• PIG'S BLOOD - A Flock Slaughtered

    PIG'S BLOOD - A Flock Slaughtered
    Godz Ov War Productions
    Style : Death Metal
    Origine : États-Unis
    Sortie : 2019
    Site Web : www.facebook.com/commandmoreblood

    PIG'S BLOOD - A Flock Slaughtered



    01. Gates Ripped Open (Scum Choking Out The Meek) / 02. Unnamable Death (Unspeakable One Honored) / 03. Violent Spirit of Decadence (Humiliating The False Triumphant) / 04. Anti-Kosmic Discord (Meaningless Self-Sacrifice) / 05. Maniacal Triumph's Embrace (Narcotic Lust) / 06. Bloodshed Hell (Interlude) / 07. A Flock Slaughtered (Unfettered Maniacs) / 08. Possessed By Nightfall (Violently Freeing Oneself From The Bonds Of Life) / 09. Aberration (Submit Or Perish) / 10. Enforced Agony (The Noose Tightened)

    Les Américains de PIG'S BLOOD ne sont pas vraiment là pour amener de la subtilité au débat, cela tombe bien la subtilité ce n'est pas toujours ce qui va le mieux au Death Metal. A Flock Slaughtered est le deuxième album du groupe dans lequel on retrouve le batteur de PREZIR, Brian Serzynski, pour quiconque suit l'actualité de Godz Ov War Productions, ou Charles Pastovic III, ex-guitariste de VIVISECTION, par exemple, cela vous donne une orientation du propos. Pour autant, il serait vraiment réducteur de ne considérer ce groupe que comme un rassemblement d'écervelés qui grognent, le premier album manquait clairement d'identité forte et surtout de moyens de production, on retrouve sensiblement la même recette mais avec une mise en son bien meilleure. La batterie est encore un peu faiblarde, mais on est là sur les standards du style, rien de dérangeant, la voix est bien plus perceptible et les guitares accrochent de suite l'oreille avec un gras qui colle parfaitement au nom du groupe.

    Avec le riff d'ouverture de "Gates Ripped Open", c'est un appel solennel à la réunification des publics Death Metal, c'est direct dans le crâne et cela renvoie directement vers EVIL INCARNATE avec un faux côté rampant qui pourrait également invoquer INCANTATION ! La frénésie s'empare du son du groupe sur "Violent Spirit Of Decadence (Humiliating The False Triumphant)", bien entrecoupée par un riff purement Death old-school, à la suédoise mais sans le son HM-2, ou "Possessed By Nightfall (Violently Freeing Oneself From The Bonds Of Life) qu'un VADER aurait pu pondre. Pas, ou très peu, de moment de répit, le groupe enchaine avec l'entêtant "Anti-Kosmic Discord (Meaningless Self-Sacrifice)" où l'ombre de DISMEMBER est à peine dissimulée, mais la voix nous ramène clairement vers la scène US.

    La progression est notable entre les deux albums, même si il est évident que la production fait beaucoup sur ce deuxième opus, le groupe envoie pourtant quelques leads qu'un SLAYER des débuts n'aurait pas renier - "Unnamable Death (Unspeakable One Honored) -, si vous avez découvert OSSUARIUM récemment, vous devez avoir une idée de ce que PIG'S BLOOD a l'intention de vous matraquer dans le crâne. Les riffs sont simples, bruts, directs et sans fioritures, la vieille école, ambiance oppressante bien appuyée par ces grognements de cochon sur une voix d'égorgé vif, variation de tempo, le tout avec force, une force qui vous maintient au sol pour un peu plus d'une demie-heure. Car c'est aussi ça la force de cet album, 30 minutes d'un Death putride, glauque, sombre et puant avec un petit interlude en plein milieu qui déboule sur le riff de la chanson titre, un riff d'ouverture que l'on ne peut pas faire plus classique dans le style. Le groupe ne s’embarrasse pas de détails qui pourraient laisser échapper quelques fautes de goûts comme beaucoup de groupes malheureusement.

    La performance est donc clairement réussie, les titres sont excellemment construits, certes l'originalité n'est pas de mise mais quelle qualité d'écriture, même si on pourra regretter parfois la tentative de passer en bourrin comme sur les couplets de "A Flock Slaughtered (Unfettered Maniacs)" qui auraient peut-être mérité un peu plus de subtilité à la batterie que cette bouillie de cymbales. A Flock Slaughtered valide totalement ce que le groupe avait construit sur le premier album éponyme publié en 2017 en s'ouvrant à un public un peu plus large en faisant le pari d'une production un peu plus costaud.

    Chronique : Aymerick Painless (Simony)

    PIG'S BLOOD - A Flock Slaughtered

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :