• SINISTRO - Sangue Cássia

    SINISTRO - Sangue Cássia
    Season Of Mist
    Style : Post Doom Metal
    Origine : Portugal
    Sortie : 2018
    Site Web : www.sinistroband.com

    SINISTRO - Sangue Cássia



    01. Cosmos Controle / 02. Lotus / 03. Petalas / 04. Vento Sul / 05. Abismo / 06. Nuvem / 07. Gardenia / 08. Cravo Carne

    Le nom de SINISTRO a énormément circulé ces derniers temps, le groupe capitalisant sur la bonne réception de Semente, leur deuxième album publié en 2016, mais pour conclure la chose, il fallait à ces Portugais assurer ce troisième album qui voit le jour en ce tout début d'année 2018. Le timing est plutôt bien tombé, bonne réception du deuxième album, de nombreuses tournées dont une en première partie de PARADISE LOST et PALLBEARER, autant vous dire que le public de ces deux groupes sont des cibles privilégiées pour SINISTRO. Le teasing monte parfaitement donc jusqu'à la sortie de ce Sangue Cássia  qui doit installer ce groupe sur le devant de la scène.

    On y retrouve là le bassiste de MOURNING LENORE, Fernando Matias, groupe dont le seul album montrait des dispositions très intéressantes, et on retrouve d'ailleurs cette pesanteur et cette grisaille attirante au sein de SINISTRO, même si, avec le chant féminin, notre instinct nous pousse plus à rapprocher cela de BATHSHEBA, THE WOUNDED KINGS ou JEX THOTH, ce qui n'est pas tout à fait faux mais surtout très réducteur. La lourdeur du titre d'ouverture "Cosmos Controle" s'installe sur 11 minutes avec une progression vers une mélancolie qui nous renvoie également vers CHELSEA WOLFE ("Abismo"), notamment son dernier album, les guitares bien lourdes rampent sans discontinuer alors que Patricia Andrade apporte une délicatesse très fragile qui contrebalance parfaitement le propos.

    Un mot sur cette production très vivante. Si la batterie se retrouve un peu en arrière, c'est pour mieux faire ressurgir cette impression de bloc monolithique qui, pour le coup, nous évoque plutôt un DOLORIAN ("Lotus" et sa ligne lead entêtante) et, avec le gras des guitares, la chape de plomb nous maintient définitivement dans un état léthargique. Ce début d'album est absolument parfait, le mix entre lourdeur et douceur est à son point d'équilibre pour nous emmener ensuite vers un Post-Doom où les ambiances se font un peu plus lumineuses. La voix posée de Patricia se pose comme une fleur sur des structures moins typées couplet/refrain et donc foncièrement moins Rock que le début d'album et on revient vers cette affiliation à CHELSEA WOLFE qui est ici particulièrement flagrante. Pourtant, le chant en Portugais, une musique plus Doom et plus portée sur les guitares, réussissent à démarquer SINISTRO d'une comparaison trop évidente et on pense plus à un Trip-Hop à la MASSIVE ATTACK pour un titre comme "Nuvem", le titre le plus ambiant et posé de ce Sangue Cássia, qui va reprendre sur sa fin un visage bien plus Doom ambiant avec un travail d'arrangement et de production sur une guitare lead chargée d'insuffler cette part de mélodie dérangeante dans un paysage très sombre. Même la voix, au premier abord plus lumineuse, finit par se montrer très noire, mais le côté cristallin du chant forme cette branche à laquelle on s'accroche, alors lorsque sur "Cravo Carne" la chant se fait sombre, le sol s'efface sous nos pieds et la chute s'annonce inéluctable, comme une fin malheureuse et sans espoir annoncée depuis l'excellent "Cosmos Controle".

    Avec Sangue Cássia, les Portugais confirment le bon choix fait avec celui fait par Patricia Andrade au chant initié lors du EP Cidade (2013), poursuivi sur Semente, mais qui trouve ici un équilibre certainement plus brut en surface, les claviers étant moins présents par exemple, le travail sur les compositions se révèle pourtant bien plus fin. De même la production avec un chant mieux intégré dans la pesanteur régnant sur ce nouvel album par rapport à la mise en avant dont bénéficiait cet élément aux détriments de la lourdeur précédemment est également un signe de l'intégration à long terme de cette actrice qui offre là une prestation plus qu'aboutie et qui porte cet album vers un niveau supérieur que ce que le groupe pouvait proposer jusque là. Une bonne pioche qui se confirme, et c'est désormais flagrant, SINISTRO n'a rien du coup promotionnel, ce groupe possède une personnalité qui commence à prendre forme, doucement et dans une noirceur qui lui va très bien, une noirceur ambiante plus que dans l'accordage des guitares et la recherche du riff le plus gras possible.

    Chronique : Aymerick Painless

    SINISTRO - Sangue Cássia

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :