• DRAGUNOV - Korolev

    DRAGUNOV - Korolev
    Blue Wave Recordings
    Style : Instrumental Post-Metal
    Origine : France
    Sortie : 2017
    Site Web : www.facebook.com/dragunovduo

    DRAGUNOV - Korolev



    01. 46°34'N 141°17'E / 02. Kosmonavt / 03. Semïorka / 04. Karsny Marsh / 05. Belka I Strelka / 06. 24IV67

    Sébastien, batteur des extraordinaires ABYSSE, avait formé un duo au sein duquel il évoluait à la guitare, un duo toujours instrumental mais où il y développait une ambiance bien différente. Le duo publie en mai 2015 la démo 637 mais faute de temps je remets aux calendes grecques la découverte de celle-ci, alors à la sortie du premier album, il était grand temps de rattraper ce retard inexcusable.

    Au sein de DRAGUNOV, Sébastien est à la guitare, laissant la batterie à son compère, et quel duo mes amis. Avec cette introduction "46°34'N 141°17'E", le ton est donné de suite, les coordonnées de la Russie en guise d'introduction, il faut dire que le nom du groupe et le titre des chansons de cet album pouvaient laisser présager cela. Ensuite, il y a l'ambiance glaciale de cet album, sur le fond le nom de KYPCK arrive forcément en tête, mais on est là dans un propos plus Post-Metal à la PELICAN ou CULT OF LUNA, bien qu'ici ce soit moins planant, plus martial, à la TRIPTYKON (j'invente rien, le groupe cite lui-même ces influences) mais ce "Kosmonavt" m'évoque le groupe Belge OLDD WVRMS alors qu'un "Semïorka" s'oriente plus vers un Post-Metal plus calibré. "Karsny Marsh" et son introduction très martiale, son ambiance 80's sur la partie percussion avant qu'un riff qui aurait très bien collé à l'esprit d'ABYSSE ne débarque et noircisse encore cet horizon. Encore une fois, nul besoin de chant ici, la guitare et la batterie s'expriment clairement et nous transportent dans des tourments qui ne semblent pas très sains, il y a là un côté rampant très dérangeant et les voix parlées au début de "Kosmonavt" et "Belka I Strelka" ajoutent encore à cela. Le duo prend le temps de développer l'univers de ce Post-Metal aux racines Doom bien ancrées et on pense également à un GOJIRA dans l'approche de ce même "Belka I Strelka", un titre aux multiples facettes rythmiques avec ces breaks qui évoquent clairement TRIPTYKON. Bref, DRAGUNOV impose là une personnalité forte avec comme base des influences très solides mais parfaitement digérées.

    Côté production, c'est la fête, la batterie bénéficie d'un son claquant mais naturel, les multiples pistes de guitares cohabitent parfaitement au milieu de tout cela, et la dernière piste "24IV67", plus axée ambiante, nous permet de redescendre après la forte intensité proposée par "Belka I Strelka". Ce premier opus, assez court finalement, montre une quantité de possibilités et de capacités pour ce duo qui ne semble pas s'imposer de limites.

    Chronique : Aymerick Painless

    DRAGUNOV - Korolev

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :