• REVERENCE – The Asthenic Ascension
    Candlelight Records
    Style : Industrial Black Metal
    Origine : France
    Sortie : Avril 2012
    Site Web : www.myspace.com/reverenceimc

    REVERENCE_The Asthenic Ascension



    01. Earth / 02. Darwin’s Black Hall / 03. The Descent / 04. Psalm IV / 05. Ghost Of Dust / 06. Cold Room / 07. Genesis Of Everything / 08. Those Who Believed / 09. The Asthenic Ascension

    Ce groupe Français qui œuvre dans le Black Metal depuis 1998 est un baroudeur en puissance changeant de label à chaque nouvelle sortie. C’est encore le cas avec The Asthenic Ascension, le quatrième album de REVERENCE qui met fin à trois années de silence avec 9 titres qui voit le groupe poursuivre sur le chemin de l’expérimentation au sein du cocon Black Metal. Le tout est lancé avec "Earth", un titre calme mais inquiétant où les chœurs dominent, une ambiance glauque mais attirante se fait sentir pour une entrée en matière qui cache un "Darwin’s Black Hall" où l’EMPEROR de Prometheus rencontre l’esprit vagabond de BLUT AUS NORD avec ces relents down tempo que l’on retrouve tout au long de cet album. C’est que les Français n’hésitent pas à ralentir un peu le tempo pour mieux mettre en valeur les parties les plus brutes comme "Psalm IV" que l’on peut rapprocher du MARDUK de Nightwing. Mais même lorsque REVERENCE se fait plus direct dans son propos, il y a toujours un contrepoids, pour "The Descent" ce sont ces belles parties de guitare mélodiques suivies de plages ambiantes avec quelques voix claires au ton assez grave réussies, pour "Psalm IV" c’est ce solo aux sonorités bluesy presque Stoner en fin de morceau, comme sur "Ghost Of Dust" et son cœur où les voix évoquent largement ALICE IN CHAINS sur une rythmique Thrashy, ou ces leads mélodiques bien placés. Le groupe a su donner une ambiance que l’on retrouve sur l’artwork en conservant cette identité expérimentale que l’on peut facilement rapprocher de BLUT AUS NORD d’autant que les deux groupes sont proches. La tendance Post-Grunge à la ALICE IN CHAINS finit d’ailleurs par prendre un peu trop de place sur la fin d’album avec cette recherche systématique de ces voix caractéristiques et si on reste dans une musique de haute volée, l’ambiance plantée en début d’album se disperse quelque peu, REVERENCE a tendance à lâcher sa proie et c’est dommage car le potentiel est bel et bien là, les amateurs de Black Metal expérimental apprécieront forcément cet opus qui voit tout de même nos Français imposer un style rafraichissant et qui, à l’écoute du résultat, trouve très bien écho sur Candlelight Records dont la tête pensante est Ihsahn (ex-EMPEROR, IHSAHN), un opus massif, riche en information dont OTARGOS n’est pas si éloigné non plus.

    Chronique par Aymerick "Painless"

    Note : 8/10

     

    REVERENCE_Band

    votre commentaire
  • FATUM ELISUM - Homo Nihilis
    AESTHETIC DEATH
      Style : Doom/Death Metal
      Origine : France
    Sortie : Octobre 2011
    Site Web : www.myspace.com/fatumelisum 

    FATUM ELISUM_Homo Nihilis

    01. Pulvis et Umbra / 02. The Pursuit Of Sadness / 03. The Twilight Prophet / 04. Homo Nihilis / 05. East Of Eden

    Que de chemin parcouru par FATUM ELISUM depuis sa création en 2007 !   Certes, il ne s’agit pas d’une formation particulièrement active sur le plan scénique mais le groupe a su, en l’espace de cinq ans, publier deux albums d’une qualité bien supérieure à la moyenne. C’est aujourd’hui au second méfait du gang, Homo Nihilis, que nous nous intéressons avec quelques mois de retard. Grand mal nous en a pris, tant cette œuvre est bandante pour le fan du genre. Certes, quatre morceaux et une intro pour soixante-douze minutes de musique, cela peut rebuter… Mais les mélodies sont si pures, les atmosphères si profondes, que l’ensemble reste relativement accessible, pour peu que vous soyez sensible à ce Doom/Death plutôt mélodique. Des progrès ont incontestablement été réalisés depuis le premier essai éponyme sorti en 2008, que ce soit en termes de production ou de fluidité dans les compositions. Le résultat évoque un instant le cousin ATARAXIE sur le plan mélodique, mais l’optique est nettement différente. En effet, même si nous ne disposons pas des textes, il semble que la thématique soit tout autre, moins « égocentrique ». Il est également important de souligner le soin apporté aux pistes vocales, Ende (chant) ayant lui-aussi énormément progressé. Son chant clair, dominant sur l’ensemble d’Homo Nihilis, est bien plus affirmé. Franchement, si ce n’est une pochette qui ne sera pas du goût de tout le monde (mais qui a le mérite de se démarquer) et une légère absence d’originalité, on ne voit pas ce qui pourrait empêcher FATUM ELISUM de cartonner avec ce deuxième disque. Malheureusement, cela se limitera forcément aux « clients » habituels du genre…

    Note : 8/10

    Chronique par Morbid S.

     

    FATUM ELISUM_Band

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique