• CHROME DIVISION - One Last Ride

    CHROME DIVISION - One Last Ride
    Nuclear Blast
    Style : Doomsday Rock'n'Roll
    Origine : Norvège
    Sortie : 2018
    Site Web : www.facebook.com/chromedivision

    CHROME DIVISION - One Last Ride



    01. Return From The Wastelands / 02. So Fragile / 03. Walk Away In Shame / 04. Back In Town / 05. You Are Dead To Me / 06. The Call / 07. I’m On Fire Tonight / 08. Staying Until The End / 09. This One Is Wild / 10. One Last Ride / 11. We Drink / 12. Towards The Unkown / 13. Esta Noche A Quemar (Bonus Track)

    CHROME DIVISION tire sa révérence avec cette nouvelle secousse sismique qu'est One Last Ride, bien tristes que nous sommes de l’apprendre tant Shagrath (DIMMU BORGIR) et ses frères d’arme nous avaient botté le fion à chaque nouvelle livraison de leur son fait d’un alliage de Heavy, de Hard-Rock et de Punk, aux inspirations certes marquées mais ayant une personnalité très forte et affirmée. Frais et solide, à la fois neuf et revival, la fusion parfaite entre l’énergie folle et dévastatrice du premier GUNS N’ ROSES et l’éternel MOTÖRHEAD. Fait important pour ce cinquième et dernier biberon alcoolisé, Eddie Guz (THE CARBURETORS), le chanteur des deux premiers albums, réintègre sa voix rocailleuse et rock n’ roll à la potion dynamitée des Norvégiens. Il avait été remercié en 2009 par manque d’investissement au sein du groupe, remplacé par Shady Blue pour les deux skeuds suivants. On notera également sur trois titres ("So Fragile", "This One Is Wild" et "Walk Away In Shame") la présence de la voix féminine de Miss Selia, apportant une plus value notable à un One Last Ride déjà monumental. CHROME DIVISION est puissant, sacrément secoué et burné, mais n’a de cesse de développer des mélodies totalement géniales, en grande partie dû à un travail monstrueux de la paire Shagrath/Karlsen, mettant leurs grattes inspirées en avant, que ce soit par des riffs lourds, rapides et incisifs ("Back In Town", "You Are Dead To Me", "One Last Ride") qu’avec des leads ou harmonies de haute voltige ("The Call", "One Last Ride"). Nous parlions précédemment de MOTÖRHEAD, le terrible refrain de "We Drink" nous rappelle furieusement la tête de moteur, déployant une nostalgie certaine faite d’une grande tristesse. Quelques notes Blues Rock introduites sur "Walk Away In Shame" au duo sensuel avec Miss Selia, nous montre aussi que CHROME DIVISION sait faire respirer son art avec feeling, par de courts breaks atmosphériques du meilleur effet, et ce dès qu’il le peut. Une des nombreuses forces de ce vibrant One Last Ride exerçant une réelle possession à qui s’y frotte. Même si la trame de beaucoup des titres de ce cinquième album reste assez identique, elle fait, malgré tout, mouche à chaque fois. De plus CHROME DIVISION sait soigner ses entrées et sorties d’albums, "Return From The Wasterlands", et sa narration et son acoustique qui claque, fait corps avec le grandiloquent "Towards To The Unknown" qui s’achève telle une folle équipée sur une Harley rutilante. On notera un dernier tremblement sonore avec un "Esta Noche va a Quemar" entierement chanté en espagnol. Au final, nous tenons là un fucking ultime opus, heavy, puissant, crasseux, mélodique mais surtout très inspiré. CHROME DIVISION peut être fier de cette dernière œuvre !

    Chronique : Papa Bordg

    CHROME DIVISION - One Last Ride

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :