• BEAST IN BLACK - From Hell With Love

    BEAST IN BLACK - From Hell With Love
    Nuclear Blast
    Style : Heavy Metal
    Origine : Finlande
    Sortie : 2019
    Site Web : www.beastinblack.com

    BEAST IN BLACK - From Hell With Love

     

    01. Cry Out For A Hero / 02. From Hell With Love / 03. Sweet True Lies / 04. Repentless / 05. Die By The Blade / 06. Oceandeep / 07. Unlimited Sin / 08. True Believer / 09. This Is War / 10. Heart Of Steel / 11. No Surrender / 12. Killed By Death (Motörhead cover - Bonus Track) / 13. No Easy Way Out (Robert Tepper cover - Bonus Track)

    Né de la rupture du guitariste finlandais Anton Kabanen d'avec son précédent groupe BATTLE BEAST, BEAST IN BLACK obtint, dès la sortie de son premier album, Berserker, en 2017, un succès retentissent, faisant naître les sempiternels débats quant à la qualité du groupe pourtant plus qu’évidente. Certains reprochant aux Finlandais des sons très (trop?) « kitchs », synthétiques, sur des tubes trop faciles. Ceux-ci oublièrent que ce qui fit la force de Berserker, ce sont justement ces morceaux apportant une bonne dose d’énergie, de fraîcheur, véritable bouffée d’oxygène dans un style métallique qui en a bien besoin. Des refrains certes très accrocheurs, mais pas si commerciaux que ça car juxtaposés à une musique bien puissante, propulsée par ce chanteur à la voix fantastique qu’est Yannis Papadopoulos (WARDRUM). Un organe vocal légèrement efféminé, parfois suave dans certaines de ses intonations, une voix particulière mais dotée d’un coffre effarant. Fin des divergences d’opinions, le groupe fait du bien et on en a tous besoin.

    BEAST IN BLACK profite donc du succès commercial et musical acquit par Berserker pour nous revenir très rapidement avec ce deuxième opus, From Hell With Love. Composé peu de temps après son premier ouvrage, ce second album se situe dans la droite lignée de son prédécesseur. A savoir ces claviers sonnant quelque peu « datés », mais faisant toute l’originalité et le charme du quintette. Un Heavy parfois « dansant », des tubes en veux-tu en voilà ("Unlimited Sin", "Cry Out For A Hero", "From Hell With Love", "True Believer", "Heart Of Steel"). Des soli parfois rapides, incisifs et ciselés sur un chant ne manquant d’aucune classe, ni de percussion. J’en connais peu qui résisteront à "Sweet True Lies", avec son refrain qui tâche, propulsé par la voix rageuse de son chanteur fou. L’appel de la bataille se veut excitante sur l’épique "Repentless" dont les claviers du début sont un enchantement. Le pont surprend et déstabilise quelque peu pour mieux repartir à la charge par la suite. On appréciera également l’étendue des délicieuses gammes vocales de Yannis Papadopoulos sur "Die By The Blade" se faisant tantôt léger, puis plus méchant, morceau relancé par les guitares explosives de la paire Kabanen/Heikkinen. Encore un titre qui aurait le potentiel de squatter les premières places des charts du monde entier. On change de registre avec le magnifique "Oceandeep", une power-ballade tout simplement exceptionnelle et passionnante, le meilleur titre de ce nouvel album. Ce qui prouve une nouvelle fois que BEAST IN BLACK ne doit rien à personne, et que son succès n’est pas dû au hasard mais bien à un réel talent d'écriture. La guerre fait rage, BEAST IN BLACK la propageant avec l'hymnique "This Is War", lourd et puissant, doté d’un passage atmosphérique de toute beauté. Voilà le genre d'ambiances que BEAST IN BLACK sait distiller à merveille pour faire respirer les clameurs épiques qui l’anime ("Heart Of Steel"). From Hell With Love se termine par le « burné » "No Surrender" qui casse la baraque avec de très bons riffs, agrémenté d’une lead qui déboite. La version digipack dispose de deux morceaux bonus, "Killed By Death" et "No Easy Way Out", deux excellentes reprises bien personnalisées de la patte BEAST IN BLACK. La première, de MOTÖRHEAD, et la seconde, de Robert Tepper.

    Là où un AMARANTHE ne m’émeut que peu malgré l’arrivée du super chanteur qu’est Nils Molin (DYNAZTY), BEAST IN BLACK réussit, lui, avec une musique plutôt commerciale, à m’éclater et à m’enthousiasmer, même si il devra, sur sa prochaine offrande, nous surprendre et se renouveler, pour ne pas lasser ses fans.

    Chronique : Papa Bordg

    BEAST IN BLACK - From Hell With Love

     

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Arnold1976
    Dimanche 10 Mars à 16:44

    Quel horreur cet album, et je ne parle même pas de cette nauséabonde reprise de Motorhead. Domage car j'aime beaucoup le chant de Yanis (ex- Wardrum, Until Rain). 

    2
    PAPABORDG
    Lundi 11 Mars à 20:19
    Ah oui son chant l'ami, il est terrible.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :