• MALKAVIAN - Annihilating The Shades
    Finisterian Dead End
    Style : Power Thrash
    Origine : France
    Sortie 2017
    Site Web : www.facebook.com/Malkavianmetalfr

    MALKAVIAN - Annihilating The Shades



    01. Resurgence / 02. Altar Of The Damned / 3. Spit Away / 4. Ruins / 05. Annihilating The Shades / 06. The Great Overset / 07. Encryption Process / 08. KBA / 09. Void Of A Thousand Eyes

    2017 marque le retour de MALKAVIAN avec son second album, Annihilating The Shades. Si le précédent, The Worshipping Mass, paru en 2014, nous avait déjà fortement impressionné, ce n'était rien en comparaison de ce nouveau cru. Les Nantais enfoncent le clou bien comme il faut et Annihilating The Shades devrait, sans trop de mal, leur permettre de s'imposer aux côtés des meilleurs groupes de la scène Metal hexagonale comme GOJIRA ou DAGOBA. Dans un style résolument Power Thrash, MALKAVIAN se positionne désormais comme une des nouvelles valeurs sûres en la matière. D'emblée, ça dépote sévère, on pense à SLAYER ("Resurgence") mais aussi à des choses un peu plus modernes et groovy comme LAMB OF GOD ("Encryption Process"), mais si inspiration il y a, ces influences ne prennent jamais vraiment le pas sur la personnalité du combo, qui n'hésite jamais à varier son propos, passant de tempi super rapides ("Altar Of The Damned", "KBA") à des moments un peu plus lourds mais tout aussi percutants ("Ruins", "Void Of A Thousand Eyes"), le tout parfaitement produit par HK du Vamacara Studio qui a su doter ce Annihilating The Shades d'un son d'une puissance inouïe conférant à donner à l'ensemble un aspect particulièrement dévastateur. Il n'y a décidément pas grand chose à jeter sur ce nouvel album qui va vous asséner uppercut sur uppercut sans jamais défaillir.

    Chronique : Nono666

    MALKAVIAN - Annihilating The Shades

     


    votre commentaire
  • THE DOOMSDAY KINGDOM - The Doomsday Kingdom
    Nuclear Blast
    Style : Doom Heavy Metal
    Origine : Suède
    Sortie : 2017
    Site Web : www.doomsdaykingdom.se

    THE DOOMSDAY KINGDOM - The Doomsday Kingdom



    01. Silent Kingdom / 02. Never Machine / 03. A Spoonful Of Darkness / 04. See You Tomorrow / 05. The Sceptre / 06. Hand Of Hell / 07. The Silence / 08. The God Particle

    Et bien oui, lorsque l’on décide de ne plus tourner, on finit par s’emmerder sérieusement entre ses 4 murs, aussi confortables soient ils. C’est l’impression que donne Leif Edling, légende du Doom Metal, qui officie au sein de CANDLEMASS, AVATARIUM et désormais THE DOOMSDAY KINGDOM. Ce dernier projet est né en one-man band mais rapidement un groupe se forme autour du Suédois avec Marcus Jidell à la guitare, celui là même qui officie au sein d’AVATARIUM, Leif aime s’entourer de gens de confiance, Andreas Johanson à la batterie, également impliqué au sein de NARNIA ou ROYAL HUNT, et Niklas Stålvind au chant, le vocaliste de WOLF. Alors, avec un line-up pareil et surtout le chant de Niklas, il était évident que le propos serait proprement Heavy, et pourtant "Silent Kingdom" qui ouvre l’album nous entraine dans les heures les plus Heavy de CANDLEMASS alors que "Never Machine" nous renvoie peut-être plus à ABSTRAKT ALGEBRA. Mais lorsque débute "A Spoonful Of Darkness", le propos Heavy à la JUDAS PRIEST se fait plus présent, même si l’ambiance plaquée par les riffs de Leif Edling ne nous perd pas totalement (ce break si caractéristique), avec une cohérence forte à propos, ce premier album éponyme bascule tranquillement mais surement vers un Heavy Metal plus calibré, comme si l’album était bâti comme pour nous amener de CANDLEMASS, ce que les fans connaissent le mieux, à la vision plus Heavy Metal de l’univers du bassiste. Finalement, THE DOOMSDAY KINGDOM montre le cheminement qui a mené jusqu’à sa naissance, trop Heavy pour CANDLEMASS, pas assez 70’s pour AVATARIUM, trop classique pour KRUX, qui de toute façon n’est plus pour le moment, à la limite pourquoi pas sortir un nouvel album sous son propre nom ? Pas énormément d’importance me direz vous, mais l’esprit de Leif Edling semble être dans un tel chaos actuellement qu’il est bien difficile de comprendre où il veut en venir concrètement, l’envie de s’échapper, de se libérer du carcan qu’est CANDLEMASS et même AVATARIUM désormais, très certainement, car un titre comme "See You Tomorrow", aussi posé et lumineux, difficile de lui trouver une place sur les albums des groupes précités. Parlons un peu de la performance de Niklas Stålvind au chant, le vocaliste de WOLF fait également le lien avec ce qu’il propose avec son groupe en début d’album mais avec "The Sceptre", "The God Particle" et "Silence", qui sont un terrain de jeu parfait pour la voix du gaillard, Niklas y révèle des capacités bien plus personnelles, le premier aurait pu être aussi bien exploité par AVATARIUM, KRUX ou CANDLEMASS avec une production différente, les lignes de chant sont bien moins attendues et respirent l’authenticité, les meilleurs titres de l’album sans aucun doute. "Silence", de son côté nous renvoie furieusement vers AVATARIUM avec cette fin bien identifiable, avant ce "The God Particle" qui, lui, tire franchement vers KRUX. Alors voilà, on retrouve un peu tous les ingrédients des groupes de Leif Edling dans THE DOOMSDAY KINGDOM, et c’est bien normal me direz vous. Avec un début un peu moins conventionnel, ce premier album aurait franchement été d’une incroyable force. Tous les riffs ici sont marqués Leif Edling Copyright, aucun doute sur leur origine, mais cet album réussit à en tirer une autre substance que celle tirée par les autres albums des autres groupes du Suédois. Pas l’album du siècle, mais suffisamment costaud pour que les amateurs sans faille du gaillard se penchent sur cet album éponyme fort plaisant au final.

    Chronique : Aymerick Painless

    THE DOOMSDAY KINGDOM - The Doomsday Kingdom

     


    votre commentaire
  • FACE DOWN - Soylent Green
    Klonosphere
    Style : Southern Thrash
    Origine : France
    Sortie : 2017
    Site Web : www.facebook.com/facedownmetal

    FACE DOWN - Soylent Green



    01. My Suit And My Gun / 02. Live On / 03. Give Me Your Bra / 04. Lost Paths / 05. Moleville / 06. The Hindrance / 07. No One / 08. Void / 09. Fading / 10. My Own Worst Enemy / 11. Paths Lust / 12. My Own Worst Enemy (demo version)

    On avait laissé nos petits frenchies de FACE DOWN en 2013 avec leur premier album, The Long Lost Future, qui mélangeait habilement le Groove Metal d'un PANTERA à un Stoner Metal hérité d'un CORROSION OF CONFORMITY ou d'un DOWN. Tout, jusqu'à l'artwork, montrait cette volonté de pratiquer un Southern Groove Metal, alors lorsque arrive ce deuxième album, Soylent Green, l'artwork nous suggère que le groupe a viré vers un revival Thrash Metal, un style sous-jacent dans l'univers du groupe et qui ne serait donc pas totalement hors sujet.

    L'ouverture de l'album confirme cette première impression, "My Suit And My Gun" donne clairement dans un Groove Metal aux racines Thrash bien ancrées. Mais "Live On" vient rebattre les cartes avec un titre clairement inspiré de CORROSION OF CONFORMITY (ce refrain ne masque pas du tout l'influence), pourtant l'esprit Groove Thrash Metal est toujours là, en toile de fond avec cette impression récurrente que le groupe se retrouve dans la même configuration que METALLICA (et certaines lignes de chant de Byron s'en inspirent assez largement également), le cul entre la période Load et les racines Thrash Metal, mais FACE DOWN sait gérer ses deux facettes mais aussi la dynamique d'un album. C'est ainsi que "Lost Paths" déboule après trois titres assez intenses, un titre qui respire un Blues plutôt moderne et qui montre un chant où l'accent franchouillard que l'on entend sur "My Suit And My Gun" disparait quelque peu, un beau moment qui voit les guitares à la fête, les arrangements et les idées sont assez fins.

    Ce Soylent Green oscille donc habilement entre Groove Thrash Metal et Stoner Metal piochant autant dans DOWN, PANTERA que CORROSION OF CONFORMITY, avec un petit soupçon, très léger, de Thrash Metal à la HAVOK, toutefois il manque quelques petites choses à FACE DOWN pour définitivement confirmer tout le bien que l'on pensait de ce groupe suite au premier album, et au premier EP de bonne tenue également. La production, pour commencer, notamment cette batterie qui manque un peu de relief, c'est mat, ça claque mais ça manque un peu de vie dans sa dynamique, de même sur les guitares, avec ce son assez neutre, là aussi c'est propre mais cela renvoie à n'importe quel groupe lambda. On remarque que le groupe a travaillé à une production propre et équilibrée, il reste maintenant à travailler sur la personnalité de ce son. Le chant ensuite, alors pas sur les lignes de chant car si celles-ci sont assez attendues, elles sont spontanées et collent parfaitement à l'univers du groupe, et puis les titres comme "Lost Paths" et "No One" montrent que Byron sait sortir des sentiers battus quand il le faut. Non, il s'agit plutôt de cet accent que l'on ressent parfois, sur les parties Groove surtout, une prononciation qui mériterait un peu plus d'attention, mais rien de rédhibitoire là non plus. Enfin, le fait qu'à la longue, l'album s’essouffle un peu sur la fin, pas tant par les titres qui la compose même si "My Own Worst Enemy" ou "Fading" n'offrent rien de plus que le reste, mais comme si la galette était un peu trop remplie, il manque clairement deux ou trois titres vraiment marquants, un peu comme "No One" peut le laisser entrevoir, des titres qui brisent les codes établis sur ce qui les entourent, mais certainement qu'avec une autre production, cet effet se ferait bien moins sentir.

    Alors, si FACE DOWN laisse remonter des racines Groove Thrash de manière plus direct, ses influences Stoner Metal sont là bien mieux digérées que sur The Long Lost Future  et ce nouvel opus permet au groupe de continuer sa progression, de l'affirmer !

    Chronique : Aymerick Painless

    FACE DOWN - Soylent Green

     


    votre commentaire
  • ACEDIA MUNDI - Speculum Humanae Salvationis
    Throats Productions
    Style : Black Metal Moderne
    Origine : France
    Sortie : 2017
    Site Web : www.facebook.com/AcediaMundi

    ACEDIA MUNDI - Speculum Humanae Salvationis



    01. Spreading Venom In The Hearts Of Children / 02. Ab-Jection / 03. Deconstructing My Soul / 04. The Saddist Is The Saddest / 05. From Sodom To Magog / 06. Ceux Qui Marchent / 07. Nos Qui Non Electi Sumus / 08. Sumus Fex Dei

    ACEDIA MUNDI est un groupe de Black Metal né à Paris fin 2013, fruit de la collaboration de V. (guitare/chant) et J. (guitare/chant). Le groupe est au complet fin 2014 et compte alors deux nouveaux membres : G. (batterie) et W. (basse). Les Parisiens nous offrent ici un premier album Speculum Humanae Salvationis sorti chez le label mexicain Throats Productions.

    Une voix parlée, puis quelques accords dissonants en guise d’intro. Arrive ensuite un blast de folie, et une musique violente et dévastatrice qui n’est pas sans rappeler AZZIARD ou DARK FUNERAL (les mélodies en moins). Voici "Ab-Jection", le premier morceau : la batterie va vite, les guitares aussi. La technique est là, peu de mélodie mais beaucoup de puissance et un tempo très très élevé. On souffle un peu avec "Deconstructing My Soul" et son tempo légèrement moins élevé. Le chant est omniprésent ! Un peu trop à mon goût. Puis, les morceaux s’enchaînent, rapides et intenses, avec beaucoup de chant. Les riffs sont très originaux et spéciaux. Les guitares semblent parfois déstructurées, voire dissonantes.

    Je dois avouer que j’ai du mal à entrer dans l’univers d’ACEDIA MUNDI, je vais donc tenter de rédiger une chronique objective car le groupe le mérite et le niveau technique nous prouve qu’un travail certain a été fourni sur cet album. Le groupe se présente lui-même comme jouant un Black Metal résolument moderne. Je ne sais pas ce qu’on peut mettre derrière l’étiquette « moderne » mais il faut avouer que le Black Metal joué ici est très original. Les guitares, notamment, avec une certaine dissonance parfois. Les compostions sont atypiques. Effectivement, on est bien loin du Black Metal des années 90. Mais le son est tout de même plutôt brouillon et pas franchement moderne, ni percutant. Les guitares mériteraient plus de clarté d’après moi.

    La thématique se veut, elle aussi, en rupture avec le traditionnel Black Metal et son « sempiternel Satan », ce qui n’est pas pour me déplaire. Les textes traitent de la psychanalyse, des souffrances de l’être au monde, du désir charnel sans règle, de la frustration, avec des références artistiques et culturelles, notamment à Georges Bataille, à Jean Genet, ou au cinéma de Larry Clark et d’Harmony Korine. On côtoie alors l’érotisme, le surréalisme et un groupe  qui semble avoir un niveau de connaissances générales plus élevé que de coutume !

    Cependant, je n’adhère pas : ni au concept, qui ne me semble pas si original que ça (folie, érotisme…), ni à la  musique, qui sonne brouillon et déstructurée, à l’instar de "Ceux Qui Marchent", morceau dans lequel j’ai eu du mal à me retrouver et où j’ai eu l’impression désagréable que les leads n’allaient pas avec la rythmique. Je pense que tout cela est volontaire et transmet ainsi à l’auditeur cette ambiance de folie malsaine. Pari gagné : on est véritablement dans l’antre de la folie avec cet album, franchement novateur et presque expérimental. Alors si vous êtes en recherche d’un son nouveau, d’un Black Metal étrange et atypique, essayez donc ACEDIA MUNDI.

    Chronique : Fanny

    ACEDIA MUNDI - Speculum Humanae Salvationis

     


    votre commentaire
  • FRACTAL UNIVERSE - Engram Of Decline
    Kolony Records
    Style : Progressive Death Metal
    Origine : France
    Sortie : 2017
    Site Web : www.facebook.com/fractaluniverseband

    FRACTAL UNIVERSE - Engram Of Decline



    01. Premiss To Reality / 02. Sons Of Ignorance / 03. Scar Legacy Of Hatred / 04. Parricidal Ghosts / 05. Venomous Coils Of A Holy Fallacy / 06. Backworldsmen / 07. A Name To Deny / 08. Narcissistic Loop / 09. Decline / 10. Collective Engram

    Boudaries Of Reality, voilà un EP fort prometteur qui avait bien mis l'eau à la bouche de la part d'un groupe sorti de nulle part, sans crier gare. Les influences d'OBSCURA ou de DEATH étaient alors indéniables mais il s'en dégageait une personnalité qui ne demandait qu'à s'affirmer. Depuis, les Nancéens de FRACTAL UNIVERSE ont affiné leur Death Metal certes technique mais surtout à tendances progressives pour un résultat qui peut parfois évoquer le regretté NEVERMORE ("Sons Of Ignorance").

    Ce premier album confirme très nettement l'impression ressentie avec le EP : des leads de guitare et des solos largement mis en avant, une technique hors paire mais qui ne dessert jamais l'intérêt de l'auditeur, pour exemple, jetez une oreille à l'incroyable "Scar Legacy Of Hatred" ou "Parricidal Ghosts" qui tape dans le dur avant de développer des arpèges dissonantes du plus bel effet. Pourtant, un premier défaut commence à apparaitre au fur et à mesure de l'avancée de l'album, la production. Très clinique et froide, la production est ultra propre et cela manque un peu de gnaque et d'accroche, de furie dévastatrice, on est là en plein album témoin en la matière, vous savez comme les maisons, c'est joli mais ça finit par manquer de personnalité.

    Heureusement, le talent d'écriture de FRACTAL UNIVERSE compense largement cet état de fait avec des arrangements soignés, des mélodies de guitare loin d'être faciles et une variation dans le chant extrêmement intéressante, chant susurré, chant puissant et mélodique à la GOJIRA, growls, chant Death plus old-school, Vince Wilquin fait état de ses possibilités et elles sont nombreuses, à l'image du surprenant "Venomous Coils Of A Holy Fallacy" qui agît comme une petite pause salvatrice au milieu de cet album de près d'une heure qui demande beaucoup d'attention et de temps d'ingurgitation. C'est d'ailleurs à partir de ce titre que la facette la plus progressive du groupe montre toute son ampleur avec des titres comme "Backworldsmen" ou "A Name To Decay" et son saxophone, signé Jørgen Munkeby (SHINING), que l'on retrouve par le biais d'un autre artiste nommé Jean Marc Florimond sur "Collective Engram" qui voit également la participation de Michael Keene (THE FACELESS), une autre influence indiscutable d'un FRACTAL UNIVERSE qui s'ouvre là les portes de l'international avec cet Engram Of Decline.

    Les Français lâchent là un album complexe mais efficace, un album qui est fait pour durer dans le temps et non s'effilocher après quelques écoutes, mais aussi un album qui s'écoute tranquillement dans son canapé, le casque sur les oreilles, pas vraiment le genre de galette sur laquelle vous allez headbanguer tel un damné seul devant votre chaîne hi-fi.

    Chronique : Aymerick Painless

    FRACTAL UNIVERSE - Engram Of Decline

     


    votre commentaire
  • DEEP PURPLE - Infinite
    earMUSIC
    Style : Hard Rock
    Origine : Royaume-Uni
    Sortie : 2017
    Site Web : www.deep-purple.com

    DEEP PURPLE - Infinite



    01. Time For Bedlam / 02. Hip Boots / 03. All I Got Is You / 04. One Night In Vegas / 05. Get Me Outta Here / 06. The Surprising / 07. Johnny's Band / 08. On Top Of The World / 09. Birds Of Prey / 10. Roadhouse Blues

    La sortie d'un nouvel album de DEEP PURPLE est forcément un évènement, tant la carrière du groupe en fait l'un des incontournables du Hard Rock. Évènement qui peut certes être plus mesuré depuis le départ du charismatique et taciturne Ritchie Blackmore (plus d'une vingtaine d'années tout de même !). Mais preuve en est que l'on en parle toujours, ce qui montre bien l'emprise de l'homme en noir sur ce qui était la réelle âme de la formation. Mais ne nous méprenons pas, Steve Morse est aussi un fabuleux guitariste... simplement, selon les sensibilités de chacun, DEEP PURPLE aura laissé quelques plumes au passage concernant son attrait. Même si l'on ne doute pas une seconde que les autres membres soient gagnants en sérénité.

    Pourtant, si l'on regarde les albums période Steve Morse, il faut reconnaître que le précédent, Now What ?!, avait surpris son monde de par sa qualité et sa diversité. Éléments un peu abandonnés sur Abandon justement et Bananas, Rapture Of The Deep lui, annonçant déjà ci-et-là la couleur d'un certain regain. Quant à Purpendicular, le premier sans Blackmore, il apportait un vrai sang neuf... d'autant plus qu'il avait l'avantage de succéder au plutôt médiocre The Battle Rages On.

    Infinite est donc le cinquième album de l'ère Morse, et on croise les doigts pour que ce ne soit pas le dernier ! Le contenu est, dans l'esprit, assez similaire à Now What ?!, l'effet de surprise en moins... L'expérimentation y est toujours présente (trop ?), à tel point qu'on a souvent du mal à y entendre de véritables compositions. L'ensemble y est aussi parfois franchement soporifique, le poids des années, assez légitime me direz-vous, oui... mais pas que. Néanmoins, dès l’entame de "Time For Bedlam", le rythme effréné nous ramène tout droit à la divine époque de Machine Head, avec des intonations dans les « licks » de guitares rappelant diablement Blackmore. Hélas, la suite sera plus conventionnelle, sans jamais être médiocre malgré tout, et c'est sans doute la caractéristique de ce Infinite... un album ni bon, ni mauvais. Le second titre "Hip Boots" en témoigne, avec pourtant un bon groove, mais dont on attend un décollage qui ne viendra pas. "All I Got Is You" renoue davantage avec la mélodie et ce côté nostalgique de par les lignes reconnaissables de Steve Morse. "One Night In Vegas" groove à nouveau et nous ramène à l'excellent "Bodyline" de l'album précédent, "Get Me Outta Here", quant à lui, se veut plus lourdaud et représente bien ce côté « le cul entre deux chaises » de l'album. Le reste se montre en majorité dans un genre plus progressif, avec "The Surprising" qui, certes comme son nom l'indique, surprend en partant dans tous les sens... mais qui peut aussi désorienter l'auditeur qui attend une vraie composition, avec de réelles mélodies. Les trois autres titres seront dans ce registre, hormis "Johnny's Band" qui se veut un peu plus direct et entrainant.

    Voilà donc le choix de se tourner vers le génie ou le barbant (j'entends même certains souffler le terme « chiant » !). Le camp est choisi dans cette chronique, au vu de la note, assez moyenne... sans être catastrophique d'après la féconde discographie de DEEP PURPLE. Pour finir, parlons quand même de "Birds Of Prey" qui fait l'écho d'« ÉNORME » morceau de l'album dans le magazine numéro un officiel du Hard Rock. Cette chronique non officielle y faisant une objection... preuve en est du bain de jouvence procuré par "Roadhouse Blues" qui le succède en clôturant Infinite. Ce dernier, bien qu'étant une reprise des DOORS aurait dû, en effet, être en bonus, mais elle a le mérite de nous réveiller de la torpeur ambiante... et ça, ce n'est pas forcément bon signe ! Infinite nous dira, avec le temps, s'il fait partie de la catégorie des albums qui restent... mais le doute s'est déjà bien installé.

    Chronique : Renegade88

    DEEP PURPLE - Infinite

     


    votre commentaire
  • ECLIPSE - Monumentum
    Frontiers Music Srl
    Style : Hard Rock
    Origine : Suède
    Sortie : 2017
    Site Web : www.eclipsemania.com

    ECLIPSE - Monumentum



    01.  Vertigo / 02. Never Look Back / 03. Killing Me / 04. The Downfall Of Eden / 05. Hurt / 06. Jaded / 07. Born To Lead / 08. For Better Or For Worse / 09. No Way Back / 10. Night Comes Crawling / 11. Black Rain

    ECLIPSE, cette formation suédoise qu'on a toujours tendance à qualifier de jeune groupe, existe quand même depuis 2001 ! Bon, c'est sûr qu'à côté de certains dinosaures (dans le sens poli du terme et non péjoratif), ce n'est pas si vieux. Six albums au compteur donc maintenant, et un style qui œuvre dans un registre Hard mélodique à tendance FM, mais avec des guitares toujours mordantes. Monumentum ne déroge pas à la règle, et ne présente apparemment rien de nouveau. Mais ce n'est vraiment pas de la plus haute importance tant que la qualité est au rendez-vous. Et de qualité, il est bien question tout au long de cet album sacrément inspiré et très bien interprété. Il ne faut bien sûr pas en abuser non plus, car à force d'écoutes répétées, ECLIPSE peut ressembler à une espèce de BON JOVI sous amphétamines qui peut faire mal à la tête ! Mais la puissance de la voix, allié à celle des guitares bien en avant, nous éloigne d'ailleurs finalement bien vite de cette furtive comparaison.

    Pour le détail des titres, c'est au choix, l'ensemble tenant parfaitement la route sans réel faux pas. Allez, un petit bémol pour le refrain de "Never Look Back", malgré de bons couplets... mais bon, c'est vraiment pour chercher la petite bête. Sinon, rien à jeter, bien que parfois certaines compostions sonnent un peu trop similaires les unes envers les autres. On retiendra des points d'orgues comme "Killing Me" (qui, en d'autres mentalités des radios, ferait un hit évident), "Hurt" (ballade émouvante), "Jaded" (simple et entrainante), ou encore "For Better Or For Worse" (classique mais efficace). Pourquoi pas, au final, la note maximale ? Sans doute en réserve par rapport aux autres albums, cette chronique étant (et oui au bout de 16 ans d'existence !) une découverte. Bien agréable découverte d'ailleurs et assez semblable à celle d'autres "petits jeunes" que composent le groupe VEGA.

    Chronique : Renegade88

    ECLIPSE - Monumentum

     


    votre commentaire
  • ONCE HUMAN - Evolution
    earMUSIC
    Style : Melodic Death Metal
    Origine : États-Unis
    Sortie : 2017
    Site Web : www.facebook.com/oncehuman

    ONCE HUMAN - Evolution



    01. Flock Of Flesh / 02. Eye Of Chaos / 03. Mass Murder Frenzy / 04. Gravity / 05. Dark Matter / 06. Paragon / 07. Drain / 08. Killers For The Cure / 09. Passenger

    Second album pour ONCE HUMAN, le nouveau groupe de Logan Mader (ex-SOULFLY, ex-MACHINE HEAD), Evolution reste stylistiquement dans la droite lignée de son prédécesseur, The Life I Remember, sorti il y a un peu plus d'un an, à savoir un Death mélodique auquel s'ajoute parfois une touche de Groove Metal ("Flock Of Flesh"). On pense assez souvent à ARCH ENEMY, ceci en grande partie dû au chant de Lauren Hart, vraiment très proche vocalement d'Angela Gossow. Mais la miss sait aussi parsemer ses interventions de chant clair, c'est notamment le cas de titres tels que "Paragon", "Drain" ou "Passenger", un point lui permettant ainsi de se démarquer quelque peu de son modèle. Mais ARCH ENEMY n'est pas l'unique influence décelable sur ce Evolution, en effet, FEAR FACTORY semble également avoir été une source d'inspiration assez importante pour ONCE HUMAN, et un titre comme "Dark Matter" par exemple, nous ramène incontestablement vers le groupe de Dino Cazares. Et si l'originalité n'est peut-être pas la qualité première de nos Américains, ce nouvel album voit ONCE HUMAN gagner en assurance, notamment en terme d'écriture, proposant des compos bien plus abouties que sur le premier album, ce qui devrait permettre à Logan Mader et sa bande de s'affirmer quelque peu... Fort d'un potentiel qui continue de grossir au fil des sorties, ONCE HUMAN nous livre, avec Evolution, un album suffisamment solide pour convaincre les amateurs du genre... Voilà donc un groupe à surveiller de très près !

    Chronique : Nono666

    ONCE HUMAN - Evolution

     


    votre commentaire
  • DOCTOR LIVINGSTONE - Triumphus Haeretici
    Osmose Productions   
    Style : Avantgarde Black Metal
    Origine : France
    Sortie : 2017
    Site Web : www.facebook.com/doctorlivingstone218

    DOCTOR LIVINGSTONE - Triumphus Haeretici


     
    01. Codex Haeretici / 02. Lux Delenda Est / 03. Dancing With Horses / 04. Give Them Tragedies / 05. Opus Magnum / 06. ASMD / 07. The Muck Of The Land / 08. Fuck You With A View / 09. Peisithanatos / 10. The Grand Finale (Fin de l'ordre) / 11. I'll Have Some More Apple Pie Please / 12. Messiahs and Pariahs / 13. A Little Something For You / 14. Egregore

    Que dire...que dire... Je suis dubitative ! Si on fait abstraction de cette intro affreuse de 16 minutes qui va littéralement vous pousser au suicide, l’album n’est pas si mal. Alors parlons-en de cette intro. Une introduction est le premier contact entre l’auditeur et le musicien. On peut dire qu’ici, c’est... spécial. Et encore, je suis gentille ! Du tam-tam, du... je ne sais quoi ! C’est tribal, c’est primitif, et moi, ça m’emmerde ! Et je reste polie. 16 minutes de  bruits venant du fin fond de l’Amazonie ou de je ne sais où. J’ai cru mourir, débrancher, me balancer par la fenêtre et tout cela a nécessité une tonne de Doliprane. Ok, je suppose que c’est sensé être un truc ritualiste ou sataniste... et là je me dis, au secours, on est en 2017 les mecs !

    Bon, une fois l’intro subie et passée, je retrouve le groupe que j’aime : violent, avec du blast qui défonce et  des riffs qui envoient. Mais franchement, on semble loin de Contemptus Saeculi (sorti en 2014) qui déchirait ! Et pourtant, pas si loin... Quelques belles mélodies, une musique violente et agressive, entrecoupée de samples et de passages « ritualistes ». Et c’est là que le bas blesse (en tous cas, pour moi). Les passages ritualistes, je n’adhère pas ! Les « tchak tchak tsss... » très peu pour moi. A la rigueur, en musique d’ambiance pour Cannibal Holocaust, mais pas dans mes oreilles ! De plus, même si ils sont présents, les beaux riffs se font rares. Et des riffs superbes, il y en a. Des passages intenses, à vous couper le souffle, aussi. Alors voilà, lorsque j’ai écouté cet album pour la première fois, j’aurai mis 2/10. Puis, en insistant, et après avoir définitivement balancé l’intro à la poubelle, j’avais décidé de mettre 6/10. Et là, ça fait trois semaines que je l’écoute, et croyez moi ou pas, je vais mettre 8/10, car finalement, c’est bien, et même très bien !

    Alors si vous n’avez rien compris à ma chronique, c’est normal car moi, je n’ai rien compris à cet album ! Je vais donc essayé de résumer ma pensée : une intro à chier, des interludes tribaux de merde, mais des blasts à vous coupez le souffle, une violence et une intensité dérangeante et quelques riffs dévastateurs ! Alors plus d’une heure de musique, c’est long, mais j’ai personnellement jeté une certaine quantité de trucs pourris... reste une quarantaine de minutes de musique vraiment bonne. "Lux Delenda Est" est excellente et ravageuse. Ça envoie vraiment et il y a de très beaux riffs ! "Dancing With Horses" est également très malsaine et superbe. "Give Them Tragedies" est aussi très bonne, même si la fin m’a donné des boutons ! "Fuck You, With A View" est un chef d’œuvre de puissance et d’intensité, tout comme "A Little Something For You" ! En revanche, l’outro de l’album, "Egregore", m’a encore plus fait vomir qu’une cuite à la téquila ! Alors, dans l’ensemble, c’est un excellent album, avec des passages d’une incroyable intensité, et des interludes aussi merdiques qu’un dépucelage dans une cave du 93 !

    Chronique : Fanny

    DOCTOR LIVINGSTONE - Triumphus Haeretici

     


    votre commentaire
  • PRIMAL AGE - A Silent Wound
    Deadlight Entertainment
    Style : Hardcore Metal
    Origine : France
    Sortie : 2017
    Site Web : www.facebook.com/PRIMALAGE

    PRIMAL AGE - A Silent Wound



    01. Whistleblowers vs W.H.O. (World Health Organization) / 02. A Silent Wound (feat. Felipe Chehuan - CONFRONTO) / 03. Counterfeiters Of The Science / 04. To Jeff... (SLAYER medley - feat. Koba - LOYAL TO THE GRAVE & Julien Truchan - BENIGHTED)

    PRIMAL AGE, qui affiche maintenant plus de vingt ans de carrière, n'a visiblement rien perdu de sa force de frappe, balançant un Hardcore sauvage qui fracassera quiconque osera se pencher sur ce EP. A mi chemin entre Hardcore pur et Metal, les Normands donnent dans une efficacité de tous les instants, ça envoie sérieusement le bois, pas de répit, PRIMAL AGE prend l'auditeur à la gorge pour ne plus le lâcher. Direct, brutal et hyper puissant, ce A Silent Wound « 100% in your face » frappe là où ça fait mal, et le pire c'est qu'on aime ça... Le groupe nous livre ici trois nouveaux titres, et "To Jeff...", un hommage au regretté Jeff Hanneman (guitariste de SLAYER est-il besoin de le préciser) auquel participe notamment Julien Truchan de BENIGHTED et Koba du groupe Japonais LOYAL TO THE GRAVE. Dès le premier titre, "Whistleblowers vs W.H.O. (World Health Organization)", on se rend vite compte que PRIMAL AGE a la rage, ne déviant à aucun moment de la trajectoire qu'on lui connait, nos Rouennais bastonnent sévère, et ce n'est pas le morceau-titre qui va calmer les choses, bien au contraire ! On a même l'impression que ça monte en puissance crescendo pour finir par nous achever totalement avec un "Counterfeiters Of The Science" terriblement dévastateur. Toujours aussi enragé, PRIMAL AGE ravage tout sur son passage avec ce EP explosif et violent, intense et d'une efficacité imparable. Voila donc de quoi satisfaire les amateurs du genre qui, avec une telle galette, ne pourront qu'être comblés !

    Chronique : Nono666

    PRIMAL AGE - A Silent Wound

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique