• SOUNDCRAWLER - The Dead-End Host

    SOUNDCRAWLER - The Dead-End Host
    Klonosphere / Season Of Mist
    Style : Stoner Metal
    Origine : France
    Sortie : 2015
    Site Web : www.soundcrawler-band.com

    SOUNDCRAWLER_The Dead-End Host



    01. Raiders / 02. Burning Scales / 03. A God To Feed / 04. Long Coma Slow / 05. Souls From The Trash / 06. The Plastic Truth / 07. Civil / 08. Infinite Genocide / 09. And All The Seconds Left

    Après un premier album, The Sandcrawler, en 2012, les Bordelais enchainent avec un The Dead-End Host leur permettant de poursuivre la trajectoire initiée voilà trois ans. En effet, si vous aviez apprécié le Stoner Metal du groupe à l’époque, empruntant largement à SOUNDGARDEN et AUDIOSLAVE par extension et à KARMA TO BURN pour la production bien cradingue sur les guitares, ce nouvel opus ne devrait pas vraiment vous décevoir. Enfin, sauf si vous attendiez une progression nette entre temps, ce qui serait assez légitime étant donné les trois années écoulées entre les deux albums. Basse ronronnante, batterie très claquante, guitares brouillonnes, grasses et assez mal définies (ndlr volontairement, c’est une production typiquement Stoner ici), un chant aérien et se plaçant en fond avec un large écho qui lui permet d’occuper pas mal d’espace en définitive, le groupe ne s’est pas trompé. C’est d’ailleurs sur ce point que la progression est la plus remarquable, le groupe a appuyé sur cet aspect crasseux de la production, car musicalement on retrouve ici les mêmes recettes que sur The Sandcrawler à tel point qu’en l’écoutant j’avais parfois l’impression de réécouter ce premier opus. Ensuite, il y a ceux qui préfèrent qu’un groupe reste attacher à ses fondamentaux et n’en dévie pas, ceux-là vont être ravi car si la voix de Rémy POCQUET, légèrement rocailleuse et montrant ses limites dans les hauteurs, pourra en irriter certains, son accent bien franchouillard pourra aussi être un petit point de blocage. Ceci dit, difficile de ne pas reconnaitre la qualité de cet album qui se révèle au fur et à mesure des écoutes avec des titres comme "Infinite Génocide", "The Plastic Truth" ou le plus ambiancé "Long Coma Slow" mais aussi le titre d’ouverture "Raiders" très révélateur des capacités du groupe. Avec un artwork très soigné, un digipack avec un livret bien fourni, SOUNDCRAWLER s’impose comme une valeur montante de la scène française, et les défauts légers relevés ici font également le charme de cette sortie tout à fait indiqué pour les amateurs de Stoner Metal autre que celui qui ne peut s’écouter qu’après consommation de substances hallucinogènes. Il y a fort à parier que cet album permettra au groupe de franchir un palier en terme de reconnaissance auprès du public.

    Chronique : Aymerick Painless

    7,5

     

     

    SOUNDCRAWLER_Band 2015
     

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :