• EXODUS - Persona Non Grata

    Nuclear Blast

    Style : Thrash Metal

    Origine : Etats-Unis

    Sortie : 2021

    Site Web : www.exodusattack.com

     

    EXODUS - Persona Non Grata

     

    01. Persona Non Grata / 02. R.E.M.F. / 03. Slipping Into Madness / 04. Elitist / 05. Prescribing Horror / 06. The Beatings Will Continue (Until Morale Improves) / 07. The Years Of Death And Dying / 08. Clickbait / 09. Cosa Del Pantano / 10. Lunatic-Liar-Lord / 11. The Fires Of Division / 12. Antiseed

     

    «  C'est du brutal ! » Cette fameuse tirade des Tontons Flingueurs pourrait résumer à elle seule ce nouvel album d'EXODUS Persona Non Grata.

     

    7 ans depuis Blood In, Blood Out, le temps nous a semblé long. Pas forcément pour Gary Holt, embauché chez SLAYER dès 2011 en remplacement du regretté Jeff Hanneman et finir ainsi l'histoire d'un des plus grands groupes de Thrash. Ce chapitre étant terminé, Mister Holt s'est donc remis au boulot (et aussi au goulot parallèlement) pour nous préparer ce qui allait devenir l'un des meilleurs opus du groupe. Bien évidemment, si tout devait se passer simplement, cela aurait été trop facile. Le disque étant prêt, voilà que tombe une bien mauvaise nouvelle... Tom Hunting, le batteur, est atteint d'un cancer de l'estomac début 2021. Le groupe, soutenant son frappeur en chef, décide  de repousser la sortie de l'album. La bonne nouvelle, c'est que, à l'heure où je rédige cette bafouille, Tom Hunting va beaucoup mieux, a recommencé les répétitions pour les futurs concerts et semble prêt à défendre ce disque sur scène de toutes ses forces, et croyez-moi, il va en falloir !

     

    Nous voici donc en face de la bestiole 2021 … Ce Persona Non Grata tant attendu est enfin là et nul doute qu'il fera date dans l'histoire d'EXODUS, mais peut-être aussi dans l'histoire tout court. Ce disque est surement le plus brutal enregistré par Holt et compagnie. Un festival de riffs foudroyants, vrillant la tête comme jamais, des titres « Dans ta face » comme il y avait bien longtemps que les américains n'en avaient plus produits d'aussi rageurs. Le tryptique du début,  "Persona Non Grata", "R E M F" et "Slipping Into Madness", prend l'auditeur à la gorge d'entrée, lui coupe sa respiration et l'assomme complétement. Le truc, c'est qu'il y a des titres qui suivent et faut s'accrocher au siège, tant la bourrasque est dense ! Si la paire de gratteux, Gary Holt et Lee Altus, abattent un boulot monstre, que dire du rescapé Tom Hunting ? Ce gars frappe avec force, précision, et est un des grands artisans de ce mur de briques sonores. Quant à Steve "Zetro" Souza, le criard chanteur, il semble comme possédé et la rage qu'il martèle prend aux tripes. Le «  Motherfucker »  hurlé à la fin de  "R E M F"  est carrément jouissif !

     

    Sincèrement, 2021 fut une assez bonne année pour les metalleux. Bon nombre de très bons disques à se mettre entre les oreilles, Thrash et Heavy Metal se portant extrêmement bien ! EXODUS a, je le pense, redéfinit ce que doit être un disque de Metal. Puissance, rage, mélodies, énergie sont les ingrédients à mélanger pour sortir un bon disque et EXODUS a réussi cette recette haut la main, avec tout le talent qu'on lui connaissait déjà mais en y rajoutant ce je-ne-sais-quoi qui font les grands disques et assurément les grands groupes. Ruez-vous sur cette tuerie !

     

    Chronique : Bertrand S.

    EXODUS - Persona Non Grata

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • DARKWOODS MY BETROTHED - Angel Of Carnage Unleashed

    Napalm Records

    Style : Black Metal

    Origine : Finlande

    Sortie : 2021

    Site Web : www.facebook.com/DarkwoodsMyBetrothed

     

    DARKWOODS MY BETROTHED - Angel Of Carnage Unleashed

     

    01. Name The Dead / 02. In Evil, Sickness And In Grief / 03. Murktide And Midnight Sun / 04. You Bitter Source Of Sorrow / 05. Where We Dwell / 06. In Thrall To Ironskull’s Heart / 07. Massacre / 08. Black Fog And Poison Wind / 09. Outro

     

    Après un hiatus d'une bonne vingtaine d'années, 23 ans pour être exact, DARKWOODS MY BETROTHED, groupe au sein duquel évolue notamment un certain Tuomas Holopainen (NIGHTWISH, AURI) aux claviers, fait son grand retour avec Angel Of Carnage Unleashed. Auteur de trois albums entre 1994 et 1998, le combo semblait avoir totalement disparu des écrans radar, puis sans crier gare, le voici qu'il renait de ses cendres - qui plus est sous son line-up d'origine - pour nous livrer un quatrième longue durée. Alors qu'ont donc à nous proposer les Finlandais en 2021 ? Pas de gros changement au programme, juste un Black Metal épique et cru dans la lignée des précédentes réalisations du groupe, souvent assez proche des débuts de CRADLE OF FILTH et DIMMU BORGIR, le tout soutenu par une forte présence des claviers qui apportent une dimension dark et atmosphérique à l'ensemble. Les diverses compositions se révèlent relativement solides ("In Evil, Sickness And In Grief", "You Bitter Source Of Sorrow") et n'auront aucun mal à convaincre les amateurs d'un Black Metal épique contrasté ("In Thrall To Ironskull's Heart") qui sait se faire tantôt sombre et symphonique ("Where We Dwell") ou beaucoup plus vindicatif et haineux ("Massacre")... Si vous êtes amateur du genre, aucun risque d'ennui à l'écoute de ce Angel Of Carnage Unleashed qui permet à DARKWOODS MY BETROTHED de signer un retour plus que convaincant, remettant de fort belle façon ce combo finlandais, jusqu'à lors bien trop confidentiel, sur les rails du Black Metal actuel.

     

    Chronique : Nono666

    DARKWOODS MY BETROTHED - Angel Of Carnage Unleashed

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • THE THREE TREMORS - Guardians Of The Void

    Steel Castel Records

    Style : Heavy Metal

    Origine : Etats-Unis

    Sortie : 2021

    Site Web : www.facebook.com/thethreetremors

     

    THE THREE TREMORS - Guardians Of The Void

     

    01. Bone Breaker / 02. Guardians Of The Void / 03. Kryptonian Steel / 04. Crucifier / 05. I Can't Be Stopped / 06. Frailty / 07. Operation: Neptune Spear / 08. Chained To The Oar / 09. Catastrophe / 10. Wickedness / 11. Fall Of Rome / 12. War Of Nations

     

    On prend les mêmes et on recommence … Voilà que déboule Guardians Of The Void, le nouvel opus des trois ténors du Metal (auto-proclamés).

    Rappelons le concept ... ; nous avons ici trois hurleurs (Harry Conklin, qui officie chez JAG PANZER, Sean Peck, qui se balade entre DEATH DEALER, DENNER/SHERMAN et surtout CAGE, et enfin Tim "Ripper" Owens, chanteur free-lance, qui va pointer sa voix aigue là où on le demande, un routier du Metal qui devrait rédiger un « Guide du Routard » tellement il se promène un peu partout…), qui rivalisent sur des cavalcades de riffs à qui sera celui qui attirera le plus de chiens errants du quartier.

    Autant, le premier album avait pu me charmer par sa nouveauté, sa fraîcheur et son envie d'en découdre, autant cette livraison ici présente fait retomber la pression d'une façon dramatique ! Très difficile de ressortir les trois chanteurs, qui officient sur les mêmes registres, et force est de constater que, sur la longueur d'un disque, le tout est au final assez fatiguant. Musicalement, si bien sûr tout cela se tient, nous sommes sur du convenu, du réchauffé, et comble, il n'en ressort que peu de puissance (Ce n'est pourtant pas Kevin Shirley qui produit !). Le problème qui se pose à l'écoute de ces nouveaux titres, c'est la difficulté d'en ressortir ne serait-ce qu'un, qui pourrait surnager au milieu d'un océan d'ennui et, encore une fois, totalement convenu, sans âme, et d'un vide abyssal.

    La question se pose déjà sur la suite de ce projet … est-ce une bonne idée d'insister quand, au bout d'un seul album, il semble que tout a été dit, qu'on a fait gentiment le tour de la table ? Et on ne parle même pas de la pochette, convenue elle aussi, maintes fois répétée et sur laquelle tu te poses des questions … est-ce que tout cela est sérieux ? Finalement, on attendra le retour des trois maîtres des ultra-sons dans leurs groupes respectifs (sauf, Ripper Owens, on ne sait jamais où il peut atterrir) en essayant d'oublier rapidement leur méfait commun.

     

    Chronique : Bertrand S.

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • HEADCHARGER - Rise From The Ashes

    At(h)ome

    Style : Rock

    Origine : France

    Sortie : 2021

    Site Web : www.facebook.com/headchargerband

    HEADCHARGER - Rise From The Ashes

     

    01. Magical Ride / 02. My Chains / 03. Another Day Alive / 04. Death Sound / 05. Love/Hate / 06. Piece Of Mind / 07. So Strange / 08. The Things To Shape / 09. The Last Dance / 10. Rise From The Ashes

     

    Depuis sa formation en 2004, HEADCHARGER est l'exemple même du groupe qui refuse de stagner, passant de débuts Hardcore/Metalcore à un Stoner lourd et bien groovy jusqu'à ce Rise From The Ashes à l'âme plus foncièrement Rock'n'Roll. Un septième album qui voit l'arrivée de deux nouveaux membres au sein du combo normand, à savoir David Vallée (NOÏD) à la guitare, et Antoine Cadot à la batterie, qui apportent une certaine fraicheur à l'ensemble, le tout toujours avec ce souci de la qualité et de l'efficacité. Les Caennais nous livrent un Rise From The Ashes direct et pêchu qui, sans rien révolutionner, affine et peaufine son style, évoquant tour à tour FOO FIGHTERS ("Magical Ride) ou ALICE IN CHAINS ("Death Sound", "Love/Hate") où se côtoient une énergie de tous les instants et des refrains bien accrocheurs ("Magical Ride").

    Plus intimiste que ses prédécesseurs, Rise From The Ashes est un retour gagnant pour HEADCHARGER qui, après une grosse période de doute après la sortie d'Hexagram (2017) a su trouver les ressources nécessaires pour se relever et revenir plus fort que jamais.

     

    Chronique : Nono666

    HEADCHARGER - Rise From The Ashes

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • THE LOSTS - Mystery Of Depths

    Autoproduction

    Style : Dark Heavy Metal

    Origine : France

    Sortie : 2021

    Site Web : www.facebook.com/TheLosts

     

    THE LOSTS - Mystery Of Depths

     

     

    01. Tattoo The Child / 02. The Priests Control / 03. Until The End / 04. A Path To Arabia / 05. In The Steam Of Opium / 06. Write My Name In The Light / 07. Revelation Of The Losts / 08. Inner Wounds / 09. The Drug I Miss / 10. Mystery Of Depths / 11. Pharaoh's Curse / 12. The Sand War (May 1940)

     

    Sorti en Mai dernier, ce deuxième album de THE LOSTS semble vouloir confirmer tout le potentiel entrevu sur Of Shades & Deadlands paru il y a cinq ans. Reprenant le concept des « Egarés » qu'ils développent depuis leur premier EP, les nordistes délivrent un Dark Heavy Metal qui semble s'affirmer encore un peu plus avec ce nouvel opus, et si quelques réminiscences de JUDAS PRIEST, MANILLA ROAD, MERCYFUL FATE ou MEGADETH peuvent encore être décelées de-ci, de-là, THE LOSTS a visiblement digéré toutes ces influences pour nous offrir un album d'une grande qualité, bien plus mature et abouti que ne l'était son prédécesseur, réussissant avec chaque morceau à entrainer l'auditeur dans un voyage à l'ambiance bien particulière. Sombre, agressif, épique ou mystérieux, le Heavy Metal de nos Français est tout sauf rébarbatif, et l'on prend un véritable plaisir à l'écoute de ce Mystery Of Depths totalement maitrisé et d'une richesse impressionnante, tantôt empreint de passages extrêmes Black/Death ou parsemé d'ambiances orientales du meilleur effet. En résumé, voilà ce que j'appelle de la bien belle ouvrage !

     

    Chronique : Nono666

    THE LOSTS - Mystery Of Depths

     

     

     

     


    votre commentaire
  • TENTATION - Le Berceau Des Dieux

    Gates Of Hell Records

    Style : Heavy Metal

    Origine : France

    Sortie : 2021

    Site Web : www.facebook.com/tentationfrance

     

    TENTATION - Le Berceau Des Dieux

     

    01. L’Exode / 02. Le Couvent / 03. La Chute Des Titans / 04. Interlude / 05. Le Taureau D’Airain / 06. Conquérants / 07. Baldr / 08. Blanche / 09. L’Enfant De Gosthal / 10. Heavy Metal (feat. Patrice Le Calvez (Titan), Iron Jérémy (Iron Slaught) & Jey Deflagratör (Hexecutor)). 

     

    - Nom de Zeus, Marty ! Nous revoilà en 1984 !

    - Mais Doc, je pensais que nous étions en 2021...

    - Je t'assure, Marty, nous sommes en 1984, écoute donc l'album de TENTATION, Le Berceau des Dieux, tu verras...

    Force est de constater, à l'écoute de ce disque des Français de TENTATION, que l'impression est plus qu'étrange. Vu comme ça, on pourrait croire à un reproche. Que nenni, ami metalleux, non seulement, ce n'est pas un reproche mais ce serait même ici une qualité.

    Si les compos présentes dans ce disque de furieux nous ramènent à cette époque, le disque est bien actuel, j'en veux pour preuve la production irréprochable dont il bénéficie. Ça claque sévère. Ici, pas de fioritures, on a droit à un vrai disque de Heavy Metal « comme il faut », avec tout ce qu'il faut. Des riffs assassins et tranchants (Une vraie scierie !), des tempos rapides et incisifs, une power-ballad qui n'en est pas vraiment une, des hymnes à la pelle ("La Chute des Titans" ... Paye ton efficacité !) et des hohoooo comme au bon vieux temps des 80's, histoire de gueuler en concert entre deux bières.

    Laisse tomber l'originalité, ce n'est pas le sujet. C'est la sincérité qui prime ici, un Heavy Metal pur et dur balancé par des musiciens qui transpirent le Heavy des pieds à la pointe de leurs cheveux (longs, faut être cohérent).

    Faisant suite à un premier EP (Tentation) paru en 2015, ce premier album est rempli de belles promesses pour la suite. La scène française, manifestement, a des choses à dire et si on pense à des groupes comme SORTILEGE, les basques de KILLERS, ou ADX, TENTATION a sa propre personnalité et risque de faire très mal si la scène est aussi puissante qu'espérée tant Le Berceau des Dieux  est une belle mandale dans la face.

    Les anti langue française, passez votre chemin, ceci n'est pas pour vous. Quant aux autres, ruez-vous sur ce disque brûlant, sortez les vestes à patchs du placard, le pantalon en cuir et les clous, TENTATION maintient la flamme Heavy Metal bien allumée et scintillante de main de maître...

     

    Chronique : Bertrand S.

    TENTATION - Le Berceau Des Dieux

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • MERCURY CIRCLE - Killing Moons

    Noble Demon Records

    Style : Dark/Doom Rock

    Origine : Finlande

    Sortie : 2021

    Site Web : www.facebook.com/mercurycircleofficial

     

    MERCURY CIRCLE - Killing Moons

     

    01. The Gates Wide Open / 02. Black Mirrors / 03. You Open Up The Earth / 04. Killing Moons / 05. Seven Archangels / 06. Call On The Dark / 07. Avalanche / 08. An Arrow / 09. Like Matches / 10. Death Poem

     

    Adepte de l'emballement hystérique et de la fixette sonore soudaine et tenace, voilà que je tombe sur MERCURY CIRCLE, alors que je n'avais, jusque là, jamais écouté une traitre note de ce groupe fondé par des membres de SWALLOW THE SUN et CHILDREN OF BODOM. J'ai pris l'uppercut dans la mâchoire et je ne m'en remets pas. Dark Rock venu des pays nordiques (Viking un jour, viking toujours), on a là un album absolument fantastique, tant au niveau mélodique, qu'au niveau ambiance. Pris au cœur, à la tête par l'efficacité des compos, je suis tombé sous le charme de ce disque immédiatement. Mélange de doom, de pop, de New-Wave et de diverses influences, le résultat est au delà de mes espérances. Addictif au possible, on se laisse emporter par les ambiances sombres, éthérées, ambiantes, d'une beauté fascinante. Mention au chanteur principal, dont la voix, belle et claire nous emmène dans des contrées de rêves, bien que froides et glacées...

    L'un des disques de l'année pour moi, je sais, il y en a beaucoup, mais la différence se situe au niveau des émotions ressenties plus que par l'efficacité pure et simple dont je suis adepte si souvent. Un vrai cadeau tombé par hasard, mon instinct ne me trompe jamais. Fabuleux !!!

     

    Chronique : Bertrand S. 

    MERCURY CIRCLE - Killing Moons

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • IRON MAIDEN - Senjutsu

    Parlophone Records

    Style : Heavy Metal

    Origine : Royaume-Uni

    Sortie : 2021

    Site Web : www.ironmaiden.com

     

    IRON MAIDEN - Senjutsu

     

    01. Senjutsu (8:20) / 02. Stratego (4:59) / 03. The Writing On The Wall (6:13) / 04. Lost In A Lost World (9:31) / 05. Days Of Future Past (4:03) / 06. The Time Machine (7:09) / 07. Darkest Hour (7:20) / 08. Death Of The Celts (10:20) / 09. The Parchment (12:39) / 10. Hell On Earth (11:19)

     

    Après 6 ans d'une attente fébrile, ça y est, le nouvel album d'IRON MAIDEN est là. Pas encore officiellement, okay, mais j'aime prendre un peu d'avance. Une deuxième écoute en cours pour être sûr et je commence cette bafouille avec l'idée de commencer par les points négatifs.

    Je cherche encore les vraies avancées musicales dans ce disque. Si j'étais méchant, je dirais que tous les tics usuels du groupe sont réunis ici dans une orgie de notes déjà entendues à maintes reprises sur les derniers opus des Anglais. En effet, de nouveau des titres longs (voire trop longs), des cavalcades de basse dont Maître Harris est le dépositaire ultime, des répétitions fatiguantes, le schéma intro douce et fin du même acabit entourant des breaks épiques, un Bruce Dickinson essoufflé... Vu comme ça, on pourrait croire que ce disque m'a laissé de glace... Non, en fait. Un disque de MAIDEN s'apprécie sur la longueur, et 6 ans de silence, ça fait long. Bruce a dit récemment que Senjutsu est meilleur que son prédécesseur... La réponse est oui.

    Plus efficace, une mise en son plus lumineuse (C'est bien la première fois que je dis du bien de Kevin Shirley ... toute proportion gardée, hein ...) et surtout ...une putain d'efficacité au niveau mélodies qui fait toute la différence ! Voilà le vrai plus de ce disque, il va là où il fallait qu'il aille ! Le regret de vraie nouveauté s'estompe avec l'envie de t'emmener là où tu voulais qu'un album de la vierge de fer t'emmène. Mention spéciale aux différents solos, jamais ennuyeux, et ces changements de rythmes copyright Harris ans Co. L'ambiance générale est plus combative, toujours progressive, et on note le retour des claviers en ligne de fond, jamais enquiquinants, c'est déjà ça.

    Ce ne sera pas le meilleur album mais on s'en balance, le plaisir de voir IRON MAIDEN de retour en 2021 efface les quelques faux pas de vieilles habitudes dont on se satisfait bien, le manque se faisant pesant sur les dernières longueurs de temps sans nouveau son à se mettre dans les cages à miel ! 

    Senjutsu, ne cherche plus, ma fixette ne fait que commencer !

     

    Chronique : Bertrand S.

    IRON MAIDEN - Senjutsu

     

     

     

     


    votre commentaire
  • OVERDRIVERS - Rock Out!

    ROAR! Rock Of Angels Records

    Style : Hard Rock

    Origine : France

    Sortie : 2021

    Site Web : www.facebook.com/overdriversofficial

     

    OVERDRIVERS - Rock Out!

     

    01. You Cheated On Me / 02. Factory / 03. Forever Young

     

    Chers amis lecteurs, la mixologie, ça vous parle ? Pour ceux qui ne sauraient pas ce que signifie ce mot, la mixologie est l'art du mélange des boissons et de la création de cocktails, un art qui, rapporté à la musique et au Hard Rock en particulier, semble être totalement maitrisé par OVERDRIVERS qui, après deux albums, nous revient avec Rock Out!, un EP 3 titres qui vient encore un peu plus confirmer tout le bien que l'on pensait déjà de ce combo nordiste. Et si, plus haut, on vous a parlé de mixologie, c'est pour faire le parallèle avec le style du groupe, que l'on croirait tout droit sorti d'un shaker purement Rock'n'Roll qui, à part quasi égale, mélange une bonne dose de AIRBOURNE et d'AC/DC et une touche de MOTÖRHEAD pour un résultat des plus imparable qui ne manquera pas de vous faire headbanguer et taper du pied au rythme effréné de ce Rock'n'Roll diaboliquement jouissif... Certes pas originale pour un sou, la musique d'OVERDRIVERS n'en est pas moins d'une redoutable efficacité, aucun temps mort, aucune faiblesse, c'est direct et hyper entrainant et on prend un pied d'enfer à l'écoute de ce Rock Out! malheureusement bien trop court... Voilà donc un cocktail détonant qui risque bien de vous péter à la tronche... et je suis sûre qu'une fois que vous y aurait gouté, vous ne manquerez d'en redemander !

     

    Chronique : Nono666

    OVERDRIVERS - Rock Out!

     

     

     

     


    votre commentaire
  • FIREFORCE - Rage Of War 

    ROAR! Rock Of Angels Records

    Style : Power Metal

    Origine : Belgique

    Sortie : 2021

    Site Web : www.facebook.com/fireforceband

     

    FIREFORCE - Rage Of War

     

    01. Rage Of War / 02. March Or Die / 03. Ram It / 04. Firepanzer / 05. Running / 06. Forever In Time / 07. 108-118 / 08. Army Of Ghosts / 09. Rats In A Maze (CD exclusive) / 10. A Price To Pay (CD exclusive) / 11. From Scout To Liberator / 12. Blood Judge (CD exclusive) / 13. Tale Of The Desert King (Vinyl exclusive)

     

    FIREFORCE est de retour ! Et cette chronique ne peut qu'être dithyrambique ! Il ne peut en être autrement tellement cet album va marquer les esprits par sa consistance de force et de puissance. Le groupe, originaire d'Anvers, revient avec un grand coup d'éclat ! Toujours conduit par son fondateur Erwin Suetens, FIREFORCE continue à se démarquer par la rage et son côté guerrier qui, depuis ses débuts, le caractérise au fil des albums ! Souvent associé aux Allemands de MYSTIC PROPHECY, ce qui en soit est une marque de respect, Erwin et son band ont décidé de marquer le coup avec ce Rage Of War ! Ne reniant pas sa collaboration sur l'ultra puissant Annihilate The Evil enregistré dans les studios de MYSTIC PROPHECY et sa cover réalisée par le designer du groupe teuton, FIREFORCE quitte le pourtant très renommé label allemand Limb Music et signe sur l'excellent label grec ROAR! Rock Of Angels Records (GRAVE DIGGER, BLIND REVOLUTION,...). Produit par RD Liapakis et Bob Bressinck, Rage Of War a été mixé et masterisé en Suède dans les studios de Henrik Udd. La superbe cover de l'album a été réalisée par l'artiste belge internationalement connu depuis de nombreuses années, Eric Philippe. La pochette en elle même résumant à merveille le contenu de ce nouvel album de FIREFORCE : une arme de destruction positive ! 

    Mais passons tous ces détails techniques et parlons musique ! Rage Of War est un hymne au Power Metal ! L'arrivée de Matt "Hawk" Asselbergs (NIGHTMARE, ex-SANGDRAGON,...), en lieu et place de l'excellent Filip Lemmens, est non seulement incroyable, et par sa voix et son talent en tant que lead guitar ! Les influences de Matt vont de Michael Schenker à John Norum, ses soli en sont la preuve : tranchants et incisifs ! Dès la plage titulaire "Rage Of War" et "March Or Die", tout est dit ! Et que dire de "Firepanzer", véritable hymne avec un refrain digne d'un Rob Halford !!!! FIREFORCE est désormais un ténor de la scène Power Metal européenne ! Suite à cette pandémie, nous attendons donc avec impatience de les retrouver sur scène aux côtés de BRAINSTORM, GRAVE DIGGER, RAGE, MYSTIC PROPHECY,... et ce aussi dans les grands festivals comme le Hellfest, le Wacken Open Air, et en Belgique au Alcatraz Metal Fest entre autres... Ce groupe dégage une force de frappe qu'ils ont toujours profondément eu ! Ils envoient de nouveaux bâtons de dynamite comme par exemple "Army Of Ghosts" qui cogne comme un marteau pilon avec son refrain mélodique et ses riffs percutants ! Oui, FIREFORCE est Belge, et Oui, il fait partie de la grande lignée des groupes de Power Metal ! Bravo à Erwin, Matt, Serge et Christophe ! Réussite totale et l'un des highlights de ce début 2021 !

     

    Chronique : Phil Pkms Neuville

    FIREFORCE - Rage Of War

     

     

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique