• MARDUK + VALKIRJA + ATTIC + SURVIVAL IS SUICIDE - Metz - 10/05/2019

     

    MARDUK + VALKIRJA + ATTIC + SURVIVAL IS SUICIDE
    Metz - La Bam
    10 Mai 2019



    Salle inconnue, des groupes jamais vus en live, 1h30 de route... banco j'y vais ! Oui, alors c'est pas tout à fait comme ça que je me suis décidé, mais rien que l'idée de voir enfin MARDUK sur scène avec tout le bien que j'ai pu en entendre au fil des années, il fallait que je vive ça, que je constate quel était effectivement ce frontman que l'on disait totalement fou et possédé sur scène...

    Bon, on m'avait dit « Aïe aïe aïe, la salle est dans un quartier qui craint à Metz », effectivement, ce n'est pas le plus beau quartier de cette belle ville, mais le premier point est plutôt la difficulté de se garer aux abords de la salle malgré le grand nombre de parkings tout autour, les résidents occupent une bonne partie de ces places, mais après un bon quart d'heure à tourner, je trouve une place... mais je manque les espagnols de SURVIVAL IS SUICIDE, peu de monde visiblement était déjà là pour leur prestation, dommage.

    Aux abords du bar, je rencontre quelques têtes connues qui m'annoncent que ATTIC est un excellent groupe de Heavy à la MERCYFUL FATE ! Et bien vous savez quoi, c'est exactement ça. Mais avant tout, un grand bravo à MARDUK qui laisse les Allemands installer tous leurs décors, bougeoirs, backdrop, caisses, en devant de scène (on y reviendra). La salle est plongée dans le noir, essentiellement éclairée de ces nombreux bougeoirs qui trônent devant la batterie imposante de la soirée. Les membres du groupe arborent un maquillage horrifique, le chanteur est, lui, torse nu avec un long manteau noir et une croix renversée autour du cou. Il entre sur scène avec un énorme crucifix qu'il pose la tête à l'envers (ou dans le bon sens, c'est selon...) sur un socle devant la batterie, le ton est donné et la raison de leur présence sur cette affiche Black est plus qu'évidente désormais. La musique est effectivement très Heavy, MERCYFUL FATE a effectivement bercé ces petits gars, ça ne fait aucun doute et les titres proposés ce soir offrent un aperçu très diversifié de ce que ATTIC joue, du titre posé plutôt sombre aux cavalcades tirant sur le Metal Extrême à coup de blasts, l'éventail est extrêmement large mais le tout tient par le chant de Meister Cagliostro qui singe très largement King Diamond avec cette voix haut perchée, très théâtrale, contrebalancée par un chant plus rauque, très Power Metal dans l'esprit. Les titres "There Is No God" et "The Headless Horseman" concluent parfaitement ce show dynamique qui permet déjà de se rendre compte que le son ce soir est très bon, parfaitement équilibré, tous les instruments sont parfaitement audibles même si le chant a du être relevé légèrement en début de set. ATTIC joue donc avec des codes anciens mais y intègre des plus modernes, musicalement déjà, le groupe ne reste pas figé dans les années 80 et insuffle un vent de fraicheur sur ce style et, visuellement, avec ces deux gratteux qui montent sur ces fameuses caisses lorsqu'ils entament des solos, un gimmick pas forcément à mon goût, on est pas à un concert de THE ARRS bordel ! Il faut aussi remarquer que le public est très calme, le silence règne entre les morceaux, les musiciens dos au public ne font aucun bruit jusqu'à ce que le chanteur revienne en devant de scène pour annoncer le prochain morceau, il est rigolo d'entendre le bruit de ses bottes sur cette scène en bois. Le groupe a su convertir une partie du public qui les découvre ce soir, mission réussie.

    Très rapidement VALKIRJA monte sur scène pour 45 minutes d'un Black Metal intense mais non dénué de leads mélodiques dont certains font étrangement gentillet par rapport au reste de ce qui est proposé par le groupe. VALKIRJA joue la carte de la violence visuelle, maintenant à quatre, c'est le guitariste Simon Wizén qui cumule avec le poste de chanteur depuis 2018 et le départ de Rogier Droog (WELTBRAND, HELL MILITIA). Le dernier album en date, Throne Ablaze, a été enregistré dans cette configuration. Et il s'en tire plus que bien, son chant est habité, bien aidé, certes, par ses deux compères, V.Purice et B.Thelberg, mais quelle présence. N'ayant pas connu avec les précédents chanteurs, difficile de dire si les Suédois ont perdu au change mais ce soir l'efficacité démontrée valide cette solution sans problème. Là aussi, longs silences entre les morceaux qui renvoient autant à WATAIN qu'à ASCENSION ou MERRIMACK même, un esprit moins Punk que les têtes d'affiche de ce soir, rendant la brutalité plus froide, ce qui en live nécessite tout de même un peu plus d'attention de la part du public.

    Le public, justement parlons en, il remplit correctement la salle au fur et à mesure que le show avance et quelques abrutis (j'ai pas d'autres mots) commencent à faire leur show à coups de saluts nazis et de provocations en tout genre, ça gâche la fête et c'est vraiment dommage de donner une telle image à un style déjà assez sulfureux et qui n'a nullement besoin de provocations aussi puériles que celles-ci pour être brutal, nihiliste et profondément anti-conformiste. Comme je les plains... leur vie doit être bien triste ! Mais pour revenir au principal, car on parle d'une partie infime du public, musicalement VALKYRJA a su s'imposer ce soir, très bon show sur tous les aspects, une découverte sur disque va certainement s'avérer nécessaire !

    Setlist : Intro / Crowned Serpent / The Cremating Fire / Madness Redeemer / Opposer Of Light / Frostland / Oceans To Dust / Throne Ablaze

    Les roadies ont 30 minutes pour mettre en place la scène pour les maîtres de la soirée, MARDUK, et cela se fait avec dans la sono des bruits d'avions, de chars, de bombardements, la guerre annoncée s'installe donc bien avant l'entrée en scène des Suédois. On le sait, le groupe joue sur l'imagerie guerrière pour faire passer ses messages satanistes, anti-chrétiens, et surtout blasphématoires, le tout symbolisé par les pentagrammes renfermant un loup qui dominent la scène derrière la batterie, impossible de rater le message véhiculé par le groupe d'autant plus qu'un membre du staff du groupe vient clairement demander au technicien lumière de ce soir de pointer les lumières rouges sur ces trois pentagrammes alors que la scène finit de s'installer, on sait où on met les pieds.

    L'entrée du groupe se fait sur des lumières rouges intenses qui vont dominer le concert pour un résultat excellent, cela mérite d'être souligné, ce soir, les lumières, et notamment durant MARDUK, plongent dans l'ambiance, parfait complément à la musique. Devo déboule sur scène, suivi de Morgan, le public réagit déjà. Mortuus fait alors son entrée en hurlant un Panzer... Division... Marduk ! Paf, d'entrée de jeu, le groupe met une tarte terrible à l'assistance avec ce titre aussi puissant et énorme sur disque que la version entendue ce soir. Le vocaliste est impressionnant par son placement du chant parfaitement maitrisé sur ce titre très exigeant, 2'30 de chaos et la sono fait de nouveau retentir des bruits de guerre. C'est un peu dommage de mettre autant d'intensité pour laisser retomber la pression pendant 20 secondes derrière, le public était pris à la gorge, enfoncer le clou directement aurait certainement eu un impact plus puissant encore, mais il est aisé d'imaginer que les titres joués ce soir demandent un tel niveau physique que souffler un peu s'avère nécessaire pour les membres du groupe qui ont passé la quarantaine tout de même. Bon nombre des musiciens ayant commencé au même moment ont depuis bien longtemps ralenti le rythme de leur musique ! C'est tout de même "Baptism By Fire" qui déboule derrière, suivi d'un "Werewolf" sauvage, rare incartade vers le dernier album en date, Viktoria, qui ne sera honoré que de deux titres ce soir avec "Equestrian Bloodlust" qui passe particulièrement bien le test de la scène. "The Levelling Dust" extrait du terrible Room 5:12 remet encore un bon coup de brutalité avant ce "Cloven Hoof" endiablé. Ce début de concert a des allures de perfection, Mortuus arpente la scène, errant sans but précis, crachant les paroles avec une haine et une brutalité rarement vue pour ma part chez un frontman. L'incarnation même du chanteur nihiliste est devant nos yeux et va confirmer sa réputation lorsqu'il balance un bon coup de savate à un gars essayant de monter sur scène pour slammer, grave erreur, il sera poursuivi d'un regard noir par le chanteur jusqu'à ce que l'inconscient ait quitté la fosse aux photographes ! Les mêmes idiots dans le public continuent leur provocation débile déjà vue durant VALKYRJA sauf qu'ils sont attrapés par la patrouille qui les vire sur le champ, très bonne initiative de la part de la sécurité.

    Après une petite pause où "Deathmarch" résonne dans la sono, c'est l'incontournable "Throne Of Rats" qui relance la machine, toujours aussi brutale, on atteint un seuil avec "Burn My Coffin" annoncé avec une telle rage par le frontman, que le sang des premiers rangs a du se glacer en un instant. Le groupe revient également sur l'album précédent avec l'excellent "The Blond Beast", si j'avoue avoir décroché le pendant studio du groupe car on ne retrouve plus un univers particulier comme les précédents albums du groupe pour des albums plus interchangeables depuis Serpent Sermon, ce soir, les titres extraits de ces albums n'ont pas à rougir aux côtés des classiques du groupe, et surtout, cela montre encore une fois que les Suédois n'ont pas adoucis leur propos d'un iota, brutal un jour... brutal toujours ! Avec "Into Utter Madness" le groupe s'engouffre dans un Wormwood qui tranche dans la discographie, mais comme j'aime beaucoup cet album, j'apprécie d'autant plus l'interprétation de ce titre ce soir avant un "Wolves" inévitable et "The Black..." balancé en rappel car, oui, il y a un rappel ce soir, même si le public s'est montré timide dans cet exercice, il était inconcevable que MARDUK nous laisse sans ce classique dans la tête.

    Il était prévu 1h10 de concert, le groupe a joué 1h10 ! Alors, si avant le show je me disais que le temps de jeu était peut-être un peu court, c'est en fait un temps de jeu suffisant, non pas pour le public qui aurait bien pris encore quelques baffes bien brutales mais pour le groupe qui sort bien rincé de scène, une intensité comme celle mise ce soir par MARDUK était inédite ou presque pour moi, je me rappelle tout de même d'un concert de CELTIC FROST au Graspop qui avait placé la barre bien haute déjà ! Alors que beaucoup de groupes de Black Metal baissent en intensité avec l'âge, MARDUK a su ce soir montrer pourquoi il était considéré comme un chef de file, et à juste titre, quel concert, une baffe dont il sera difficile de se remettre...

    Setlist : Panzer Division Marduk / Baptism By Fire / Werewolf / Of Hell's Fire / The Levelling Dust / Cloven Hoof / Interlude (Deathmarch) / Throne Of Rats / Burn My Coffin / Equestrian Bloodlust / The Blond Beast / Into Utter Madness / Wolves / The Black...

    Report : Aymerick Painless (Simony)




    votre commentaire
  • MISANTHROPE + SPHAERA - Pagney Derrière Barine - 19/04/2019

     

    MISANTHROPE
    Chez Paulette - Pagney Derrière Barine
    19 Avril 2019



    "Dis papa, tu as quel âge ?

    30 ans ma chérie !

    Tu es vieux !

    Finis tes brocolis ma chérie !"

    Et oui, 30 ans ça peut paraître vieux, mais lorsqu'il s'agit de l'âge d'un groupe, cela force plutôt le respect. Alors, MISANTHROPE a décidé de célébrer cet anniversaire, histoire de se remémorer d'excellents souvenirs et certainement certains plus douloureux comme le chanteur S.A.S de L'Argilière va nous l'avouer à demi-mots durant ce concert dans l'est de la France. Point de départ de la tournée 2019.


    La soirée commence par une déception, que j'avais vu venir avec l'event Facebook, l'affluence ! Chez Paulette peut contenir 500 personnes et bien c'est une cinquantaine de personnes qui vont répondre présent à l'invitation des français, vraiment dommage car même si, lorsque comme moi, vous n'êtes pas un fin connaisseur de la riche discographie du groupe, cela n'empêche en rien de sentir l'émotion et le caractère exceptionnel de ce que le quatuor va nous délivrer sur cette tournée.

    On commence cependant avec les locaux de SPHAERA que j'avais déjà pu voir il y a plusieurs mois dans un bar à côté de chez moi, et le chemin parcouru par le groupe depuis est étonnant. Tout d'abord, le groupe officie désormais avec un vrai batteur et bénéficie d'un son impeccable ce soir, ce qui ne fut pas le cas à l'époque, et lorsque l'on pratique le style de ces gaillards, c'est particulièrement handicapant. La mise en scène a également été réfléchie, avec un chanteur, Vled Tapas, au look soigné et à la gestuelle pensée. En effet, le groupe propose un mélange de Neo Metal, de Metalcore et de tout un tas de choses donnant un univers Cirque d'Horreur à la croisée des chemins avec l'Opéra loufoque, le tout très bien imagé par un Monsieur Loyal quelque peut schizophrénique en la personne de Vled Tapas qui prend le rôle à bras le corps pour un résultat très pertinent. Bien entendu, on reconnait des grosses ficelles rythmiques usées par KORN et autres figures de proue du mouvement Neo, et la reprise du "Mein Teil" de RAMMSTEIN en conclusion de show donne largement l'orientation du groupe.

     

    MISANTHROPE + SPHAERA - Pagney Derrière Barine - 19/04/2019


    Alors si le groupe officie maintenant avec un batteur, il reste tout de même une bonne partie qui est balancée par ordinateur, des chœurs, des samples, du clavier, et cela donne un aspect figé à la musique si énergique du groupe, c'est un peu dommage car la créativité du chanteur, la folie qui pourrait se dégager de tout cela est comme bridée par le timing imposé par l'ordinateur. Ce ne sont pas des séquences qui sont balancées en début de morceau mais bien les 45 minutes du show qui défilent et sur lesquels le groupe doit se caler, cela casse la spontanéité que leur offrait l'arrivée d'un batteur. Toutefois, il faut reconnaitre l'efficacité du groupe ce soir, melting-pot de plusieurs styles, le crossover fonctionne très bien et on comprend très bien où le groupe veut en venir.

    Quelques messages engagés pour la cause LGBT sont lancés par le chanteur qui n'en fait cependant pas de trop, juste de quoi rappeler, qu'au même titre que la religion, il s'agit d'un choix personnel et non d'un critère de segmentation social ou culturel, je vous laisse découvrir cela à travers les différentes interventions que le chanteur peut réaliser et qui sont disponibles sur le Facebook du groupe. Alors même si je ne suis pas du tout client du style pratiqué par SPHAERA, force est de constater que le show est plutôt agréable et réussi. A découvrir via leur Bandcamp si vous le désirez.


    Les rois de la soirée, c'est bien entendu MISANTHROPE qui célèbre donc ses 30 ans de carrière, 30 ans de Death Metal old-school, de Melodic Death Metal, de Progressive Death Metal, de Gothic Death Metal, un esprit avant-gardiste qui a valu au groupe quelques moqueries, il est vrai qu'au début des années 2000 après Libertine Humiliations, l'auto-parodie et la surenchère du groupe, et notamment de son chanteur S.A.S de L'Argilière a eu raison de bien des Metalheads qui ont vu en eux un bouc émissaire parfait. Moi-même j'avoue que la grandiloquence dans laquelle était tombé le groupe m'a beaucoup éloigné de leurs sorties récentes qui semblent toutefois de très bonne qualité.

     

    MISANTHROPE + SPHAERA - Pagney Derrière Barine - 19/04/2019


    Le concert s'ouvre sur deux titres récents extraits d'ΑXΩ (Le Magistère De L'Abnégation) datant de 2017 et Ænigma Mystica datant de 2013 avec sa chanson titre. "Nevrose" d'IrremeDIABLE (2008) est ensuite enchainé avant que la machine à remonter le temps ne s'accélère car, comme le signale le chanteur, le groupe ne va pas respecter d'ordre chronologique particulier et envoie un "Hater Of Mankind" datant de 1991 et de leur split avec TORTURER. Un titre ressorti des cartons en 2018 et qui fait ressurgir des émotions particulières chez le frontman tout comme "And Also The Lotus" extrait de leur premier album, Variation On Inductive Theories, datant de 1993. La décontraction du groupe ce soir amène même le chanteur a signaler l'esprit Neo Metal de certains riffs de ce titre avec un large sourire, avant-gardiste un jour... avant-gardiste toujours ! "Maudit Sois-Tu Soleil !", "1666... Theatre Bizarre", "Passions Millionaire", "Sadistic Sex Daemon" et "Sulfureuses Contestations" représentent les albums du groupe avec quelques anecdotes en introduction, le départ de la moitié du line-up avant l'enregistrement de 1666... Theatre Bizarre ou l'incrédulité face à la sortie d'un double album tel que Metal Hurlant, beaucoup considérant le deuxième CD comme un CD bonus, ce qu'il n'est pas. Mais le groupe va également faire plaisir à ses fans présents ce soir avec "Humiliations Libertines" extrait de l'album Libertine Humiliations, ce titre très mélodique et lent passe très bien sur scène, un excellent choix là où habituellement le groupe interprète "L’Écume Des Chouans".

     

    MISANTHROPE + SPHAERA - Pagney Derrière Barine - 19/04/2019



    MISANTHROPE va également se plonger dans ses coffrets et autres compilations pour en sortir des raretés comme "Le Roman Noir" issu de Recueil D’Écueils : Les Épaves... Et Autres Œuvres Interdites publié en 2000 ou "Emmurement" qui apparait sur Misanthro-Thérapie : 15 Années D'Analyse publié en 2004 pour les 15 ans du groupe. La fête est totale et le groupe ne met rien de côté, assume complètement sa discographie, et il faut avouer que la setlist est plus que costaud, mettant en avant l'aspect Death de ce groupe y mêlant aussi du Gothic, du Progressif, du Heavy, le bilan est extrêmement positif pour ce pilier de la scène Metal Française et la scène Metal tout court !

    Bien entendu, comment ne pas finir ce concert sur un titre que le public attend, un titre extrait de Visionnaire, et comme le dit le chanteur, pas facile d'être Visionnaire lorsque l'on est le 15 avril 2019. C'est effectivement "Bâtisseurs de Cathédrales" issu de cet album et faisant largement référence à Notre Dame de Paris qui est joué comme ultime titre, et quel titre.

     

    MISANTHROPE + SPHAERA - Pagney Derrière Barine - 19/04/2019


    Le groupe se retire sous les applaudissements nourris du public, une excellente prestation ce soir qui montre un groupe en forme et un bilan des 30 ans plus que positif. MISANTHROPE est bel et bien vivant, l'année 2019 devrait le rappeler. Le temps d'échanger quelques mots aux abords du stand du groupe avec un S.A.S de L'Argilière ravi de revoir des têtes connues. On pourra dire ce que l'on veut de ce groupe, ce soir MISANTHROPE a montré qu'il était grand !
     

    Report & Photos : Aymerick Painless (Simony)

     


    votre commentaire
  • INDIAN NIGHTMARE + DESTRUKT + DISFUNERAL - Volmerange Les Mines - 11/02/2019

     

    INDIAN NIGHTMARE + DESTRUKT + DISFUNERAL
    No Man's Land - Volmerange-Les-Mines
    11 Février 2019



    Je ne connais pas les groupes à l'affiche ce soir, excepté DISFUNERAL que j'ai déjà croisé à l'occasion, mais bon, ayant une semaine de vacances, les 2 heures de route qui me sépare du No Man's Land à Volmerange-Les-Mines ne m'effraient pas. Underground Propaganda, qui organise la soirée, n'ayant plus la salle où ils organisaient auparavant, le Riveter à Nancy, l'affiche se trouve donc éloignée de chez moi mais voilà, j'aime bien ce que proposent ces gars là alors je prends la route.

    Sur place, je suis sûr de retrouver quelques têtes connues, et ce sera d'ailleurs le cas, après quelques mots dans le froid du Nord de la France, les DISFUNERAL vont prendre possession de la scène.

    Le No Man's Land, c'est un bar qui se trouve à la frontière Franco-Luxembourgeoise, et pour y avoir déjà traîner ma carcasse, je suis content de voir ce bar rempli comme je ne l'ai jamais vu. Il faut dire que la rareté des salles accueillant des concerts Metal dans l'Est va forcément finir par payer pour ceux qui résistent et ouvrent encore leurs portes aux passionnés que j'ai devant les yeux, Claude, le gérant de l'endroit semble d'ailleurs ravi de la soirée, on y reviendra plus tard.

    DISFUNERAL c'est du Death Metal old-school, les AUTOPSY, MORGION, REPULSION, ASPHYX, cette scène n'hésitant pas à varier les tempo up et les tempo down, parfois même très down. Les solos disséminés par l'unique guitariste sont très directs, gavés à la pédale wah-wah, ils enfoncent le clou de la vision brute du Death Metal proposé par ce quatuor qui officiait auparavant sous le nom d'HERPES en format quintet. Si le son manque peut-être un peu de saleté pour le style, les gaillards ont bien compris les gimmicks du style et les utilisent bon gré pour un Death Metal putride où la basse est la voûte de l'ensemble.

     

    INDIAN NIGHTMARE + DESTRUKT + DISFUNERAL - Volmerange Les Mines - 11/02/2019



    Quelques morceaux bien Crust et bas du front animent le pit et le groupe s'en tire très bien pour ouvrir cette soirée orientée Metal old-school. L'unique EP du groupe (sous ce nom là en tout cas) est bien mis en valeur et notamment le titre "Total Collapse" bien punchy. Amateurs de Death Metal, Archaic Death Metal comme annoncé par le groupe, voilà un groupe qui vous comblera dans un immobilisme voulu et revendiqué, un bon show !

    Il est temps de découvrir DESTRUKT, un batteur avec un patch RAZOR, un guitariste aux yeux noircis, une bassiste également arborant un T-Shirt de la tête d'affiche du soir et un chanteur, non pardon, une présence. En effet, avec son T-Shirt de MAYHEM bien vintage, une veste en jean par dessus et un jeu de scène des plus habités, T. Exumator, donne le ton bien crade à cette musique oscillant habillement entre vieux Heavy Speed, Black, Thrash pour un rendu ultra-efficace et bien varié à l'image du titre "The Witch", single extrait du dernier EP, Unleash The Destrukors, paru chez Headbangers Records l'an passé. La réponse du public est immédiate, l'esprit old school qui se dégage de cette musique a conquis, s'il en était besoin, les Metalheads présents ce soir et qui semblaient déjà connaitre le groupe, pour ma part, j'aurais comblé ce retard et vais garder un œil attentif sur ce groupe. Poison Snake, chanteur d'INDIAN NIGHTMARE assiste au début du show du groupe devant la scène et a certainement apprécié cette façon de chauffer un public qui va littéralement se déchainer durant la prestation de son groupe. Les lumières sur scène sont pratiquement inexistantes, ce qui ajoute un côté Black bien plaisant à ce show, un groupe proposant un Metal old school bien crade et particulièrement bien habité par son frontman arrivé dans le groupe en 2018 seulement. Mais nos frenchies ont l'habitude de devoir palier à la désertion du poste puisque T. Exumator est le quatrième vocaliste du groupe depuis ses débuts en 2014. Au vue de ce show, on espère que ce line up pourra durer car l'alchimie est vraiment bonne et transparait sur les planches. Excellente découverte !

     

    INDIAN NIGHTMARE + DESTRUKT + DISFUNERAL - Volmerange Les Mines - 11/02/2019


    Setlist : Hounds Of Steel / Million Miles To Die / The Witch / Broken Mirror / Dying On Adrenaline / Metal Destruktor / Racing Death / Down Under Blues / Headshot / Wicked Night Killers

     

    Il est temps désormais d'accueillir le quintet baptisé INDIAN NIGHTMARE, les personnes avec qui j'échange quelques mots avant le concert me promettent une "belle branlée" pour reprendre leurs termes... et bien ils avaient raison. Ah les petits malins débarquent sur scène avec le sourire, alors avec l'étiquette Heavy Speed Punk Metal, on pourrait s'attendre à quelque chose de bon enfant, mais attention ça tabasse ! La musique est donc à situer entre le Heavy Speed bien 80's et un esprit Punk que l'on peut retrouver chez BAPHOMET'S BLOOD par exemple, l'esprit Hell's Headbanger Records est bien présent pour ceux qui connaissent ! Avec des looks entre Glam, Speed Metal et Horror Metal, le groupe est basé en Allemagne mais réunit plusieurs nationalités, un langage universel donc qui nous est proposé ce soir où le groupe n'oublie pas de défendre son premier album Taking Back The Land paru en 2016 à l'image de "Riders Of Doom" ou "Fire Meets Steel".

     

    INDIAN NIGHTMARE + DESTRUKT + DISFUNERAL - Volmerange Les Mines - 11/02/2019


    Poison Snake use et abuse de poses ultra calibrées qui pourraient semblées kitschs dans un autre environnement mais qui semblent là tellement naturelles, le gaillard possède également une présence sur scène qui en impose sérieusement. Les stage-divings se multiplient de même que les pogos devant un groupe qui est surpris de voir autant de jambes et de bras en l'air dans un si petit espace, tout cela dans une ambiance bon enfant qui fait plaisir ! Claude, gérant du No Man's Land montra même sur scène alors que Poison Snake tient dans sa main une épée enflammée, avec une guitare en feu dans la main, étant donné l'espace confiné, on pourrait craindre l’asphyxie générale mais tout se passe parfaitement. Un rappel sera proposé avant que le groupe ne se retire définitivement non sans serrer les paluches, dédicacer les LP et tout ce qui leur tombe sous la main, une véritable belle découverte qui botte des culs comme rarement j'ai pu en voir. Pour faire simple, je n'ai jamais, mais alors jamais, vu une telle ambiance dans ce No Man's Land... bravo !

     

    INDIAN NIGHTMARE + DESTRUKT + DISFUNERAL - Volmerange Les Mines - 11/02/2019


    La soirée se termine en échangeant encore quelques mots dans le froid avec les soldats encore en vie, les nouvelles malheureusement ne s'annoncent pas très ensoleillées pour la scène de l'Est en ce qui concerne l'association qui organise ce soir mais si cela s'avère effectif, j'espère pouvoir faire encore des dates pour prendre des baffes comme ça, il se pourrait même que je tende l'autre joue !

    Bravo aux trois groupes du soir pour ces prestations hautes en couleur old-school et à Underground Propaganda pour sortir de l'ombre des groupes aussi bandants et au No Man's Land qui se dresse comme un ultime rempart à la mort de l'underground dans l'Est !

    Report & Photos : Aymerick Painless (Simony)

     

     


    votre commentaire
  • Brutal Metal DTP Gig - Chalons-En-Champagne - 08/12/2018

     

    Brutal Metal DTP Gig
    MERCYLESS, SAVAGE ANNIHILATION, CORROSIVE ELEMENTS, NEKROBIOZ
    Le Contrepoint - Chalons-en-Champagne
    08 Décembre 2018



    En ce 8 décembre, nous prenons la route pour Chalons En Champagne, dans la Marne, pour célébrer le retour de Delirium Tremens Prod de nouveau sur pieds pour organiser nos soirées. Après une petite pause pour diverses raisons, voici donc que la première affiche qui nous est proposée est ni plus ni moins que MERCYLESS accompagnés de jeunes loups de la scène Française dont nous allons détailler ici la contribution, mais avant toute chose... Nous sommes extrêmement ravis que ces bénévoles n'aient rien lâché et qu'ils soient aujourd'hui fébrilement à la porte pour accueillir le public et leur dire combien, ce public leur a manqué, et on vous rassure, la réciproque est vraie !

    Compte rendu d'une soirée totalement positive si ce n'est l'affluence que j'aurais pensé bien plus nombreuse même si ce n'était pas la catastrophe non plus, disons juste que l'affiche avait pour moi un potentiel plus important.

    18h30, le froid glacial s'abat dans une nuit sournoise dissimulant une pluie fine balayée par un vent fort, la route s'ouvre à nous... arrivée devant la salle vers 20h15 alors que NEKROBIOZ, premier groupe de la soirée, s'apprête à monter sur scène, mais avant cela, des têtes amicales sont là et les bénévoles sont à la porte pour nous accueillir, comme un soulagement que le public n'ait pas oublié le Delirium Tremens Prod, mais avec une affiche telle que celle de ce soir, impossible de ne pas répondre à l'appel même s'il faut lancer tardivement pour des raisons de disponibilité de la salle.

    NEKROBIOZ, groupe local œuvrant dans le Black Metal, lance la soirée, il s'agît d'un duo guitare, chant / batterie qui propose une musique primaire, directe, dans une ambiance glaciale. Le son de guitare est bizarrement faible de par quelques petits soucis techniques plutôt maîtrisés par la suite et le propos anti-chrétien est ici clairement annoncé. Les riffs sont plutôt atmosphériques, utilisant largement les mediums et c'est plutôt la batterie qui varie, passant des blasts à la caisse claire à des parties plus punchy avec les toms et la grosse caisse, le chant est lui, par contre, très monocorde, suivant régulièrement le phrasé de la guitare. Le duo va rencontrer un succès d'estime mais le groupe se structure seulement avec le nombre de concerts aidant, à revoir dans quelques temps pour mieux visualiser le potentiel du groupe.

    La suite s'annonce avec SAVAGE ANNIHILATION, là aussi présenté en format duo, guitare, chant / batterie, et son Death technique aux relents thrashy bien sentis. Le groupe tourne sous cette forme depuis quelques mois et si dans le Black, cette formule n'est pas si rare, dans le Death Technique, un peu plus. Toutefois, après un début de show un peu timide, une voix qui semblait légèrement forcée, la suite va vraiment réussir à toucher le public présent, notamment grâce à des incartades plus thrashy comme le rappel surprise alors que le public commence à quitter la salle pour se diriger vers le bar. Un titre présenté comme un hommage à Jeff Hanneman va clairement mettre les choses au point, ce groupe possède des capacités pour faire sonner sa musique à deux, et ça ce n'est pas rien. A défaut d'être sauvagement intense, on ne peut qu'être admiratif du niveau d'inconscience géniale pour se présenter ainsi, un concert très intéressant en attendant le retour d'un bassiste peut être.

    On a retrouvé les bassistes, et avec CORROSIVE ELEMENTS, groupe Parisien de Crossover Thrash Death Metal, celui-ci va particulièrement se distinguer par une présence de tous les instants. Par moments dans la salle, à d'autres à sauter sur scène, ou encore à lancer des coups de pied, Thomas Humbert se signale aussi en chantant les paroles, les vivant véritablement. Mais le reste du groupe n'est pas en reste, les deux guitaristes sont plus concentrés sur leurs parties mais n'oublient pas d'imposer en présence tout de même, tout comme le chanteur Brice Moreau très à l'aise sur ses parties vocales tant Thrash Death que Crossover en mode SUICIDAL TENDENCIES. Et puis il y a Rachid Trabelsi derrière le kit de batterie qui aura donner là plus de coups sur sa batterie que pendant tous les concerts avec ses deux groupes de Doom, MOONSKIN et CONVICTION, donnant également dans le chœur Crossover. Le concert est efficace, extrêmement en place et maitrisé, les bons hommes ne viennent pas à Chalons pour la première fois et la réponse du public est très positive. Un excellent moment qui fait monter en intensité la soirée avant les rois de la soirée.

    En effet, ce soir, c'est MERCYLESS qui clôt les débats et on imagine mal un groupe pouvoir suivre la cadence que les vétérans vont imposer sur scène, le Death Metal typique de la scène Française de la fin des années 90 s'est nourri de DEATH. Max Otero est impérial derrière le micro et ne faiblit jamais, d'une précision chirurgicale sans jamais sonner synthétique, il affiche une belle complicité avec son line-up actuel, y compris Jérôme Point-Canovas le bassiste du groupe ce soir et également guitariste de LOUDBLAST. Les alsaciens vont piocher dans leurs différents albums avec "Object Offerings", "God Is Dreaming" ou le récent "Pathetic Divinity" issu du dernier album en date. une reprise survitaminée de "Deathhammer" d'ASPHYX sera jouée également, uniquement reconnaissable grâce au refrain car pour le reste, MERCYLESS a mis le mode rouleau compresseur et donne un aspect extrêmement brutal à ce morceau qui n'en manquait déjà pas. Un rappel, demandé par une partie du public, sera également ajouté avant de tirer sa révérence et de venir serrer la paluche au public entassé devant le stand. Aucune impression de longueur, MERCYLESS a su captiver en alternant avec intelligence les titres rentre-dedans avec ceux plus rampants, notamment issus de Pathetic Divinity.

    L'affiche se révéla à la hauteur ce soir à Chalons En Champagne et les absents ont encore eu bien tord car les quatre groupes aux styles très variés ont su se montrer à la hauteur. On espère maintenant voir le retour de Delirium Tremens Prod durer, et pour cela, il faudra que le public réponde présent et que l'association puisse également remettre quelques petits désagréments au placard comme la bière n'ayant pas le temps de refroidir mais tout cela n'a aucune importance car on voulait seulement que ces bénévoles reprennent du service, ce fut le cas, maintenant il faut leur donner les moyens d'accueillir le public dans de meilleures conditions, mais la sympathie, la bienveillance et la gentillesse de ces personnes fait franchement oublier tout ce qui, dans un autre cas, aurait pu irriter un peu. A bientôt on l'espère !

    Report : Aymerick Painless (Simony)

     

     


    votre commentaire
  • H.E.A.T + ONE DESIRE + SHIRAZ LANE - Paris - 04/12/2018

     

    H.E.A.T + ONE DESIRE + SHIRAZ LANE
    Paris - Petit Bain
    4 Décembre 2018



    Deux concerts au même endroit en l'espace de trois jours, on prend les mêmes ou presque et on recommence. C'est le feu d'artifice en ce début décembre pour ce qui risque fort d'être le dernier concert de l'année pour ma part.

    3, 2, 3 : les chiffres du jour. Mon troisième concert de SHIRAZ LANE, mon deuxième de ONE DESIRE et mon troisième de H.E.A.T, une routine ? Loin de là ! A noter la disponibilité des musiciens des trois groupes qui, le concert terminé, signent à tour de bras et prennent la pose, toujours avec le sourire...

    SHIRAZ LANE ouvre le bal. Mine de rien, c'est mon troisième concert du groupe. Carnival Days, le deuxième album, est fort sympa et anime une set list que j'avais trouvé un poil monotone la première fois, d'autant que le son est meilleur qu'à Sheffield. Malgré leur jeune âge, ça joue bien, très bien même. Forte chance que je me laisse tenter une quatrième fois...

     

    H.E.A.T + ONE DESIRE + SHIRAZ LANE - Paris - 04/12/2018


    Deuxième fois que je vois ONE DESIRE en live. Je dois avouer avoir un faible pour ce groupe, coup de cœur avec leur premier album, puis confirmation en live à Milan l'année dernière. Et oui, dix huit mois sur les routes, ou presque. Au contraire de certains de ses congénères, ONE DESIRE a réussi à passer le cap du live, d'abord embarqué par ECLIPSE (Erik Martensson a bossé avec eux sur l'album), les Finlandais ont réussi à accrocher le bon wagon à plusieurs reprises. Mais que ce set fut court, ou plutôt que ça a défilé à vitesse grand V, set list semblable à celle de Milan, "Falling Apart" est joué ici à deux. Auparavant le groupe avait démarré avec "Hurt", leur premier tube, et s'est achevé avec le brûlot "Buried Alive".

     

    H.E.A.T + ONE DESIRE + SHIRAZ LANE - Paris - 04/12/2018


    Démonstration de force, André Linman est intenable. De supers moments, en partie filmés, mais un cruel dilemme: profiter du concert ou filmer ? Maintenant, il faut attendre l'album (presque fini) ou le prochain concert... Ça va être dur !!!

    H.E.A.T semble apprécier nos longues soirées d'hiver, après le 9 décembre 2014 à la Flèche d Or, le groupe était revenu en novembre 2017 au Nouveau Casino et donc ce 4 décembre au Petit Bain. Fait assez rare, le groupe s'est donc produit à deux reprises à Paris, à douze mois d'intervalle, pour défendre son album Into The Great Unknown sorti quinze mois plus tôt. Chapeau et respect !

    Cela n'empêche pas le public de répondre présent, H.E.A.T, on ne s'en lasse pas, et moi le premier. Je me souviens encore de l'énorme baffe reçue y a quatre ans, la joue droite encore chaude, j'en prenais encore une côté gauche il y a un peu plus d'un an, et là c'est l'uppercut !

     

    H.E.A.T + ONE DESIRE + SHIRAZ LANE - Paris - 04/12/2018


    Alors quoi de neuf depuis un an ? Line-up inchangé mais set list remaniée : exit les "Best Of The Broken", "Point Of No Return" qui avaient démarré le show à la Flèche d'Or. Les albums Address The Nation et Tearing Down The Wall sont majoritairement représentés, avec cinq titres chacun sur les quinze joués ce soir, trois du dernier album et deux titres du deuxième (avant l'arrivée du chanteur Erik Grönwall). Erik, qui fêtait son anniversaire la veille, est célébré chaleureusement par le public, mais pas besoin de ça pour que le chanteur se déchaîne : surfer sur le public, nombreuses incursions dans la foule, beaucoup d'interactions avec les fans, il se dépense sans compter et j'essaye d'imaginer H.E.A.T sans Erik Grönwall. Car, non content d'être un excellent chanteur, il est le « Fuckin' Frontman » !

     

    H.E.A.T + ONE DESIRE + SHIRAZ LANE - Paris - 04/12/2018


    Les quinze titres exécutés passent à une vitesse folle, et l'heure fatidique du final est déjà là. Quelle merveilleuse soirée, à peine gâchée par un RER en panne, et donc trois heures pour regagner mes pénates. Pendant ce temps-là, un tour bus entre Paris et Montbéliard tombe en panne, tour bus que partagent bien volontiers trois groupes scandinaves. Depuis mardi j'attends impatiemment l'annonce du prochain concert de H.E.A.T à Paris. Ça risque d'être long...



    Setlist : Bastard Of Society / Breaking The Silence / Danger Road / Emergency / Shite City / Downtown / In And Out Of Trouble / It's All About Tonight / Living On The Run / Beg Beg Beg + WLR + Piece Of My Heart / Laughing At Tomorrow / Redefined / Mannequin Show / Tearing Down The Walls / Point Of No Return / A Shot At Redemption


    Report & Photos : Jean-Christophe Lasserre

     


    votre commentaire
  • ADAM BOMB + FREAK SHOW - Cergy - 28/10/2018

     

    ADAM BOMB + FREAK SHOW
    Pacific Rock - Cergy
    28 Octobre 2018



    En ce dimanche soir, alors que les plus frileux se faisaient soirée cheminée accompagnée du classico OM-PSG, les amateurs de Hard US se retrouvaient en petit comité au Pacific Rock, à Cergy, pour un concert du vétéran ADAM BOMB, annoncé en dernière minute. Et, histoire de doubler le plaisir, ce sont les franciliens de FREAK SHOW qui ouvraient le bal en tant qu'habitués des lieux. FREAK SHOW, c'est l'assurance de passer un super moment, la preuve : une première partie qui a droit et obtient un rappel... Ça joue bien, ça chante bien et les nouvelles compos (qui devraient figurer sur le deuxième album), six interprétées ce soir (si mes calculs sont bons) laissent augurer du meilleur présage pour la suite des événements. Notons aussi un son a la hauteur de l'événement. À revoir pour le plaisir des yeux et des oreilles...

     

    ADAM BOMB + FREAK SHOW - Cergy - 28/10/2018


    C'est un peu une légende qui se produit ce soir au Pacific Rock. Légende culte pour être plus précis. ADAM BOMB est un personnage qui n'a pas réellement goûté, contrairement à nombre de ses congénères, à l'explosion des 80's, mais cela ne l'a pas empêché par la suite de sortir ses disques et de faire ses petits concerts. Moins de 60 personnes ce soir mais le trio n'en a cure et Adam n'hésite pas à passer dans le public pour vendre ses billets de tombola. Les titres vont s'enchaîner, Adam ne s'adressera que très peu au public et ce en toute fin de concert, mais ses guitares illuminées parlent pour lui. Chose étrange, on a droit à beaucoup de covers. Adam aimant beaucoup Hendrix, trois titres en seront repris, plus l'hymne US, ainsi que le "Helter Skelter" des Beatles et une ou deux autres reprises. Et cela au détriment de pas mal de ses tubes ("Pure Sex" par exemple), néanmoins l'honneur est sauf avec "Je t'aime" et son refrain hallucinant.

     

    ADAM BOMB + FREAK SHOW - Cergy - 28/10/2018



    Report & Photos : Jean-Christophe Lasserre

     


    votre commentaire
  • HARD ROCK HELL SLEAZE - Sheffield - 31/08, 01&02/09/2018

     

    HARD ROCK HELL SLEAZE
    O2 Academy - Sheffield
    31 Août, 1er & 2 Septembre 2018



    Day 1 :

    Vendredi soir finale du tremplin. Neuf groupes se succèdent avec un set d'une vingtaine de minutes environ, soit quatre ou cinq titres dont une cover. Le niveau est élevé mais le son aussi, ça gache un peu le plaisir. Il y en a pour tous les goûts : Rap Metal, mélange Hard Rock et musique cajun, sosie de Bryan Adams... Le public est à 50 % féminin, des jeunes et des moins jeunes, des tatoués... And Ze winner is... GIN ANNIE, mais les choses sérieuses commencent bien ce samedi...


    Day 2 :

    MIDNITE CITY puis THE LAST GREAT DREAMERS délivrent tous deux de très bons shows avant l'arrivée du troisième groupe sur l'affiche : les Belges de WILDHEART. Et là, on monte d'un cran. Apparemment le groupe a bien digéré l'élimination de la Belgique en demie finale de la Coupe du Monde et nous livre une super prestation. Même si les pantalons moule-bites sont de sortie, les musiciens assurent et les compos, bien que classiques, sont excellentes. Un groupe à suivre de près.

    Setlist WILDHEART : On My Way / Lovehunter / Stanger's Eyes / Get Up / On My Way / Nothing But Trouble / No Love / Stone Cold Fox / Never Let Go / Still Of The Night (Whitesnake cover)

     

    HARD ROCK HELL SLEAZE - Sheffield - 31/08, 01&02/09/2018

     

    HARD ROCK HELL SLEAZE - Sheffield - 31/08, 01&02/09/2018


    From the USA, voici JETBOY. Nouvellement signés chez Frontiers Music et à l'aube de la sortie d'un nouveau disque, les vétérans US nous foutent une belle baffe. Très pro avec le côté sauvage qui va bien. Ils reviendront sur scène pour le final de L.A. GUNS sur "Rip & Tear". Deux légendes réunies.

    Setlist JETBOY : Locked In A Cage / Moonlight / Party Time / Evil / Broken Herted / Rock 'n' Roller / Bullfrog Pond / Born To Fly / Heavy Chevy / Beating The Odds / Feel The Shake

     

    HARD ROCK HELL SLEAZE - Sheffield - 31/08, 01&02/09/2018


    Fin de la première journée, si l'on considère que le vendredi soir était un tremplin, avec L.A. GUNS, dont les deux leaders se sont rabibochés, et ces retrouvailles entre-aperçues à Milan l'année dernière, et sur disque, font plaisir à voir et sont remplies de sincérité. Tant mieux pour les deux concerts français à venir. Phil Lewis et Tracii Guns ont même évacué quelques kilos superflus. La première moitié de "Crytal Eyes" sera même interprétée... Un vrai bonheur que ce concert.

    Setlist L.A. GUNS : The Devil Made Me Do It / Electric Gypsy / No Mercy / Over The Edge / Kiss My Love Goodbye / Sex Action / The Flood's The Fault Of The Rain / Speed / I Wanna Be Your Man / One More Reason / Hellraisers Ball / Malaria / Encore : Crystal Eyes / Never Enough / The Ballad Of Jayne / Rip And Tear

     

    HARD ROCK HELL SLEAZE - Sheffield - 31/08, 01&02/09/2018

     

    HARD ROCK HELL SLEAZE - Sheffield - 31/08, 01&02/09/2018



    Day 3 :

    Une nouvelle journée commence avec THE EROTICS, FALLING RED et SHIRAZ LANE (vu en ouverture de BROTHER FIRETRIBE, et à revoir avec H.E.A.T et ONE DESIRE en décembre à Paris). Désolé pour NEON ANIMAL, premier groupe du jour que nous séchons volontairement.

    Setlist SHIRAZ LANE : Carnival Days / The Crown / Tidal Wave / Begging For Mercy / War Of Mine / Shot Of Life / Rinkka / Harder To Breathe / Mental Slavery / People Like Us

     

    HARD ROCK HELL SLEAZE - Sheffield - 31/08, 01&02/09/2018



    TOXICROSE prend ensuite le relais. Alors que l'intitulé du festival est Sleaze, le look des quatre suédois fait plutôt penser à du Black ou à du Death. Que nenni, ici c'est à du gros Hard Rock légèrement Heavy que nous avons affaire, et à un chanteur qui apprécie le faux sang et les slips cloutés. Très visuel et pas en reste musicalement.

    Setlist TOXICROSE : Reckless Society / Killing The Romance / Don't Hide In The Dark / The Fallen Ones / Sinner / Clarity / Set Me Free / We Own The Night / We All Fall Down / Black Bile / Encore : A Song For The Weak / World Of Confusion

     

    HARD ROCK HELL SLEAZE - Sheffield - 31/08, 01&02/09/2018


    La fin approche. Avant dernier à passer sur scène, les Gallois de TIGERTAILZ, ou ce qu'il en reste, car seul Jay Pepper était là aux débuts du groupe. Plusieurs changements de chanteur et c'est finalement Rob Wylde, qui a déjà officié au sein du groupe comme guitariste, puis comme bassiste, qui tient le micro. Prochain job pour lui, roadie ou groupie, comme ça, il aura presque tout fait. Pepsi Tate, le bassiste d'origine n'est pas oublié puisque Rob et Bertie, son remplaçant, portent en sa mémoire un tee shirt à son effigie. Le groupe est particulièrement attendu et répond à nos attentes, prestation très solide avec les incontournables "Livin Without You" et "Love Bomb Baby" en conclusion. Trois spectateurs se verront même offrir le dernier CD du groupe sorti en 2016.
    Leur dernier passage en France en première partie de Y&T date un peu et c'est fort dommage.

    Setlist TIGERTAILZ : Sick Sex / Squeeze Them Dry / Star Attraction / Hollywood Killer / All The Girls / Shoot To Kill / I Can Fight Dirty Too / Love Overload / Noise Level Critical / Heaven / Tear Your Fuckin' Heart Out / Dirty Needles / Livin' Without You / Call Of The Wild / Love Bomb Baby

     

    HARD ROCK HELL SLEAZE - Sheffield - 31/08, 01&02/09/2018


    The end avec les Suédois de BACKYARD BABIES, et là il y a de la demande de la part du public qui se masse devant la scène pour un set ultra énergique de 90 minutes qui va mettre tout le monde d'accord...

    Setlist BACKYARD BABIES : Made Me Madman / UFO Romeo / Dysfunctional Professional / The Clash / Brand New Hate / Abandon / Highlights / A Song For The Outcast / Heaven 2.9 / Shovin' Rocks / Painkiller / Star War / Bombed (Out Of My Mind) / Encore : Th1rte3n Or Nothing / Nomadic / Minus Celsius / Look At You

     

    HARD ROCK HELL SLEAZE - Sheffield - 31/08, 01&02/09/2018



    Le HARD ROCK HELL SLEAZE, deuxième du nom, s'est donc tenu à la O2 Academy de Sheffield. Cette édition était sold out et cela nous laisse penser qu'entre 2000 et 2500 personnes étaient présentes. La troisième édition est d'ores et déjà annoncée pour le 31 Août et 1er Septembre 2019.

    Le premier jour sert de tremplin final pour 9 groupes qui se verront récompensés de promotion de la part de la structure HRH qui a sa radio, son site, un mag, et le meilleur devrait enregistrer un CD. STONE BROKEN qui a récemment joué en France est passé par là. Le festival se joue sur deux scènes, la principale et une beaucoup plus modeste pour les petits groupes. Seul reproche, les concerts sur les deux salles se chevauchent.

    Quelques stands de tee shirts, bagues, badges, patch étaient présents... mais pas de CDs à part ceux de certains groupes se produisant.

    Enfin HRH propose sur Sheffield et au pays de Galles, plusieurs déclinaisons de son festival : il y a le principal avec SAXON pour cette année, la version Sleaze, une autre Viking, une autre Crown (country, western ...). Quant au public, la gente féminine tient sa place et n hésite pas à mettre tous les atouts de son côté avec un look proche du Los Angeles des 80's.


    Report & photos : Jean-Christophe Lasserre

     

    HARD ROCK HELL SLEAZE - Sheffield - 31/08, 01&02/09/2018

     

     

     


    votre commentaire
  • ANGRA + OPERATION: MINDCRIME - Charmes - 18/04/2018

     

    ANGRA + OPERATION: MINDCRIME + HALCYON WAY + RAVENSCRY
    The Rock'n'Roll Shop - Charmes (02)
    18 Avril 2018



    Première date pour cette toute nouvelle salle qu'est le ROCK'N'ROLL SHOP qui aura déjà fait couler beaucoup d'encre, suite notamment à une ouverture avortée en Novembre dernier et à plusieurs annulations qui en ont découlées, la dernière en date étant celle de THERION qui devait jouer en ce lieu le 4 Avril dernier. Mais n'en déplaise à certaines mauvaises langues, c'est désormais officiel, le ROCK'N'ROLL SHOP et sa fameuse Rock'n'Roll Stage, situé à Charmes, dans l'Aisne, sont maintenant opérationnels et nous promettent déjà quelques belles soirées en perspective... Pour cette première, c'est ni plus ni moins qu'ANGRA et OPERATION: MINDCRIME qui ont répondu présents pour inaugurer ce lieu dédié au Rock et au Metal. Ils sont pour l'occasion accompagnés d'HALCYON WAY et RAVENSCRY.

    C'est peu de temps après l'ouverture des portes que les Italiens de RAVENSCRY prennent possession de la scène. Emmené par Giulia Stefani, chanteuse qui, par son timbre, pourra évoquer une certaine Cristina Scabbia (Lacuna Coil), les Milanais vont nous délivrer un Metal assez moderne, mélodique et varié, qui, s'il n'est pas forcément des plus original, n'en est pas moins efficace. Les Transalpins assurent actuellement la promo de leur dernier album The Invisible, et c'est fort logiquement que quatre titres qui en sont issus nous sont proposés ce soir, mais RAVENSCRY n'en délaisse pas moins ses sorties précédentes avec quatres titres de The Attraction Of Opposites (2014) et un emprunt au premier opus One Way Out de 2011, de quoi présenter une vue d'ensemble sur l'univers du groupe au public qui les découvre ce soir.

     

    ANGRA + OPERATION: MINDCRIME - Charmes - 18/04/2018

     

    ANGRA + OPERATION: MINDCRIME - Charmes - 18/04/2018


    Dès leur arrivée, les Ricains d'HALCYON WAY vont marquer les esprits avec notamment un guitariste à la coupe iroquoise qui vient chercher le public au cœur de la salle pour leur demander d'approcher de la scène avant que le show ne démarre. Proposant un Heavy/Power d'excellente facture qui lorgne assez souvent vers des passages thrashy qui apportent encore un peu de puissance supplémentaire à l'ensemble, le groupe se montre particulièrement enthousiaste et motivé via une exécution des plus énergique, et si le public n'est pas forcément très conséquent ce soir, le groupe ne s'économise guère et assure comme s'il faisait face à une salle comble, tout cela est plutôt bon esprit et nous fait passer un moment bien sympathique avant l'arrivée d'OPERATION: MINDCRIME et d'ANGRA...

     

    ANGRA + OPERATION: MINDCRIME - Charmes - 18/04/2018

     

    ANGRA + OPERATION: MINDCRIME - Charmes - 18/04/2018


    N'ayant jamais vraiment accroché aux albums que Geoff Tate a sorti sous le nom d'OPERATION: MINDCRIME, il est normal que certaines craintes s'emparent de moi au moment de l'arrivée du chanteur sur scène. Craintes qui seront vite dissipées puisque le set est axé autour du mythique album qui a donné son nom à la nouvelle formation de Tate. La prestation de l'ex-chanteur de QUEENSRYCHE est vraiment d'un très bon niveau et, trente ans plus tard, restitue plus qu'honorablement chacun des titres de cet album de référence qui sera joué dans sa quasi intégralité. Nous aurons même droit ce soir à "Suite Sister Mary" qui n'avait pas été joué à Vauréal en Mars dernier. Le morceau est interprété en duo avec Emily Tate, la fille du chanteur, qui reprend ici le rôle autrefois interprété par Pamela Moore. Le public est conquis et n'hésite pas à donner de la voix, reprenant chacun des refrains de ces titres qui sont autant de classiques incontournables.

     

    ANGRA + OPERATION: MINDCRIME - Charmes - 18/04/2018

     

    ANGRA + OPERATION: MINDCRIME - Charmes - 18/04/2018


    Setlist : I Remember Now (Queensrÿche cover) / Anarchy-X (Queensrÿche cover) / Revolution Calling (Queensrÿche cover) / Operation: Mindcrime (Queensrÿche cover) / Speak (Queensrÿche cover) / Spreading The Disease (Queensrÿche cover) / The Mission (Queensrÿche cover) / Suite Sister Mary (Queensrÿche cover) / The Needle Lies (Queensrÿche cover) / Breaking The Silence (Queensrÿche cover) / I Don't Believe In Love (Queensrÿche cover) / Eyes Of A Stranger (Queensrÿche cover)

    Avec pour seul membre d'origine encore présent le valeureux Rafael Bittencourt, ANGRA va nous délivrer un set des plus convaincant qui alterne classiques de la grande époque ("Nothing To Say", "Lullaby For Lucifer", "Carry On"...) et morceaux plus récents ("Newborn Me", "Final Light"). Le nouvel album OMNI sera, quant à lui, représenté par quatre extraits ("Travelers Of Time", "Light Of Transcendence", "Insania" et "Magic Mirror"). L'interprétation est sans faille, que ce soit au niveau du chant de Fabio Lione, qui assure ses parties vocales avec une belle aisance, aussi bien sur les titres issus de l'ère André Matos ou ceux de la période Edu Falaschi, l'Italien s'en sort admirablement bien, tout comme Marcelo Barbosa qui remplace Kiko Loureiro de fort belle manière, ou encore le batteur Bruno Valverde, impressionnant de force et de maitrise derrière ses fûts ! Et cerise sur le gâteau, Monsieur Geoff Tate viendra même rejoindre le groupe sur scène pour une reprise du "Silent Lucidity" de QUEENSRYCHE. Au final, ANGRA a délivré ce soir un excellent concert, nous prouvant, s'il en était besoin, la grande forme actuelle du combo de São Paulo.

     

    ANGRA + OPERATION: MINDCRIME - Charmes - 18/04/2018

     

    ANGRA + OPERATION: MINDCRIME - Charmes - 18/04/2018


    Setlist : Nothing To Say / Travelers Of Time / Angels And Demons / Newborn Me / Light Of Transcendence / Acid Rain / Final Light / Insania / Drum Solo / Lisbon / Magic Mirror / Lullaby For Lucifer / Silent Lucidity (Queensrÿche cover - avec Geoff Tate) / Rebirth / Carry On / Nova Era

    Au final, cette première date du Rock'n'Roll Shop est une belle réussite, notamment en ce qui concerne les prestations des groupes, dommage qu'il n'y ait pas eu un public un peu plus conséquent, mais les fans présents (environ 120 personnes) ont su mettre l'ambiance et accueillir les groupes comme il se doit... Alors maintenant que cette nouvelle salle est enfin ouverte, vous savez ce qu'il vous reste à faire, soutenir ce lieu et venir en masse lors des prochains événements organisé par ce passionné qu'est Didier Plessiet car quelque chose me dit que de biens belles affiches se profilent à l'horizon...

    Report & Photos : Nono666

    Un grand merci à Didier Plessiet pour l'accréditation.

     

     


    votre commentaire
  • ROCK'N FESTIVAL 7 - Chauny - 07/04/2018

     

    ROCK’N FESTIVAL 2018
    Le Forum - Chauny
    7 Avril 2018




    Comme chaque année depuis maintenant sept ans, le ROCK'N FESTIVAL prend ses quartiers au Forum de Chauny en ce premier samedi d'Avril. Avec une programmation toujours aussi variée permettant à tous d'y trouver son compte, le ROCK'N fédère un public pouvant aller de l'amateur de Pop Rock électro jusqu'au fan de Hard Rock et de Metal, le tout dans une ambiance toujours très conviviale.

    WE ARE DARLING et EDGÄR vont jouer leur rôle d'opener comme il se doit et chacun dans leur style. Le premier, originaire de Reims, évolue en formule power trio et délivre, pour faire simple, un style Rock au croisement d'AC/DC et de MUSE, qui, sans être franchement marquant, se révèle plutôt sympathique pour nous mettre dans l'ambiance, et le second, qui nous arrive d'Amiens, pratique une électro Pop s'appuyant sur les machines, rendant sa musique plus proche d'un DAFT PUNK par exemple que véritablement Rock, toutefois le duo use d'harmonies vocales du meilleur effet qui nous entraine dans un univers sonore immersif envoutant qui ne manquera pas de parler aux plus ouverts d'esprit...

    On continue toujours dans cette diversité si chère au ROCK'N FESTIVAL avec MORGANE JI qui pratique une musique métissée, sorte de fusion world teintée de Pop, de Rock ou de Funk, nous dévoilant un univers riche et varié. Charismatique et vocalement talentueuse, la chanteuse d'origine réunionnaise, s'accompagne au banjo, soutenue par des musiciens, eux aussi, de grand talent (que dire notamment d'Olivier Carole, extraordinaire bassiste au jeu impressionnant). Belle découverte musicale qui aura su, à n'en point douter, marquer les esprits d'une bonne partie du public.

    Il est ensuite temps d'accueillir DEREK FORBES, ex-bassiste de SIMPLE MINDS, groupe dont il a fait partie de 1978 à 1985 avant de rejoindre PROPAGANDA. Accompagné de Nathalie McCool, à la guitare et au thérémine, et Sian Monaghan à la batterie, l’Écossais va nous offrir ce soir une relecture de son ex-groupe avec une setlist presque entièrement basée sur le répertoire de SIMPLE MINDS, seul "P-Machinery" fera ici référence à sa periode PROPAGANDA, avec en point d'orgue incontestable l'incontournable "Don't You (Forget About Me)" qui sera repris en chœur par l'ensemble du public chaunois qui, visiblement, est conquis par celui qui est considéré comme le plus grand bassiste écossais de tous les temps.

    Setlist : Waterfront (Simple Minds) / This Fear Of Gods (Simple Minds) / Thirty Frames A Second (Simple Minds) / Factory (Simple Minds) / Today I Died Again (Simple Minds) / P-Machinery (Propaganda) / New Gold Dream (Simple Minds) / Theme From Great Cities (Simple Minds) / Don’t You (Forget About Me) (Simple Minds)

    On reste au Royaume-Uni avec SKARLETT RIOT, jeune groupe proposant un Rock/Metal moderne porté par la voix puissante de Chloé Drinkwater aka Skarlett et des guitares plutôt incisives. Nos Anglais donnent ce soir leur premier concert sur le sol français, et c'est à une prestation de fort bonne tenue à laquelle nous allons assister, le set est axé sur le dernier album, Regenerate, paru en Octobre dernier, et le public semble apprécier cette succession de titres efficaces et accrocheurs qui, s'ils ne sont pas forcément de la plus grande originalité, se révèlent néanmoins fort énergiques et exécutés à la perfection, faisant de ce set un moment bien agréable qui aura su ravir tout amateur de sonorités Rock/Metal.

    Setlist : Break / The Storm / Empty Inside / Calling / Outcast / Closer / The Wounded / Warrior

    Et voici le moment tant attendu de cette septième édition : le concert de Monsieur GLENN HUGHES qui va délivrer un concert tout bonnement énorme ! Rien à redire, aucune faiblesse, l'ex-DEEP PURPLE, puisque c'est le thème de cette nouvelle tournée, affiche une forme éblouissante tant scéniquement que vocalement, GLENN HUGHES va être tout simplement impérial ! Et que dire de cette setlist de folie où nous aurons droit à de belles pépites comme "You Fool No One". Celui que l'on surnomme « The voice of Rock » fait preuve d'une belle énergie et assure un set de tout premier ordre qui fait la part belle aux prouesses vocales du bassiste/chanteur qui nous régale d'une maitrise hallucinante, détrônant clairement Ian Gillan qui, aujourd'hui, se montre bien souvent à la peine sur certains titres du passé là où Glenn Hughes n'a absolument rien perdu et reste d'une justesse incroyable ("Highway Star"). Un concert fantastique de la part d'un artiste au talent immense, clôturé par un "Burn" d'anthologie qui laissera un public aux anges après une prestation en tous points remarquable !

    Setlist : Stormbringer / Might Just Take Your Life / Mistreated / You Fool No One / Gettin’ Tighter / Smoke On The Water / Highway Star / Burn

    Encore une belle réussite pour le Rock'N Festival qui, année après année, s'impose, auprès des amateurs de Rock au sens large du terme, comme un des festivals à ne surtout pas manquer !

     

    Un grand merci à Jean-Michel Fondement pour les accréditations !



    Report : Nono666 & Xav'

     


    votre commentaire
  • CHAULNES METAL FEST - Chaulnes - 31/03/2017

     

    CHAULNES METAL FEST
    Centre Socio-Culturel - Chaulnes
    31 Mars 2018




    Pour ouvrir cette nouvelle édition du CHAULNES METAL FEST, une horde de guerriers venue du futur nommée ATRYSTOS. Les Picards ont pris pas mal de retard et vont devoir aller à l'essentiel... Falcon et ses lieutenants sont au taquet et vont nous délivrer un Metal au croisement du Death et du Thrash, nous entrainant sans grand mal dans leur univers Cosplay décalé. L'accueil réservé au groupe est bon et ça commence déjà à remuer sérieusement dans le public, ce qui est à souligner pour un groupe d'ouverture...

    Setlist : My Nation / I Am A Man / Brutal Love / Master And War / Nazi Zombies / We Are An Army / The Fucking War

     

    CHAULNES METAL FEST - Chaulnes - 31/03/2017


    Changement d'ambiance avec AZZIARD dont les membres débarquent sur scène corpse paint et capuchon sur la tête. Les Parisiens vont exécuter un Black Metal virulent qui fait planer une ambiance froide et malsaine sur Chaulnes, qui se retrouve d'emblée plongé dans un chaos indescriptible. La setlist est axée sur le récent Metempsychose, troisième album paru en Décembre dernier, et le résultat est pour le moins brutal et dévastateur.

    Setlist : Psyche / Unus Mundus / Le Meurtre Du Hero / Le Second Jour / L’enfer / L’anachorete, Dies / Le Sacrifice

     

    CHAULNES METAL FEST - Chaulnes - 31/03/2017


    Place ensuite à ÖBLIVÏON qui va nous offrir aujourd'hui un set tout bonnement énorme. Auteur d'un excellent premier album qui vient tout juste de sortir, ce groupe composé notamment de trois ex-membres de NIGHTMARE va délivrer ce qui va être pour votre serviteur le concert de cette édition 2018. Chaque titre est exécuté à la perfection, Jo est impérial au chant, comme toujours devrais-je dire, soutenu par d'excellents musiciens, que dire par exemple de Markus Fortunato, impressionnant bassiste dont le talent n'a d'égal que la sympathie dont il fait preuve. Le Heavy/Power Metal des grenoblois est un pur régal qui fait plaisir à entendre... et de plaisir il sera question tout au long de ce set remarquable tant on sent le groupe heureux d'être là et de partager ce moment avec un public particulièrement réceptif.

    Setlist : Evil Spell / In The Arms Of The Queen / Shine In My Galaxy / I Thought I Was A King / Race Is On / Bells Of Babylon / Lord Of The Sky (Nightmare Cover) / Dreamers, Believers

     

    CHAULNES METAL FEST - Chaulnes - 31/03/2017

    CHAULNES METAL FEST - Chaulnes - 31/03/2017


    On reste ensuite dans la veine Heavy Metal avec EXISTANCE. Le groupe isarien va nous délivrer un bon set qui, malheureusement, sera desservi par un son assez brouillon ne permettant pas d'apprécier pleinement ce Heavy old school pourtant fort bien exécuté, mais qu'à cela ne tienne, Julian Izard et ses acolytes n'en remporteront pas moins un joli succès et nous balanceront des titres foutrement efficaces qui, à l'image d'un "We Are Restless", hymnique en diable, seront repris en chœur par un public qui n'hésite pas à donner de la voix.

    Setlist : Heavy Metal Fury / Slaughter / Steel Alive / Dead Or Alive / We Are Restess / Breaking The Rock / Jawbreaker (Judas Priest cover)

     

    CHAULNES METAL FEST - Chaulnes - 31/03/2017


    Nouveau changement de style avec l'arrivée des cultes CARCARIASS et de leur Death technique. Les Francs-Comtois vont nous délivrer un set de haute volée où la maitrise de ces musiciens de grand talent est réellement impressionnante. La formation Bisontine va réussir à s'attirer les faveurs d'un public de connaisseurs visiblement conquis par cette technicité de tous les instants, faisant encore plus regretter aux fans le fait que le groupe doive faire l'impasse sur deux titres, la faute au retard accumulé depuis le début du fest, en tout cas une belle démonstration de virtuosité de la part de ces musiciens aguéris.

    Setlist : Sideral Torment / Revenger / Domination / Tragical End / Watery Grave / Mortal Climb

    NO RETURN sont un peu comme chez eux à Chaulnes, d'ailleurs le combo était déjà à l'affiche de l'édition 2017, mais apparemment le public ne semble pas s'en lasser, ce qui est bien là le principal, et qui plus est cette année le groupe a un nouvel album à défendre... Avec un line-up qui semble stable depuis quelques temps, NO RETURN fait preuve d'une certaine cohésion et va une nouvelle fois nous asséner une grosse claque, et ce n'est pas les quatre extraits de The Curse Within qui vont venir nous contredire, dès "The Crimson Rider" ça envoie le bois ! Avec une setlist axée sur les travaux les plus récents de NO RETURN couvrant la période allant de Manipulated Mind à The Curse Within, à aucun moment le groupe ne va relâcher la pression, ce qui n'est pas pour déplaire aux fans qui ne demandent qu'à se déchaîner sur ce Thrash/Death d'une puissance imparable.

    Setlist : The Crimson Rider / Submission Falls / Memories Turns To Ashes / Inquisitive Hegemony / New Items / Despite Your Heroes / Rising / Serpent’s Curse / Stronger Than Ever

     

    CHAULNES METAL FEST - Chaulnes - 31/03/2017

    CHAULNES METAL FEST - Chaulnes - 31/03/2017


    Pour terminer cette édition 2018, on passe encore un cap en matière de brutalité avec les Belges d'ABORTED qui vont balancer à la face du public leur Brutal Death Grind purulent. Et même si le groupe évolue ce soir à quatre (manque le guitariste Mendel), il n'en exécutera pas moins un set particulièrement destructeur et violent. Pogos, circle pit et autres walls of death endiablés se succèdent et laissent l'auditoire sur les rotules. En d'autres termes un final apocalyptique pour une édition qui ne l'aura pas été moins !

    Setlist : Divine Impediment / Meticulous Invagination / Parasitic Flesh Resection / Necrotic Manifesto / Coffin Upon Coffin / Hecatomb / Expurgation Euphoria / Bit By Bit / The Extirpation Agenda / The Origin Of Disease / Sanguine Verses (...Of Extirpation) / Encore : Bound In Acrimony

     

    CHAULNES METAL FEST - Chaulnes - 31/03/2017


    Un big merci à Simon pour les accréditations !

    Report : Nono666 & Xav'
    Photos : Nono666 sauf Aborted : Rachel

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique