• INHEPSIE - Onirique

    Autoproduction

    Style : Atmospheric Metal

    Origine : France

    Sortie : 2019

    Site Web : www.inhepsie.com

     

    INHEPSIE - Onirique

     

    01. Ode A La Nuit / 02. L’Autre Réalité / 03. Est-ce Important / 04. L’indifférence / 05. Ce Sentiment / 06. Oublier Qui Je Suis / 07. L’Instant Egaré / 08. Funambule / 09. Onirique / 10. Regrets

     

    Obédience, sorti en 2012, avait séduit les chastes oreilles de votre serviteur avec son Metal atmosphérique délicieusement mélancolique, et, sept ans plus tard, il en est de même avec Onirique, son successeur, qui nous propose une fois encore de bien belles compositions, aux mélodies ciselées et aux arrangements particulièrement soignés, de quoi regretter encore un peu plus qu'INHEPSIE se fasse bien trop rare ! Mais peut-on vraiment en vouloir à un groupe qui, plutôt que de faire dans la quantité, privilégie la qualité... Et ce n'est que pur bonheur, quand démarre "Ode A La Nuit", de retrouver un INHEPSIE au sommet de son art, toujours aussi inspiré et qui semble se bonifier avec le temps, nous livrer comme à son habitude des compos envoûtantes aux textes imagés et poétiques qui invitent au rêve et à l'introspection, nous plongeant dans un véritable océan d'émotions musicales diverses et variées, nous entraînant au cœur d'un univers « onirique » où « l'indifférence » n'a absolument aucune emprise, avec toujours « ce sentiment » d'être comme happé dans une autre dimension, dans une « autre réalité », sombre et gothique, où, le temps d'un « instant égaré », tel un « funambule », on se retrouve comme suspendu en équilibre quelque part entre force et fragilité... Un bien bel album, tout en finesse et en délicatesse, de la part d'un groupe dont le talent est indéniable, et surtout, comme je le soulignais lors de ma chronique d'Obédience, qui possède une vraie personnalité, ce qui se fait plutôt rare de nos jours ! Envie de vous évader ? Cet album est fait pour vous !

    Chronique : Nono666

     

    INHEPSIE - Onirique

     

     

     

     

     


    1 commentaire
  • GRUZJA - I Iść Dalej
    Godz Ov War Productions
    Style : Black Metal
    Origine : Pologne
    Sortie : 2019
    Site Web : www.facebook.com/Gruzja

    GRUZJA - I Iść Dalej



    01. Gruzini / 02. Moja Ratyzbona / 03. Opuść Mnie / 04. Manam / 05. Jego Głos / 06. Ilu Nas Było? / 07. Iść Dalej

    On en connait des groupes de Black Metal Polonais mais celui-ci, GRUZJA, est particulier avec ce nom qui signifie Géorgie et un titre d'album qui veut dire "et ça continue". Lorsque l'on sait la situation actuelle du pays vis-à-vis de la Fédération de Russie, et l'histoire qui unit la Pologne avec cette même Russie, on sent un propos assez direct officier en sous-couche. I iść dalej est le premier album de ce groupe qui semble opérer sous forme de duo pour un Black Metal tout ce qu'il y a de plus primitif et direct.
    Musicalement, on pense de suite à SATYRICON ("Opuść mnie") ou DARKTHRONE ("Jego głos"), l'aspect direct, bien Rock'n'roll et sans fioriture, est bien présent, le groupe nous renvoie vers le Black Metal dans une vision tirant sur le Punk finalement, et on peut retrouver cet aspect MOTÖRHEAD sous amphétamine que l'on a chez les Norvégiens. Toutefois, la production un peu brouillonne où la batterie, et plus particulièrement la caisse claire, est assez lointaine, les guitares très grasses mais surtout peu précises, renvoie très clairement vers les standards du Black Metal des débuts de BATHORY ou de VENOM. Vocalement, c'est également plutôt varié, avec un duo de chanteurs, l'un dans un style très primitif, l'autre plus écorché et hurlé, avec même un court passage en chant clair plutôt réussi ("Moja Ratyzbona").

    Le début d'album est une petite réussite avec cette entrée en matière très directe avec "Gruzini" et un "Moja Ratyzbona" bien rampant, pas si éloigné de SATYRICON non plus, le chant y est toutefois plus hurlé, plus typé Black Metal que le reste de l'album, clairement l'un des meilleurs titres de cet opus. La suite est également de qualité, "Opuść mnie" qui démarre comme un titre de MARDUK, plus guerrier que le reste, le chant posé des couplets rappelle la façon de faire d'une certaine scène suédoise (GRAFVITNIR par exemple) et qui débouche sur une partie très clairement inspirée de SATYRICON (vous la sentez l'influence d'un titre comme "Black Crow On A Tombstone" ?) mais le groupe a su insuffler sa patte avec quelques chœurs assez discrets et une ambiance qui présage de ce que va être "Manam", un titre plus ambiancé, là aussi plutôt réussi. Ce titre ouvre aussi la porte à une musique moins Black qui va carrément s'en éloigner sur l'électronique chanson titre. Avant cela, "Ilu nas było?" montrera de nouveau la facette mid-tempo du groupe, rampante, de nouveau un chant écorché pour une approche assez Doom du Black Metal.

    Au final, c'est peut-être ces multiples facettes sur un album assez court qui peut décontenancer car il est assez difficile de s'accrocher à plusieurs titres si l'on recherche une vision précise du Black Metal. Ainsi les amateurs d'un Black très Rock'n'roll qui seront attirés par le début d'album et "Jego głos" pourraient ne pas succomber à cause de titres tels que "Manam", "Ilu nas było?" ou l'ultime "Iść dalej". Ouverture d'esprit requise donc pour ce premier opus qui affirme déjà une forte personnalité mais qui s'exprime encore de façon brouillonne pour rester dans les mémoires sur le long terme car si les chemins empruntés sont nombreux, ils sont tout de même assez usés.

    Chronique : Aymerick Painless (Simony)

    GRUZJA - I Iść Dalej

     

     


    votre commentaire
  • DANKO JONES – A Rock Supreme
    AFM Records
    Style: Hard Rock
    Origine: Canada
    Sortie : 2019
    Site Web : www.facebook.com/dankojones

    DANKO JONES - A Rock Supreme



    01. I'm In A Band / 02. I Love Love / 03. We’re Crazy / 04. Dance Dance Dance / 05. Lipstick City / 06. Fists Up High / 07. Party / 08. You Got Today / 09. That Girl / 10. Burn In Hell / 11. You Can't Keep Us Down

    Nous sommes le 23 Juin 2013 à 15H sur les terres Clissonaises sous un soleil de plomb (vous savez très bien de quoi je parle…). J’entame mon énième binouze tranquillement posé dans le tout nouveau Kingdom of Muscadet. Et là j’entends un son vachement Rock et entrainant. Il faut que je bouge mon cul pour voir ça. C’est là que démarre mon histoire d’amour avec DANKO JONES. Venue tout droit de Toronto, cette bande de joyeux Canadiens nous balance son neuvième album, avec toujours la même recette qui marche fichtrement bien : débuts de chanson accrocheurs, refrains entêtants ("Dance  Dance Dance", "We’re Crazy", "I Love Love", j’en passe et des meilleurs), des bons riffs de guitare... Certains diront que c’est trop facile (même Danko le dit dans "Lipstick City"  « It's easy like 1 2 3 »), mais ils le diront en remuant leur popotin sur mon morceau préféré de cette nouvelle galette "Fists Up High".

    TABARNAK !!! Ils envoient du bois ces mecs là ! ... c’est tout pour moi, Merci !!!

    Chronique : Ben

    DANKO JONES - A Rock Supreme

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • OCTOBER TIDE - In Splendor Below
    Agonia Records
    Style : Melodic Doom/Death Metal
    Origine : Suède
    Sortie : 2019
    Site Web : www.octobertide.net

    OCTOBER TIDE - In Splendor Below



    01. I, The Polluter / 02. We Died In October / 03. Ögonblick av nåd / 04. Stars Starve Me / 05. Our Famine / 06. Guide My Pulse / 07. Seconds / 08. Envy The Moon

    Un album avec les frères Norrman, tous deux ex-KATATONIA, eux qui m'ont offert tant d'émotion avec ce groupe, est toujours quelque chose qui éveille ma curiosité. Ainsi avec le premier album, Rain Without End, découvert alors que le groupe avait déjà splitté, j'ai retrouvé cet univers que j'aimais tant chez KATATONIA et qui a quitté le groupe depuis quelques albums maintenant à mes oreilles. Le précédent opus, Winged Waltz (2016) m'avait laissé une impression mitigée, surtout par le chant qui était vraiment très commun, sans prise de risque et donc finalement peu inspiré. Mais musicalement, je retrouvais ces leads, ce son de guitare, ces arrangements très pointus qui nécessitent beaucoup d'écoutes pour en saisir la teneur, bref, on retrouvait ce bon vieux OCTOBER TIDE. Pourtant, j'aime beaucoup la voix d'Alexander Högbom qui œuvre aussi dans DEMONICAL, et je dois avouer que cet In Splendor Below me réconforte dans cet état de fait, tant je retrouve ce growl qui tient par la rage qu'il dégage et avec cette musique toujours aussi bien écrite, bien mise en son, bien arrangée, bien exécutée, je tiens enfin l'album qui me réconcilie définitivement avec ce groupe, même si... car il y a un mais.

    Notons tout de même, le changement de section rythmique qui n'influe pas énormément sur le résultat puisque l'on retrouve les mêmes schémas que sur l'album précédent, Johan Jönsegård (LETTERS FROM THE COLONY) et Jonas Sköld (LETTERS FROM THE COLONY) sont arrivés en remplacement du batteur Joakim Antonio Wallgren, resté un an avant d'aller rejoindre AMON AMARTH, et du guitariste Emil Alstermark, Mattias Norrman délaissant la basse pour reprendre la guitare sur ce nouvel opus. Mais vous l'aurez compris, tant que les Norrman sont à la barre du navire, rien de fondamental ne changera, et c'est pas plus mal car oui, c'est hyper mélodique, hyper calibré, un titre comme "Stars Starve Me" est d'un prévisible presque troublant mais ça fonctionne parfaitement. Toutefois, il faut noter que les trois premiers titres de cet opus placent la barre très haut avec cette fin de "I, The Polluter" très raw vocalement, des leads de guitare inspirés et inspirants sur "We Died In October" et la beauté de "Ögonblick av nåd", ce "Stars Starve Me" souffre un peu de la comparaison avec ce début d'album parfait mais il est vrai qu'il écule tellement de plans faciles et caractéristiques avec une voix qui disparait un peu dans cette musique un poil plus mélodique qui va un peu moins bien à Alexander Högbom. Un titre comme "Our Famine" plus volontairement mid-tempo et mélodique se révèle bien plus avec le petit apport à la batterie à son début par Jonas Sköld, décidément très intéressant ici aussi, et une voix qui retrouve de l'espace et une ambiance plus cohérente. Ce morceau regorge de quelques passages qu'un SOLSTICE n'aurait pas renié par exemple, le tout avec un ajout Death inhérent à OCTOBER TIDE. Si on retrouve de nouveau l'ombre de KATATONIA sur "Guide My Pulse", ce titre renferme également le moment blast de l'album, court, intense, mais salutaire tant le titre se déroule sur un rythme identique de bout en bout, et surtout un rythme déjà très commun aux autres titres. Pourtant, là aussi, le chant garde une capacité d'attraction conséquente, de même que "Seconds", un titre assez classique pour OCTOBER TIDE, leads harmonisés, ambiance spleen, chant bien rageur, tous les ingrédients sont réunis pour ce titre qui aurait pu être d'un bateau mais qui se maintient de nouveau grâce à la capacité du groupe à arranger ses morceaux pour les rendre très impressionnants au niveau guitare même si, là aussi, le jeu de batterie est à souligner.

    Reste que passés ces trois premiers titres parfaits, on peine à retrouver le même niveau sur la suite de l'album qui se veut tout de même plus commun et un poil trop estampillé OCTOBER TIDE like, même si je refuse d'y voir une forme d'auto-suffisance, l'apport d'un autre esprit dans l'écriture serait certainement un plus pour le renouvellement de la musique des Suédois qui montre un visage un peu plus convaincant que sur Winged Waltz, déjà bon, ne soyons pas trop sévère tout de même, mais si vous avez l'habitude de cette scène, vous verrez de suite les ficelles utilisées par les frères Norrman, et ce depuis des années et qui commencent à sembler usées, certainement parce que d'autres groupes ont pillé sans vergogne ce qu'ils avaient produit mais s'ils sont moteurs, comme je l'imagine, ils doivent nous proposer quelque chose d'un peu plus surprenant et, excusez moi l'expression, "bandant" ! Cependant, et afin de remettre les choses à leur place, cet album est largement supérieur à 90% des sorties labellisées Melodic Doom Death Metal, donc amateurs de cette scène, n'hésitez pas trop longtemps avant de vous procurer cet album qui ravira vos esgourdes, pour ma part, j'attends encore la sensation que m'avait laissé Rain Without End à sa découverte, même si, on est d'accord, on est là dans l'ordre du poil de cul que j'assume parfaitement !

    Chronique : Aymerick Painless (Simony)

    OCTOBER TIDE - In Splendor Below

     

     

     

     


    votre commentaire
  • WARFIST - Grünberger
    Godz Ov War Productions
    Style : Black Thrash Metal
    Origine : Pologne
    Sortie : 2019
    Site Web : www.facebook.com/warfisthorde

    WARFIST - Grünberger



    01. Black Army / 02. The Chapel Of Death / 03. Feasting On Dead Bodies / 04. The Burning Flames Of Ignorance / 05. Slay, Swive And Devour / 06. The Punishment / 07. Death By The Cleansing Fire / 08. Grünberger (Drinking With The Devil) / 09. March Of Death / 10. Atrocious Saviour

    Est-ce que l'habillage commun peut cacher une ou plusieurs singularités ? Vous avez deux heures... WARFIST, eux, ont mis 37 minutes à répondre, et en partie à convaincre également. Car derrière un Black Thrash Metal très commun et basique qui puise son essence dans SLAYER, BAPHOMET'S BLOOD, VENOM ou KREATOR, les Polonais donnent 10 arguments finalement assez révélateurs.

    Tout d'abord, il faut signaler que WARFIST, déjà auteur de deux albums et de nombreux EPs et autres démos, œuvrent depuis 15 ans dans la scène, pas vraiment de jeunes lapins de celle-ci, et pourtant, cela ne leur amène pas la stabilité pour autant puisque le bassiste Wrath, également chanteur, s'en est allé pour laisser Milhu à la guitare et au chant, et Pavulon, à la batterie, en duo. Pourtant, c'est peut-être là, la meilleure incarnation du groupe, simplicité, efficacité, tout ce que demande le style Black Thrash Metal est ici présent, une énergie à chaque instant, des tchouka-tchouka, des blasts, Pavulon nous fait une revue des parties de batterie du genre, tout en gardant l'efficacité en point de mire. Le groupe penche tout de même plus sur le côté Thrash que Black, et c'est peut-être là également la différence avec ses anciens opus qui reviennent à la surface le temps d'un "Death By The Cleansing Fire". Le thème de l'album tourne autour de la ville de Zielona Góra, en Pologne, appelée Grunberg, jusqu'en 1945, capitale du vin en Pologne, et qui a la particularité de produire de cette boisson enivrante toute l'année.

    Avec une production assez classique, l'album jouit d'un bel ornement, les cymbales sont mises en arrière pour accentuer les caisses qui renvoient l'image guerrière, les guitares très Thrash dans la production et un chant éraillé assez peu garni d'effets, là aussi le groupe a misé sur la simplicité, l'efficacité et une énergie raw inhérente au style. Pour autant, il est clair que WARFIST ne va rien révolutionner avec Grünberger, on reste avec des codes très éculés mais qui fonctionnent toujours autant. Un titre comme "Atrocious Saviour" n'amène, par exemple, pas grand chose de plus à ce que le groupe a pu exprimer auparavant si ce n'est une conclusion efficace et très brute, le chant s'y fait assez peu inspiré et c'est un peu dommage de finir là-dessus, d'autant plus que le "March Of Death" qui le précède, n'excelle pas non plus par ses idées, avec une partie de guitare en introduction très bateau, cela laisse une impression mitigée à un album qui avait enchainé huit hymnes efficaces.

    Reste que WARFIST a su mettre à profit le fait d'être devenu un duo en proposant un album qui, à mon sens, marque une bonne évolution, le son un peu moins brouillon et une direction plus Thrash vont très bien aux Polonais. Il restera à insuffler une singularité qui va au-delà du thème des paroles même si c'est un aspect non négligeable mais qui n'est pas essentiel pour accrocher l'oreille, il vous faudra avant tout faire l'effort de vous pencher sur ce groupe avant d'en saisir les subtilités.

    Chronique : Aymerick Painless (Simony)

    WARFIST - Grünberger

     

     


    votre commentaire
  • TOWERING - Obscuring Manifestation
    Dolorem Records
    Style : Death Metal
    Origine : France
    Sortie : 2019
    Site Web : www.facebook.com/toweringofficial

    TOWERING - Obscuring Manifestation



    01. Intro - A Ritual Of Descent / 02. The Poison Of Man / 03. Growing Seed Of Agony / 04. Monuments To Our End / 05. The Calling / 06. One With The Black Earth / 07. Becoming All - And Nothing

    Il est toujours étonnant de constater que certains musiciens aient pu passer en dehors des radars, navigant dans des eaux non balisées très certainement. C'est que les membres de TOWERING ne semblent pourtant pas être des jeunes diplômés fraîchement débarqués dans le milieu, alors la surprise d'un Obscuring Manifestation rend l’uppercut encore plus violent. Ce n'est pas que l'on juge de la qualité d'un groupe par le passé, glorieux ou non, de ses membres mais disons que si nous avions eu des signes avant coureur des capacités de ces gars, on aurait pu préparer nos mâchoires à l'impact inévitable qui les attend. Le groupe se forme en 2014 sous l'impulsion des deux guitaristes Christnacht et Thom J. Silver (ex-FUNERAL DESEKRATOR) qui sont vite rejoints par le batteur Wargod (BLAKULLA). Avec Necrovorator à la basse, le groupe publie une première démo qui va poser les bases du Death Metal des Français, qui est placé sous le signe de l'intensité et l'énergie d'un Death Metal old-school.

    Après un changement de batteur avec l'arrivée de Mortem en 2017, le groupe va façonner et personnaliser son Death Metal en y ajoutant des leads et en accentuant les cassures rythmiques pour une impression de furie dévastatrice. Les pierres du premier album, Obscuring Manifestation, sont posées et le résultat est à la hauteur des prétentions de départ. L'intensité : ce caractère ne souffre d'aucune contestation, le jeu de batterie très frénétique, je dirais même parfois épileptique ("Growing Seed Of Agony", "One With The Black Earth"), donne une intensité très noire à la musique de TOWERING déjà bien assombrie par des guitares à la production incisive. On navigue entre un Black Death Metal old-school à l'image de "The Poison Of Man" ou "The Calling" avec quelques touches parfois plus portées sur le Death Metal, comme avec le titre "Monuments To Our End" qui se fait très direct et rentre dedans.

    Avec une introduction assez longue, on pourrait penser que l'album va s'étirer en longueur, mais cet "Intro - A Ritual Of Descent" ne fait que vous aider à descendre dans la noirceur totale, terrain de jeu idyllique de ces Parisiens, car il faut vous prévenir que jusqu'à ce fameux titre comme point d'orgue de leur brutalité ici exposée, "The Calling", le titre "One With The Black Earth" bien plus posé, rampe sournoisement et vous asphyxie doucement avant une fin de morceau tirant sur le Black Metal. Le travail des guitares est ici bien mis en avant, très abouti, ce titre montre que TOWERING n'est pas qu'un quatuor de bourrins sans but précis, la furie menaçante du début laisse place ici à une ambiance sombre, plus malicieuse. D'ailleurs, le groupe prend généralement le temps de développer les ambiances sur ces différents titres, là où on aurait pu penser qu'en 4 minutes, le message pouvait peut-être gagner en efficacité, il aurait perdu en subtilité que le groupe a réussi à mettre dans les arrangements de guitares et les cassures rythmiques qui rendent les titres très dynamiques.

    Ceci dit, la production signée Andrew Guillotin (GLORIOR BELLI, MONOLITHE, TEMPLE OF BAAL) aux Hybreed Studios met également en valeur le travail du groupe. Agressive, mais audible, puissante mais non dénuée de saleté, bienvenue dans l'univers Black Death old-school de TOWERING, voilà une mise en son qui place clairement le groupe dans les valeurs à suivre de très très près, et c'est 100% français, il est important d'être fier des réussites de notre scène nationale et clairement, ce TOWERING est, à mes yeux, une fierté tant le travail intelligent abouti à un rendu qui va mettre à genoux bien des amateurs du style. On pourrait peut-être reprocher la construction du tracklisting de cet album avec deux titres plus ambiancé sur la fin de l'album, mais il faut plus y voir une progression vers la brutalité pour ensuite vous cueillir sournoisement dans les abîmes encore fumantes de votre corps putréfié.

    On soulignera tout de même la prestation vocale de Thom J. Silver qui crache ses paroles comme dans le Black Metal, la voix criée et non growlée avec des passages qui mènent à la limite de l'humanité. Également très intense, à l'image de la musique, le chant rappelle les débuts de DEATH. Ce premier album, Obscuring Manifestation, est indiqué par le label, Dolorem Records (qui n'en est pas à sa première sortie de très haut niveau, rappelez vous KAABALH), aux amateurs de AZARATH, SVART CROWN ou TEMPLE OF BAAL, ce qui me semble être plutôt juste, mais il vous reste à vous faire votre propre idée, la mienne est faite !

    Chronique : Aymerick Painless (Simony)

    TOWERING - Obscuring Manifestation

     

     

     


    votre commentaire
  • VADER - Thy Messenger
    Nuclear Blast
    Style : Death Metal
    Origine : Pologne
    Sortie : 2019
    Site Web : www.facebook.com/vader

    VADER - Thy Messenger



    01. Grand Deceiver / 02. Litany / 03. Emptiness / 04. Despair / 05. Steeler (Judas Priest Cover)

    Sortie intermédiaire entre deux albums, ce nouvel EP de VADER, outre le fait de présenter trois nouvelles compos, a pour but premier de faire patienter les fans avant la sortie du nouvel album attendu pour l'automne, et au vu des cinq titres qui le composent, pas vraiment de soucis à se faire quant au futur des Polonais. D'emblée "Grand Deceiver" envoie du lourd, un titre rapide, puissant et d'une exécution sans faille comme VADER en a le secret. Nos Polonais reviennent visiblement en très grande forme, et ce n'est pas cette relecture de "Litany" qui va nous faire dire le contraire, ce morceau issu de l'album du même nom paru en 2000 se pare ici d'une coloration plus heavy que sa version d'origine. Le thrashy "Emptiness" et le typiquement Death "Despair" enfoncent le clou et nous assènent le coup de grâce avant cette très belle et très réussie reprise du "Steeler" de JUDAS PRIEST qui, loin d'être dénaturée, prend une petite touche Death pour mieux se fondre au sein de ce Thy Messenger certes assez court (eh oui, c'est un EP !!!) mais d'une efficacité redoutable. Mais pouvait-il vraiment en être autrement venant d'un groupe comme VADER... Sortie intermédiaire, oui, mais certainement pas au rabais... Vivement le nouvel album...

    Chronique : Nono666

    VADER - Thy Messenger

     

     

     


    votre commentaire
  • PIG'S BLOOD - A Flock Slaughtered
    Godz Ov War Productions
    Style : Death Metal
    Origine : États-Unis
    Sortie : 2019
    Site Web : www.facebook.com/commandmoreblood

    PIG'S BLOOD - A Flock Slaughtered



    01. Gates Ripped Open (Scum Choking Out The Meek) / 02. Unnamable Death (Unspeakable One Honored) / 03. Violent Spirit of Decadence (Humiliating The False Triumphant) / 04. Anti-Kosmic Discord (Meaningless Self-Sacrifice) / 05. Maniacal Triumph's Embrace (Narcotic Lust) / 06. Bloodshed Hell (Interlude) / 07. A Flock Slaughtered (Unfettered Maniacs) / 08. Possessed By Nightfall (Violently Freeing Oneself From The Bonds Of Life) / 09. Aberration (Submit Or Perish) / 10. Enforced Agony (The Noose Tightened)

    Les Américains de PIG'S BLOOD ne sont pas vraiment là pour amener de la subtilité au débat, cela tombe bien la subtilité ce n'est pas toujours ce qui va le mieux au Death Metal. A Flock Slaughtered est le deuxième album du groupe dans lequel on retrouve le batteur de PREZIR, Brian Serzynski, pour quiconque suit l'actualité de Godz Ov War Productions, ou Charles Pastovic III, ex-guitariste de VIVISECTION, par exemple, cela vous donne une orientation du propos. Pour autant, il serait vraiment réducteur de ne considérer ce groupe que comme un rassemblement d'écervelés qui grognent, le premier album manquait clairement d'identité forte et surtout de moyens de production, on retrouve sensiblement la même recette mais avec une mise en son bien meilleure. La batterie est encore un peu faiblarde, mais on est là sur les standards du style, rien de dérangeant, la voix est bien plus perceptible et les guitares accrochent de suite l'oreille avec un gras qui colle parfaitement au nom du groupe.

    Avec le riff d'ouverture de "Gates Ripped Open", c'est un appel solennel à la réunification des publics Death Metal, c'est direct dans le crâne et cela renvoie directement vers EVIL INCARNATE avec un faux côté rampant qui pourrait également invoquer INCANTATION ! La frénésie s'empare du son du groupe sur "Violent Spirit Of Decadence (Humiliating The False Triumphant)", bien entrecoupée par un riff purement Death old-school, à la suédoise mais sans le son HM-2, ou "Possessed By Nightfall (Violently Freeing Oneself From The Bonds Of Life) qu'un VADER aurait pu pondre. Pas, ou très peu, de moment de répit, le groupe enchaine avec l'entêtant "Anti-Kosmic Discord (Meaningless Self-Sacrifice)" où l'ombre de DISMEMBER est à peine dissimulée, mais la voix nous ramène clairement vers la scène US.

    La progression est notable entre les deux albums, même si il est évident que la production fait beaucoup sur ce deuxième opus, le groupe envoie pourtant quelques leads qu'un SLAYER des débuts n'aurait pas renier - "Unnamable Death (Unspeakable One Honored) -, si vous avez découvert OSSUARIUM récemment, vous devez avoir une idée de ce que PIG'S BLOOD a l'intention de vous matraquer dans le crâne. Les riffs sont simples, bruts, directs et sans fioritures, la vieille école, ambiance oppressante bien appuyée par ces grognements de cochon sur une voix d'égorgé vif, variation de tempo, le tout avec force, une force qui vous maintient au sol pour un peu plus d'une demie-heure. Car c'est aussi ça la force de cet album, 30 minutes d'un Death putride, glauque, sombre et puant avec un petit interlude en plein milieu qui déboule sur le riff de la chanson titre, un riff d'ouverture que l'on ne peut pas faire plus classique dans le style. Le groupe ne s’embarrasse pas de détails qui pourraient laisser échapper quelques fautes de goûts comme beaucoup de groupes malheureusement.

    La performance est donc clairement réussie, les titres sont excellemment construits, certes l'originalité n'est pas de mise mais quelle qualité d'écriture, même si on pourra regretter parfois la tentative de passer en bourrin comme sur les couplets de "A Flock Slaughtered (Unfettered Maniacs)" qui auraient peut-être mérité un peu plus de subtilité à la batterie que cette bouillie de cymbales. A Flock Slaughtered valide totalement ce que le groupe avait construit sur le premier album éponyme publié en 2017 en s'ouvrant à un public un peu plus large en faisant le pari d'une production un peu plus costaud.

    Chronique : Aymerick Painless (Simony)

    PIG'S BLOOD - A Flock Slaughtered

     

     


    votre commentaire
  • VOZ DE NENHUM - Sublimation
    Aesthetic Death
    Style : Black Metal / Noise
    Origine : Chypre
    Sortie : 2019
    Site Web : www.facebook.com/vozdenenhum

    VOZ DE NENHUM - Sublimation



    01. Ia'Iaxa / 02. Hornbearer / 03. Nails / 04. Chains / 05. They / 06. Voidsworn

    Les grands compositeurs sont parfois perçus comme des fous, des excentriques, des gens atteints de problèmes mentaux. Certains entendent des voix, des mélodies, des mots, dans leur tête qu'ils tentent de retranscrire en musique. Pour ce qui est du groupe qui nous intéresse aujourd'hui, VOZ DE NENHUM, j'aimerais clairement pas être dans la tête des géniteurs parce que c'est aussi génial que c'est barré !

    Tout d'abord, le groupe est formé par Manuel Rodrigues - batterie (ENTHRONED, NIGHTBRINGER), V. Hate aux claviers, Adonis Kilonis - chant (FROZEN WINDS), Hermes (ex-NECROSADIST) et Dictator - Chant, Guitares, Programmation (NECROSADIST, ex-SEPULCHRAL TEMPLE), cela vient donc de plusieurs horizons, c'est ce que l'on va constater à l'écoute de ce premier opus. En effet, si "Ia'laxa" renvoie vers un 1349, "Hornbearer" commence déjà à s'en éloigner, et pour l'excellent "Nails" on en est carrément loin, mais pourtant une ambiance générale tient le tout, quelque chose oscillant entre Noise, un courant alternatif sur une base Black Metal toujours sous-jacente, à tel point que retrouver le batteur de NIGHTBRINGER n'est qu'une demie surprise par exemple. Alex Dictator semble être la clé de voute du projet, celui qui insuffle cette énergie noire absolument dévastatrice à l'image d'un "Chains" assez difficile à décrire tant on passe par différents styles que l'on pourrait penser opposés les uns aux autres. Le début assez posé mais toujours pesant, un chant assez mélodieux avant un mouvement Noise qui déboule sur une partie très nerveuse, la désorganisation organisée règne parfaitement ici et on y trouve même une certaine forme de logique dans la construction de la structure du morceau.

    On pourrait rapprocher cet album de BETHLEHEM parfois dans la démarche, un mix de Black Metal, de Doom, de Noise et de Metal en général, quelque chose de déstabilisant mais rassurant pour quiconque penserait que le Metal extrême a déjà tout exploité, VOZ DE NENHUM trace sa voie et sa voix avec trois chants distincts, l'un typiquement Black ("Ia'laxa"), l'autre plus mélodique ("Nails") et un chant à la MAYHEM ("Voidsworn") et d'ailleurs, on pourrait penser également que Grand Declaration Of War des Norvégiens a pu être une source d'inspiration dans la démarche adoptée ici.

    Au final, l'album ne s'avère pas si compliqué que cela à assimiler, certes il ne faut pas rechercher le refrain parfait, mais si vous lisez encore ces mots, c'est que ce n'est pas vraiment ce qui vous fait vibrer, certes la production n'est pas des plus monstrueuses mais elle colle parfaitement à une sensibilité Black Metal. Le travail aux percussions, au chant, aux bruits noisy sont particulièrement réussis avec une guitare qui s'intègre dans ce chaos parfois à l'aide d'un bow comme une longue agonie ("Ia'laxa"). L'intelligence des arrangements sur ce Sublimation est ce qui permet d'affirmer que ces mecs sont quand même bien fous... ou géniaux !

    Chronique : Aymerick Painless (Simony)

    VOZ DE NENHUM - Sublimation

     

     


    votre commentaire
  • RAMMSTEIN - Rammstein
    Universal Music Group
    Style : Industrial Metal
    Origine : Allemagne
    Sortie : 2019
    Site Web : www.rammstein.de

    RAMMSTEIN - Rammstein



    01. Deutschland / 02. Radio / 03. Zeig dich / 04. Ausländer / 05. Sex / 06. Puppe / 07. Was ich liebe / 08. Diamant / 09. Weit weg / 10. Tattoo / 11. Hallomann

    Si une sortie était attendue, c'est bien celle-ci. Il aura donc fallu attendre dix ans, autant dire une éternité, pour voir enfin RAMMSTEIN nous livrer le successeur de Liebe Ist Für Alle Da, c'est maintenant chose faite avec ce septième album, éponyme, à la pochette des plus dépouillée : une simple allumette trônant au beau milieu d'un fond blanc pour un contenu au rendu, lui aussi, plutôt minimaliste. Et si nous tenons là l'album le plus calme des Allemands, ce Rammstein n'en est pas moins un très bon album qui devrait sans mal ravir les fans.

    Passé maître dans l'art de la provocation, une nouvelle fois RAMMSTEIN ne faillit pas à sa réputation et ouvre l'album avec un "Deutschland", excellent titre au demeurant, qui aura déjà fait couler beaucoup d'encre depuis la parution de son clip il y a quelques semaines. Un titre puissant, hyper convaincant, qui s'inscrit d'emblée comme l'un des meilleurs titres du combo germain, toutes périodes confondues. S'ensuit un "Radio" plus léger, quasi dansant, Pop et électro, qui pourra évoquer un groupe comme KRAFTWERK. "Zeig dich", "Weit weg" ou "Tattoo" se veulent plus « classiques » dans leur construction mais ne manquent nullement d'efficacité. "Ausländer", quant à lui, est sans doute le titre le plus mainstream de cet album, avec un esprit « fun » et une touche « dance » affirmée, possédant tous les atouts pour toucher un public très large. Autre pièce maitresse de ce nouvel opus (la première étant bien évidemment "Deutschland"), "Puppe" qui, après un début qui pourrait laisser croire à une ballade, laisse ensuite place au chant halluciné d'un Till schizophrène totalement déchaîné, une ambiance malsaine s'en dégage, à vous foutre des frissons... S'il n'y a pas à proprement parlé de mauvais titres sur ce Rammstein, "Was ich liebe", malgré un très bon refrain, se révèle peut-être plus « passe-partout » que le reste de l'album. Un album certes différent de ses prédécesseurs mais toujours aussi bon, à l'image de la courte ballade "Diamant", qui laisse une sensation de pureté, ou de "Hallomann" qui vient clore cette nouvelle réalisation des Allemands sur une touche oppressante.

    Donc vous l'aurez sans doute compris, RAMMSTEIN nous offre là un album très varié, et cette variété, je le conçois, pourra en déconcerter certains, mais si vous faites l'effort d'une écoute répétée, alors ce Rammstein se révèlera immanquablement à vous, car passée la surprise de ce grand éclectisme qui joue sur les contrastes, vous y découvrirez du grand RAMMSTEIN, entrainant et terriblement addictif. Dix ans ont passés, l'attente n'aura pas été vaine, RAMMSTEIN a su évoluer pour proposer quelque chose de neuf sans toutefois dénaturer son identité, on ne va tout de même pas l'en blâmer !

    Chronique : Nono666

    RAMMSTEIN - Rammstein

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique