dantesque et le groupe se plonge dans les nouveaux morceaux avec "She’s Already Gone", "No One Survives" et "Devil’s Paradise", issus pour ces deux derniers du EP Stairway To Hell, tout comme "I’m Alright" qui déboulera derrière un "Cats In The Cradle" très bien repris par le public. Et c’est peut-être la réaction du public sur "She’s Already Gone" ou "I’m Alright" qui a pu rassurer le chanteur et le reste du groupe car la suite du concert va voir les regards complices du chanteur avec son batteur, ses guitaristes et son bassiste se multiplier. Et après un "Goddamn Devil" terrible, Whitfield CRANE va voir chacun des membres pour leur soumettre une idée, le regard amuseur, et c’est "Under The Bottom" extrait du dernier album qui est balancé, le chanteur le présentant comme son morceau préféré de cet album et surtout c’est là le premier écart par rapport à la setlist initiale et le lancement d’une fin de show magique. "So Damn Cool" reprend le fil avant un "Ace Of Spades" de MOTÖRHEAD survitaminé, on sait que le groupe était proche de Lemmy et du reste du groupe puisque Phil CAMPBELL apparait sur plusieurs titres de Uglier Than They Used Ta Be.

    Le chanteur se rend alors compte que la setlist est totalement chamboulée et qu’ils ont oublié de sortir de scène pour les rappels, pas de problème, Whitfield CRANE demande au public de faire comme s’ils étaient sortis, les membres se figent, la lumière s’éteint et après 30 secondes d’applaudissements nourris, revoilà les bad boys pour 2 ou 3 titres, cela dépend du public. Et bien "V.I.P." et "Clover", non prévu à l’origine non plus d’ailleurs, sont joués et là le chanteur se lance dans un concours de voix aigüe avec les guitaristes et le bassiste, la compétition est remportée par Sonny MAYO qui aura le droit à pousser la chansonnette tout comme Klaus EICHSTADT en aura le droit. Et si ce dernier balance "Mr. Recordman" comme sur beaucoup de dates de la tournée d’ailleurs, Sonny opte pour "Take On Me" de A-HA après s’être essayé à la Country sans grand succès. UGLY KID JOE s’amuse et offre une image excellente de l’ambiance qui règne dans ce groupe qui pourrait être rongé par l’amertume tant la descente a du être difficile quand on sait le succès qu’ils ont connu. Enfin, "Everything About You" sera joué pour clore ce show, après des faux départs initiés par Whitfield CRANE a de nombreuses reprises durant le show, un peu pour signifier « si vous êtes venu uniquement pour ce titre… il va falloir être patient »...

    Le groupe n’a donc rien perdu de son humour potache mais surtout rien perdu de ses qualités musicales et de showmen. Si on pouvait douter des intentions du groupe avec ce retour aux affaires, voilà une réponse qui a le mérite d’être claire, si ça ne vous va pas, passez votre chemin. C’est easy listening, c’est joyeux, c’est bon enfant, mais c’est terriblement bien fait, bénéfique et sans aucune prétention et posture de star, un groupe à (re)découvrir de toute urgence ! Quelle soirée, même si le lendemain après une courte nuit, mon corps me rappelle violemment que les années passent et comme disait le grand philosophe Thierry ROLAND (ndlr on a la culture qu’on mérite) « après avoir vu ça, on peut mourir tranquille… enfin le plus tard possible ! »

    Setlist : Intro / Neighbor / Dialogue / Jesus Rode A Harley / C.U.S.T. / Panhandlin' Prince / She's Already Gone / No One Survives / Devil's Paradise / Cat's In The Cradle / I'm Alright / Milkman's Son / Goddamn Devil / Under The Bottom / So Damn Cool / Ace Of Spades (Motörhead cover) / V.I.P. / Clover / Mr. Recordman / Take On Me (A-ha cover) / Everything About You

    Report : Aymerick Painless

     


    votre commentaire
  • FESTIVAL PLEIN AIR - Bethancourt en Vaux - 27/08/2016

    FESTIVAL PLEIN AIR
    Béthancourt En Vaux (02)
    27/08/2016


    Petit bourg de l'Aisne de 450 âmes, Béthancourt en Vaux est désormais connu pour accueillir le dernier samedi d'Août, et ce depuis maintenant 8 ans, le FESTIVAL PLEIN AIR, réunissant à chacune de ses éditions quelques groupes locaux et une tête d'affiche qui, depuis maintenant 2 éditions, fait place à un groupe d'envergure comme ce fut notamment le cas l'année dernière avec la venue de l'irlandais PAT MCMANUS, et cette année les Suissesses de BACK:N:BLACK, un bien beau programme pour tout amateur de Rock qui se respecte...

    Pour ouvrir les hostilités, HEADSWAY, groupe originaire de St-Quentin, va nous proposer un set sympa qui donne dans une Pop Rock gentillette où se côtoient reprises (Nancy Sinatra, Nirvana, Nena...) et compos personnelles. Le groupe, qui a pour particularité de posséder une chanteuse/accordéoniste, se montre plutôt statique sur scène, rien de très marquant à l'horizon mais un concert néanmoins plaisant, parfait pour démarrer ce festival devant un public encore assez clairsemé à l'heure de l'apéro.

    FESTIVAL PLEIN AIR - Bethancourt en Vaux - 27/08/2016

    PLEASURE prend la suite et, visiblement, il n'est pas venu faire de la figuration. Le groupe va nous délivrer un set bien pêchu, pratiquant un Rock musclé qui donne une sévère envie de bouger. Le groupe, heureux d'être là, occupe bien la scène et fait preuve d'une bonne énergie, on sent une grosse envie chez les Saint-Quentinois qui vont déployer une fougue et un dynamisme contagieux. Une bonne découverte que l'on reverra avec plaisir si l'occasion se présente !

    FESTIVAL PLEIN AIR - Bethancourt en Vaux - 27/08/2016

    Autre groupe local, THORGEN va ensuite nous entrainer dans son univers Hard'n'Heavy aux relents folk. Comme à leur habitude, les Laonnois vont assurer un très bon set, il faut dire que le groupe n'est pas né de la dernière pluie et est bien rodé à l'exercice de la scène, et c'est toujours avec un certain plaisir que l'on retrouve les axonais.

    FESTIVAL PLEIN AIR - Bethancourt en Vaux - 27/08/2016

    FESTIVAL PLEIN AIR - Bethancourt en Vaux - 27/08/2016

    Rien à redire, tout est parfaitement maitrisé, alternant morceaux issus du dernier album en date, Messager du Mal, nouveaux titres qui seront sur le prochain album (qui commence sérieusement à se faire attendre !), sans bien sûr oublier l'incontournable "Chemin des Dames", THORGEN nous offre une setlist plutôt équilibrée qui se verra également agrémentée de deux reprises : "Over The Hills And Far Away" de GARY MOORE, et "Breaking The Law" de JUDAS PRIEST qui permettra au public de donner de la voix en reprenant en chœur son mythique refrain.

    FESTIVAL PLEIN AIR - Bethancourt en Vaux - 27/08/2016

    Une nouvelle fois, les Picards se sont montrés particulièrement convaincants, faisant passer un excellent moment à un public de plus en plus nombreux devant la scène.

    Setlist : Ange ou Démon / Le Retour / Aurelia / Espoir / Absence / Au Nom des Morts / Over The Hills And Far Away (Gary Moore Cover) / Un Long Chemin / Breaking The Law (Judas Priest cover) / Chemin Des Dames / La Bête / Resurrection

    STRATAGEME, nous les avons vu à maintes reprises, mais ce soir, c'est en quelque sorte une re-découverte car nous n'avions pas encore eu l'occasion de recroiser la route du groupe depuis le départ du chanteur Alex Puiseux, désormais remplacé par Boban Milojevik.

    FESTIVAL PLEIN AIR - Bethancourt en Vaux - 27/08/2016

    Ouvrant sur une reprise du "Highway Star" de DEEP PURPLE, les Parisiens vont dérouler un set où s'alternent reprises (DEEP PURPLE, SATRIANI, VAN HALEN, WHITESNAKE) et compos personnelles issues de l'album Highway. Si sur les covers, la voix de Boban passe parfaitement, il manque un petit quelque chose pour totalement convaincre sur les titres de STRATAGEME. Les "Believe", "Gimme Gimme" et autres "Leave Me" et "Highway" ont perdu de cette flamboyance qu'était capable de leur apporter Alex Puiseux, attention, je ne dis pas que Boban est un mauvais chanteur, loin de moi cette idée, mais juste qu'il fait preuve d'un chant un peu moins varié que son prédécesseur, il se montre plus basique, enfin c'est notre impression après ce concert.

    FESTIVAL PLEIN AIR - Bethancourt en Vaux - 27/08/2016

    L'excellence viendra une nouvelle fois de Philippe Kalfon, fabuleux guitariste qui, ce soir encore, va nous en mettre plein la vue et les oreilles, faisant preuve d'un talent rare, son jeu, gorgé de feeling et d'une fluidité incroyable, en impressionne plus d'un, se montrant éblouissant de maitrise tout au long du set, mais plus encore sur la reprise de SATRIANI, belle démonstration du talent guitaristique du bonhomme.

    FESTIVAL PLEIN AIR - Bethancourt en Vaux - 27/08/2016

    Au final, nous avons assisté à un très bon concert de STRATAGEME, tout juste nous faudra-t'il un peu de temps pour nous habituer à la nouvelle voix du groupe qui, je le redis, est loin d'être mauvaise mais apporte une nouvelle coloration aux morceaux du groupe, peut-être plus Hard que FM.

    Setlist : Highway Star (Deep Purple Cover) / Believe / Never Say Goodbye / Sweet Little Girl / Gimme Gimme / Crying (Joe Satriani Cover) / Panama (Van Halen Cover) / Eruption (Van Halen Cover) / You Really Got Me (The Kinks Cover) / Jump (Van Halen Cover) / Give Me All Your Love (Whitesnake Cover) / Leave Me / Highway

    Des tribute bands à AC/DC, on en connait de nombreux (les Français de SCOTTLAND, RIFF RAFF, TNT, BLOODY ROSIE, HIGH VOLTAGE, DIRTY FINGERS, ROSIE NEVER STOPS, les Anglais de LIVE WIRE, les Belges de MACHINE GUN,...) mais des tributes entièrement féminin consacrés au gang des frères Young, on en connait déjà beaucoup moins, je pourrais notamment vous citer LADIES BALLBREAKER, les Allemandes de BLACK/ROSIE, mais après je dois bien avouer que je sèche ! Dans cette catégorie, il faut également compter avec « The Girls Who Plays AC/DC », je veux bien sûr vous parler des Suissesses de BACK:N:BLACK, groupe qui s'est invité aujourd'hui, pour notre plus grand plaisir, sur la scène du FESTIVAL PLEIN AIR de Béthancourt en Vaux.

    FESTIVAL PLEIN AIR - Bethancourt en Vaux - 27/08/2016

    FESTIVAL PLEIN AIR - Bethancourt en Vaux - 27/08/2016

    FESTIVAL PLEIN AIR - Bethancourt en Vaux - 27/08/2016

    Le groupe va, durant environ une heure et demie, passer en revue l'ensemble de la carrière des Australiens, que ce soit la période Bon Scott ou Brian Johnson, nous envoyant fort judicieusement classiques ("Back In Black", "Hell's Bells", "If You Want Blood", "TNT",...) et morceaux plus rares ("Live Wire", "Shake A Leg"), BACK:N:BLACK exécute un set diablement énergique qui, dès les premières notes de "Hell Ain't A Bad Place To Be" en ouverture, va convaincre le public axonais, ces p'tites nanas s'y connaissent comme personne pour enflammer une scène, et ce n'est pas le concert de ce soir qui nous fera dire le contraire ! Un grand moment de pur Rock'n'Roll comme on les aime tant !!!!

    Setlist : Hell Ain't A Bad Place To Be / Rock Or Bust / Jailbreak / Rock'n'Roll Damnation / Back In Black / Hell's Bells / Dirty Deeds Done Dirt Cheap / Live Wire / Shake A Leg / High Voltage / If You Want Blood / Shoot To Thrill / Thunderstruck / You Shook Me All Night Long / TNT / Let There Be Rock / Highway To Hell

    FESTIVAL PLEIN AIR - Bethancourt en Vaux - 27/08/2016

    Voilà donc une huitième édition du FESTIVAL PLEIN AIR particulièrement réussie, que ce soit au niveau affluence (622 entrées) ou organisation, Richard Michalik (photo ci-dessus) et son équipe ont su, une nouvelle fois, nous concocter une affiche de qualité qui aura su faire vibrer le public présent... Rendez-vous est d'ores et déjà pris pour l'année prochaine, avec une programmation qui devrait, encore une fois, tenir toutes ses promesses....

    Report & Photos : Nono666

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique