• ABHORDIUM - Omega Prayer

    ABHORDIUM - Omega Prayer
    Autoproduction
    Style : Black / Death Metal
    Origine : Finlande
    Sortie : 2017
    Site Web : www.abhordium.com

    ABHORDIUM - Omega Prayer



    01. The Chronology Of Decadence / 02. Channeled Be My Hate / 03. Asebeia / 04. Obsidian Chamber / 05. Perpetual Desertification / 06. At The Highest Temple / 07. Dreary Touch Of The Void / 08. From The Depths I Slithered / 09. Omega Prayer

    Passer de trio à quintet n'est pas quelque chose d'anodin dans la vie d'un groupe, d'autant plus lorsque des membres de longue date décident de quitter le navire entre temps. Le premier album d'ABHORDIUM avait été réalisé ainsi, en trio, Arttu Aalto à la batterie, Kari Laaksonen au chant et Jarko Neuvonen à la guitare et à la basse, mais depuis 2011, Jarko a quitté le groupe en 2016, de même que Jussi Saarinen, le bassiste qui avait intégré le groupe après la sortie du premier album. Sauf que, lorsque l'on pratique un Death Black Metal comme les Finlandais d'ABHORDIUM, il y a souvent une recherche de puissance qui se traduit généralement par deux guitares, surtout vrai pour le live car en studio, tout est réalisable.

    D'autant plus que le groupe se dirige de plus en plus vers le Black Metal comme le montre ce deuxième album, Omega Prayer, avec en ligne de mire claire MARDUK ou DARK FUNERAL, un Black Metal avec de franches incartades vers le Death Metal, notamment dans son impact direct et sans fioritures. Toutefois, avec cet album, les Finlandais se démarquent quelque peu, déjà avec un premier titre, "The Chronology Of Decadence", qui penche plus vers le Death Metal que les autres titres, mais aussi cet "Asebeia" renforcé par des chœurs qui peuvent renvoyer vers ENSLAVED pour un effet Pagan Black Metal plutôt réussi. Après un début d'album sans grande originalité, ABHORDIUM dévoile peu à peu ses armes, et c'est bien lorsque le groupe tire sur le Black qu'il se fait le plus efficace, à l'image de cette fin d'album que le récent MARDUK ne renierait pas. Le chant de Kari Laaksonen confirme ce penchant Black Metal, un esprit guerrier habite son chant assez largement vomi même si les lignes de chant ne font pas preuve de grande originalité.

    Niveau production, s'il est difficile de montrer du doigt un défaut flagrant, on peut tout de même relever que les guitares manquent de profondeur, comme si elles étaient en devant de scène sans rien derrière, de même que la batterie, dont on distingue bien les différents éléments mais manque cruellement de vie pour rendre ce Death Black Metal aux couleurs mélodiques bien plus réel et terrifiant par la même occasion. Mais, malgré cela, on note tout de même des excellents titres comme "Asebeia", "Perpetual Desertification", "From The Depths I Slithered" et "Omega Prayer", des titres où l'ambiance prime plus, le groupe n'hésitant pas à jouer la carte du mid tempo pour rendre le reste bien plus violent et des titres qui vont parler aux amateurs de MARDUK ou BEHEMOTH.

    Avec Omega Prayer, ABHORDIUM franchit bien un palier et se place dans un peloton dans le ventre mou, un changement de direction plutôt réussi pour ces Finlandais capable de proposer une musique intense relevée de leads frénétiques typés Black Metal mais aussi des parties plus Pagan Black Metal, une palette assez large au sein de laquelle, le groupe s'exprime avec conviction et force, un groupe à surveiller car si ce n'est encore pas le grand album marquant, celui-ci se révèle être un album charnière, servant de base solide à une suite que l'on espère voir continuer vers le Black Metal, terres où le groupe est le plus efficace.

    Chronique : Aymerick Painless

    ABHORDIUM - Omega Prayer

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :